Navigation – Plan du site

André Gorz, Penser l’avenir. Entretien avec François Noudelmann

Sébastien Shulz
Penser l'avenir
André Gorz, Penser l'avenir. Entretien avec François Noudelmann, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 128 p., préf. Christophe Fourel, ISBN : 9782348043420.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une partie de l’entretien a été diffusée sur France Culture le 14 octobre 2005, dans l’émission Les (...)
  • 2 Gorz André, L’immatériel, Paris, Éditions Galilée, 2003.

1La retranscription de cet entretien d’André Gorz avec François Noudelmann paraît alors que l’auteur connaît depuis quelques années un regain d’intérêt, dont témoignent les nombreux ouvrages académiques qui lui sont consacrés. Parce qu’il offre une mise en perspective personnelle de l’ensemble de son œuvre, ce texte est un événement éditorial singulier et un objet précieux pour connaître un penseur qui ne s’est livré que très rarement à un tel exercice. Enregistré en 2005 à l’occasion d’une émission radiophonique1, l’entretien d’André Gorz évoque conjointement sa vie, sa pensée et ses écrits, deux ans après la publication du dernier essai paru de son vivant, L’immatériel2, et deux ans avant qu’il ne se donne la mort avec sa femme en 2007. Le livre s’ouvre sur une préface de Christophe Fourel, qui lui a consacré plusieurs ouvrages. Elle rappelle utilement au lecteur quelques éléments clés de la vie et des influences intellectuelles de Gorz avant d’analyser les moments forts de l’entretien. L’ouvrage se termine par une postface du philosophe François Noudelmann, dans laquelle ce dernier revient sur l’itinéraire croisé d’André Gorz et de Jean-Paul Sartre.

2L’entretien, qui constitue le cœur du livre, commence par une réflexion sur l’enfance de Gorz, né à Vienne en 1923. Son identité à multiples facettes a été selon lui déterminée par le langage. À cinq ans, dans un geste symbolique, il désapprend l’allemand, sa langue maternelle, pour rompre avec une mère autrichienne aux penchants antisémites, en conflit avec son mari juif. À la sortie de son adolescence, il maîtrise l’anglais, la langue de sa femme Dorine, ce qui lui permet d’entrer dans le journalisme en tenant une revue de presse internationale. Il acquiert finalement le français, langue dont il adopte le pays à la sortie de la Seconde Guerre mondiale. Il doit toutefois renoncer à son nom de naissance, Gérard Horst, qui sonne trop allemand pour un journaliste en France à cette époque. On apprend qu’il choisit celui de Gorz, inspiré par le nom de la marque des jumelles de l’armée austro-hongroise, Görz, que lui a léguées son père.

  • 3 Gorz André, Le Traître, Paris, Éditions du Seuil, 1958.
  • 4 Sartre Jean-Paul, L’être et le néant, Paris, Gallimard, 1976.
  • 5 Gorz André, Fondements pour une morale, Paris, Galilée, 1977.
  • 6 André Gorz, Stratégie ouvrière et néocapitalisme, Paris, Éditions du Seuil, 1964.

3L’entretien retrace ensuite les débuts d’intellectuel d’André Gorz. François Noudelmann évoque l’importance de Jean-Paul Sartre dans cet itinéraire. Sartre préface son premier ouvrage, Le traître3, publié en 1958. Et c’est aussi en réponse à L’être et le néant4 que Gorz entame en 1949 Les fondements d’une morale5. Gorz dit d’ailleurs avoir « tout appris » en écrivant cet ouvrage, et passé le reste de sa vie « à le monnayer et le dépasser » (p. 44). Il y fonde une éthique de la liberté déclinée en fonction des structures ontologiques différencies du passé, du présent et du futur. C’est depuis ce point de départ philosophique sur la liberté qu’il en vient aux thèmes politiques principaux qui traversent son œuvre : l’aliénation et l’émancipation. Publié en 1964, Stratégie ouvrière et néocapitalisme6, connaît un certain succès en Allemagne et le met en lien avec le milieu syndical français. L’ouvrage consacre l’importance de la critique de l’aliénation par rapport à celle de l’exploitation pour penser le dépassement du capitalisme. En fait, travail exploité et capital sont deux faces d’une même mécanique qui se focalise sur la marchandisation et la valorisation du monde plutôt que sur ce qui fait sa richesse : l’amour, la solidarité, le soin pris de la nature, etc.

  • 7 Gorz André, Adieux au prolétariat: au delà du socialisme, Paris, Galilée, 1980.

4François Noudelmann souligne à ce moment de l’entretien le déplacement qu’opère Gorz dans les années 1970, passant d’un ancrage marxiste classique à une critique de la rhétorique prolétaro-centrée. Pour Gorz, en effet, la publication de L’adieu au prolétariat7 en 1980 marque un tournant. Le dépassement du capitalisme ne peut venir d’une classe prolétaire reprenant le contrôle des moyens de production. Car ce sont ces moyens de production, en tant que technique industrielle, qui sont en eux-mêmes des moyens de domination et d’aliénation d’une classe ouvrière pétrie de l’idéologie de la valeur. « Ceux qui peuvent ruiner le capitalisme, nous dit Gorz, ce sont les travailleurs qui ne sont plus des assujettis au capital […] qui ne veulent plus vendre leur force de travail, mais en disposer pour la création de richesses sociales » (p. 57). La discussion s’engage alors sur la critique du travail, autre thème central chez Gorz. Ce dernier distingue d’une part un travail salarié hétéronome, qui tend inévitablement à se raréfier et dont la recherche permanente et toujours déçue crée une nouvelle aliénation, et d’autre part le temps libéré et l’activité autonome librement consentie en fonction des besoins établis collectivement.

