Navigation – Plan du site

Mathieu Quet, Impostures pharmaceutiques. Médicaments illicites et luttes pour l’accès à la santé

Lalla Coulibaly, Mariama Boureïma Doulaye et Baba Gana Elhadji Moustapha Chétima
Impostures pharmaceutiques
Mathieu Quet, Impostures pharmaceutiques. Médicaments illicites et luttes pour l'accès à la santé, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2018, 242 p., ISBN : 9782359251418.
Haut de page

Texte intégral

1Au Sud comme au Nord, la circulation de « faux » médicaments est un problème de santé publique qui préoccupe les acteurs politiques et sanitaires. Quoi de plus légitime en effet que de protéger les populations contre des produits pharmaceutiques inefficaces, de mauvaise qualité ou, pire encore, dangereux, tels que ces vaccins contre la méningite qui ont été administrés au Niger en 1995 et qui ont causé la mort de 2 500 personnes ? On ne peut a priori qu’approuver les mesures prises par les institutions internationales et les États pour lutter contre les « faux » médicaments : saisies par les douanes de remèdes « falsifiés » ou « illicites », démantèlement de réseaux de contrebande, adoption de lois et de politiques interdisant la vente de médicaments « contrefaits »… Mais que recouvrent en réalité ces différents qualificatifs ? C’est ce que tente de comprendre Mathieu Quet dans cet ouvrage, qui décrypte « l’envers du faux ». « En vertu de quelles lois, de quelles normes, de quels standards, de quelle conception de la santé publique des médicaments sont-ils considérés comme illicites ? La lutte contre ces médicaments est-elle une œuvre de santé publique ou masque-t-elle une stratégie commerciale qui ne dit pas son nom ? Désigne-t-elle un grave problème ou contribue-t-elle à promouvoir les intérêts de la Big Pharma ? » (p. 17). Telles sont les questions que l’auteur tente d’éclairer.

2La démarche théorique de Mathieu Quet relève de l’analyse des controverses. Son enquête s’appuie notamment sur des entretiens et observations réalisés en Inde et au Kenya, auprès de fabricants de médicaments, de pharmaciens, de cabinets de conseil, de laboratoires de contrôle de qualité…

3Si la notion de « faux » médicaments peut désigner des produits dont la composition a été falsifiée, des médicaments dégradés suite à de mauvaises conditions logistiques ou encore dont le délai de péremption est dépassé, l’auteur montre que ce label est aussi utilisé pour déqualifier des médicaments capables de sauver des vies, au motif que leur commercialisation est rendue illicite par la loi.

4La première partie du livre montre ainsi comment des industries pharmaceutiques du Nord parviennent à imposer des politiques « anti-contrefaçons » aux États et aux institutions internationales. Au-delà des produits pharmaceutiques réellement falsifiés, ces politiques touchent aussi de « vrais » médicaments produits dans des pays du Sud, mais dont la fabrication ne respecte pas un protocole de traçabilité très exigeant imposé par les normes pharmaceutiques des pays du Nord. L’argument de la contrefaçon conduit encore à écarter du marché de certains pays des médicaments génériques, dont le coût est moindre, afin de préserver les intérêts des grandes marques de médicaments protégées par un brevet.

5Au Kenya, par exemple, les industries pharmaceutiques des pays du Nord ont soutenu l’adoption en 2008 d’une loi prohibant la contrefaçon en général. Elles ont ensuite invoqué cette loi pour faire interdire les antirétroviraux génériques qui étaient utilisés pour soigner à moindre coût des malades du sida. L’amalgame entre médicaments « génériques » et médicaments « contrefaits » est également à l’origine d’importantes saisies de médicaments indiens opérées par les douanes européennes. Ces affaires ont déclenché de très vives protestations, portées par des associations de patients et par des ONG. Le respect du droit de la propriété intellectuelle peut-il ainsi primer sur l’enjeu de santé publique ?

  • 1 Au milieu des années 1970, l’OMS a encouragé une industrie locale pour que les produits interdits d (...)

6La situation est rendue d’autant plus complexe que la production pharmaceutique est largement mondialisée, du fait de deux phénomènes successifs : dans un premier temps, la délocalisation des usines du Nord vers les pays du Sud1 et dans un second temps, l’expansion de la production pharmaceutique dans les pays du Sud et du commerce entre ces pays. À cet égard, le Kenya et l’Inde n’ont pas été choisis au hasard. Abordés par l’auteur comme des « laboratoires de mutations pharmaceutiques », ces deux pays sont particulièrement intéressants dans la mesure où ils ont développé une industrie pharmaceutique, en produisant notamment des médicaments génériques. Aujourd’hui troisième producteur mondial en volume, l’Inde tente de s’imposer sur le marché mondial du médicament ; plus modeste, l’industrie pharmaceutique kenyane joue cependant un rôle important dans l’approvisionnement des pays d’Afrique.

