Navigation – Plan du site

Lorenzo Barrault-Stella, Brigitte Gaïti, Patrick Lehingue (dir.), La Politique désenchantée ? Perspectives sociologiques autour des travaux de Daniel Gaxie

Maud Navarre
La politique désenchantée ?
Lorenzo Barrault-Stella, Brigitte Gaïti, Patrick Lehingue (dir.), La politique désenchantée ? Perspectives sociologiques autour des travaux de Daniel Gaxie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2019, 372 p., ISBN : 978-2-7535-7608-7.
Haut de page

Texte intégral

1En 2015, le célèbre politiste Daniel Gaxie a pris sa retraite et l’université Paris 1 a organisé un colloque en son hommage. Cet ouvrage collectif en reprend quatorze contributions actualisées, qui essaient chacune de montrer en quoi les travaux du politiste permettent de comprendre les problèmes actuels de la démocratie. L’ensemble est cadré par une introduction et une postface qui mentionnent ses principaux apports, et le livre se divise en quatre parties : l’élite et le champ politique, la politisation des profanes, l’engagement et l’action collective, l’État et l’action publique.

  • 1 Voir Gaxie Daniel, « Le cens caché », in Réseaux, vol. 5, n°22, 1987, p. 29-51.

2Dans les années 1970 et 1980, les travaux de Daniel Gaxie ont pointé les logiques implicites de régulation de la démocratie représentative avec un regard critique et désenchanté. Et si le désenchantement politique s’est progressivement généralisé dans la société, l’introduction rappelle l’originalité de l’approche de Daniel Gaxie en son temps. Il a mis au jour les inégalités face à la compétence politique, les rétributions d’un militantisme a priori gratuit, ou encore le cens caché1 qui restreint à une élite sociale l’intérêt pour la politique. Mais sa démarche a également pour spécificité d’avoir fait sortir la science politique de ses frontières disciplinaires en l’orientant vers la sociologie. Il a essayé d’articuler les analyses de la domination de Max Weber avec celles de Pierre Bourdieu et fut de ceux qui ont contribué à importer en France des travaux américains comme la théorie du passager clandestin d’Olson. Aussi, les travaux de Daniel Gaxie ont abordé de nombreux domaines du politique, comme le recrutement et les conditions d’exercice du métier, la représentation politique, les usages du droit, l’engagement collectif, la politisation des profanes, ou encore l’action publique et les luttes d’institution. De plus, son parcours présente plusieurs singularités : la volonté d’articuler de grandes questions théoriques et l’empirie, le cumul des travaux de recherche et le souci de réinterroger ceux réalisés par d’autres, de même qu’un goût pour le travail d’équipe.

3Parmi les contributeurs, Patrick Lehingue réinvestit le phénomène de clôture du champ politique mis en avant dans les années 1970 par Daniel Gaxie, pour qui ce champ recrute surtout des dominants. Aux yeux de Patrick Lehingue, il apparaît alors que les classes dominantes ont renforcé leur surreprésentation en politique, parallèlement à trois changements notables depuis les analyses de Daniel Gaxie. D’abord, la sous-représentation des classes populaires s’est accentuée avec la diminution des élus communistes – souvent originaires de ce vivier – et le recrutement de plus en plus prégnant des partis de gauche dans les élites intellectuelles. Ensuite, le clivage entre la classe bourgeoise plutôt à droite et l’élite intellectuelle plutôt à gauche est devenu moins net. Enfin, les professionnels de la politique, qui n’ont toujours vécu que par et pour la politique, sont de plus en plus nombreux parmi les représentants, notamment à cause de l’inflation des entourages politiques depuis les années 1970 – avec la création du statut de collaborateur et la multiplication des cabinets de conseil entre autres. Ces trois changements renforcent la clôture du champ politique, et Patrick Lehingue souligne que les élections législatives de 2017 n’y changent rien : certes, elles ont fortement renouvelé les députés, dont un quart seulement des sortants a été reconduit, mais elles n’ont pas permis que tous les groupes sociaux soient mieux représentés, en particulier les classes populaires, puisqu’aucun ouvrier ne figure parmi les députés élus en 2017, et on compte seulement 4,5 % d’employés.

4C’est aussi cette logique de sursélection sociale des représentants politiques que pointent Delphine Dulong, Frédérique Matonti et Sandrine Lévèque en étudiant la féminisation du champ politique. Alors que l’objectif affiché par les lois sur la parité était de diversifier le personnel politique pour permettre une meilleure représentativité, les femmes élues appartiennent elles aussi à l’élite sociale. De plus, phénomène inattendu, les mesures paritaires valorisent de nouvelles ressources en politique, comme les capitaux corporels identitaires : le genre, l’orientation sexuelle, ou encore l’origine ethnique.

