Navegación – Mapa del sitio

Anne-Sophie Bruno, Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France (19e-20e siècle)

Patrick Cotelette
Anne-Sophie Bruno, Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France (19e-20e siècle), Publibook/Société écrivains, col. « Sciences humaines et sociales / histoire », 2006, 275 p., @ean : 9782748311303.
Inicio de página

Texto completo

1Etouffée sous le poids d'une histoire sociale et économique largement préoccupée par les grandes entreprises et le monde de l'usine, négligée par l'histoire de l'immigration, l'histoire contemporaine de la petite entreprise n'en est qu'à ses débuts. Issu des journées d'études « Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France (19è-20è) » organisées les 23 et 24 octobre 2003 à l'Ecole Normale Supérieure de Paris, cet ouvrage réunit différentes contributions qui se veulent « comme un premier pas » dans l'analyse des quatre thématiques centrales de l'histoire de la petite entreprise étrangère.

2Un premier axe se centre sur le pays d'accueil et porte sur le statut de l'entrepreneur étranger en France. Sachant que l'entrepreneur étranger est pris entre le principe de liberté de commerce et les exigences des politiques de contrôle de l'immigration, il est dès lors intéressant d'interroger la manière dont le droit qualifie au cours du temps ceux, immigrés récents ou de longue date, qui font œuvre de commerce. Cette interrogation passe également par une étude de l'arbitraire administratif que l'on observe dans les manières qu'ont les autorités compétentes (Chambre de Commerce et d'Industrie, préfectures, etc.) de qualifier de fait les petits entrepreneurs étrangers. Ce double niveau de questionnement se retrouve chez Claire Zalc (« De la liberté du commerce pour tous à la carte de commerçant étranger (19ème siècle-1938) ») dont l'approche de long terme permet d'observer la « nationalisation » juridique croissante du monde de la petite entreprise et la superposition cumulative de logiques policière, économique et discriminatoire dans l'application des lois. Céline Leglaive-Perani (« Les petites entrepreneurs étrangers au temps de l'aryanisation (1941-1944) : le cas des marchands ambulants et forains ») fait de même en s'intéressant aux aspects administratifs et législatifs de l'aryanisation et aux pratiques de l'aryanisation sur le terrain. L'originalité de son travail repose dans l'analyse des dossiers de l'administrateur Schuttler, lui-même commerçant établi en boutique, qui témoigne dans ses commentaires des différentes logiques policière, économique et discriminatoire (entre nationaux et non-nationaux) à l'œuvre chez les autres autorités de l'époque. Mais elle souligne dans le même temps la rupture que constitue le régime de Vichy quant au rapport des autorités aux commerçants étrangers puisque la principale variable discriminatoire devient bien celle de la judaïté. L'article d'Anne-Sophie Bruno (« L'attribution des cartes de commerçants étrangers. Le cas des indépendants tunisiens (1978-1982) ») clôt cet axe thématique en se concentrant, à l'aide d'une régression logistique, sur l'analyse du processus concret d'examen de dossiers passant par diverses autorités : la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris, les Chambres de Métiers, les préfectures et le Ministère du Commerce. On remarque ainsi que la CCIP et la préfecture de Paris convergent sur les critères nationaux à l'œuvre dans l'examen des dossiers mais divergent sur sa dimension implicite de défense économique.

3Le deuxième axe (ainsi que les suivants) se centre quant à lui sur les migrants et porte plus spécifiquement sur la place de la petite entreprise dans les parcours migratoires. Cette place est en effet capitale puisque les stéréotypes sociaux tendent en effet à la voir comme le signe assuré d'une ascension économique et sociale. En réalité, on doit bien se garder d'avoir une vision unique de la signification sociale de la petite entreprise pour les migrants. Dalila Berbagui (« Trajectoires de travailleur-se-s indépendant-e-s étranger-ère-s dans le département du Rhône : mobilités et statuts socioprofessionnels (seconde moitié du XXème siècle) ») montre ainsi, par le biais d'une étude statistique décrivant différentes trajectoires professionnelles de migrants espagnols, portugais et Tunisiens en France, la multiplicité des significations attachées à la petite entreprise. C'est également le travail de Francesca Sirna (« D'ouvriers agricoles à entrepreneurs : parcours de deux migrants italiens en région PACA après la Seconde Guerre Mondiale ») qui nous permet de mieux observer cette multiplicité par l'analyse documentée de la trajectoire migratoire de deux Italiens en France et de leur signification, tant pour les migrants eux-mêmes que pour leur famille restée au pays. L'intérêt de ce travail est dans le même temps de montrer le caractère parfois non prémédité de l'installation permanente dans le pays d'accueil. A cet égard, les travaux de Marie Sengel sur les migrants sub-sahariens (« Ouvrir un commerce à son compte, se faire un nom. Itinéraires de migrants subsahariens installés au marché de Noailles (Marseille, Ier) : 1980-2000 ») offrent une vision différente puisque les projets d'installation y sont bien plus prémédités (sans doute en raison de la différence de distance entre le pays d'origine et la France) et s'inscrivent dans une logique d'honneur et de lutte contre l'anonymat que le pays d'origine ne semblait pas permettre. L'idée de l'indépendance du petit commerçant étranger est ainsi battue en brèche puisque l'on sent bien l'importance de la communauté d'accueil dans ces divers parcours. C'est bien ce que montre par ailleurs Françoise de Barros (« Trajectoires d'une maisonnée immigrée autour d'une petite entreprise de 1929 à nos jours ») qui, par un travail monographique de détail augmenté de nombreux entretiens, interroge les rapports existants entre les différentes périodes de l'activité économique d'une entreprise de textile fondée par une immigrante polonaise et les différentes configurations familiales connues par la fondatrice au cours de son existence.

