Skip to navigation – Site map

Gérard Fussman, Guerre, art et religion en Inde du Nord

Jean-David Richaud
Guerre, art et religion en Inde du Nord
Gérard Fussman, Guerre, art et religion en Inde du Nord, Paris, Collège de France, series: « Leçons de clôture », 2019, 98 p., ISBN : 9782722605022.
Top of page

Full text

1Le petit livre de l’archéologue Gérard Fussman – moins d’une centaine de pages – est l’édition augmentée d’un exercice rituel du Collège de France, la leçon de clôture ; celle-ci marque le départ d’un professeur de l’institution fondée par François Ier. En plus de la leçon de clôture, l’ouvrage comprend un résumé de son avant-dernière année d’enseignement et un très court essai auto-biographique du professeur indianiste.

2La leçon de clôture permet à Gérard Fussman de remercier toutes les personnes qui ont permis sa recherche – moment pour le lecteur de rencontrer tous les acteurs de l’ombre du monde universitaire – et de faire le point sur ce qu’il a fait et ce qui reste à faire. Il rappelle qu’il a consacré sa vie de chercheur à éditer des textes et du matériel archéologique qui doivent permettre à la génération suivante de corriger la vision de l’Inde du Nord laissée par les travaux de l’après-Seconde guerre mondiale. L’ébullition culturelle et religieuse des siècles qui précèdent l’arrivée au pouvoir des Gupta (IIIe siècle après J.-C.) est en effet un phénomène complexe, à mettre en relation notamment avec les violentes conquêtes (achéménides, macédoniennes, kouchanes, etc.) que connaît l’Inde du Nord.

3Le résumé de l’avant-dernière année de cours au Collège de France, intitulé « Bilan de soixante années de recherche sur l’Inde du Nord », trace à grand traits les plus importantes théories sur l’histoire de la région, qui ont succédé aux synthèses héritées de la science coloniale. Ce bilan met en évidence un état actuel de la recherche qui peut apparaître comme frustrant puisque les données archéologiques, linguistiques et historiques permettent d’invalider certaines hypothèses mais ne donnent pas le droit d’en proposer d’autres plus convaincantes. La fin de la civilisation de l’âge du bronze, vers 1900 avant notre ère, était autrefois mise en relation avec l’arrivée des Aryās (Ariens) qui auraient diffusé en Inde une langue indo-européenne. Or, l’archéologie montre aujourd’hui qu’il n’y a pas eu de conquêtes de l’Inde du Nord à la date supposée d’arrivée des Aryās. Certains archéologues nient même l’arrivée d’Indo-européens en Inde, puisque l’on n’en a trouvé aucune trace. Les linguistes, à l’inverse, refusent l’idée que la langue indo-européenne ait pu se propager en Inde du Nord sans un déplacement de populations. De nombreux historiens nationalistes indiens tentent quant à eux de montrer que la civilisation de l’Indus est authentiquement indienne, et ils rejettent l’idée d’une migration des Aryās en Inde. Le sanskrit védique serait alors une langue purement indienne. La reconstitution de l’histoire de l’Inde du Nord se base avant tout sur les textes religieux hindous, comme le Rig-Veda, ou bouddhistes. Gérard Fussman montre néanmoins toutes les questions que ces textes posent aux historiens : la présence de nombreux topos littéraires affaiblit la réalité historique des narrations, la datation de corpus qui se révèlent en réalité plus récents que ce que l’on pensait, ou encore la dimension religieuse des textes. Il insiste sur les difficultés auxquelles les études sur l’Inde du Nord sont confrontées : elles sont aujourd’hui encadrées par les nationalismes indiens et pakistanais, et elles manquent de moyens pour innover.

4Le bref essai autobiographique insiste beaucoup sur les années de formation du savant indianiste. C’est le portrait d’un élève brillant (qui, à ce titre, profite de l’école gratuite qui lui permet d’intégrer successivement le lycée Louis-le-Grand, les classes préparatoires et l’ENS Ulm) mais qui montre aussi un désintérêt amusant pour la hiérarchie ou le formalisme académique. Il étudie pour assouvir son désir enfantin d’être un archéologue, grâce aux sacrifices de parents juifs émigrés qui ont combattu pour la France en 1939 et ont souhaité que leurs enfants soient français. Gérard Fussman remercie et rend hommage aux professeurs qui l’ont poussé durant toute sa vie : l’inspecteur de lettres classiques qui est allé voir son père de pour l’inciter à intégrer Louis le Grand ; Louis Robert qui a accueilli le jeune helléniste et lui a offert une solide formation classique et scientifique ; Daniel Schlumberger qui a permis à Fussman de fouiller en Afghanistan et d’occuper plusieurs postes à la Délégation archéologique française en Afghanistan au début des années 1960.

5Guerre, art et religion en Inde du Nord présente à notre avis les qualités de ses défauts. L’ouvrage se lit rapidement et n’ennuiera pas le lecteur ; il laissera cependant sur sa faim la personne désireuse de tout savoir sur l’histoire de l’Inde du Nord. Le livre permet de saisir le cheminement intellectuel et professionnel d’un professeur qui a atteint l’un des sommets du monde universitaire français ; il laisse une très grande place à des remarques autobiographiques, dont l’auteur dit lui-même qu’elles ne sont pas passionnantes. On voit grandir avec un certain amusement un élève qui devient normalien puis professeur, avec une désinvolture désarmante vis-à-vis des autorités académiques ; on peut s’agacer de sa chance insolente. L’auteur évoquant une civilisation lointaine et exotique (chronologiquement et géographiquement), le lecteur peut en outre avoir du mal à saisir l’accumulation de termes propres aux indianistes. Reste un fait indéniable : c’est le bilan sincère d’un chercheur dévoué à son sujet, qui sait qu’un professeur, même au Collège de France, est partie prenante du monde qui l’entoure et qu’il contribue à le façonner, même modestement. Cette sincérité de l’ouvrage et l’évocation de l’histoire indienne sont une belle invitation à se plonger dans la civilisation de l’Inde du Nord, que ce soit en écoutant les cours de Gérard Fussman au Collège de France ou en lisant les ouvrages que d’autres ont écrit.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-David Richaud, « Gérard Fussman, Guerre, art et religion en Inde du Nord », Lectures [Online], Reviews, 2019, Online since 24 June 2019, connection on 22 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35460

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page