Navigation – Plan du site

Bertrand Russell, Écrits sur l’éducation

Jean Bernatchez
Écrits sur l'éducation
Bertrand Russel, Écrits sur l'éducation, Montréal, Editions Ecosociété, coll. « Retrouvailles », 2019, 305 p., anthologie préparée et présentée par Normand Baillargeon et Chantal Santerre, traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Normand Baillargeon, André Bernard, E. de Clermont-Tonnerre, Camille Santerre-Baillargeon, Chantal Santerre et Denis Vernant, ISBN : 9782897194888.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bertrand Russell, Icarus or the future of science, (1924), cité dans Normand Baillargeon, Anarchism (...)
  • 2 Bertrand Russell, Autobiographie (1872-1967), Paris, Belles Lettres, 2013, p. 9.
  • 3 Ibid., p. 488.
  • 4 Bertrand Russell, Idéaux politiques, présentation et traduction de Normand Baillargeon et Chantal S (...)

1Bertrand Russell (1872-1970), prix Nobel de littérature en 1950, est un mathématicien et un philosophe anglais. Il est aussi un militant politique, « penchant par tempérament vers l’anarchisme »1. Homme de conviction et d’action, il perd son poste au Trinity College en 1916 et il est emprisonné pour six mois en 1918 en raison de ses idées et de son action pacifistes. Il fonde en 1966 le Tribunal Russell pour dénoncer la politique des États-Unis au Vietnam. Dans son autobiographie, il précise les passions qui commandent sa vie, qui sont aussi les vecteurs de son œuvre : « le besoin d’aimer, la soif de connaître, le sentiment presque intolérable des souffrances du genre humain »2 (cité p. 11). Il possède aussi l’expérience pratique de l’éducation car il a fondé et animé la Beacon Hill School avec sa femme, l’écrivaine féministe et socialiste Dora Black, « afin que nos enfants pussent être élevés […] selon nos idées »3 (cité p. 15). Normand Baillargeon et Chantal Santerre proposent cette anthologie des écrits de Russell sur l’éducation, la première en langue française. Le couple québécois s’est déjà intéressé à ce philosophe en publiant la première traduction française intégrale de Political Ideals (1917), un texte fondateur de sa pensée politique qui développe l’idée « que l’humanité court à sa perte et qu’il est impératif de modifier en profondeur notre manière de vivre, de penser, d’éduquer »4. L’anthologie propose 18 textes écrits entre 1916 et 1962, regroupés en cinq parties : la nature et les finalités de l’éducation ; le curriculum ; l’éducation et la politique ; l’éducation et la pensée critique ; l’université.

2Le texte intitulé L’éducation (1916) ouvre la première partie et pose un diagnostic sévère sur l’éducation du début du XXe siècle, alors que « le mépris de la personnalité de l’enfant est malheureusement universel » (p. 29). L’éducation a un but politique : elle vise à renforcer le pouvoir d’un groupe, qu’il soit national, religieux ou social. Des idées fausses sont enseignées, visant à alimenter un nationalisme fanatique. Pour Russel, l’éducation devrait plutôt favoriser le désir de connaître la vérité. Les fins de l’éducation (1926) souligne l’importance d’avoir une idée claire du genre de personne qu’on souhaite former, afin de proposer l’éducation la mieux adaptée à ces finalités. Quatre vertus constituent le fondement d’une personnalité idéale, soutient Russell : la vitalité, le courage, la sensibilité et l’intelligence. Le rôle d’un professeur (1940) consiste à « inculquer les croyances et les préjugés considérés utiles par ses employeurs » (p. 74), dans une forme de propagande. Mais Russel considère que les professeurs devraient plutôt être les gardiens de la civilisation et, pour ce faire, disposer d’un certain degré d’indépendance.

