Navigation – Plan du site

Katrine Marçal, Le dîner d’Adam Smith

Marie Duru-Bellat
Le dîner d'Adam Smith
Katrine Marçal, Le dîner d'Adam Smith. Comment le libéralisme a zappé les femmes et pourquoi c'est un gros problème, Paris, Editions Les Arènes, 2019, 256 p., trad. Hélène Hervieu, ISBN : 978-2-7112-0079-5.
Haut de page

Texte intégral

1Journaliste suédoise, Katrine Marçal propose dans ce livre de revisiter d’un ton léger, souvent humoristique, les présupposés de la science économique dominante, tellement diffuse qu’elle imprègne insidieusement toute la société contemporaine. Tâche sans nul doute ambitieuse mais qu’elle entreprend avec une conviction contagieuse, mâtinée d’un féminisme qui ne l’est pas moins.

2Le point de départ – qui inspire le titre a priori mystérieux donné au livre – consiste à souligner que l’économiste Adam Smith, père de l’économie politique à la fin du XVIIIe siècle, célèbre pour avoir mis en exergue le ressort de l’intérêt personnel dans toutes les conduites, a négligé que, dans la vraie vie, nombre d’entre elles ne s’expliquaient guère de cette manière. C’est le cas quand sa mère (avec qui il a vécu toute sa vie) lui prépare à dîner, mais aussi de tous ces comportements de « maintenance » de la vie quotidienne (éducation des enfants, soin de la maisonnée…), bref de « tout ce qu’ils [les hommes] ne font pas, mais dont ils sont dépendants pour pouvoir faire ce qu’ils font » (p. 30). On peut soutenir que le monde fonctionne sur la base de l’intérêt, de la rationalité, de la quête de la satisfaction de ses besoins précisément parce qu’à côté, dans un monde à part, il y a celles dont les ressorts sont plutôt à chercher du côté de la solidarité et des sentiments. Et la perspective féministe qui imprègne tout l’ouvrage pointe ici son nez…

3Katrine Marçal s’attache ensuite à démontrer qu’il y a, dans cette économie qui se met en place au XIXe puis au cours du XXe siècle, toute une conception du monde et de la personne : la « logique économique » prétend donner les clés du sens de l’existence. Un paramètre de base est que l’individu est isolé, comme seul au monde ; la référence à Robinson Crusoé, populaire chez les économistes en ce qu’il symbolise l’entrepreneur moderne et ingénieux, illustre pourtant aisément qu’il s’agit là d’une illusion : en effet, pour satisfaire son désir illimité d’améliorer sa situation, Robinson se trouve contraint d’aller puiser dans l’épave du bateau les biens que d’autres que lui ont produits. Mais cette représentation est véritablement fondatrice : « si seulement chacun se contente d’être égoïste, alors, de façon magique, cet égoïsme se transforme en bénéfice pour l’ensemble des hommes » (p. 41) : c’est la fameuse « main, invisible » qui, partant de nos égoïsmes et de la poursuite de notre seul intérêt personnel, va produire l’équilibre de la société.

4Cela produit aussi une certaine image de la prospérité et de la croissance : Katrine Marçal rappelle que les économistes notent avec humour que si un homme épouse sa femme de ménage, le PIB baisse tandis que s’il met sa mère dans une maison de retraite, le PIB augmente… Ces observations se fondent sur la façon dont on comptabilise la richesse et la valeur du travail, selon qu’il est effectué sur le « marché » ou au sein de la famille, comme si le travail non rémunéré des femmes était une « ressource naturelle » ou une « infrastructure invisible » (p. 81), sur lesquelles reposent pourtant l’existence même de l’homo œconomicus et sa reproduction.

5Cette conception abstraite de l’existence se traduit entre autres par le succès des modèles mathématiques mobilisés pour faire fonctionner au mieux les instruments économiques comme la finance. Puisque les comportements sont censés être purement individuels et rationnels, on peut prédire les investissements et les achats sur les marchés financiers. Pourtant, quelle que soit la sophistication mathématique des modèles, l’histoire montre aisément que les comportements de tous sont marqués par ce que font les autres, par ce qu’ils ont fait et ce que l’on pense qu’ils feront : les autres, le passé et le futur escompté pèsent autant que l’intérêt personnel du moment. La confiance et, parfois, les hallucinations collectives interviennent constamment et régissent aujourd’hui tout le fonctionnement des marchés, et de la monnaie au premier chef. L’oublier fait de l’économie et tout spécialement de la finance des univers abstraits, un jeu (qui peut vite virer à la catastrophe si les algorithmes s’emballent ou s’enrayent), dans des mondes déconnectés de la réalité.

