Navigation – Plan du site

Manuel Boucher et Hervé Marchal (dir.), Banlieues, cités, ghettos, bidonvilles, campements… Définitions, mythes et réalités

Benjamin Lippens
Banlieues, cités ghettos, bidonvilles, campements...
Manuel Boucher, Hervé Marchal (dir.), Banlieues, cités ghettos, bidonvilles, campements... Définitions, mythes et réalités, Paris, L'Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociale », 2019, 376 p., ISBN : 978-2-343-17383-2.
Haut de page

Texte intégral

1L’espace urbain a subi de nombreuses évolutions durant ces trente dernières années, notamment en ce qui concerne les territoires marginalisés (politique de la ville et rénovation urbaine, dégradation des quartiers populaires et de leurs images, construction d’un problème public lié à la « question Rom », apparition du bidonville de la « Jungle de Calais », etc.). Depuis les travaux de l’école de Chicago sur la « désorganisation spatiale », une longue tradition de recherche a tenté de saisir les transformations de la ville et de ses territoires, espaces, habitats et populations1. Cet ouvrage collectif fait suite au colloque international « Banlieues, cités, ghettos, bidonvilles, campements… Définitions, mythes, réalités et accompagnement des phénomènes de désorganisation et de réorganisation social » qui s’est tenu en 20172. Il s’inscrit dans la collection « Recherche et transformation sociale » qui aspire à un « changement des rapports entre le monde académique et acteurs de l’intervention sociale » et propose « d’influencer la mise en œuvre des politiques publiques ». La première partie de l’ouvrage met en perspective les débats autour des « cités, banlieues, ghettos et désordres urbains ». La seconde traite des « bidonvilles, campements et précarités urbaines ». Le dernier axe se concentre sur les « territoires, espaces urbains et discriminations ».

2Cet ouvrage synthétise quelques apports académiques sur des questions sociologiques – « question raciale », « question Rom » – et des concepts – « ghetto » (Jean-Marc Stébé, Sonja Preissing), « bidonvilles » (Jean-Baptiste Daubeuf), « désorganisation » / « réorganisation sociale » (Sophie Body-Gendrot, Franck Bettendorf, Marisol Molina-Krop), « biopouvoir » (Walter Greco) – et questionne les mutations du travail social (Manuel Boucher) ou de la structure sociale (Hervé Marchal). Mais plus qu’un simple état de l’art sur les problématiques de la marginalité urbaine, certains auteurs proposent d’en renouveler les approches méthodologiques en offrant la place à des recherches récentes sur les thématiques du sans-abrisme (Thibaut Besozzi), de la pauvreté (Annick-Michelle Mian Etchonwa), des discours sur les Roms dans l’institution scolaire (Erell Latimier), ou encore sur la notion de « territorialité » (Jean-Yves Dartiguenave, Ewa Bogalska-Martin). Face à cette diversité d’apports, ce compte rendu se focalise sur quelques points de tension ou de débat académique qui traversent l’ouvrage.

  • 3 Lapeyronnie Didier, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Laffont, (...)
  • 4 Authier Jean-Yves, « 16. La question des “effets de quartier” en France. Variations contextuelles e (...)
  • 5 Lepoutre David, Cœur de banlieue: codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997.

3Peut-on parler de « ghetto » ? Toutes les contributions ne s’accordent pas sur ce point. Jean-Marc Stébé prend ainsi formellement parti contre l’usage de ce concept. Il estime que le terme s’est banalisé dans les espaces médiatico-politique et scientifique mais « ne permet pas véritablement de rendre compte de la réalité complexe des quartiers HLM défavorisés, notamment parce que la notion de ghetto plaque d’emblée un point de vue statique et négatif » (p. 78). L’auteur rappelle en effet que le concept a une histoire qui renvoie tout d’abord à la comparaison avec les ghettos de juifs, l’apartheid en Afrique du Sud ou les ghettos nord-américains. De telles comparaisons, si elles ont l’avantage du sensationnalisme, ne peuvent en aucun cas s’appliquer à la situation des banlieues françaises. Il propose toutefois d’employer la notion de « ghettoïsation » afin de « mettre en évidence des tendances à la concentration territoriale de la pauvreté à partir de dimensions spatiales, sociales, économiques, politiques, institutionnelles ou même ethnique » (p. 78). Cette approche a le mérite de rompre avec la lecture statique et généralisante du « ghetto urbain »3. Elle nous semble capable de penser les différences territoriales et sociales à un trois niveaux : entre quartiers populaires – ne pas essentialiser chaque grand-ensemble HLM tel un « ghetto urbain » –, au sein du quartier – penser « les effets de quartier »4 – et surtout entre les « sous-populations » habitant le quartier – la ghettoïsation, comme processus social incorporé, correspondrait plus à un « jeune de cité » engagé dans la « culture des rues »5 qu'à un couple bi-actif en voie d’ascension résidentielle. Cependant, il nous semble que cette conceptualisation gagnerait à être approfondie par une description empirique plus précise des mécanismes qu’elle cherche à objectiver.