3Sur le plan du curriculum, Russell s’intéresse à L’étude des mathématiques (1917). Au-delà du caractère utilitaire des mathématiques, il souligne leur beauté froide, « sublimement pure et empreinte d’une perfection sévère » (p. 91). Une de leurs fins est « de renforcer la croyance d’un débutant en la raison, sa confiance en la vérité de ce qui a été démontré » (p. 92). La sexualité et l’éducation (1932) rend compte d’une morale en décalage par rapport à l’époque. Le « mariage temporaire » des étudiants permettrait que leurs pulsions sexuelles trouvent un exutoire afin qu’ils puissent se consacrer à leurs études universitaires. Dans La religion et l’éducation (1932), Russell se situe parmi les penseurs orthodoxes : il estime que l’existence d’un dieu et la vie après la mort sont des questions auxquelles il faut réfléchir. En outre, la religion instituée lui apparaît comme une « doctrine [qui] sert merveilleusement bien les intérêts des riches et c’est sans doute là une des raisons pour lesquelles les ploutocrates au pouvoir sont profondément religieux » (p. 126). Des arguments religieux justifient l’exploitation capitaliste et « on ne trouvera pas dans tous les Évangiles un seul mot vantant les mérites de l’intelligence » (p. 127). Russel plaide pour Le savoir « inutile » (1958), qui favorise l’attitude contemplative, essentielle pour contrer l’urgence d’agir. « Notre monde est en ce moment rempli de groupes de gens en colère et centrés sur eux-mêmes, chacun d’entre eux incapable de contempler la vie humaine comme un tout » (p. 140).

4Sur le thème de l’éducation et de la politique, La liberté contre l’autorité en éducation (1928) insiste sur le fait que des éléments d’autorité et de discipline sont nécessaires en éducation. La liberté se décline en une liberté d’apprendre et une liberté de choisir ce qu’il faut apprendre. Russel distingue la vérité, un idéal vers lequel tendre, et la véracité, soit le fait de fonder ses opinions sur des preuves. La place de la compétition en éducation (1932) inflige aux jeunes une somme de savoirs dommageable pour leur imagination et pour leur santé. « Et quand bien même la compétition était chose utile, elle n’est aucunement admirable en elle-même, pour cette raison que les émotions qu’elle suscite, qui sont la cruauté et l’hostilité, ne sont absolument pas admirables » (p. 176). Éducation et discipline (1935) avance l’idée que les professeurs ne devraient pas œuvrer plus de deux heures par jour en classe car la compagnie des jeunes est épuisante, surtout sans le recours à une discipline stricte. Dans Réconcilier individu et citoyenneté (1932), Bertrand Russel soutient que le désaccord entre les nations est alimenté par l’éducation. Introduire dans les écoles une forme de propagande internationale permettrait de pallier ce problème, mais cela ne serait possible que par la victoire de l’internationalisme politique. L’éducation dans un monde difficile (1962), écrit quelque 30 ans plus tard, repend cette idée : « [l]es héros célébrés ne devraient pas être ceux qui ont tué le plus d’“ennemis”, mais ceux et celles qui ont ajouté au patrimoine mondial de savoir, de beauté et de sagesse » (p. 203). D’indispensables changements de perspectives en éducation (1959) défend l’idée qu’il faut « remplacer la peur par l’espoir et de comprendre à quel point la vie pourrait être belle si la grande famille humaine se donnait la chance, par la coopération, de réaliser ce qu’il y a de meilleur en elle » (p. 208).

5Concernant l’éducation et la pensée critique, Pensée libre et propagande officielle (1926) met au jour que Russell n’appartient à aucune religion et qu’il souhaite que toute croyance religieuse finisse par s’éteindre. Il considère que la pensée ne peut être libre qu’en concurrençant les croyances. L’éducation devrait avoir comme buts de donner des connaissances et de développer des habitudes de l’esprit qui permettent d’acquérir ces connaissances et de porter des jugements. De la valeur du scepticisme (1928) révèle l’essence de la doctrine dont Russell est partisan : « il n’est pas désirable d’admettre une proposition quand il n’y a aucune raison de supposer qu’elle est vraie » (p. 232). Si cette doctrine se répandait, elle transformerait profondément la vie sociale et politique. Des cinglés (1962) est un texte fondé sur une anecdote (réelle ou fictive ?) : Russell reçoit la visite d’un type qui dit être Jules César et il l’invite à consulter à ce sujet Arthur J. Balfour, philosophe anglais comme lui, mais chrétien, traditionnaliste, et son opposé sur le plan politique.

