Navegación – Mapa del sitio

Gaspard Blanquis et Gustave Kenedi (dir.), « À qui profite la mondialisation ? », Regards croisés sur l’économie, n° 21, 2017

Folahin Roméo Hospice Adekambi, Issaka Ousseini Mounkaila, Moussa Soule y Abdoul Raouf Salissou Labo
À qui profite la mondialisation ?
Gaspard Bianquis, Gustave Kenedi (dir.), « À qui profite la mondialisation ? », Regard croisés sur l'économie, n° 21, juillet 2017, 157 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782707199591.
Inicio de página

Texto completo

1En partant de la question « à qui profite la mondialisation ? », ce numéro de la revue Regards croisés sur l’économie brosse à grands traits les caractéristiques actuelles de la mondialisation à travers le prisme du commerce international. En effet, le vote des Britanniques en juin 2016 pour sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne, puis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir aux États-Unis en janvier 2017 font craindre un retour généralisé des pratiques protectionnistes dans le commerce international. L’objectif de ce numéro est d’analyser les caractéristiques principales du commerce international actuel, les conséquences de tous ordres qu’il engendre, et l’architecture institutionnelle à laquelle il est adossé.

2Avec le souci constant de passer au crible de la méthode des sciences sociales un certain nombre d’idées préconçues, les différents auteurs exposent les implications et les défis économiques, socio-politiques et écologiques du commerce international, tout en s’efforçant de faire des comparaisons historiques afin d’étayer leur argumentation.

  • 1 La théorie des avantages comparatifs a été développée en 1817 par David Ricardo en prenant pour mod (...)
  • 2 Apparu dans la première moitié du XXe siècle, le modèle Heckscher-Ohlin-Samuelson (HOS), préconise (...)
  • 3 La nouvelle théorie économique, contrairement aux théories précédentes, prend en compte l’hypothèse (...)
  • 4 Approche contemporaine du commerce international par excellence, le modèle Mirage vise à prédire l’ (...)

3Dans une première partie, les auteurs se demandent si nous sommes entrés dans une nouvelle ère de la mondialisation. Tout d’abord, Stéphane Becuwe et Bertrand Blancheton dressent un état des lieux du commerce international, qui en retrace les grandes séquences historiques depuis la première phase de la mondialisation, à la fin du XIXe siècle. Cette chronologie fait apparaitre une succession de périodes d’ouverture et de fermeture relative. Le phénomène à l’œuvre à l’époque actuelle se caractérise par une « consolidation » de la mondialisation plutôt que par son repli. Si la mondialisation connaît un tel essor, c’est aussi à travers la mise en pratique d’un ensemble de théories libre-échangistes. Ces dernières ont engendré un abaissement significatif des coûts de transport de marchandises et des barrières tarifaires ou non tarifaires ; autant d’éléments qui ont permis aux firmes multinationales d’optimiser leur production, et aux consommateurs d’avoir accès à des biens et services à bas coût. Cette situation est étudiée d’une part dans la contribution d’Edouard Mien et Amory Gethin, et d’autre part dans celle de Vincent Ricard. Les deux premiers auteurs procèdent à une analyse comparée des théories et modèles économiques autour desquels se structure le commerce international – théories des avantages comparatifs1, modèle « Hecksher-Ohlin-Samuelson »2, nouvelle théorie économique3, modèle Mirage : Modelling International Relationships in Applied General Equilibrium4 – en dégageant leurs atouts, leurs faiblesses et leurs points de convergence. Pour sa part, Vincent Ricard traite spécifiquement du cas de la théorie ricardienne des avantages comparatifs, en exposant les adaptations dont elle a fait l’objet au fil des décennies et les facteurs qui expliquent sa pertinence dans le commerce international d’aujourd’hui.

4En faisant un lien entre évolution des chaines de valeur mondiales, ralentissement du commerce international et protectionnisme, Sébastien Miroudot et Jean Marc Siroen démontrent, chacun à sa manière, que contrairement aux idées reçues, la crise de 2008 n’a pas stoppé la mondialisation. Pour Sébastien Miroudot, le phénomène de réimplantation des chaines de valeur au niveau national s’explique avant tout par l’émergence des technologies disruptives (imprimantes 3D, intelligence artificielle, objets connectés) dans l’économie digitale, ce qui a pour effet de relativiser d’un point de vue technique la pertinence d’une fragmentation mondiale des chaines de valeur qui y sont associées. De même, à rebours des tentations et des discours protectionnistes, Jean-Marc Siroen soutient que le protectionnisme, en tant que mesure qui vise à imposer des barrières tarifaires et non tarifaires aux produits importés, n’est pas inévitable du fait notamment que les grandes puissances les plus à même d’y recourir n’ont pas intérêt pour le moment à en trop user, eu égard à leur interdépendance économique.

