Navigation – Plan du site

Valérie Bonnet, Albane Geslin (dir.), « Les mots de l’écologie », Mots n°119, 2019

Pauline Massé
Les mots de l'écologie
Valérie Bonnet, Albane Geslin (dir.), « Les mots de l'écologie », Mots, n° 119, mars 2019, Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9791036201301.
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure où l’écologie est installée dans le paysage politique et où la recherche en sciences humaines et sociales s’est largement emparée de cet objet, la revue Mots consacre ce numéro à l’actualité des discours en matière d’environnement. Les six contributions partent d’un postulat commun : « rien n’est plus politique que l’acte de désigner » (p. 10). Elles se font donc largement écho, ceci malgré la diversité des thèmes abordés (controverses environnementales, acceptabilité lexicale, perceptions de l’avenir, questions de mémoire, etc.), des méthodes utilisées (analyse des discours ou des champs lexicaux, entretiens individuels, analyse topique, etc.) ainsi que des disciplines impliquées (des sciences du langage et de la communication aux sciences sociales).

2Pris dans son ensemble, le dossier opère une déclinaison des échelles et des lieux de production des discours et rend compte des tensions incessantes dans la production des savoirs liés à l’environnement : entre les opérateurs économiques et les militants, entre la société civile et les scientifiques, entre les collectivités territoriales et leurs habitants, etc. La circulation importante des matériaux langagiers et des discours – à travers leurs incessantes réappropriations, détournements et critiques – constitue ainsi un dénominateur commun aux contributions. Le langage, par sa capacité à porter et à imposer des imaginaires, est mis en lumière en tant qu’instrument majeur de gouvernementalité.

3Béatrice Fracchiolla analyse la construction et l’évolution du discours de deux partis écologistes des années 2000, les Verts français et les Verdi italiens, ceci à travers une vingtaine d’entretiens menés dans chaque parti auprès des adhérents militants. Elle met en évidence la polysémie des termes environnement et écologie dans les discours et les statuts des partis politiques, liés aux spécificités des contextes nationaux. En revanche, la dialectique du proche et du lointain, « noyau sémantique de l’écologie », est un dénominateur commun aux deux partis : « ce lien qui unit l’un à l’autre, l’individuel à l’universel, l’expérimental à la règle est constant » (p. 16). La force du terme d’écologie tient dans le fait qu’il fasse autant référence à la science et au concept qu’à l’idéologie, et qu’il autorise de nombreux recoupements entre systèmes scientifiques et systèmes de pensée humaine.

4Kjersti Fløttum, Øyvind Gjerstad et Anje Müller Gjesdal enquêtent sur les représentations de l’avenir dans les blogs francophones portant sur le changement climatique. Ils en identifient les différentes perspectives – optimistes, neutres, pessimistes ou de refus – à partir d’une analyse qualitative des occurrences des termes avenir et futur et de leurs contextualisations. Les résultats donnent à voir la forte dominance des représentations pessimistes en matière de changement climatique. Puisque le changement climatique n’est pas observable par le grand public, les discours produits sont largement basés sur des rapports d’experts. L’article pointe ainsi le rôle de ces derniers dans la surreprésentation du vocabulaire dysphorique en matière de discours environnementaux. Aussi, il conclut sur les liens entre la communication faite autour du climat et la mise en œuvre de certaines mesures politiques.

  • 1 Le développement d’énergies décarbonées et/ou renouvelables constituerait une solution majeure aux (...)

5La contribution de Yeny Serrano, Christine Heinlich, Cyrille Bodin, Philippe Chavot, Anne Masseran et Jean Zoungrana analyse la mise en place de projets de géothermie profonde au sein de l’Eurométropole de Strasbourg, développés dans le cadre de mesures prises par certaines collectivités territoriales en faveur de la « transition énergétique ». Alors que la référence à ce champ devait leur octroyer « une légitimité a priori évidente » (p. 51)1, les trois-quarts de ces projets ont fait l’objet de vives oppositions. Le débat s’est cristallisé autour d’une expression spécifique, premièrement formulée par un chercheur puis récupérée par les opposants : « la géothermie profonde n’est pas mature ». Ce qui n’était qu’une expression s’est transformée en argument pour justifier le refus des projets par les opposants, une évolution qui témoigne des échanges circulaires entre les domaines du discours militant et ceux du discours scientifique. En revanche, bien que cette « formule-argument » ait placé au premier plan l’incertitude technique pour justifier le refus des projets, les auteurs montrent que ce sont « plutôt les questions liées à leurs implantations territoriales qui posent problème » (p. 64). Le rapport au territoire a ainsi constitué un moteur sous-jacent de mobilisation contre les projets de géothermie, une dimension qui ressort dans les contributions qui suivent.

  • 2 Le CBM est un gaz qui reste captif de couches charbonneuses profondes et non exploitées. Il n’est p (...)
  • 3 Octroyé par l’État à des entreprises minières pour une durée de cinq ans, renouvelable deux fois. I (...)
  • 4 Topçu Sezin (dir.), « Transition(s) énergétique(s) et changements politiques », Revue international (...)