  • 6 Les rencontres et l’ouvrage dirigés par Didier et Éric Fassin et intitulés « De la question sociale (...)

4Comment représenter les phénomènes d’exclusion, de marginalisation, de ségrégation et de stigmatisation socio-spatiale ? Plus précisément, ici, la « question raciale » apporte-t-elle une perspective analytique capable de remédier aux points aveugles laissés par la « question sociale » ? Dans le premier chapitre, Gérard Mauger revient sur ce questionnement qui suscite la controverse depuis une quinzaine d’années en France. Il insiste sur le clivage résidentiel entre pavillons et quartiers HLM qui traverse aujourd’hui les classes populaires : les grands-ensembles sont une forme de « concentration spatiale de la question sociale ». Or, l’explication des inégalités socio-spatiales par la discrimination raciale aurait « la force des explications omnibus (capables de rendre compte aussi bien de l’échec professionnel que de l’échec scolaire) et des explications simples par le simple » (p. 55). Pis, elle aurait « l’objectivité apparente, associée à la statistique spontanée » (p. 55). Ainsi, Gérard Mauger perçoit un danger dans l’entreprise de certains sociologues qui cherchent à articuler à la fois analytiquement et politiquement les rapports sociaux de race, de genre et de classe. Il défend l’idée controversée selon laquelle l’apparition de la question raciale dans les sciences sociales françaises6 – consubstantielle de changements sociaux et conjointe au phénomène de construction de l’immigration en problème public depuis les années 1980 – risquerait de perpétuer une lecture racialisée de la question sociale.

5Quelles influences les mécanismes d’exclusion territoriale et de discrimination ont-ils sur les populations elles-mêmes ? La plupart des contributions touchent, de près ou de loin à cette problématique centrale, qui fait d’ailleurs l’objet de la troisième partie « territoires, espaces urbains et discriminations ». Sur ce point, l’apparition assez récente de la « question Rom » dans l’espace politique atteste de ce phénomène d’exclusion territoriale. Trois chapitres l’analysent comme la construction sociale et culturaliste d’une figure de l’altérité radicale, du « pauvre en trop », « inassimilable » et « assisté ». Ce processus de stigmatisation essentialise une pauvreté, associée aux notions de « saleté », de « mendicité » et « d’assistanat », qui viendrait heurter la morale publique. Les auteurs focalisent par exemple leur attention sur les dynamiques de marginalisation urbaine à l’œuvre depuis l’après-guerre (Jean-Baptiste Daubeuf), sur la circulation des discours sur et par les « voyageurs », au prisme de l’institution scolaire (Erell Latimier) et sur les dispositifs scolaires dédiés aux « enfants du voyage » (Franck Bettendorf).

6Une question de fond anime l’ouvrage dans son ensemble : de quelle ville voulons-nous ? Constatant que l’espace urbain est traversé par de multiples fragmentations qui rendent impossibles certaines rencontres sociales, les auteurs interrogent à la fois notre rapport à la ville, ses mécanismes de normalisation et de production de la déviance ainsi que les processus d’exclusion sociale. La tâche du sociologue serait de bâtir des outils méthodologiques de compréhension de ces phénomènes sociaux en constante mutation. À ce titre, la proposition de Thibaut Besozzi est intéressante. Il plaide pour un renouvellement de l’ethnographie du sans-abrisme qui permettrait de « penser la marginalité à travers son rapport à l’espace public et d’analyser les mécanismes de régulation-production de la norme et de la différence » (p. 255). Autrement dit, penser conjointement le spatial et le social. L’enjeu serait moins d’appréhender les causes ou raisons de la marginalisation que les « logiques d’actions » des personnes de la rue, liées à la fréquentation des espaces publics, et les formes de domination et de résistance qui traversent leur quotidien.

  • 7 Voir par exemple : Mohammed Marwan et Julien Talpin, Communautarisme ?, Presses universitaires de F (...)