5Dans la seconde partie, les auteurs passent en revue les implications du libre-échange et, plus globalement, de la mondialisation, sur les plans économique, politique, environnemental et social et dans les débats académiques afférents. Cette partie, qui s’ouvre par un entretien avec François Bourguignon, ancien chef économiste de la Banque mondiale, offre au lecteur une vue d’ensemble des effets positifs et négatifs induits par la mondialisation. François Bourguignon dresse un bilan des gagnants et des perdants de cette dernière en évoquant successivement le changement de structure du commerce international (rôle prépondérant de l’Asie et particulièrement de la Chine, au détriment de l’Europe et des États-Unis) lors de ces trente dernières années et les conséquences de cet état de fait pour les pays occidentaux (destruction d’emplois, hausse des inégalités, tendance à la compression des salaires, précarisation des emplois).

6Toujours dans le domaine des effets pervers de la mondialisation, mais cette fois-ci sous l’angle des controverses économiques, Cédric Durand fait le tour des approches théoriques critiques sur le libre-échange. Ayant pour matrice idéologique le marxisme, ces approches pointent entre autres les inégalités sociales (du fait notamment de l’expansion prédatrice du capitalisme financier), l’instrumentalisation de la mondialisation à des fins hégémoniques par certaines puissances, notamment les États-Unis, et les externalités produites par les activités économiques sur l’environnement et le développement durable. Sur l’aspect environnemental, Lisa Roland démontre à travers la notion de « développement durable » la compatibilité entre commerce international et protection de l’environnement, alors même que certains sonnent l’alarme sur le caractère dévastateur de l’accroissement continu du commerce international sur l’écosystème (émissions de gaz à effets de serre, pollution…). Céline Bonneau décline dans une perspective historique les différentes formes qu’a pris le commerce équitable, une des voies alternatives menant au développement durable. Elle conclut à la nécessité de prendre en compte le critère de justice dans les relations entre consommateurs et producteurs dans un monde marqué par des contrastes sociaux induits par le commerce conventionnel. L’article d’Anne-Catherine Wagner sur les « hyper-riches » clôt cette seconde partie. Selon elle, s’il est incontestable que la mondialisation a engendré une classe d’hyper-riches au niveau mondial, unie autour des idéaux capitalistes (libre-échange, propriété privée…) et d’un certain style de vie, le point de vue selon lequel cette classe souhaiterait s’ériger en « gouvernement mondial » est discutable. En effet, la plupart des grandes multinationales occidentales sont dirigées au sommet par des nationaux qui, quel que puisse être leur dessein au niveau mondial, restent toujours guidés prioritairement par les intérêts de la communauté dont ils sont issus.

  • 5 Le Ceta, Comprehensive Economic and Trade Agreement, est l’accord commercial de libre-échange entre (...)
  • 6 Le Tafta, Trans-Atlantic Free Trade Agreement, désigne le traité de libre-échange transatlantique q (...)

7Dans la dernière partie, les auteurs mettent l’accent sur les stratégies et les ressources des États en vue de réguler efficacement le commerce international. L’entretien avec Marie-Ange Moreau, spécialiste en droit privé, constitue une bonne entrée en matière. Dans cet entretien, elle insiste sur la nécessité pour les États de remédier aux fractures sociales et à la fragmentation du droit international relatif au commerce international par la mise en place de politiques publiques qui visent à corriger ces fractures : flexisécurité (mélange harmonieux de la flexibilité du travail et de la sécurité), uniformisation des normes régissant le travail au niveau national et international…. À propos de la convergence des normes, justement, Samuel Delpech montre que l’une des caractéristiques des accords de libre-échange de dernière génération (Ceta5, Tafta6) est de contenir des clauses de convergence réglementaires portant sur des normes sanitaires, environnementales et sociales.

