Navigation – Plan du site

Sophie A. de Beaune, L’homme et l’outil

Maxime Mécréant
L'homme et l'outil
Sophie A. de Beaune, L'homme et l'outil, Paris, CNRS, coll. « Biblis », 2019, 163 p., 1re éd. 2008, ISBN : 978-2-271-12609-2.
Haut de page

Texte intégral

1Comment comprendre le passage de l’invention à l’innovation ? À l’heure où ces notions sont employées à outrance dans les champs économique, entrepreneurial, politique ou encore social, cette question impose des mises au point préalables. L’homme et l’outil explore la manière dont la préhistoire peut appréhender ces deux notions. La problématique générale s’étend au-delà de cette interrogation pour développer une épistémologie de la préhistoire afin de questionner la spécificité de l’humain dans le règne animal, et ce à partir d’une réflexion sur les techniques.

  • 1 Par exemple, la datation du Néolithique, qui est dépendante des critères de définition retenus ains (...)
  • 2 Les productions « artistiques » du Paléolithique supérieur les plus abstraites, par exemple, dont l (...)

2Sophie A. de Beaune pose deux définitions préliminaires. L’innovation désigne le processus partant de la conception d’une technique jusqu’à son acceptation par la communauté locale et à sa diffusion au-delà du groupe proche. L’invention est le premier stade de ce processus. Après avoir retracé succinctement les étapes de l’évolution humaine préhistorique, du Paléolithique archaïque au Néolithique, l’auteure engage une réflexion sur la nature de l’invention et de l’innovation, que les contraintes propres à la préhistoire rendent difficile à distinguer. Quelles sont ces contraintes ? Lorsque l’archéologie travaille dans le champ préhistorique, toutes les sources disponibles sont nécessairement lacunaires (objets techniques détruits, impossibilité d’établir une chronologie précise entre les sources, absence de source écrite, etc.). Cela rend difficile le découpage strict entre différentes périodes1 et implique que les hypothèses proposées sont difficilement vérifiables2. En conséquence, les travaux dans ce domaine sont particulièrement sensibles à la possibilité de l’illusion rétrospective, c’est-à-dire au risque que nous transposions nos cadres de pensée actuels aux sociétés du passé. Partant de ces limitations, Sophie A. de Beaune montre comment la discipline préhistorique peut toutefois répondre à des questions générales concernant l’humain et la technique.

3Dans le premier chapitre, l’auteure effectue quelques mises au point théoriques à partir des données préhistoriques établies par la discipline. L’idée de progrès, par exemple, a structuré pendant longtemps la manière dont la discipline préhistorique envisageait l’évolution de l’humain préhistorique. Cette perspective, largement remise en question dans le champ ethnographique, reste dominante dans l’histoire des techniques. Étant donné que le découpage des périodes préhistorique se fait essentiellement à partir des productions techniques, la préhistoire reste encore pour beaucoup dans le postulat d’une histoire cumulative. Pourtant, comme le montre Sophie A. de Beaune, cette thèse est erronée : l’évolution mondiale des techniques n’est pas uniforme. Elle connaît des arrêts et des régressions, et les techniques font l’objet de transferts et d’usages différenciés. Par ailleurs, l’impression d’homogénéité de cette évolution est liée au fait que seuls certaines technologies ont été conservées jusqu’à aujourd’hui. Le préhistorien doit donc nécessairement proposer des thèses relatives aux liens entre humains et technologies : l’évolution des technologies est corrélée à l’évolution des sociétés humaines et à leurs caractéristiques propres.

  • 3 La philosophie française de la technique, par exemple, s’appuie sur les mêmes références centrales. (...)
  • 4 André Leroi-Gourhan, Le geste et la Parole, 2 tomes, Paris, Albin Michel, 1964-1965.
  • 5 Bertrand Gille (dir.), Histoire des Techniques. Technique et civilisations, technique et sciences, (...)
  • 6 Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1989 [1958].