6La réalité, ce sont des personnes jamais purement rationnelles, jamais purement égoïstes, jamais entièrement coupées de tous les autres. Les psychologues démontrent le développement de l’altruisme au fil du développement de l’enfant, tandis que de nombreuses observations témoignent du fait qu’il suffit parfois d’introduire une incitation économique pour dissuader des personnes d’un comportement qui obéissait jusqu’alors à des motivations bien plus altruistes : on venait chercher son enfant à la crèche à l’heure par devoir, pour ne pas déranger le personnel, mais on sera plus souvent en retard dès lors qu’on paiera une amende dans ce cas.

7Cependant, de manière générale, il faut à tout prix préserver une franche dichotomie entre amour et argent : « il semble que nous soyons incapables d’imaginer que ces deux moteurs puissent cohabiter dans une seule et même personne, indépendamment de son sexe » (p. 152). Ceci permet entre autres de ne pas payer ou de moins payer les tâches de soin des autres, alors que l’on aurait pu organiser l’économie autour de ce qui compte vraiment pour les gens. Dans la perspective économique qui domine aujourd’hui nos sociétés, nos sentiments et nos émotions comptent moins que l’état des marchés, scrutés en permanence et volontiers personnalisés : les marchés « réagissent », « sont inquiets », ne sont pas « convaincus », etc.

8Le néolibéralisme, promus par Thatcher et Reagan, a accentué le règne des marchés, à telle enseigne que le rôle des États devient avant tout d’en préserver le bon fonctionnement, en premier lieu en créant de la concurrence dans tous les domaines. Il convient aussi de soutenir ceux qui en sortent vainqueurs : les riches œuvrent pour le bien de tous et il est normal qu’ils aient du pouvoir sur le cours des choses ; le sens de la vie, c’est d’entreprendre et de rentabiliser son « capital humain », pour satisfaire ses propres besoins et engranger des bénéfices... C’est ainsi que l’économie définit l’individu, soit une définition très particulière que Katrine Marçal n’hésite pas à qualifier de masculine, dominée par l’abstraction, la rationalité, l’objectivité ; une définition où le corps comme les sentiments, ainsi que les relations – parfois la dépendance – aux autres n’ont pas de place. Nombre de situations a priori folles – construire une piste de ski à Dubaï, par exemple, deviennent alors rationnelles, dès lors – seul critère valable – que des personnes sont prêtes à payer pour en profiter… L’économie crée ainsi des désirs et les moyens d’y répondre à court terme, en espèces sonnantes et trébuchantes. Disparaissent de son angle de vue des questions telles que la justice de telles dépenses (qui paye, qui en profite ?), ou encore le gaspillage de ressources naturelles ainsi engendré. Se sentir bien dans le monde, et non le posséder, avoir le sentiment de le maîtriser, c’est là une perspective incongrue pour l’homo œconomicus.

  • 1 Pour ne citer ici qu’un ouvrage récent de la même tonalité que celui de Katrine Marçal :Thomas Porc (...)

9Sans aucun doute, ce livre alerte fait réfléchir aux présupposés de l’économie. Mais la thèse centrale du livre – l’économie est « une théorie du monde liée au genre et basée sur notre peur collective du féminin » (p.220) – peut susciter quelques réserves. D’abord parce que renvoyer l’abstraction, l’individualisme et le rationnel au masculin, et réserver au féminin le souci des autres, le corps et la dépendance est un exercice un peu simple, niant notamment toute perspective d’économie féministe, même si sa force démonstrative est réelle. De plus, on ne peut ignorer que l’économie est loin d’être monolithique ; contentons-nous de citer les « économistes atterrés » qui questionnent la plupart des conclusions de l’économie dominante (qualifiée alors d’orthodoxe), et plus encore son utilisation politique1. Il reste que présenter de manière aussi limpide les principes de base de l’économie constitue un tour de force tout à fait appréciable, qui donnera aux néophytes l’envie d’aller plus loin.

Haut de page

Notes

1 Pour ne citer ici qu’un ouvrage récent de la même tonalité que celui de Katrine Marçal :Thomas Porcher, Traité d’économie hérétique, Paris, Fayard, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Katrine Marçal, Le dîner d’Adam Smith », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 09 juillet 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35800

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page