Navigation – Plan du site

Celia Bense Ferreira Alves, Précarité en échange. Enquête sur l'implication au travail

Marlène Benquet
Précarité en échange
Celia Bense Ferreira Alves, Précarité en échange. Enquête sur l'implication au travail, Aux Lieux d'être, coll. « Mondes contemporains », 2006, 243 p., EAN : 9782916063195.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de Celia Bense Ferreira Alves Précarité en échange : enquête sur l'implication au travail, porte sur les types d'engagement au travail des différents individus impliqués dans la production de représentation théâtrale.

2Refusant d'expliquer l'implication au travail comme l'effet mécanique de la pression exercée par le marché sur des salariés anxieux de perdre leur emploi, l'auteur tente, en exhibant les motifs intrinsèques à l'organisation du travail et aux interactions s'y déployant, de répondre à la question : comment maintient-on sa participation au fonctionnement d'une organisation ? Quelles sont les raisons du consentement à la réalisation de tâches prescrites en vue de la satisfaction d'un but commun ? La production et la diffusion de spectacles étant ici définies comme le produit d'une action collective, il s'agit de se demander à quelles conditions cette action est-elle possible de manière pérenne. Or, comprendre pourquoi les individus acceptent de s'engager dans un projet caractérisé par une division et une hiérarchisation des statuts revient à chercher « ce qui permet à des individus d'accepter une relation de domination ». Le choix d'un théâtre comme terrain d'observation des ressorts de l'implication au travail met particulièrement en lumière l'effet des normes de créativité, d'inventivité et d'instabilité sur le sentiment de légitimité et de valorisation personnelle des salariés. L'organisation du travail est ici pensée comme une scène où chacun tente de jouer le meilleur rôle possible pour lui, et « au travers de la description et de l'analyse du travail théâtral, c'est finalement le théâtre du travail que l'on peut aider à appréhender ». La thèse de l'auteur est que la pérennité d'une organisation de production et de diffusion de spectacles comme le théâtre du Cercle repose sur le jeu que les participants entretiennent avec les cadres et sur la possibilité de « maintenir des enjeux secondaires situés en dehors des intérêts de l'organisation » (prestige, valorisation, possibilité d'avancement, relation personnelle avec des célébrités etc.). C'est en analysant les professions comme des rôles sociaux que l'on peut percevoir la logique existante entre la logique de tâches effectuées, les types d'interaction et les ressorts de l'implication qu'elle suscite.

3Le travail empirique sous-tendant la démonstration de cette thèse repose sur une enquête menée durant quatre ans (1999-2004) au sein même du théâtre du Cercle à Paris. Aux titres d'observatrice semi-participante et de bénévole, l'enquêtrice a d'une part, observé et participé au fonctionnement quotidien du théâtre et, d'une part, réalisé des entretiens semi-directifs avec les différents salariés du théâtre. L'enquête s'inscrit dans une approche interactionniste symbolique. L'ouvrage tente de faire dialoguer la description des tâches et des rôles sociaux, ou « étiquettes », associés aux participants et les interactions dans lesquelles ils sont engagés et qui modifient en permanence les « étiquettes » les définissant.

4Mettant en cause la partition traditionnelle au théâtre entre les professions relevant de « l'Artistique », de « la Technique » et de « l'Administratif », l'auteur classe les professions par ordre décroissant des bénéfices tirés de leur participation au fonctionnement du théâtre.

5Placés au sommet de la hiérarchie professionnelle de l'organisation, les cadres soit, le metteur en scène, Alex Meadow, et les deux directeurs administratifs, sont prescripteurs des normes qui orientent l'organisation du travail des autres participants. Loin de pouvoir être réduite à un pouvoir économique, la forme de domination qu'ils imposent se fonde sur une véritable légitimité charismatique. Perçus comme des êtres supérieurs, ils nouent avec les autres salariés une relation définie à la fois en termes professionnels et mystiques et ésotériques. Fondée sur un certain ascétisme exhibé, la reconnaissance du rôle social des cardes leur permet d'exiger des salariés un engagement total, à la fois professionnel et personnel.

6Les acteurs, ressource la plus visible et la plus essentielle à l'activité théâtrale, se divisent en deux groupes : les acteurs de plus de soixante ans, participant régulièrement aux création de Meadow et véritables disciples du metteur en scène, et les acteurs de moins de quarante ans concevant la relation au metteur en scène comme une relation provisoire d'employeur à employé, non caractérisée par la dépendance à un maître ou guide spirituel. Ils sont en quelques sortes des croyants non pratiquants.

7Le personnel de renfort regroupe l'ensemble des individus destinés à faciliter le travail des acteurs sur scène (décorateurs, scénographes, habilleuses, machinistes etc.) parmi lesquels se trouvent des personnels permanents embauchés en CDI et des personnels intermittents embauchés en CDD. Caractérisés par une grande diversité de compétences techniques (ils doivent « toucher à tout ») et de grandes aptitudes relationnelles (s'adapter aux désirs changeants des acteurs et du metteur en scène), leur implication au travail est le produit de la valorisation de leur statut dans la relation de service directe aux « artistes ».

8Le personnel de ligne arrière ou personnel de secrétariat administratif et financier de l'entreprise, se trouve à l'inverse dans une relation de service directe aux cadres de l'organisation, mais aussi à d'autres types de clients (directeur de théâtre du monde entier) conférant à ces prestataires une position socialement avantageuse. Leur rôle social leur donne accès à des pratiques culturelles réservées aux classes les plus aisées (voyages) et une connaissance non seulement professionnelle mais aussi personnelle des cadres de l'entreprise.

9Le personnel de première ligne a en charge le public. Ce travail n'est pas défini comme ayant un impact sur la création artistique et occupe de fait les échelons les plus bas de la hiérarchie des postes. Mais l'espoir de pénétrer un jour le monde de l'art et d'y obtenir une reconnaissance professionnelle (le statut d'intermittent) maintient néanmoins leur implication au travail.

10Le contenu et la place dans la division du travail de chaque profession conditionnant des rétributions matérielles et symboliques hétérogènes rendent compte de la diversité des raisons du maintien de l'implication au travail.

11Si cette étude éclaire les modes de hiérarchisation des professions et les types d'interactions caractéristiques de la production théâtrale, on peut regretter que cette approche interactionniste ne soit pas davantage contextualisée. Il est en effet probable que l'implication au travail ressort aussi d'une part, aux caractéristiques d'un marché de l'emploi souvent contraignant pour les aspirants salariés, et d'autre part, aux parcours sociaux de ces salariés accordant une importance majeure à l'obtention de rétributions symboliques en terme de légitimité culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Benquet, « Celia Bense Ferreira Alves, Précarité en échange. Enquête sur l'implication au travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 08 janvier 2007, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/354

Haut de page

Rédacteur

Marlène Benquet

Marlène Benquet est élève de l'ENS Lettres & Sciences Humaines et prépare une thèse de sociologie sous la direction de Stéphane Beaud.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page