8En dehors des États, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’arbitrage international concourent aussi à leur manière à réguler le commerce international. Lahsen Abdelmalki et René Sandretto s’interrogent sur les marges de manœuvre de l’OMC relativement au rôle qui lui est dévolu (suivi des politiques commerciales des États et conduite des négociations multilatérales sur le commerce) et sur sa pérennité même en tant qu’organisation, dans un contexte d’effritement du cadre multilatéral au bénéfice d’accords bilatéraux en matière de commerce international. Thomas Clay se penche sur le rôle de l’arbitre international, acteur nommé librement par les parties d’un contrat, dans le cadre d’une convention d’arbitrage ou d’une clause compromissoire, qui est chargé de trancher les différends en matière de commerce et d’investissement international. Du fait de son statut apolitique et neutre, Thomas Clay estime qu’il est devenu le garant d’une certaine éthique et d’un certain sens de l’intérêt général, contrebalançant ainsi les forces déchainées du marché. En effet, on aurait tort de croire que le penchant plutôt libéral de l’arbitre (du point de vue du droit) entrerait fatalement en collusion avec l’ultralibéralisme du marché, concourant ainsi à l’hégémonie de ce dernier.

9S’étant donné pour objectif de décrire les contours actuels de la mondialisation libérale en prenant pour fil conducteur le commerce international, les différents auteurs ont brillamment réussi leur pari, eu égard à la clarté et au caractère synthétique de ce dossier. Néanmoins, il nous semble que ce numéro aurait gagné à approfondir un peu plus certaines thématiques complexes, telles que les théories et modèles économiques sur le commerce international, le rôle grandissant des marchés financiers et leur rapport avec le commerce international, ou encore le processus de fragmentation des chaines de valeur.

Inicio de página

Notas

1 La théorie des avantages comparatifs a été développée en 1817 par David Ricardo en prenant pour modèle empirique le commerce du vin et de draps entre le Portugal et l’Angleterre. Elle postule que chaque pays se spécialise entièrement dans la production des biens pour lesquels il est le plus efficace.

2 Apparu dans la première moitié du XXe siècle, le modèle Heckscher-Ohlin-Samuelson (HOS), préconise que le pays disposant du plus fort ratio capitaltravail se spécialise dans la production du bien nécessitant le plus intensément de capital.

3 La nouvelle théorie économique, contrairement aux théories précédentes, prend en compte l’hypothèse des marchés imparfaits et l’importance du commerce intra-branche. Elle est illustrée par les économies d’échelle (obtention de gains de productivité dus à la décroissance du coût moyen de production d’un bien corrélativement au nombre d’unités produites, en supposant l’existence de coûts fixes) et la préférence pour la diversité (plus grande marge de manœuvre en termes de choix pour les consommateurs grâce au libre-échange entre pays produisant une variété de biens).

4 Approche contemporaine du commerce international par excellence, le modèle Mirage vise à prédire l’évolution de celui-ci, à éclairer les politiques commerciales par la prise en compte des variables comme la différenciation des produits sur la base de leurs caractéristiques et de leur qualité, l’importance des investissements directs étrangers, etc.

5 Le Ceta, Comprehensive Economic and Trade Agreement, est l’accord commercial de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, signé le 30 octobre 2016. Son application provisoire, qui concerne plus de 90 % des dispositions, est intervenue le 21 septembre 2017.

6 Le Tafta, Trans-Atlantic Free Trade Agreement, désigne le traité de libre-échange transatlantique qui devrait unir l’Union européenne et les États-Unis, et dont les négociations sont actuellement dans l’impasse du fait de désaccords persistants entre les deux parties sur des clauses essentielles du traité.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Folahin Roméo Hospice Adekambi, Issaka Ousseini Mounkaila, Moussa Soule y Abdoul Raouf Salissou Labo, « Gaspard Blanquis et Gustave Kenedi (dir.), « À qui profite la mondialisation ? », Regards croisés sur l’économie, n° 21, 2017 », Lectures [En línea], Reseñas, 2019, Publicado el 28 junio 2019, consultado el 20 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35562

Inicio de página

Redactores

Folahin Roméo Hospice Adekambi

Étudiant en master 2 recherche, option sociologie à la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université Abdou Moumouni de Niamey.

Issaka Ousseini Mounkaila

Titulaire d’un master 2 en relations Internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (faculté des sciences juridiques et politiques).

Moussa Soule

Titulaire d’un master 2 en relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (faculté des sciences juridiques et politiques).

Abdoul Raouf Salissou Labo

Titulaire d’un master 2 en relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix de l’Université Abdou Moumouni de Niamey (faculté des sciences juridiques et politiques).

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página