Navigation – Plan du site

Quentin Deluermoz, Thomas Dodman, Hervé Mazurel (dir.), « Controverses sur l’émotion : neurosciences et sciences humaines », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n° 5, 2018

Jean-François Vernay
Controverses sur l'émotion - Neurosciences et sciences humaines
Quentin Deluermoz, Hervé Mazurel, Clémentine Vidal-Naquet (dir.), « Controverses sur l'émotion - Neurosciences et sciences humaines », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n° 5, novembre 2018, 170 p., Paris, Anamosa, ISBN : 979-10-95772-46-0.
Haut de page

Texte intégral

1Paru en novembre 2018, le numéro 5 de la revue Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales coordonné par Quentin Deluermoz, Thomas Dodman et Hervé Mazurel, pense à nouveaux frais la question des émotions depuis les points de vue contrastés des neurosciences affectives et des sciences humaines, en vue d’ouvrir un dialogue constructif entre les deux familles de disciplines. Gageons que cet échange fécond contribuera à dissoudre l’opposition entre le sociologique et le psychologique, à l’image de ce que la psychologie sociale s’évertue de faire.

  • 1 Lire Zwijnenberg Robert, « On the Need for Cooperation between Art and Science », in Judith Thissen (...)

2L’esprit de la revue est en harmonie avec les approches contemporaines transdisciplinaires qui jettent des ponts entre les pratiques artistiques et le discours scientifique1. Très au fait des dernières tendances dans la recherche, ce numéro rend hommage au courant des neurosciences humaines (neurohumanities) sur plus de 190 pages, avec des articles de chercheurs du monde entier qui sont publiés soit de leur vivant, soit à titre posthume (c’est le cas des contributions du naturaliste et paléontologue anglais Charles Darwin et du sociologue allemand Norbert Elias). Le dossier valorise également des expressions artistiques novatrices, comme la technique littéraire du cut-up, grâce à l’intervention de Quentin Deluermoz qui s’inspire du courant dada pour « mettre en scène les discours sur les neurosciences cognitives et affectives dans des domaines aussi variés que le mieux-être, l’éducation, la gestion des comportements ou des pratiques commerciales » (p. 167).

  • 2 Dans « Littérature et sciences cognitives », Sylvain Prudhomme entend nous convaincre de l’infécond (...)
  • 3 Vidal Fernando, Ortega Francisco, Being Brains. Making the Cerebral Subject, New York, Fordham Univ (...)

3Qu’on se le dise : les neurosciences et les études littéraires cognitives ne font pas l’unanimité et se trouvent parfois en butte à des diatribes passionnées2. À l’heure du tout neuro, qui valorise la cognition « chaude » (conjonction de la raison et des émotions), émergent ici et là des voix dissidentes qui se font de plus en plus nombreuses. L’article de l’historien Fernando Vidal, « Le “neuro” à toutes les sauces: une cuisine autodestructrice », participe de ce courant neurosceptique qui entend nuancer le neurocentrisme ambiant et lutter contre toutes ses dérives, telles que la neuro-mythologie, le neuro-trash (qui alimente notamment le neurosexisme), la neuro-manie ou la neuro-folie, dérives identifiées par Fernando Vidal et Francisco Ortega dans leur récent ouvrage Being Brains. Making the Cerebral Subject3.

4Fernando Vidal s’intéresse à l’institutionnalisation et à la professionnalisation des neurosciences humaines et remet en question leur légitimité en faisant saillir ce qu’il analyse comme autant de failles qui fragilisent cette discipline émergente. Il dénonce ainsi la « fausse impression de profondeur explicative » qu’elles induisent, la caution de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF) qui « apporte un vernis de scientificité », des résultats fondés sur des « corrélations entre l’accomplissement de certaines tâches et des patrons d’activité cérébrale », etc. (p. 63). L’auteur en vient à soutenir que les sciences humaines rendent de nombreux services aux chercheurs neuroscientifiques alors que la réciproque n’est pas forcément vraie. Il analyse aussi le misonéisme ambiant des universitaires en sciences humaines vis-à-vis des neurosciences humaines. Cette peur du nouveau s’expliquerait par la crainte d’une prise de contrôle hostile (d’où l’accusation d’impérialisme), d’un tâtonnement préjudiciable à la scientificité de la discipline, de l’utilisation peu fiable des neuro-images et de leur exploitation avec la méthode de soustraction décriée en raison de ses effets de mise en exergue. Participant de cette « inadéquation foncière des neuro-sciences-humaines à préserver les phénomènes qu’elles étudient » (p. 69), la neuro-esthétique ne ferait pas figure d’exception.

  • 4 Dehaene Stanislas, Les neurones de la lecture, Paris, Éditions Odile Jacob, 2007.

