Navigation – Plan du site

Bernard Bruneteau, Génocides. Usages et mésusages d’un concept

Nicolas Lepoutre
Génocides
Bernard Bruneteau, Génocides. Usages et mésusages d'un concept, Paris, CNRS, 2019, 221 p., ISBN : 978-2-271-09172-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les différents programmes sont tous consultables sur le site « Éduscol » du ministère de l’Éducatio (...)
  • 2 Tribunaux populaires mis en place après le génocide des Tutsi au Rwanda pour juger les centaines de (...)
  • 3 Mis en place en 1993 et dissous en 2017, le TPIY avait pour fonction de « juger les personnes présu (...)

1Les nouveaux programmes scolaires de lycée, qui doivent entrer en application à la rentrée 2019 pour les classes de Première et en 2020 pour celles de Terminale, semblent consacrer une place plus importante qu’auparavant à la question des génocides1. En effet, tous les futurs bacheliers des voies générale et technologique (et aussi, dans une moindre mesure, ceux de la voie professionnelle) continueront à étudier de manière factuelle le génocide des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale et celui des Juifs et Tziganes pendant la Seconde. Celles et ceux choisissant la nouvelle spécialité intitulée « histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques » auront l’opportunité de s’intéresser en plus aux relations entre histoire, mémoire et justice à travers une étude des tribunaux gacaca au Rwanda2, du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY)3 mais aussi de la mémoire du génocide des Juifs et des Tziganes dans la littérature et le cinéma.

  • 4 Respectivement par la loi n° 90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisé (...)
  • 5 Les Khmers rouges sont un mouvement communiste arrivé au pouvoir par la force au Cambodge en 1975. (...)

2Ces quatre génocides font actuellement consensus en France, tant dans le milieu académique que dans la société civile ; deux d’entre eux (celui des Juifs et Tziganes et celui des Arméniens) sont également reconnus juridiquement4. Le terme « génocide » est toutefois employé dans la sphère publique de façon beaucoup plus large et l’ouvrage du politiste Bernard Bruneteau s’attelle précisément à expliquer les différentes revendications mémorielles en ce domaine et à en examiner la validité, comme l’indique le sous-titre du livre. Dans une première partie, il propose un récit de l’inscription du crime de génocide dans le droit international. Bien qu’il apparaisse officiellement dans la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948, sur l’instigation du juriste polonais Raphael Lemkin, c’est seulement à la fin des années 1990 qu’un premier verdict est prononcé pour faits de génocide. Les lacunes de la Convention de 1948, qui exclut les groupes sociaux et politiques de son champ d’application, l’absence d’un tribunal pénal international permanent compétent en la matière et la guerre froide, au cours de laquelle chacune des superpuissances commet d’importantes atteintes aux droits de l’homme, expliquent selon l’auteur cette « mise en sommeil de cinq décennies » (p. 19). Dans le contexte post-guerre froide, l’opinion publique internationale apparaît beaucoup plus sensible aux crimes de masse et un relatif consensus politique permet donc la création de la Cour pénale internationale en 1998, en parallèle des tribunaux ad hoc créés pour les massacres commis en ex-Yougoslavie et au Rwanda. Après avoir analysé et critiqué la médiatisation croissante des cas de génocide supposé en Afrique (notamment au Darfour), Bernard Bruneteau se félicite de la reconnaissance juridique du génocide commis par les Khmers rouges au Cambodge5.

3Après cette partie chronologique, l’auteur s’intéresse à la façon dont les États instrumentalisent la qualification de génocide dans leurs relations internationales. Analysant le cas des massacres commis par les Japonais dans la ville de Nankin en 1937, Bernard Bruneteau montre que la Chine choisit dans l’après-guerre de passer sous silence un événement qu’elle considère comme humiliant, à une époque où son ennemi prioritaire est les États-Unis. La dénonciation du « génocide » de Nankin ne prend une ampleur massive que dans les années 2000 pour servir d’argument symbolique dans la lutte avec le Japon pour la domination régionale. La troisième partie est consacrée à différents groupes sociaux qui se revendiquent comme victimes de génocide. C’est le cas par exemple des Kurdes irakiens qui estiment avoir été la cible d’un génocide commis par les troupes de Saddam Hussein en 1988 et s’appuient sur ce crime pour obtenir le soutien des États-Unis et légitimer leurs demandes de plus grande autonomie, voire d’indépendance.

  • 6 Soutien avéré du régime rwandais avant la guerre, la France est accusée entre autres d’avoir contin (...)
  • 7 8 000 hommes et adolescents bosniaques sont massacrés dans la ville de Srebrenica en juillet 1995 p (...)

