Navigation – Plan du site

Gérard Mauger, Repères (II) pour résister à l’idéologie dominante

Issoufou Djibo Abdoulbaki, Sekou Sala Timbely et Aboubacar Oumarou
Repères (II) pour résister à l'idéologie dominante
Gérard Mauger, Repères (II) pour résister à l'idéologie dominante, Vulaines-sur-Seine, Editions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2018, 281 p., ISBN : 978-2-36512-173-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Gérard Mauger, Repères pour résister à l’idéologie dominante, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du (...)

1La sociologie a toujours été décriée pour sa vision du monde social. Pour Bourdieu, elle est une discipline qui « dérange » et qui « socio-logiquement » ne devrait pas exister. En effet, la vocation de la sociologie à rendre compte objectivement des faits sociaux, aussi sensibles soient-ils, l’expose à des critiques virulentes. Dès lors, comment résister à cette critique tout en traitant de questions chargées de préjugés ? Prolongement d’un premier opus publié en 20131, le présent ouvrage entend donner une réponse à cette question, qui touche à la place du chercheur dans la société. Les résultats proposés par les sociologues contestent très souvent l’ordre établi, contestation qui implique également certains conflits dans le champ académique : la dimension critique de la sociologie est fréquemment mise en cause par les tenants d’une sociologie dont la portée idéologique serait plus restreinte. Les tenants de la sociologie critique sont ainsi exposés à la critique de leurs pairs qui, selon Gérard Mauger, incarnent « l’idéologie dominante ». Cette critique se fait d’autant plus visible que les questions d’actualité sont brulantes, comme l’islam, la xénophobie, l’inégalité sociale, le populisme ou l’intégration.

2Organisé en quatre parties, le livre de Gérard Mauger traite de la capacité du sociologue à produire des données sur le monde social sans tomber dans les idées préconçues véhiculées par le monde politico-médiatique, mais aussi sans porter atteinte à la sensibilité des citoyens. Pour ce faire, l’auteur soumet à une critique rigoureuse une série d’articles de la revue Savoir/Agir, publiés entre 2012 et 2017. Les thématiques abordées par Mauger sont aussi nombreuses que diverses : la légitimation des inégalités, la laïcité et son rapport à l’islam, la nouvelle configuration du champ politique, la question du symbolique et du réel ou encore celle de l’intégration européenne.

3La première partie de l’ouvrage ouvre une fenêtre sur la volonté des politiques de maintenir la sociologie sous contrôle. En effet, après les attaques terroristes de 2015, certaines personnalités politiques mettent la sociologie en garde contre des explications qu’elles perçoivent comme des alibis. En réponse, les sociologues visés rappellent le postulat selon lequel expliquer ne signifie pas excuser, mais bien comprendre les faits tels qu’ils sont. Plus précisément, la question qui se pose alors est celle de la portée accordée aux déterminants socio-économiques (capital social, capital culturel, capital économique) dans l’explication de tels événements. Pour l’auteur, nombre de travaux analysés demeurent aveugles à ces déterminants. Autre exemple, les trajectoires de certaines personnalités, comme Gérard Depardieu ou Bernard Arnault, sont souvent analysées à la lumière de concepts comme le don, le talent ou les capacités innées. Or ces notions à connotation biologique, largement diffusées par les milieux politico-médiatiques, tendent à effacer les déterminants socio-économiques de ces trajectoires.

4Certaines situations, aussi complexes soient-elles, exigent du sociologue une approche critique et rigoriste. Rompre avec l’idéologie dominante implique en effet de conserver une éthique scientifique à toute épreuve. Pour Gérard Mauger, cette posture est particulièrement recommandée pour analyser les attaques terroristes menées par des « djihadistes » qui se réclament de la religion musulmane. En effet, la deuxième partie de l’ouvrage traite essentiellement de l’islam. L’auteur y analyse les prises de positions de certains milieux politico-médiatiques et universitaires sur cette religion. Fréquemment, la condamnation des actes terroristes a débouché sur un amalgame entre l’islam et le terrorisme. Certains sociologues ont pris le contre-pied d’une telle tendance en qualifiant d’islamophobes les manifestations du 11 janvier 2015, au risque là encore de s’aveugler. Dans ce contexte tendu, Mauger convie le monde politico-médiatique comme le monde sociologique à se démarquer de l’opinion en priorisant un emploi objectif de certaines notions comme la « radicalisation », le « racisme » ou la « laïcité ». Mieux, il propose aux sociologues une démarche permettant d’établir la sociogenèse de trajectoires djihadistes. Ce modèle s’écarte de la thèse selon laquelle seuls les salafistes deviendraient djihadistes. Pour l’auteur, une enquête sur la structure et les transformations de l’offre islamique est nécessaire avant d’analyser les diverses modalités d’appropriation de cette offre. La logique propre à chaque acteur dans cette appropriation est en effet déterminante dans la décision de s’engager ou non dans la voie du djihadisme.

