Navigation – Plan du site

Stéphane Le Bras, Le négoce des vins en Languedoc. L’emprise du marché, 1900-1970

Thierry Fillaut
Le négoce des vins en Languedoc
Stéphane Le Bras, Le négoce des vins en Languedoc. L'emprise du marché, 1900-1970, Tours, Presses universitaires Francois Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 2019, 504 p., préf.Geneviève Gavignaud-Fontaine, ISBN : 978-2-86906-692-2.
Haut de page

Texte intégral

1Malgré son rôle essentiel d’intermédiaire entre les producteurs et les consommateurs, le négociant en vins fait figure de laissé-pour-compte des travaux multiples qui ont été consacrés à l’économie vitivinicole languedocienne, « acteur de la filière en clair-obscur, toujours présent mais méconnu, incontournable mais décrié » (p. 24). Avec ce livre, Stéphane Le Bras en restitue l’importance et, ce faisant, comble une lacune de l’histoire d’une région (Aude, Hérault et Gard) dont la production représentait en moyenne près de 40 % du vin français entre 1900 et 1970 et qui était la tête de pont de la vente dans le pays des vins de consommation courante, rouges essentiellement. Son but est de comprendre et d’expliquer le déclin de ce groupe socioprofessionnel qui, présenté comme une « aristocratie méridionale » (p. 463) au début du XXe siècle, disparaît progressivement du paysage économique régional après 1945. Capitale du vin, Béziers totalisait en effet plus de 250 maisons de négoce au début des années 1920 ; elle n’en comptait plus qu’une quarantaine en 1960.

  • 1 Stéphane Le Bras, Négoce et négociants en vins dans l’Hérault : pratiques, influences, trajectoires (...)
  • 2 Voir le billet d’actualité, « Prix d’histoire économique AFHE BNP Paribas 2015 », sur le carnet de (...)

2Pour cette version remaniée et prolongée de la thèse d’histoire qu’il a soutenue à Montpellier en 20131 et pour laquelle il a reçu en 2015 le prix d’histoire économique de l’Association française d’histoire économique (AFHÉ) et de BNP Paribas2, Stéphane Le Bras a retenu un plan en trois temps qui permet d’entrevoir immédiatement les grandes évolutions qu’a vécues le négoce des vins languedocien au cours du XXe siècle. La première partie traite de l’ascension de ce négoce méridional à son « âge d’or » (p. 37) des années 1900 à 1920 (chapitres 1 à 4), la deuxième de ses adaptations au tournant de l’entre-deux-guerres (chapitres 5 à 8) et la troisième de son « inexorable effacement » (p. 343), depuis les lendemains de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à 1970 (chapitres 9 à 11). Les thématiques abordées demeurent les mêmes que dans la thèse : « le métier même de négociant », la « dimension sociale d’une catégorie socioprofessionnelle se caractérisant par sa très grande diversité, mais également de fortes lignes de convergence » et « l’inscription des négociants et des produits qu’ils commercialisent sur le marché » (p. 33-34).

3Les négociants « sont, durant le premier tiers du XXe siècle, la pierre angulaire du marché » : ils occupent une « position pivotale » (p. 77) entre les producteurs auxquels ils achètent les vins en grosses quantités et les négociants qu’ils fournissent et qui sont implantés dans les zones de consommation (région parisienne notamment) ; ils participent à l’établissement des cours du vin, ce qui leur garantit une marge. Ceux qui vendent « au forfait », c’est-à-dire à un prix qui comprend à la fois l’achat des vins, leur acheminement, leur entreposage et leur assemblage, jouent ainsi un rôle majeur parce qu’ils « disposent, par leurs capacités financières et entrepreneuriales plus développées que la moyenne, de capitaux et infrastructures nécessaires pour acheter et conserver des quantités importantes de marchandises » (p. 41). Après 1945, la situation est autre : « à Montpellier par exemple, l’ensemble des grandes familles auparavant sur le marché local et régional ont disparu » (p. 404). Le « modèle de capitalisme familial à la française » (chapitre 4), fondé sur des réseaux familiaux et professionnels puissants, un patrimoine foncier important et une notabilité source de prestige (habitat, éducation, rôle politique et social), s’est étiolé.

