Navigation – Plan du site

Camille Herlin-Giret, Rester riche. Enquête sur les gestionnaires de fortune et leurs clients

Patrick Cotelette
Rester riche
Camille Herlin-Giret, Rester riche. Enquête sur les gestionnaires de fortune et leurs clients, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2019, 196 p., ISBN : 9782356876423.
Haut de page

Texte intégral

1Si vous cherchez dans cet ouvrage des conseils pour optimiser le rendement de vos placements financiers en arbitrant entre obligations d’État et produits dérivés sur les cours du pétrole, passez votre chemin. Rester riche, de Camille Herlin-Giret, est bien autre et bien plus que cela. Dans cet ouvrage, l’auteure reprend et condense sa thèse de doctorat soutenue en 2016, Les mondes de la richesse. Travailler et faire travailler le capital1. Ce titre rend mieux compte de la diversité des apports du travail de Camille Herlin-Giret sur les ménages possédant un fort niveau de patrimoine et les conseillers en gestion de patrimoine qui les entourent et les encadrent. L’ouvrage repose sur un véritable geste sociologique, tant dans l’intention et la méthode que sur le fond. 

  • 2 Pour la sociologie française Dans le cadre anglo-saxon, voir Brooke Harington, Capital without bord (...)

2Tout d’abord, avec Rester riche, et contrairement à ce qu’annonce implicitement le titre, l’auteure entend dépasser les préconceptions sur ce que seraient les « riches ». Plutôt que de les considérer comme faisant partie d’un groupe « naturel » qui chercherait à « persister dans son être », elle vise à montrer les différents processus par lesquels les individus deviennent et sont « riches », individuellement et collectivement. À cette fin, elle mobilise l’ensemble des piliers de la tradition sociologique en s’interrogeant tant sur les caractéristiques sociales de ceux qui possèdent un fort niveau de patrimoine, métrique extérieure de richesse, que sur leur manière de percevoir leur patrimoine et d’agir avec (en tenant compte des écarts entre les énonciations subjectives et les comportement objectifs) et sur les interactions et la division du travail de gestion du patrimoine dans lesquels ils sont pris. C’est ce dernier point qui est l’apport le plus original de l’ouvrage2 puisque Camille Herlin-Giret y détaille des « mondes », au sens beckerien du terme, dans lesquels de nombreux acteurs se mobilisent et se coordonnent plus ou moins pour assurer et garantir le statut de « riches » à ceux qui possèdent du patrimoine.

3Afin de mener cette exploration, Camille Herlin-Giret multiplie les dispositifs d’enquête sans perdre en qualité dans leur usage respectif. Le propos s’appuie d’une part sur l’exploitation poussée de l’enquête Patrimoine 2010 menée par l’Insee. Au-delà de la statistique descriptive du groupe des 10 % des ménages possédant les plus hauts niveaux de patrimoine, l’auteure s’emploie à mettre en évidence la diversité de ce groupe, non seulement par le niveau de patrimoine détenu et sa composition, mais aussi par l’usage fait de ce patrimoine en matière de consommation ostentatoire. L'instructive analyse en composantes principales présentée dans le chapitre 1 montre très nettement la connexion fréquente, mais aussi la déconnexion possible entre la possession d’un fort niveau de patrimoine et la réalisation des comportements « dispendieux » associés aux « riches ». Ce travail permet de pleinement « dénaturaliser » le groupe des « riches ». L’enquête sert également à entrer, par des questions plus qualitatives, dans l’analyse de la division du travail de gestion du patrimoine, à la fois dans le couple (qui déclare l’impôt sur le revenu, par exemple ?) et entre des gestionnaires extérieurs au ménage. 

4Le propos se construit à partir de deux dispositifs d’enquêtes qualitatives, principalement par entretiens, mais avec une attention toute goffmanienne aux costumes des enquêtés et aux décors dans lesquels les individus interagissent. Il s’agit dans un premier temps (chapitres 1 à 4) d’entretiens avec des ménages redevables de l’impôt sur la fortune (ISF). Ils permettent de donner corps à la diversité interne au groupe des « riches » dépeint dans le chapitre 1. Ils permettent également de voir les processus par lesquels le patrimoine détenu se transforme, aux yeux des individus, en véritable capital, matière travaillée qui rend possible l’accroissement des richesses. L’auteure note à ce titre l’omniprésence des hommes dans ce « travail du capital », et le complexe rapport des redevables de l’ISF aux pouvoirs publics lorsqu’il s’agit de contribuer, comme la foule des anonymes, au budget étatique. Cela donne entre autres l’occasion à Camille Herlin-Giret, à partir de réflexions classiques sur le don, de mener une analyse fine des dispositifs par lesquels les plus fortunés continuent à marquer socialement l’argent dont ils se dépossèdent au moment du prélèvement de l’impôt. On regrette cependant d’apprendre, au détour d’une phrase (p. 78) que les entretiens avec les « fortunés » n’ont porté que sur des personnes âgées de plus de 50 ans. Même si un tel échantillon traduit bien la réalité de la distribution habituelle des patrimoines en France, étant donné qu’il existe une corrélation positive entre âge et niveau de patrimoine, il n’en demeure pas moins qu’une piste de recherche a été ici mise de côté.

5Cette piste est cependant exploitée lors de l’analyse des conseillers en patrimoine, groupe professionnel dont Camille Herlin-Giret retrace l’histoire dans le cadre français. Par d’autres entretiens avec trois générations de conseillers, la description des « mondes » de la richesse prend de l’épaisseur dans les chapitres 5 et 6. Contrairement aux a priori, les ménages possédant les plus hauts niveaux de patrimoine n’ont pas nécessairement eu une socialisation familiale favorable au « travail du capital ». Les conseillers en gestion du patrimoine jouent ainsi un rôle ambivalent face aux « fortunés », en rendant possible à tous l’accumulation du capital, mais parfois contre leurs intérêts immédiats. C’est notamment par des processus de temporisation et de collectivisation (de l’individu au groupe familial) que les conseillers en gestion du patrimoine aident les ménages possédant des hauts niveaux de patrimoine à devenir et être « riche ». Des compétences propres (avec des différences internes au groupe des conseillers) sont mobilisées à cette fin, comme un travail sur les frontières du droit fiscal. Les deux chapitres sont à nouveau l’occasion pour Camille Herlin-Giret de réaliser des analyses sociologiques fructueuses du rôle professionnel et social des gestionnaires en patrimoine. À ce titre, on regrette avec elle qu’elle n’ait pu observer des entretiens entre ces professionnels et leurs clients fortunés. 

6C’est donc un ouvrage important que celui proposé par Camille Herlin-Giret. D’autres points non développés dans ce compte rendu mériteraient à eux seuls de longs commentaires (comme plusieurs dialogues avec Bourdieu, Weber et la sociologie du droit). Nous laissons au lecteur le plaisir de les découvrir dans ce riche Rester riche.

Haut de page

Notes

1 En ligne : https://www.theses.fr/199723265.

2 Pour la sociologie française Dans le cadre anglo-saxon, voir Brooke Harington, Capital without borders. Wealth Managers and the One Percent, Harvard University Press, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Camille Herlin-Giret, Rester riche. Enquête sur les gestionnaires de fortune et leurs clients », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 29 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35619

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page