  • 8 Guattari Félix, La révolution moléculaire, Fontenay-sous-Bois, Recherches éditions, 1977.

5Comme le fait remarquer Noudelmann, l’horizon que dessine Gorz est donc celui d’une autonomie des individus qui passe par l’autosuffisance locale, démocratique et coopérativiste. Pour autant, Gorz se défend d’un retour en arrière et d’un repli communautaire. Cette autosuffisance est non seulement compatible avec, mais doit s’accompagner du développement d’une technologie informatique émancipatrice capable d’optimiser la production et de réduire le temps de travail en plus de permettre une mise en réseau mondiale des économies locales. Il s’agit en somme de refaire société en dehors du capitalisme. Encore faut-il y parvenir. Pour surmonter l’individualisme, décoloniser les imaginaires et préparer mentalement les gens à cet « exode » (p. 79), Gorz préconise des expérimentations sociales, des « révolutions moléculaires », pour reprendre l’expression de Guattari8, reliées entre elles par un projet commun et une proposition politique qui font encore défaut. L’informaticien hacker est pris par Gorz comme la figure précurseur d’une utopie concrète : moteur du capitalisme contemporain, il utilise pourtant l’accroissement productif obtenu par son travail pour s’aménager du temps libéré dédié à son auto-épanouissement et à la création de richesses sociales en dehors de la sphère capitaliste.

  • 9 Gorz André, L’immatériel, op. cit.

6La dernière partie de l’entretien contient un long développement de Gorz sur la thèse qu’il défend dans L’immatériel9. Il souligne la similitude entre l’entreprise menée par la science et celle menée par le capitalisme pour artificialiser et mathématiser le monde en faisant abstraction de la vie vécue chère à l’existentialisme. Transformé en algèbre, le monde échappe ainsi à l’entendement humain, qui en devient étranger. L’utérus artificiel est le symbole ultime de cette entreprise, car, selon Gorz, priver l’humain du rapport mère-enfant, c’est le priver de la matrice originelle de son rapport au monde. François Noudelmann s’étonne alors de la contradiction apparente entre l’idée sartrienne du corps comme contingence, que Gorz défend dans ses premiers écrits, et l’idée développée à la fin de sa vie d’un corps féminin surdéterminé à la maternité. Ce à quoi ce dernier répond que « nous ne sommes pas à la même époque » (p. 89) et qu’il faut donner au corps vivant toute sa place dans ce monde toujours plus machinique. Citant un romantique anglais, il affirme à la fin de l’entretien qu’« il n’y a d’autre richesse que la vie » (p. 89). Le livre se conclut par une postface de François Noudelmann, qui retrace les liens humain, intellectuel, politique et professionnel entre Gorz et Sartre.

7Ce court ouvrage d’une centaine de pages offre aux amateurs de Gorz l’occasion de cheminer avec lui à travers sa vie et son œuvre ainsi que le plaisir de suivre sa pensée, aussi précise que passionnée. La préface, la postface ainsi que les repères chronologiques et bibliographiques ajoutent à l’entretien des balises pour découvrir ce penseur lucide sur son temps et les temps à venir. Pour Christophe Fourel, ce texte est « une excellente entrée en matière pour qui veut découvrir cette pensée féconde » (p. 21-22). On peut néanmoins regretter l’absence de développement sur l’écologie, qui n’est que trop rapidement évoquée, et le format de l’entretien oral qui enlève un peu de la limpidité caractéristique des écrits de Gorz. Si donc cet ouvrage peut constituer une porte d’entrée dans l’univers gorzien, on ne peut que conseiller au lecteur qui souhaite « penser l’avenir » de chercher matière à réflexion dans l’ensemble de son œuvre, à la fois riche et d’une actualité brûlante pour dessiner les contours d’un monde désirable.

Haut de page

Notes

1 Une partie de l’entretien a été diffusée sur France Culture le 14 octobre 2005, dans l’émission Les vendredis de la philosophie.

2 Gorz André, L’immatériel, Paris, Éditions Galilée, 2003.

3 Gorz André, Le Traître, Paris, Éditions du Seuil, 1958.

4 Sartre Jean-Paul, L’être et le néant, Paris, Gallimard, 1976.

5 Gorz André, Fondements pour une morale, Paris, Galilée, 1977.

6 André Gorz, Stratégie ouvrière et néocapitalisme, Paris, Éditions du Seuil, 1964.

7 Gorz André, Adieux au prolétariat: au delà du socialisme, Paris, Galilée, 1980.

8 Guattari Félix, La révolution moléculaire, Fontenay-sous-Bois, Recherches éditions, 1977.

9 Gorz André, L’immatériel, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Shulz, « André Gorz, Penser l’avenir. Entretien avec François Noudelmann », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35623

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Shulz

Doctorant en sociologie à l’Université Paris-Est au laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations Société. Sujet de thèse : l’État à l’épreuve des communs numériques.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page