4Le déclin qui s’amorce dès l’Entre-deux-guerres et s’accélère au cours des Trente Glorieuses traduit les difficultés des maisons de négoce locales à s’adapter, pour des raisons diverses (stratégiques, financières, familiales), aux transformations du marché des vins (concurrence, évolution de la demande) et plus largement à celles des circuits de distribution (révolution du transport, centrales d’achat des magasins à succursales multiples, interventionnisme de l’État…). Pour les vins de consommation courante, la concurrence est âpre du fait entre autres d’une « relation commerciale ambigüe » (p. 259) avec le vignoble algérien implanté au siècle précédent pour pallier les conséquences de la crise phylloxérique et de la multiplication des acteurs hexagonaux et étrangers (Espagne, Italie). L’indépendance du négoce est mise en question par « l’apparition de nouvelles structures de commercialisation dans les années 1920 » (p. 251), telle la Compagnie générale des vins du Midi et d’Algérie, qui regroupe diverses maisons d’alimentation nationales (Félix Potin, Docks lyonnais…). Elle l’est aussi par le développement local des caves coopératives créées à l’initiative des producteurs et par l’essor des enseignes spécialisées (établissements Nicolas, par exemple) et de la grande distribution qui, à partir des années 1960, « accélère[nt] le mouvement de standardisation et d’unification des vins » (p. 358). A cela s’ajoute la volonté de l’État de réguler le marché pour des raisons politiques aussi bien qu’économiques (législation relative à la transformation et à la qualité des vins à la Belle Époque, statut viticole en réponse à la crise des années 1930), parfois de manière rigide comme au temps de la « régulation autoritaire de l’approvisionnement civil » (p. 311) sous le régime de Vichy. Au final, « seules les structures qui ont su se spécialiser (dans certains types de vins ou certains types d’activités) réussissent à durer, voire à prospérer » (p. 476).

5Le lecteur non spécialiste regrettera peut-être que l’ouvrage ne débute pas par un chapitre qui développerait plus en détail la filière viticole et le contexte de la période rapidement présentés en introduction. Ou que certains aspects du marché des vins ne soient pas évoqués ou approfondis (inversion du regard porté sur le vin jugé responsable du « fléau » de l’alcoolisme à partir des années 1950, par exemple). Mais ce ne sont là que des points de détails au regard de la richesse de l’information réunie et de la qualité de la réflexion. L’ouvrage est dense (près de 500 pages) et solidement documenté. Soulignons à ce sujet un point important : la présentation donne pleinement à voir l’ampleur du travail de l’historien, la diversité et la multiplicité des sources recueillies et exploitées (archives publiques et fonds privés, sources écrites, orales et visuelles…), le croisement des approches et analyses (économiques, géographiques, sociologiques). Les illustrations sont variées et bien choisies (une trentaine de photos, une quinzaine de cartes, une vingtaine de graphiques et plus de 60 tableaux) ; l’appareil critique (notes, index) est important et explicite.

  • 3 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

6On ne peut donc que recommander la lecture de ce livre à toutes celles et tous ceux qui souhaitent connaître l’histoire de cette « boisson-totem »3 qu’a été le vin pour les Français du début du XXe siècle aux années 1970. Et plus largement à tous ceux qui s’intéressent à l’économie et à l’entreprenariat languedociens.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Le Bras, Négoce et négociants en vins dans l’Hérault : pratiques, influences, trajectoires (1900-1970), thèse de doctorat d’histoire, Université Montpellier III Paul-Valery, 2013, 3 vol, disponible en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01979491 ; compte rendu de soutenance dans Histoire et sociétés rurales, n° 41, 1er semestre 2014, p. 308-310, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2014-1-page-275.htm?contenu=plan#s1n10.

2 Voir le billet d’actualité, « Prix d’histoire économique AFHE BNP Paribas 2015 », sur le carnet de recherche de l’AFHE : https://afhe.hypotheses.org/8254.

3 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Fillaut, « Stéphane Le Bras, Le négoce des vins en Languedoc. L’emprise du marché, 1900-1970 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 24 juin 2019, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35455

Haut de page

Rédacteur

Thierry Fillaut

Professeur honoraire d’histoire contemporaine, Laboratoire d’études et de recherche en sociologie (Labers – EA 3149), Lorient.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page