7En définitive, l’ouvrage ouvre des perspectives méthodologiques et réflexives intéressantes. Cependant, l’usage de certains concepts est inégalement questionné. On sait pourtant l’importance des réflexions autour de leur portée heuristique, de leurs conséquences stratégiques pour les dimensions symboliques qu’ils véhiculent dans l’espace public et politique, mais également ce qu’ils produisent en termes de rapports sociaux. On aurait par exemple aimé un apport plus réflexif du terme de « communautarisme » – notamment évoqué dans le chapitre 15 – qui fait l’objet d’une critique sociologique acérée, pour ce qu’il véhicule en termes de rapports de domination et d’imaginaire politique7. D’autant plus que cette « éthnicisation communautaire » est invoquée comme une « recomposition des rapports sociaux » face à une « rupture de contrat républicain » qui aurait pour conséquence de redéployer les pratiques de discrimination entre quartiers à travers la politique de la ville étudiée. Ewa Bogalska-Martin mobilise alors des catégories « indigènes », issues d’une trentaine d’entretiens biographiques, et distingue les « Arabes », en position de domination, des « Noirs », qui seraient « individualisés », des « Blancs », qui seraient « marginalisés », et des « Gens de l’Est », qui seraient « invisibles » (p. 342). La lecture peut laisser croire à une certaine fixité de ces catégories sociales, qui expose au danger de leur réification. Si nous ne pouvons nier la pertinence des observations, l’analyse qui en est fournie nous semble discutable. Une approche ethnographique aurait peut-être permis de saisir plus finement l’ensemble des rapports sociaux à l’œuvre dans les discriminations locales – genre, race, origine, religion, capital d’autochtonie, capital culturel, etc. – tout en interrogeant la porosité de ces « nouvelles frontières symboliques qui séparent les groupes ethnicisés d’un territoire », à l’aune des circulations et échanges sociaux.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment les travaux d’Henri Lefebvre sur le droit à la ville, les travaux de Sylvie Tissot sur la construction spatiale des problèmes sociaux et le développement de la politique de la ville à partir des années 1980, les travaux de Jacques Donzelot sur la politique de la ville ou encore les recherches sur les classes populaires de Richard Hoggart et celles, plus récentes, d’Olivier Schwartz.

2 http://2l2s.univ-lorraine.fr/manifestations-scientifiques/colloque/colloque-international-banlieues-cites-ghettos-bidonvilles.

3 Lapeyronnie Didier, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Laffont, 2008. Pour une approche synthétique de la controverse autour du « ghetto », se référer à l’article suivant : Gilbert Pierre. « “Ghetto”, “relégation”, “effets de quartier”. Critique d’une représentation des cités », Métropolitiques.eu, 9 février 2011, en ligne : https://www.metropolitiques.eu/Ghetto-relegation-effets-de-quartier-Critique-d-une-representation-des-cites.html.

4 Authier Jean-Yves, « 16. La question des “effets de quartier” en France. Variations contextuelles et processus de socialisation ». Le quartier. Enjeux scientifiques, action politique et pratiques sociales, Paris, La Découverte, 2006, p. 206‑216.

5 Lepoutre David, Cœur de banlieue: codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997.

6 Les rencontres et l’ouvrage dirigés par Didier et Éric Fassin et intitulés « De la question sociale à la question raciale » apparaissent en 2005 comme un tournant en France dans l’approche. Depuis, le débat est intense en sciences sociales, et le dossier de la revue Mouvements en réponse à un texte de Gérard Noiriel est édifiant : Gérard Noiriel, « Réflexions sur la “gauche identitaire” », blog « Le populaire dans tous ses états », 29 octobre 2018, en ligne : https://noiriel.wordpress.com/2018/10/29/reflexions-sur-la-gauche-identitaire/.

7 Voir par exemple : Mohammed Marwan et Julien Talpin, Communautarisme ?, Presses universitaires de France, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Lippens, « Manuel Boucher et Hervé Marchal (dir.), Banlieues, cités, ghettos, bidonvilles, campements… Définitions, mythes et réalités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 02 juillet 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35630

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Lippens

Doctorant en sociologie, membre du Centre Max Weber et rattaché à l’Université Lumière Lyon 2 (ED 483). Il mène une thèse en Cifre (convention industrielle de formation par la recherche) à la Métropole de Lyon intitulée Grandir en banlieue : parcours, construction identitaire et positions sociales. Le devenir d’une cohorte.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page