6Russell livre deux textes sur l’enseignement supérieur. Sur l’université (1926) marque l’idée que « les universités existent pour accomplir deux fonctions : […] former des hommes et des femmes à exercer certaines professions [… mais aussi] rechercher le savoir et mener de la recherche sans considération pour leur utilité pratique » (p. 256). L’université devrait être accessible aux gens qui possèdent certaines aptitudes, même s’ils n’en ont pas les moyens financiers. Avant l’heure, Russell évoque la nécessité que chaque professeur fasse de la recherche (l’activité de recherche n’était pas généralisée à l’université, en 1926), mais qu’il puisse aussi disposer de temps libre pour se tenir informé des développements dans son domaine, préfigurant ainsi le modèle du slow professor5 que certains universitaires appellent de leurs vœux en cette actuelle ère d’accélération du temps social6. Sur l’éducation universitaire (1962) adopte aussi un point de vue actuel en remettant en question les cours magistraux, utiles avant l’invention de l’imprimerie mais maintenant dépassés. Sur le plan des finalités, Russell insiste sur le fait qu’une éducation universitaire devrait non seulement promouvoir la connaissance, mais aussi la sagesse.

7Cette anthologie est une riche contribution à la diffusion de la pensée de Bertrand Russel auprès d’un lectorat francophone. En plus des écrits du philosophe, l’introduction de Normand Baillargeon et Chantal Santerre invite à penser l’éducation avec lui, et leur annexe analyse sa position sur la liberté d’expression. Les textes de Russell ne sont pas tous des fondamentaux de la philosophie de l’éducation : la liberté de pensée et d’action qu’il recherche l’oblige parfois à produire des « écrits alimentaires » (pot boilers) (p. 9) qui n’en sont pas moins enrichissants pour ceux et celles qui s’intéressent aux fondements de l’éducation. Il est pertinent de situer ces textes dans leur contexte : la Première Guerre mondiale, la crise économique des années 1930, la montée du nazisme et les Trente Glorieuses, entre autres. Les propos de Russell sur l’éducation apparaissent cependant universels, intemporels, et ils éclairent le présent autant que le passé, voire le futur. Bertrand Russell est un grand penseur de l’éducation, mais aussi un homme d’action admirable et courageux qui croit que le savoir transmis par l’éducation doit déboucher sur la sagesse définie comme « l’intime union du savoir avec un certain sentiment par lequel on acquiert le sens de la destinée humaine et du but de la vie » (p. 266).

Haut de page

Notes

1 Bertrand Russell, Icarus or the future of science, (1924), cité dans Normand Baillargeon, Anarchisme et éducation. Anthologie, Tome 2 : du 20e siècle à aujourd’hui, Montréal, M Éditeur, p. 19.

2 Bertrand Russell, Autobiographie (1872-1967), Paris, Belles Lettres, 2013, p. 9.

3 Ibid., p. 488.

4 Bertrand Russell, Idéaux politiques, présentation et traduction de Normand Baillargeon et Chantal Santerre, Montréal Écosociété, 2016, endos du livre.

5 Maggie Berg et Barbara K. Seeber, The Slow Professor. Challenging the Culture of Speed in the Academy, Toronto, University of Toronto Press, 2016.

6 Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2013 [2010] ; comptes rendus d’Elodie Wahl et de Pascal Décarpes pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/12044.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Bertrand Russell, Écrits sur l’éducation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 23 juin 2019, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35450

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page