5Dans « Une pédagogie scientifique : sur les luttes de frontière entre neurosciences et sciences sociales », Bertrand Geay examine l’apport des neurosciences dans l’Éducation nationale, un apport très décrié par le corps enseignant et qui, depuis quelques mois, a suscité de nombreux mouvements de contestation. Depuis la nomination de Stanislas Dehaene, auteur du très remarqué Les neurones de la lecture4, à la tête du Conseil scientifique de l’Éducation nationale, l’on distingue nettement la volonté de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, d’infléchir les politiques éducatives afin de leur donner une coloration neuroscientifique avec l’aide de quelques prédicateurs notoires comme Frank Ramus, Jean-Luc Berthier, Céline Alvarez et Laurent Alexandre. Bertrand Geay défend l’approche sociologique (notamment pour ce qui est de la lecture, puisqu’il considère que la formule de Dehaene « “les neurones de la lecture” constitue un abus de langage particulièrement significatif des glissements de sens opérés », p. 55). L’auteur estime que l’apport des sciences sociales ne doit pas être sacrifié au profit d’un neuro-impérialisme. Il souligne les convergences de ces deux disciplines qui sont moins antinomiques qu’elles en ont l’air de prime abord et encourage celles-ci à de féconds échanges plutôt qu’à se disqualifier mutuellement.

6Dans un autre volet, Matthieu Chiara illustre le « neuro » à toutes les sauces avec ses planches de dessin dystopiques intitulées « Homo cognitivus », dans lesquelles il est question de « protocoles de mémorisation », « mal-normalités », « rectification neuronale », « profil cognitif », etc. Ce récit graphique qui s’inspire de la neuro-mercatique fait froid dans le dos et ne manquera pas d’alimenter le neuroscepticisme. Matthieu Chiara caricature à dessein la réduction des émotions à des perceptions cliniques, qui éradique l’approche sensuelle du corps. Un échange corporel n’est plus qu’« un contact cutané » et le plaisir qui en découle se résume à une « sécrétion d’endorphines probable ». Misère ! Pendant de la cognition, l’émotion et ses facettes assez complexes font aussi l’objet d’une analyse circonstanciée dans Sensibilités.

  • 5 Bernard Julien (dir.), « Émotion/émotions », Terrains/Théories, n° 5, 2015, disponible en ligne : h (...)

7Depuis le tournant émotionnel qui s’est dessiné à l’aube du XXIe siècle, on observe une intensification de l’intérêt pour les émotions dans l’édition française, avec pléthore de publications sous la plume de traducteurs et chercheurs qui se passionnent pour ce sujet remis au goût du jour par les sciences sociales dans les années 1970. Sensibilités revient sur cette thématique pour laquelle le sociologue Julien Bernard avait coordonné en 2015 un numéro de la revue pluridisciplinaire Terrains/Théories5. Les coordonnateurs du numéro 5 de Sensibilités entendent faire converger l’approche biologique et physiologique des neurosciences, qui tend vers l'universalisme, et l’approche constructiviste des sciences sociales, dont certaines (comme l’ethnographie) vont jusqu’à défendre la thèse du relativisme culturel. Dès lors, l’émotion – phénomène complexe et manifestation hétérogène aux dimensions biologique, psychologique et sociale – s’envisagerait comme « une construction linguistique variable » (p. 8) qui transcenderait les catégories binaires dans lesquelles elle est longuement restée confinée : nature vs culture, intérieur vs extérieur, esprit vs corps, etc.

8La contribution de Norbert Elias, publiée en français pour la première fois, présente les émotions comme étant un agrégat de trois éléments : « une composante comportementale, une composante physiologique et une composante affective » (p. 22). Le regretté sociologue démontre que « les émotions et les mouvements qui leur sont corrélés ont une fonction dans le cadre des relations d’une personne avec d’autres personnes et, en un sens plus large, avec la nature dans son ensemble » (p. 30).

  • 6 Ehrenberg Alain, La mécanique des passions. Cerveau, comportement, société, Paris, Éditions Odile J (...)

9Alain Ehrenberg, auteur de La Mécanique des passions. Cerveau, comportement, société6, explore « l’autorité morale acquise par les neurosciences cognitives » (p. 40) et remarque que la révolution sexuelle libertaire des années 1970 s’est accompagnée d’un mouvement d’autocontrôle : « cette liberté accrue dans les conduites exige simultanément un accroissement de l’autocontrôle émotionnel et pulsionnel » (p. 46). Selon Catherine Lutz et Geoffrey White, ce vif engouement pour l’émotionnel s’est déclaré « en réponse à un certain nombre de facteurs, notamment l’insatisfaction à l’égard de la conception dominante des hommes comme “machines de traitement des données” » (cités par Ehrenberg, p. 47). Dans les années 1980, l’étude de la notion de sollicitude (care, en anglais) a favorisé le développement des neurosciences sociales ainsi que la promotion de la coopération entre individus grâce à l’intelligence empathique mise en avant comme compétence pro-sociale, mais Ehrenberg y voit un lien avec « l’héritage de la morale écossaise de l’homme sociable en ce qu’elles nouent, dans la nature biologique humaine, l’idée que l’accomplissement personnel et la coopération avec les autres, le bien-être individuel et celui de la société sont indissociables. L’assimilation entre coopération et bien-être passe par le contrôle de soi, la self-regulation, qui est un contrôle émotionnel » (p. 48).