4Le troisième axe s'intéresse aux stratégies d'implantation et de localisation et pose la question du rapport des petits entrepreneurs étrangers aux frontières physiques, identitaires et normatives qu'ils affrontent et façonnent dans le même temps. L'intérêt des trois textes composant cet axe thématique est de mettre l'accent sur le troisième type de frontière qui est généralement assez négligé. Benoît Noël (« Outsiders. Petites entreprises et petits entrepreneurs anglo-calaisiens dans le marché français des tulles et dentelles mécaniques dans la première moitié du XIXème siècle ») analyse ainsi les installations anglaises d'industries tullières au Calaisis pendant la première moitié du XIXème siècle et la diversité des types et des trajectoires de ces entrepreneurs. Il montre alors le jeu opéré par beaucoup de ces entrepreneurs autour des règles différentes de brevet et de commerce en France et en Angleterre. Lucine Endelstein (« Les Juifs originaires d'Afrique du Nord, acteurs du développement du commerce cacher ») montre quant à elle, à partir d'entretiens réalisés dans les commerces casher du 19ème arrondissement parisien, le rapport ambigu des entrepreneurs et des consommateurs aux normes et aux pratiques ethniques et religieuses judaïques. Enfin Leyla Sall (« Les territoires commerciaux des Sénégalais à Paris. L'exemple des espaces de vente touristiques de la Tour Eiffel et du Château de Versailles ») analyse l'organisation de la communauté sénégalaise parisienne et de ses espaces de vente à la sauvette. La question du rapport de ces vendeurs illégaux avec la police, chargée du respect des frontières normatives, y est fort intéressante puisque Leyla Sall y introduit le poids des tiers que sont les commerçants installés et les communautés concurrentes de vendeurs à la sauvette.

5Le quatrième et dernier axe analyse les pratiques entrepreneuriales en répondant aux trois questions classiques que l'on trouve dans ce champ de recherche. C'est ainsi Pierre-Jacques Derrainne (« Migration et travail des entrepreneurs piémontais du chantier du tunnel ferroviaire de Blaisy (Côte-d'Or), 1845-1851 ») qui nous offre un éclairage sur les déterminants de l'esprit d'entreprise en étudiant tant l'organisation du travail sur un chantier ferroviaire au XIXème siècle qu'en comparant les caractéristiques des entrepreneurs et des ouvriers étrangers présents. Apparaissent ainsi les qualités sociales qui ont été nécessaires pour faire vivre une entreprise « expatriée ». Annick Grandemange et Hélène Steinmetz (« Les fournisseurs d'une petite entreprise juive polonaise de Lens, 1945-1952 ») se penchent quant à elles sur le rapport qu'entretient une petite entreprise étrangère (la même que celle étudiée par Françoise de Barros, Maria Grecu et Etienne Penissat) avec d'autres entreprises étrangères. Elles montrent la façon dont cette petite entreprise fondée par une immigrante polonaise modifie de 1945 à 1952 son réseau de fournisseurs, passant d'un réseau majoritairement ethnique dans un contexte de pénurie à un réseau répondant plus à une logique économique dans un contexte de croissance. Maria Grecu et Etienne Penissat (« Une économie de la confiance. Analyse d'une pratique de vente à crédit à Lens, 1952-1995 ») se penchent sur la même entreprise et s'intéressent à l'autre versant du problème commercial, c'est-à-dire le rapport aux clients. L'objet central de l'article est ainsi de montrer, d'une part, l'encastrement des relations commerciales dans des relations sociales plus larges d'interconnaissances et de confiance et, d'autre part, les différentes méthodes employées par la petite entreprise pour assurer cet encastrement. Le crédit est central dans ce système et permet aux auteurs d'offrir une démonstration convaincante que « la relation économique [...] s'appuie sur mais sert aussi les relations sociales ».

6Ces différents axes bénéficient également de courtes mais précieuses introductions : Alexis Spire sur « l'entrepreneur étranger à l'épreuve du droit », Marie-Claude Blanc-Chaléard sur « la petite entreprise dans les trajectoires migratoires », Emmanuel Ma Mung sur les « stratégies d'implantation et de localisation », Michel Lescure sur « les pratiques entrepreneuriales ». Ces introductions indiquent clairement l'état des réflexions sur les thèmes abordés et l'apport heuristique des différents travaux qui composent ce recueil. A cela s'ajoute une conclusion finale de Jean-Pierre Hassoun qui synthétise bien l'apport des différentes contributions en recontextualisant l'ensemble par rapport aux recherches actuelles sur la question de la petite entreprise et de l'entrepreneur étranger.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Patrick Cotelette, « Anne-Sophie Bruno, Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France (19e-20e siècle) », Lectures [En línea], Reseñas, 2007, Publicado el 07 enero 2007, consultado el 16 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/357

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página