5Dans la troisième partie de l’ouvrage, Mauger requiert les mêmes précautions quant à l’utilisation des catégories « gauche » et « droite » dans l’analyse du champ politique français. En effet, la traditionnelle lecture gauche-droite de ce champ politique n’est plus de mise depuis plusieurs décennies. La gauche et la droite défendent toutes deux le néolibéralisme. À cela s’ajoute la montée du populisme, incarné par ce qui était alors le Front national et par l’extrême gauche du Parti socialiste. La confusion est telle qu’on se pose la question de savoir si le Parti socialiste est encore de gauche. Malgré ces transformations, les médias continuent à lire le champ politique sans tenir compte de sa reconfiguration, d’où la mise en garde de l’auteur contre l’utilisation abusive de telles catégories, dans la mesure où les données qui en résultent ne reflètent en rien la réalité du champ politique.

6Ce décalage est aussi observé au sujet de l’Union européenne, dans la dernière partie de l’ouvrage. À partir d’informations véhiculées par les journaux, Gérard Mauger fait apparaitre le fossé entre les discours des milieux politico-médiatiques et la philosophie de l’Union européenne. Aux idéaux d’une Europe unie et solidaire s’opposent les déclarations qui ne cessent de rappeler la distinction entre deux Europe : le Nord entreprenant, refusant de remorquer le Midi indolent. Le thème de l’opposition mythique entre « les cigales et les fourmis », largement repris par les médias, est assez illustratif de cette conviction. La Grèce, qui croupit sous ses dettes, reste au centre de ce débat.

7La Grèce a été contrainte de rester dans l’Union malgré le « non » du peuple aux mesures d’austérité proposées, car les conséquences d’un Grexit s’annonçaient plus désastreuses pour l’économie européenne. Les valeurs démocratiques dont l’Europe se porte tant garante sont ainsi sacrifiées sur l’autel de sa santé monétaire. Mauger dévoile donc le paradoxe que représente l’Union européenne dans sa volonté de maintenir l’ordre dominant, au point de piétiner les souverainetés nationales les plus faibles. L’auteur appelle à une analyse de la question de l’Union européenne en tenant compte de ces contradictions.

8En définitive, Gérard Mauger a le mérite de travailler sur des sujets fort intéressants du point de vue de l’actualité sociopolitique française. Il contribue ainsi au développement d’une nouvelle perspective dans les recherches en sociologie en s’intéressant aux discours politico-médiatiques dans leur rapport aux discours scientifiques. L’ouvrage qu’il propose sensibilise les chercheurs sur les obstacles épistémologiques d’une « fabrique des concepts » orchestrée par les médias et les politiques. Cependant, on peut regretter que la référence à Bourdieu soit si fréquente. Les points de vue d’autres spécialistes auraient pu conforter l’auteur dans ses prises de position pour battre en brèche les argumentaires défendant l’idéologie dominante. Ajoutons à cela que l’agencement des articles entre les parties n’est pas toujours évident, dans la mesure où se retrouvent sous une même thématique des articles qui portent sur des sujets divers, ce qui exige donc du lecteur un certain effort pour s’approprier le contenu de l’ouvrage. Malgré ces réserves, l’ouvrage de Gérard Mauger reste une référence épistémologique pour les chercheurs impliqués dans des questions de société sensibles, qui leur servira de boussole dans leurs démarches méthodologiques.

Haut de page

Notes

1 Cf. Gérard Mauger, Repères pour résister à l’idéologie dominante, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2013 ; compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/11314.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Issoufou Djibo Abdoulbaki, Sekou Sala Timbely et Aboubacar Oumarou, « Gérard Mauger, Repères (II) pour résister à l’idéologie dominante », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 22 juin 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35411

Haut de page

Rédacteurs

Issoufou Djibo Abdoulbaki

Doctorant en philosophie à l’Université Abdou Moumouni de Niamey et assistant de recherche auprès de Seyni Moumouni, Directeur de recherche à l’IRSH/UAM. DJIBO ABDOULBAKI Issoufou s’intéresse aux questions de religion, de sécurité, de développement, et de culture urbaine en Afrique Occidentale.

Sekou Sala Timbely

Doctorant en sociologie à l’Université Abdou Moumouni de Niamey et assistant à l’Université de Ségou (Mali), TIMBELY Sekou Sala s’intéresse aux questions de religion, de sécurité et aux systèmes de santé en Afrique occidentale.

Aboubacar Oumarou

Masterant en socio-anthropologie de la santé à l’Université Abdou Moumouni de Niamey et assistant de recherche au LASDEL (Niger), OUMAROU Aboubacar s’intéresse aux questions de santé de la reproduction.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page