4L’auteure développe ensuite sa réflexion sur la distinction entre invention et innovation. Notons tout d’abord un fait relativement important : la plupart des références employées par l’auteure sont communes à l’ensemble des recherches sur les techniques3. Citons ici le paléoanthropologue André Leroi-Gourhan 4, l’historien des techniques Bertrand Gille5 ou encore le philosophe Gilbert Simondon6.

  • 7 Il s’agit là d’une des raisons principales de l’illusion rétrospective du progrès.
  • 8 Cette thèse reste extrêmement répandue, que ce soit dans le champ universitaire ou en dehors.
  • 9 Transfert d’une technique d’une population à une autre.

5L’une des limitations les plus importantes de l’étude de la préhistoire sur la question de l’invention est qu’il est quasiment impossible de la différencier de l’innovation. En effet, il est assez peu probable qu’une invention puisse parvenir au chercheur si elle n’a pas bénéficié à son époque d’une diffusion assez importante7. Pour autant, il est possible de définir certaines caractéristiques de l’invention. Contre les thèses d’un « hasard de l’invention » ou d’un « inventeur génial »8, Sophie A. de Beaune explique l’invention comme un processus analogique : un nouvel objet technique n’est pas une création ex nihilo ; il résulte plutôt de l’association nouvelle d’éléments hétérogènes préexistants, liée généralement à des transferts techniques9. À partir de ces réflexions sur l’invention, l’auteure questionne la spécificité de l’humain dans le règne animal, en s’appuyant sur les sciences cognitives. Les cognitivistes nomment « processus analogique » la capacité qu’ont les êtres humains d’associer des éléments hétérogènes. Ce processus semble exister aussi chez certains animaux, tels que le chimpanzé. Cherchant une conformation neurologique qui serait propre à l’humain, les chercheurs en sciences cognitives se trouvent face à de nouvelles difficultés : il existe certes un consensus sur l’évolution du néocortex et du lobe frontal, mais les chercheurs s’opposent quant à ses effets. Comme le note la préhistorienne, la neuropsychologie ne permet pas de conclure de façon certaine. La spécificité de l’humain est souvent rapportée aux caractéristiques de son cerveau, sans que des explications probantes soient jusqu’à aujourd’hui proposées.

  • 10 L’auteure donne l’exemple du clavier Dvorak, plus performant que le Qwerty et pourtant moins employ (...)
  • 11 L’ethnologie et l’éthologie le montrent, comme le souligne l’auteur (p. 111-112).

6Enfin, Sophie A. de Beaune aborde la question de l’innovation : comment une invention se diffuse-t-elle au sein d’une société ? L’auteure distingue trois stades : l’acceptation par le groupe (diffusion horizontale), la transmission intergénérationnelle (diffusion verticale) et la généralisation (diffusion étendue dans l’espace et le temps). Le premier stade se produit lorsque le milieu technique et social est favorable. Le critère d’« utilité » n’est pas pertinent pour expliquer la diffusion au sein d’un groupe10. Cela impose une réflexion plus générale sur les critères qui amènent le monde social à adopter l’invention, champ étudié par la sociologie de la diffusion, que la préhistorienne développe peu. Concernant le second stade, l’auteure s’oppose à la thèse de Leroi-Gourhan selon laquelle la transmission se fait nécessairement par le langage11. Les caractéristiques de cette diffusion verticale sont toujours controversées chez les préhistoriens. Sophie A. de Beaune note cependant qu’elle se produit plus rapidement et aisément si l’utilisation de la technique n’implique que des mouvements corporels déjà connus. Les inventions qui sont parvenues jusqu’à nous sont majoritairement celles qui ont passé les trois stades.

7En résumé, ce qui ressort de l’analyse, c’est qu’il est très délicat de caractériser clairement les conditions d’adoption d’une invention, et ce quelle que soit la période historique. En archéologie, il existe cependant des méthodes, bien que limitées, pour connaître les sens de diffusion d’une technique ou d’un outil, tels que la cartographie ou l’analyse de l’ADN.