6Celle de Marieke Stein, d’abord, à travers la controverse du gaz de charbon en France (2006-2018) qui a fait l’objet d’un conflit de nomination dont elle analyse les enjeux stratégiques et politiques. Les vives controverses ayant eu lieu autour du gaz de schiste au début des années 2010 se sont en partie fondées sur la critique de la fracturation hydraulique, une technique à laquelle faisaient appel les projets d’extraction de « Coal Bed Methane » ou « CBM »2 dans le Nord-Est de la France. L’entreprise détenant les Permis exclusifs de recherche (PER)3 a alors mis en place une stratégie à deux faces : la dissociation du CBM du gaz de schiste, puis l’imposition de nouvelles désignations dans l’espace public, « pseudo-scientifiques » et à « vocation persuasive ». Nommé « gaz de charbon », le CBM devient à partir de 2011 le « gaz de houille » ou le « grisou ». Dans un ancien bassin minier, l’emploi de ces termes a fait appel à une forme de familiarité ainsi qu’à la continuité historique, ce qui a largement contribué à l’acceptabilité de ces projets. Dans la lignée de Sezin Topçu4, ce cas d’étude met en lumière la force du langage comme instrument de gouvernementalité, ainsi que le lien entre acceptabilité et gouvernementalité.

7Partant du postulat que les slogans constituent un élément essentiel des stratégies de présentation des individus et des collectifs, Laurence Vignes effectue une étude diachronique de ceux-ci dans le cadre des mouvements d’oppositions au gaz de schiste en France. Le corpus étudié est issu des deux manifestations parmi les plus significatives du mouvement : Villeneuve-de-Berg en Ardèche en 2011, et Barjac dans le Gard en 2016. La lutte s’étant étalée sur plusieurs années, les slogans politiques ont été essentiels pour assurer la parenté entre les causes défendues ; à la fois géographique (le Larzac), actancielle (la figure de José Bové), linguistique (espagnol et occitan) puis factuelle (la résistance à l’oppresseur). La première manifestation s’est mobilisée autour de la préservation de l’identité régionale ardéchoise, de l’attachement à la terre et à la qualité de vie. En 2016, la lutte est passée à une autre échelle à travers la mise en lien avec des PERsimilaires ou d’autres types, en France et à l’international. Elle fait valoir une demande d’interdiction générale : « Ni ici, ni ailleurs, ni aujourd'hui, ni demain ». Assurant la continuité des imaginaires, le rapport au territoire a constitué une ressource première pour ces mobilisations, auquel s’est ensuite mêlée une montée en généralité voulant donner à voir la portée universelle de la lutte et des problématiques qu’elle mettait en lumière.

  • 5 Löwy Michael et Sayre Robert, Révolte et mélancolie : le romantisme à contre-courant de la modernit (...)
  • 6 Henry-David Thoreau, Bernard Charbonneau, Murray Bookchin, Yvan Illich, André Gorz et Arne Naess.
  • 7 Il étudie ces discours à partir de trois médias : Le Monde, Le Figaro et France TV Info.

8Le fait que des causes locales attirent des opposants géographiquement éloignés, de même que certaines luttes s’élèvent contre des projets à priori écologiques, est expliqué par Guillaume Carbou à travers la théorisation de l’un des moteurs idéologiques de l’écologie politique qu’il nomme « topique romantique ». Le romantisme est ici à entendre dans son sens politique5 : « une protestation culturelle contre la modernité industrielle et capitaliste fondée sur le rejet du désenchantement du monde qu’elle produit » (p. 107). Le corpus choisi est double : six auteurs considérés comme fondateurs ou précurseurs de l’écologie politique6 ; les discours d’internautes s’opposant aux projets de Center Parc de Roybon en Isère puis celui de la « ferme des mille vaches » dans la Somme7. L’analyse de l’auteur donne à voir la persistance dans le temps des principaux traits de la topique romantique. Partant d’une réaction globale face au désenchantement du monde, elle vise à « ré-outiller » la société à partir de la protestation contre les diverses aliénations de l’individu : économique (critique de la croissance perpétuelle), politique (bureaucratie et utilitarisme gestionnaire), philosophique (critique de la raison), épistémique (critique du paradigme de la modernité) et technique.

  • 8 Experts scientifiques et techniques, société civile, opérateurs économiques.

9L’idée d’une « topique romantique » comme dénominateur commun des mouvements en matière d’écologie politique constitue un point de départ fructueux pour pointer quelques absences dans le panorama des contributions proposées. La topique romantique laisse de côté la dimension des rapports au pouvoir des mobilisations environnementales, puis les manières dont certaines revendiquent d’autres formes politiques. Une dimension qui est aussi absente des contributions, alors qu’elle permettrait de caractériser ce qui différencie et partage certains mouvements au sein de la « nébuleuse » écologiste. L’État reste quant à lui peu abordé en comparaison des autres acteurs8 tandis qu’il constitue un producteur important de discours (par exemple en matière de « transition énergétique »). Enfin, de même que le romantisme de l’écologie politique reste très européano-centré, les pays des « Suds » sont absents du panorama. Or le thème de l’écologie politique, non seulement s’y trouve foisonnant mais questionne autrement les problématiques environnementales à travers la dimension des rapports de pouvoirs.

