Navigation – Plan du site

Luc Semal, Face à l’effondrement. Militer à l’ombre des catastrophes

Héloïse Thomas
Face à l'effondrement
Luc Semal, Face à l'effondrement. Militer à l'ombre des catastrophes, Paris, PUF, coll. « L'écologie en questions », 2019, 361 p., ISBN : 978-2-13-063484-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Estimant que l’influence de l’activité humaine est désormais capable d’avoir un impact majeur et gl (...)
  • 2 Mot inventé par Pablo Servigne et Raphaël Stevens, la « collapsologie » fait référence à l’étude de (...)

1Ces dernières années ont vu la multiplication de discours catastrophistes nourris d’une sémantique apocalyptique, livrant de sombres diagnostics quant au futur de la planète et de l’espèce humaine. Quand il n’est pas réduit à une fascination pour le désastre, ce catastrophisme écologique est souvent critiqué en ce qu’il alimente une rhétorique dépolitisante et donc potentiellement anti-démocratique, sous couvert de fatalisme. Bien que ces critiques ne soient pas infondées, Luc Semal cherche dans cet ouvrage à repenser la légitimité du catastrophisme, en le situant dans l’histoire des idées politiques depuis les années 1960-1970 jusqu’aux débats actuels sur l’Anthropocène1 et la collapsologie2, et en revalorisant son potentiel démocratique, à travers des exemples variés d’initiatives et de parcours militants. Ce faisant, il s’appuie sur une vaste bibliographie, tant écologiste que philosophique, sociologique et politiste, afin de mettre en lumière les nombreux croisements de la théorie politique verte.

2Les deux premiers chapitres sont axés sur les questions théoriques de la relation entre pensée écologiste et science politique contemporaine. Semal y analyse la montée conjointe de l’écologisme et du catastrophisme à partir des années 1960, puis leur reflux dans les années 1980, sous l’impulsion de l’institutionnalisation des questions environnementales, afin d’interroger les modalités du projet démocratique dans les sociétés modernes lorsque ces dernières se retrouvent confrontées à une crise écologique sans précédent. Ceci permet à l’auteur de valoriser un certain apport du catastrophisme écologique, qui recentre le débat autour de l’impact des inévitables limitations de ressources sur les structures politiques.

3Dès le début, le catastrophisme écologique est présenté comme un phénomène consubstantiel à l’écologie politique sans être pour autant la dernière réitération en date des visions apocalyptiques, religieuses ou sécularisées, qui animent le cours de la pensée humaine. Semal montre que le catastrophisme du vingtième siècle se focalise rapidement sur la prolifération nucléaire. L’irruption dans le champ politique et l’imaginaire collectif d’une arme qui a la possibilité de mettre un terme immédiat à l’ensemble de la vie sur Terre a radicalement modifié la donne : nous vivons dès lors à l’ombre de la catastrophe. Néanmoins, à partir des années 1980, les questions écologiques subissent un phénomène de normalisation (mainstreaming) qui les réduit généralement à des slogans autour de la « croissance verte » et dilue leur caractère d’urgence et leur dimension critique de la modernité néolibérale. Il faut attendre le nouveau millénaire pour qu’à travers diverses mobilisations, qui interrogent notamment la légitimité même de la notion de croissance dans un monde marqué par les changements climatiques, le catastrophisme soit revalorisé, non plus comme un prêche apocalyptique délirant, mais comme la base de la refonte du projet démocratique.

4C’est là tout l’intérêt de l’argumentaire de Semal, qui réhabilite le catastrophisme non comme le simple véhicule d’une dérive autoritariste ou d’une pensée apathique et indifférente face à l’effondrement, mais comme l’idéologie qui serait la plus à même de permettre à la démocratie de se réinventer. L’échéancier à court et à long termes, ainsi que la confrontation inéluctable avec la matérialité de la crise écologique que le catastrophisme impose, nécessitent de repenser les manières dont nous constituons les projets politiques qui sous-tendent les sociétés modernes. L’émergence de la démocratie s’est faite dans un contexte où le projet « de croissance, de progrès et d’abondance » (p. 72) était envisageable car les ressources naturelles nécessaires à cette croissance étaient perçues comme illimitées. À présent, l’enjeu est tout autre : il s’agit de « faire émerger un projet démocratique plus modeste matériellement, plus juste socialement, plus ajusté aux contraintes écologiques du monde physique, et temporellement plus pérenne » (p. 73). L’exemple du pétrole, ressource énergétique par excellence de la société d’abondance, est ici particulièrement parlant : il faudra bien se rendre à l’évidence que le pétrole constitue une ressource limitée et que cette finitude implique qu’il est légitime de poser la question du bon usage de cette ressource (p. 110).

  • 3 Sous la houlette de Rob Hopkins, enseignant en permaculture à l’université de Kinsale, des étudiant (...)