7Dans la seconde partie, Mathieu Quet montre que la chasse aux médicaments « faux » ou « contrefaits » est la nouvelle stratégie mise en œuvre par les grandes industries pharmaceutiques du Nord, la Big phama, pour conter le commerce Sud-Sud de médicaments et imposer leurs produits brevetés au niveau mondial.

8Dans la troisième partie, l’auteur analyse les rouages de cette lutte comme le moyen d’organiser le marché. Contrairement à ceux qui estiment que la guerre contre les « terroristes pharmaceutiques » et autres « malfrats médicaux » permet de lutter efficacement contre les médicaments illicites, les industries pharmaceutiques vont plus loin en défendant l’idée que cette lutte doit passer par le contrôle de la trajectoire des médicaments. C’est ce que l’auteur appelle le « régime logistique pharmaceutique », qui vise à augmenter la consommation mondiale de leurs médicaments dans le monde. Ce régime « se caractérise avant tout par le type de contrôle qu’il exerce, et plus précisément sur quoi il s’exerce. À première vue, comme tout autre régime logistique, il porte sur des trajectoires – ici, les flux de médicaments. Ce qu’il vise à encadrer, c’est là où un médicament (ou un ensemble de médicaments) peut aller, là où il ne peut pas aller, dans quelles conditions il peut être utilisé » (p. 175).

  • 2 Johanna Crane, Scrambling For Africa. AIDS, Expertise, and the Rise of America, Global Health Scien (...)
  • 3 Joseph Dumit, Drugs for Life, Duke University Press, Durham, NC, 2012.

9Plusieurs études mettent en lumière les facettes ambivalentes de l’extension du marché pharmaceutique. Sur le versant positif, Crane2 montre que si les pays d’Afrique subsaharienne ont été longtemps considérés comme trop pauvres et trop chaotiques pour bénéficier des médicaments antirétroviraux, le changement de mode de vie et de comportement des années 2000 a permis d’amorcer en Afrique une lutte efficace contre le VIH. À l’inverse, l’étude de Dumit3 montre comment, en redéfinissant le taux de cholestérol considéré comme pathologique, les firmes pharmaceutiques ont fait basculer une grande partie de la population américaine dans la catégorie « à risque » sur le plan des accidents cardiovasculaires, ce qui leur a permis de considérablement augmenter leurs ventes de médicaments contre le cholestérol.

10En somme, l’ouvrage met en évidence que les industries du Nord instrumentalisent la lutte contre les « faux » médicaments pour monopoliser les marchés pharmaceutiques et vendre toujours plus, en contrôlant les circuits au niveau mondial. Telle serait donc la véritable « imposture pharmaceutique ».

Haut de page

Notes

1 Au milieu des années 1970, l’OMS a encouragé une industrie locale pour que les produits interdits dans les pays riches ne soient pas vendus dans les pays en voie de développement. La notion de contrefaçon a vu le jour dans les textes de l’OMS suite à la conférence de Nairobi en 1985.

2 Johanna Crane, Scrambling For Africa. AIDS, Expertise, and the Rise of America, Global Health Science, Ithaca, NY, Cornell University Press, 2013.

3 Joseph Dumit, Drugs for Life, Duke University Press, Durham, NC, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lalla Coulibaly, Mariama Boureïma Doulaye et Baba Gana Elhadji Moustapha Chétima, « Mathieu Quet, Impostures pharmaceutiques. Médicaments illicites et luttes pour l’accès à la santé », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35846

Haut de page

Rédacteurs

Lalla Coulibaly

Étudiante en master 2 socio-anthropologie de la santé à l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Thème de recherche : les représentations sociales autour de la grossesse hors mariage chez les adolescentes.

Mariama Boureïma Doulaye

Étudiante en master 2 socio-anthropologie de la santé à l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Thème de recherche : les rapports entre les parturientes agents de santé et leurs collègues agents de santé lors de leurs accouchements au CHR poudrière de Niamey.

Baba Gana Elhadji Moustapha Chétima

Étudiant en master 2 socio-anthropologie de la santé à l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Thème de recherche : Pratiques et résistances autour de la contraception du post-partum dans les services de santé de Tessaoua.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page