  • 9 Barbe Fréderic, « La “zone à défendre'” de Notre-Dame-des-Landes ou l’habiter comme politique », No (...)
  • 10 Centemeri Laura et Renou Gildas, « Jusqu'où l'économie écologique pense t-elle l'inégalité environn (...)
  • 11 Pailloux Anne-Laure, « Zone d’aménagement différé contre “zone à défendre”. Analyse d’une lutte pou (...)
  • 12 Zibechi Raul, Movimientos sociales en América Latina. El « 'undo otro », México, Desde Abajo, coll. (...)

10La confrontation entre diverses aires géographiques aurait peut-être permis de dégager un autre dénominateur commun de l’écologie politique, que les contributions prises dans l’ensemble font d’ailleurs ressortir : celui du rapport au territoire et plus généralement de l’habiter (les façons d’être au monde, de faire avec le monde, d’en être à la fois le bâtisseur et l’habitant). Ainsi, le numéro fait émerger une tension majeure entre deux échelles de production des discours en matière d’environnement. Celle, majoritairement officielle, des mots d’ordre de l’action publique et des rapports scientifiques, où les discours oscillent entre géo-ingénierie, transition énergétique et catastrophisme. Celle, locale, de la redéfinition constante de ces discours du fait de la confrontation avec le territoire. À cette échelle se confrontent tout particulièrement paroles profanes et expertes dans le cadre de controverses autour de projets d’aménagements. La mémoire des aménagements, les luttes historiques mais aussi les attaches paysagères, le mode de vie, etc. jouent alors un rôle majeur dans la réception de ces projets par les populations. Le rôle de l’habiter est ici crucial : à la fois moteur et parfois horizon d’action de certaines mobilisations dites environnementales, il est donc politique9 et constitue un autre de leurs dénominateurs communs, ce que tendent à montrer plusieurs recherches récentes en la matière101112.

Haut de page

Notes

1 Le développement d’énergies décarbonées et/ou renouvelables constituerait une solution majeure aux problématiques posées par le changement climatique.

2 Le CBM est un gaz qui reste captif de couches charbonneuses profondes et non exploitées. Il n’est pas récupérable par des techniques dites « conventionnelles » car son extraction nécessite des forages horizontaux, généralement associés à la fracturation hydraulique. Il se distingue ainsi à la fois du gaz de houille, gaz manufacturé issu de la combustion du charbon, puis du grisou qui désigne « un gaz combustible qui se dégage spontanément dans les mines de houille » (p. 72).

3 Octroyé par l’État à des entreprises minières pour une durée de cinq ans, renouvelable deux fois. Ici, il définit les conditions dans lesquelles l’entreprise est autorisée à effectuer les travaux de recherche du CBM en vue de son exploitation future.

4 Topçu Sezin (dir.), « Transition(s) énergétique(s) et changements politiques », Revue internationale de politique comparée, vol. 24, n° 1-2, 2017.

5 Löwy Michael et Sayre Robert, Révolte et mélancolie : le romantisme à contre-courant de la modernité, Paris, Payot, 1992.

6 Henry-David Thoreau, Bernard Charbonneau, Murray Bookchin, Yvan Illich, André Gorz et Arne Naess.

7 Il étudie ces discours à partir de trois médias : Le Monde, Le Figaro et France TV Info.

8 Experts scientifiques et techniques, société civile, opérateurs économiques.

9 Barbe Fréderic, « La “zone à défendre'” de Notre-Dame-des-Landes ou l’habiter comme politique », Norois, n° 238-239, 2016, p. 109-130.

10 Centemeri Laura et Renou Gildas, « Jusqu'où l'économie écologique pense t-elle l'inégalité environnementale ? Autour de l’œuvre de Joan Martinez Alier », in Larrère Catherine (dir.), Les inégalités environnementales, Paris, PUF, 2017, p. 3-72.

11 Pailloux Anne-Laure, « Zone d’aménagement différé contre “zone à défendre”. Analyse d’une lutte pour l’autonomie dans/de l’espace rural », Justice spatiale. Spatial justice, n° 7, janvier 2015, disponible rn ligne : http://www.jssj.org/article/zone-damenagement-differe-contre-zone-a-defendre-analyse-dune-lutte-pour-lautonomie-dansde-lespace-rural/.

12 Zibechi Raul, Movimientos sociales en América Latina. El « 'undo otro », México, Desde Abajo, coll. “Primeros Pasos”, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Massé, « Valérie Bonnet, Albane Geslin (dir.), « Les mots de l’écologie », Mots n°119, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 08 juillet 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35787

Haut de page

Rédacteur

Pauline Massé

Doctorante en géographie au sein du laboratoire EVS (Environnement, ville, société), à l’Université Lumière Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page