4L’écriture est relativement claire et aisée à suivre mais l’auteur recourt fréquemment à l’ironie et à des termes dépréciatifs (« idiot utile », « croisée », « triste plumitif », etc.). Plus problématique, il tend à adopter des positions péremptoires dans des débats pourtant complexes, comme sur le rôle joué par la France au Rwanda à l’été 19946. Le ton parfois plus militant que scientifique dessert l’ouvrage, qui se veut pourtant justement une réaction à la politisation de la notion de génocide. La dernière phrase du chapitre sur le « génocide » des Kurdes est à ce titre particulièrement éclairante : Bernard Bruneteau s’y félicite explicitement du soutien obtenu par la cause kurde grâce à son instrumentalisation de la notion de génocide, au prix pourtant de la vérité historique sur les événements de 1988. Par ailleurs, le livre souffre à notre avis d’un problème de structure : la division en trois parties et leur organisation n’apparaissent guère pertinentes. La première entend montrer comment la notion de génocide est inscrite dans le droit international pénal mais n’aborde ni l’exemple de l’ex-Yougoslavie ni celui du Rwanda. Le cas complexe de Srebrenica, « massacre génocidaire » relativement isolé7, aurait pourtant pu fournir un matériau pertinent pour une réflexion juridique. La distinction entre l’instrumentalisation du concept de génocide par les États et celle opérée par des groupes sociaux ne permet pas quant à elle de mettre en lumière deux situations radicalement différentes ; au contraire, les exemples de chaque type frappent plutôt par leurs similarités. Enfin, la question de la concurrence victimaire, censée être un point saillant de la troisième partie, n’est guère abordée.

5L’ouvrage de Bernard Bruneteau n’est pas dénué de qualités : les faits sont exposés clairement et précisément pour la dizaine d’études de cas proposée, alors même que ces dernières couvrent un champ géographique et chronologique très large. La présentation des mécanismes de revendication mémorielle pour chaque génocide est souvent éclairante, en dépit des réserves précédemment évoquées. Enfin, de pertinentes pistes de réflexion transversales sont esquissées au fur et à mesure de l’ouvrage, qu’il s’agisse des lacunes de la Convention de 1948, de la construction de mémoriaux en Chine, en Ukraine ou au Rwanda sur le modèle de celui de Yad Vashem à Jérusalem, ou du rôle des historiens dans les procédures judiciaires ; il aurait sans doute été fécond de les développer davantage.

Haut de page

Notes

1 Les différents programmes sont tous consultables sur le site « Éduscol » du ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse (https://eduscol.education.fr/pid26017/programmes-du-lycee.html). Les nouveaux programmes de Terminale sont actuellement soumis à consultation et ne sont donc pas encore définitifs.

2 Tribunaux populaires mis en place après le génocide des Tutsi au Rwanda pour juger les centaines de milliers de personnes accusées d’y avoir participé.

3 Mis en place en 1993 et dissous en 2017, le TPIY avait pour fonction de « juger les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l’ex-Yougoslavie » après 1991 (article premier de son statut).

4 Respectivement par la loi n° 90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, dite « loi Gayssot », et par la loi n° 2001-70 du 29 janvier 2001 relative à la reconnaissance du génocide arménien de 1915.

5 Les Khmers rouges sont un mouvement communiste arrivé au pouvoir par la force au Cambodge en 1975. Ayant pour objectif de réformer radicalement le pays, ils mettent en place un régime très autoritaire et provoquent la mort d’environ 20 à 25 % de la population en quatre ans. Le régime est renversé par le Vietnam en 1979 et quelques hauts dirigeants de l’époque sont condamnés pour crimes contre l’humanité et génocide (contre les minorités cham et vietnamienne) dans les années 2010.

6 Soutien avéré du régime rwandais avant la guerre, la France est accusée entre autres d’avoir continué à livrer des armes à l’armée rwandaise pendant le génocide, d’être restée passive alors que ses soldats étaient déployés sur place précisément pour arrêter les massacres et d’avoir aidé une partie des génocidaires à fuir le pays. Ces accusations ont refait surface ces derniers mois, notamment avec le témoignage de plusieurs soldats présents dans le pays à l’époque. Sans préjuger de la véracité de ces accusations, que les anciens hauts responsables militaires et politiques français récusent fortement, la façon dont Bernard Bruneteau les écarte semble un peu rapide.

7 8 000 hommes et adolescents bosniaques sont massacrés dans la ville de Srebrenica en juillet 1995 par les forces serbes de Bosnie : seul ce massacre précis de la guerre en ex-Yougoslavie a donné lieu à deux condamnations pour génocide par la Cour pénale internationale (contrairement au génocide des Tutsi au Rwanda, par exemple, pour lequel tous les massacres isolés sont considérés comme faisant partie d’une même politique génocidaire).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Bernard Bruneteau, Génocides. Usages et mésusages d’un concept », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 29 juin 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35613

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page