  • 7 Dans ce dossier, lire à ce sujet le volet « La dispute » et l’article de William M. Reddy : « L’inc (...)
  • 8 Vernay Jean-François, La séduction de la fiction, Paris, Hermann, 2019, p. 127-136.

10Il ressort de ce numéro que les complexités qui se dessinent autour de l’émotion proviennent avant tout de la nature même du sujet et de la difficulté à le circonscrire. On peut définir l’émotion comme une manifestation hétérogène aux dimensions multiples : biologique, psychologique et sociale. Marquée par la dualité, l’émotion est un phénomène corporel et psychique, éphémère (comme la misericordia romaine, expliquée par Sarah Rey) ou atemporel, tantôt universel (le dossier met en avant la thèse soutenue par Darwin, puis reprise par Paul Ekman), tantôt idiosyncrasique ou contextualisé (l’émotion étant jugée comme le fruit d’un relativisme culturel, cher à l’anthropologue Margaret Mead)7. L’émotion se veut aussi singulière ou plurielle (en constellation, dira-t-on), avec une grande variabilité dans l’intensité et les effets sur le corps, avec ou sans objet, orientée vers l’action ou pas, autocentrée ou hétérocentrée, normale ou pathologique, individuelle ou collective (avec des mécanismes additionnels qui entrent en jeu comme la contagion émotionnelle), pour ne citer que ces aspects. Elle s’incarne en un concept protée, dont les diverses dénominations et définitions s’affinent et s’adaptent au fil du temps. La manière de percevoir les émotions varie elle aussi selon les prismes utilisés et selon l’intérêt de l’observateur, comme je l’ai démontré ailleurs avec le cas de l’empathie8. Malgré tout, demeure un invariant : la nécessité d’envisager l’expression des émotions « comme un acte qui change le monde », selon la formule de William M. Reddy (p. 97).

Haut de page

Notes

1 Lire Zwijnenberg Robert, « On the Need for Cooperation between Art and Science », in Judith Thissen, Robert Zwijnenberg, Kitty Zijlmans (dir.), New Directions in Art and Humanities Research, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2013, p. 169-74.

2 Dans « Littérature et sciences cognitives », Sylvain Prudhomme entend nous convaincre de l’infécondité d’une synergie entre littérature et sciences cognitives. Prudhomme Sylvain, « Littérature et sciences cognitives », Labyrinthe, n° 20, avril 2005, p. 93-7. Nicolas Chevassus-au-Louis, quant à lui, fustige « le nouvel impérialisme neuronal » qui tend à réduire toutes les problématiques des sciences sociales et humaines à une mécanique cérébrale. Chevassus-au-Louis Nicolas, « Le nouvel impérialisme neuronal. Les neurosciences à l’assaut des sciences humaines », Revue du Crieur, n° 3, mars 2016, p. 109-121.

3 Vidal Fernando, Ortega Francisco, Being Brains. Making the Cerebral Subject, New York, Fordham University Press, 2017.

4 Dehaene Stanislas, Les neurones de la lecture, Paris, Éditions Odile Jacob, 2007.

5 Bernard Julien (dir.), « Émotion/émotions », Terrains/Théories, n° 5, 2015, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/teth/194.

6 Ehrenberg Alain, La mécanique des passions. Cerveau, comportement, société, Paris, Éditions Odile Jacob, 2018 ; compte rendu de Marc Loriol pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/25080.

7 Dans ce dossier, lire à ce sujet le volet « La dispute » et l’article de William M. Reddy : « L’incontournable intentionnalité des affects. L’histoire des émotions et les neurosciences actuelles ».

8 Vernay Jean-François, La séduction de la fiction, Paris, Hermann, 2019, p. 127-136.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Vernay, « Quentin Deluermoz, Thomas Dodman, Hervé Mazurel (dir.), « Controverses sur l’émotion : neurosciences et sciences humaines », Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, n° 5, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35649

Haut de page

Rédacteur

Jean-François Vernay

Essayiste bilingue, auteur de fiction et chercheur en littérature, Jean-François Vernay a signé plusieurs réflexions littéraires, toutes disponibles en langue anglaise. La séduction de la fiction (qui vient de paraître aux éditions Hermann) est son quatrième essai par lequel il apporte sa contribution au champ des études littéraires cognitives.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page