5Pour sa part, Éric Darras démontre empiriquement l’une des propositions de Daniel Gaxie : la subordination du champ journalistique au champ politique. Plus précisément, il cherche à expliquer la forte présence de Marine Le Pen dans les médias. D’une part, ce phénomène relève à ses yeux moins de la volonté des journalistes que des logiques commerciales qui animent les médias : les interviews de la dirigeante du Rassemblement national soulèvent souvent des polémiques, et le débat est animé, ce qui génère de l’audimat. D’autre part, le Rassemblement national a été reconnu comme interlocuteur par la plupart des dirigeants politiques. Il suffit par exemple de se rappeler que Jacques Chirac avait refusé en 2001 de débattre avec son challenger d’extrême droite Jean-Marie Le Pen avant le second tour des élections présidentielles, alors qu’Emmanuel Macron a accepté en 2017. Ainsi, ce ne seraient pas tant des logiques journalistiques qu’économiques et politiques qui expliquent la forte médiatisation de Marine Le Pen.

6Plus surprenant, Erik Neveu propose d’étudier ce qu’il qualifie de crétinisme politique, désignant la faible prise en compte par le personnel politique des demandes des électeurs. Selon lui, ce phénomène se développerait à cause de trois facteurs : une clôture croissante du champ politique, un présentéisme politique sans recul sur les actions à accomplir, et une nouvelle configuration d’interdépendance notamment due aux contraintes qu’imposent au champ politique national des organisations internationales telles que l’Union européenne ou les organisations mondiales. Selon Erik Neveu, ces facteurs entretiennent un décalage entre le personnel politique et les électeurs, de même que l’impuissance des élus face aux problèmes publics.

7Dans un autre registre, Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen reviennent sur les biais des enquêtes d’opinion. Pourquoi certains sondages sont-ils erronés ? En analysant les dispositifs d’enquête électorale qu’ils ont mis en place depuis quinze ans, ils montrent l’existence de trois types de biais inhérents à toute enquête. Premièrement, des biais de sélection : une partie de la population enquêtée peut être exclue en raison des conditions d’enquête. Par exemple, la réalisation de sondages entre dix-huit et vingt heures et la sélection des contacts dans un annuaire téléphonique excluent de facto les jeunes adultes qui travaillent tard et/ou ne possèdent pas de ligne fixe. Deuxièmement, des biais d’auto-sélection : certains enquêtés, souvent les moins diplômés, ne s’estiment pas légitimes à répondre. Troisièmement, des biais de déclaration : la manière de poser les questions peut prêter à confusion. De ce fait, ceux qui donnent leur opinion sont ceux qui occupent les positions les plus élevées au sein des groupes sociaux. Pour être plus représentatifs, les sondages d’opinion devraient par conséquent prendre davantage en compte le niveau d’études, ou encore l’ancienne profession des retraités, souvent surreprésentés dans ces enquêtes. Or les instituts de sondage privés sont tant soumis à l’urgence des commandes et aux logiques de rentabilité économique qu’ils ne peuvent pas toujours se permettre ces précautions.

8L’ouvrage comprend d’autres contributions stimulantes, telles que celle de Rémi Lefebvre et Frédéric Sawicki sur le désengagement des enseignants. Selon eux, la moindre implication de ces acteurs en politique s’expliquerait par la perte de prestige social du métier et le recrutement de plus en plus élitiste des partis – notamment socialiste – qui puisaient jadis dans ce vivier de militants. Brigitte Gaïti, quant à elle, analyse l’impuissance des ministres aujourd’hui confrontés à la technocratisation croissante du politique et à l’accélération du calendrier. Il en ressort que la réduction du mandat présidentiel de sept à cinq ans les conduit à déléguer la confection de leurs programmes et des actions à mener à des spécialistes – hauts fonctionnaires, experts internationaux, think thanks.

9Dans la postface, enfin, Daniel Gaxie revient sur son cheminement et invite à « réenchanter la réception de la sociologie désenchantée ». Il propose aux chercheurs de s’engager sur le chemin des recommandations et de s’intéresser aux visions profanes et critiques du politique pour voir si elles sont scientifiquement justifiées ou non. Un programme d’étude ambitieux dont pourra se saisir la nouvelle génération qui poursuivra sa démarche.

10De cet ouvrage, on retiendra néanmoins que les contributions ne permettent pas toutes en soi de saisir en quoi les recherches de Daniel Gaxie éclairent les questions politiques d’aujourd’hui. Notamment, les textes ne prennent pas assez le temps d’expliquer la pensée du politiste avant de déployer des analyses plus récentes. En ceci, il faut être un connaisseur des recherches et de la pensée de Daniel Gaxie – ou être un lecteur un tant soit peu averti – pour saisir pleinement l’intérêt du livre. Ce dernier gagnerait en clarté s’il faisait preuve d’un peu plus de pédagogie vis-à-vis du public non spécialiste de Daniel Gaxie ; même si l’ouvrage n’en est pas moins intéressant, proposant d’analyser des problèmes politiques contemporains comme le sentiment de rupture entre l’élite dirigeante et les électeurs, les biais des sondages d’opinion, l’impuissance des ministres, ou encore le rôle des groupes d’influence dans la vie politique française.

Haut de page

Notes

1 Voir Gaxie Daniel, « Le cens caché », in Réseaux, vol. 5, n°22, 1987, p. 29-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Lorenzo Barrault-Stella, Brigitte Gaïti, Patrick Lehingue (dir.), La Politique désenchantée ? Perspectives sociologiques autour des travaux de Daniel Gaxie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 27 juin 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35543

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page