5Pour faire ressortir la complexité d’un tel projet, Semal met en parallèle vie des idées et vie des actions. Il propose des exemples concrets de mobilisations et des portraits de militant·es en prise avec la dimension catastrophique et catastrophiste de la crise écologique actuelle. Ces exemples sont en majeure partie issus de la France, du Royaume-Uni et des États-Unis : sont abordés le mouvement français de la décroissance, amorcé à partir de 2001, et celui des Transition Towns britanniques3 qui a émergé à partir de 2004. Les personnes dont Semal retrace et resitue la trajectoire militante dans l’évolution de l’écologie politique des dernières décennies viennent aussi principalement de France et du Royaume-Uni, même si des militant·es étatsunien·nes sont évoqué·es, à travers les travaux du politiste Doug McAdam par exemple. Ce faisceau restreint d’exemples ne peut certes pas rendre entièrement compte de l’ampleur transnationale des mobilisations écologistes à dimension catastrophiste qui repensent la double question de la crise écologique et du projet politique démocratique, à travers des perspectives féministes ou décoloniales par exemple. Cependant, les exemples choisis par Semal restent pertinents car ils illustrent clairement à la fois l’hétérogénéité et les continuités au sein des mouvements écologistes. Ainsi, le mouvement de la décroissance et les Transition Towns réaffirment tous deux une pensée des limites et de la finitude, mais divergent sur les tactiques employées pour traduire leurs revendications en projet politique. De même, la rencontre entre une génération pionnière qui, en fin de carrière militante, reste sur un sentiment d’échec, et la génération primo-militante qui est convaincue qu’elle sera témoin de la catastrophe, complexifie le paysage militant écologiste actuel.

6L’originalité particulière de cet ouvrage réside dans les deux derniers chapitres, qui enrichissent le panorama de la vie militante écologiste d’une double analyse des émotions et des récits au sein des mobilisations à dimension catastrophistes. La peur, émotion souvent dévalorisée et/ou refoulée car source potentielle de panique et de paralysie devant la catastrophe, est réhabilitée dans ces mouvements. Transformée en peur rationnelle et encadrée par une trajectoire politique, elle devient alors source de lucidité quant à l’ampleur de la catastrophe imminente. Plus généralement, les émotions dites négatives (désespoir, colère, etc.) se retrouvent valorisées car, associées à des « chocs moraux », elles sont un moteur puissant dans le ralliement aux causes collectives. Dans le cadre du catastrophisme écologique, on comprend comment les sentiments d’angoisse ou de frustration devant l’inertie des politiques institutionnelles peuvent engendrer une mobilisation particulièrement dynamique, loin de l’idée de démobilisation souvent accolée au catastrophisme.

7Semal montre alors que si ces émotions génèrent une telle capacité de mobilisation, c’est qu’elles ont été encadrées par des logiques narratives qui pérennisent la croyance dans la rupture écologique et le basculement global en réduisant la dissonance cognitive qui accompagne l’engagement politique écologiste. En effet, tout·e militant·e se retrouve comme pris·e en étau entre d’une part sa conviction de vivre dans une période de rupture et d’autre part un quotidien et un contexte social où rien ne semble tenir compte de l’ampleur ni de l’urgence de cette rupture. Le processus de mise en récit, ou storytelling, articule ainsi le lien entre idéologie et expérience individuelle, et participe donc à la création de sens dans la dynamique de mobilisation. En plus d’apporter une analyse des conditions d’élaboration et de réception de ces récits, alliant ainsi le sociologique au symbolique, Semal croise des récits rétrospectifs et prospectifs sur la résilience de communautés locales, que ce soit à Cuba en 1991 ou Totnes au vingt-et-unième siècle, face à la pénurie énergétique. Il souligne leur rôle crucial dans la création de résonances narratives qui donneront « du corps à l’anticipation catastrophiste » (p. 313).

8Face à l’effondrement n’est donc pas un ouvrage pessimiste. L’analyse que nous livre Semal se veut lucide, à la fois quant aux enjeux matériels que nous impose l’indéniable crise écologique et quant à la complexité des réponses qui ont été et seront formulées. Repenser la démocratie en profondeur, c’est-à-dire en s’extrayant de la rhétorique du progrès et de l’abondance pour tendre vers un horizon post-pétrole et post-croissance, n’est pas une mince affaire et l’incertitude caractérisant cet horizon n’aide en rien. Néanmoins, Semal nous montre bien que les leçons que nous pourrons tirer de l’histoire du catastrophisme écologique seront éclairantes et propres à ressourcer – sans mauvais jeu de mot – notre rapport à la démocratie.

Haut de page

Notes

1 Estimant que l’influence de l’activité humaine est désormais capable d’avoir un impact majeur et global sur la biosphère et la géologie de notre planète, les scientifiques Paul Crutzen et Eugene Stoermer ont proposé en 1995 le terme d’Anthropocène, qui désignerait l’époque géologique suivant l’Holocène. Ce terme fait actuellement l’objet de discussions au sein de la communauté scientifique ; et il s’est popularisé en parallèle dans les disciplines des humanités qui y voient un outil de réflexion sur la nature de l’être humain et son mode de relation au monde moderne.

2 Mot inventé par Pablo Servigne et Raphaël Stevens, la « collapsologie » fait référence à l’étude de l’effondrement des civilisations industrielles modernes et de ce qui pourrait advenir après cet effondrement. Voir Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Comment tout peut s'effondrer. Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes, Paris, Seuil, coll. « Anthropocène », 2015.

3 Sous la houlette de Rob Hopkins, enseignant en permaculture à l’université de Kinsale, des étudiant·es réalisèrent en 2004-2005 un exercice de descente énergétique locale à Kinsale. Hopkins reconduisit le projet l’année suivante à Totnes, ce qui lança l’initiative « Transition Town Totnes ». Le but de ce mouvement social est d’assurer la résilience de la ville, « c’est-à-dire la capacité de la communauté locale à encaisser le choc du pic pétrolier, et donc de la fin de l’énergie abondante et bon marché, sans sombrer dans le chaos » (p. 127).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas, « Luc Semal, Face à l’effondrement. Militer à l’ombre des catastrophes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35538

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Thomas

Ancienne normalienne et agrégée d’anglais, Héloïse Thomas-Cambonie est doctorante à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent sur les représentations de l’histoire et de l’apocalypse dans la littérature contemporaine américaine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page