  • 12 Cf. Joëlle Proust, « L’animal intentionnel », Terrain, n° 34, 2000, p. 23-36.

8De Beaune conclut l’ouvrage en reprenant la question de la frontière cognitive entre les premiers homininés et les grands singes. La capacité d’invention et d’innovation semble être caractéristique de cette frontière. Dans l’état actuel des recherches, il ne semble pas qu’il existe, chez l’animal, de transmission intergénérationnelle du savoir technique, donc pas d’innovation possible12, bien que cette affirmation soit sujette à controverses. Ce fait peut être lié à l’incapacité cognitive apparente des animaux à se projeter. La distinction humain-animal devrait s’étudier en fonction des niveaux de développement plutôt qu’en termes de présence ou absence de certains phénomènes. Un terrain cognitif favorable apparaît nécessaire au développement technique. Par ailleurs, la spécificité de l’humain n’est ni la main, ni ses aptitudes cognitives, mais leur association.

  • 13 Par exemple, la cartographie permet de formuler des hypothèses sur le lieu d’origine d’une inventio (...)

9Court et dense, L’homme et l’outil est un ouvrage accessible à tous, et non seulement aux épistémologues de la préhistoire. Il s’agit d’une très bonne introduction à la discipline, à son histoire, ses thèses et ses problèmes. Les contraintes propres à l’étude préhistorique permettent de construire de nouveaux modèles théoriques13 et de nouvelles hypothèses. Le caractère erroné de la thèse du progrès technologique est ainsi démontré : c’est la non-diffusion des inventions qui amène l’illusion d’une évolution linéaire des techniques. Par ailleurs, la spécificité de l’humain semble être sa capacité à transmettre des techniques, plutôt que la technicité elle-même, que l’on retrouve chez d’autres animaux. À travers ce travail, réédition au format poche d’un titre initialement paru en 2008, l’auteure offre à ses lecteurs une ouverture à une discipline malheureusement trop peu connue, malgré des enjeux communs à toutes les disciplines.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, la datation du Néolithique, qui est dépendante des critères de définition retenus ainsi que des régions considérées.

2 Les productions « artistiques » du Paléolithique supérieur les plus abstraites, par exemple, dont la symbolique échappe au préhistorien, ne permettent pas d’établir d’hypothèses vérifiables sur leur sens.

3 La philosophie française de la technique, par exemple, s’appuie sur les mêmes références centrales. Cette interdisciplinarité s’explique par le caractère récent, et encore minoritaire dans le champ académique, de l’intérêt pour les techniques, que ce soit en anthropologie, en philosophie, en sociologie ou encore en histoire.

4 André Leroi-Gourhan, Le geste et la Parole, 2 tomes, Paris, Albin Michel, 1964-1965.

5 Bertrand Gille (dir.), Histoire des Techniques. Technique et civilisations, technique et sciences, Paris, Gallimard, coll. « La Pléïade », 1978.

6 Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1989 [1958].

7 Il s’agit là d’une des raisons principales de l’illusion rétrospective du progrès.

8 Cette thèse reste extrêmement répandue, que ce soit dans le champ universitaire ou en dehors.

9 Transfert d’une technique d’une population à une autre.

10 L’auteure donne l’exemple du clavier Dvorak, plus performant que le Qwerty et pourtant moins employé (p. 110-111).

11 L’ethnologie et l’éthologie le montrent, comme le souligne l’auteur (p. 111-112).

12 Cf. Joëlle Proust, « L’animal intentionnel », Terrain, n° 34, 2000, p. 23-36.

13 Par exemple, la cartographie permet de formuler des hypothèses sur le lieu d’origine d’une invention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Mécréant, « Sophie A. de Beaune, L’homme et l’outil », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 06 juillet 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35719

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page