Navigation – Plan du site

Éric Phélippeau, L’Argent de la politique

Ibrahima Fatouma Azilaya, Ahmad Elhadji Abalacan et Aboubacarime Mamadou
L'argent de la politique
Éric Phélippeau, L'argent de la politique, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, 265 p., ISBN : 978-2-7246-2335-2.
Haut de page

Texte intégral

1Aux États-Unis, un sénateur républicain, Boies Penros, disait déjà en 1896 : « Vous nous faites élire au Congrès ; nous passons des lois qui vous permettent de gagner de l’argent […] et vous utilisez une partie de vos profits pour contribuer à financer nos campagnes afin de nous faire réélire, pour passer de nouvelles lois afin de vous permettre de gagner encore plus d’argent »1. L’argent et la politique semblent entretenir des liens étroits au nord comme au sud de la planète. Si, en Occident, les coûts exorbitants des campagnes électorales et les nombreuses affaires de malversation impliquant les politiciens choquent et mobilisent souvent l’opinion, dans les pays en voie de développement, particulièrement en Afrique, la politique est d’abord et surtout « une affaire d’argent ». Qu’en est-il du cas particulier de la France ? Ce livre ambitionne de « rendre plus transparente la question du financement de la vie politique » en France (p. 5).

2Selon Éric Phélippeau, les relations entre l’argent et la politique dans l’hexagone ont rarement fait l’objet de travaux académiques, alors qu’elles ont été abondamment étudiées dans le contexte des pays anglo-saxons. Des « foulards de luxe offerts par une ancienne ministre à une ministre anglaise de la Justice imaginaire » (p. 5) à l’affaire dite des fonds libyens impliquant un ex-ministre de l’Intérieur, des nombreuses affaires politico-financières jalonnent la vie politique en France, malgré l’existence d’un arsenal juridique et institutionnel encadrant le financement de celle-ci.

3La première partie de l’ouvrage fait la chronologie du processus de réforme de la réglementation du financement de la vie politique, « qui se déploie dans l’hexagone depuis 1988 » (p. 21). Ce processus trouve ses sources dans les années 1970, qui constituent un tournant. Elles ont été marquées par des campagnes électorales aux coûts records, par la multitude des scandales financiers, par les critiques à l’encontre du poids de l’argent en politique, par l’émergence d’une « idéologie de la transparence » à gauche et par le développement d’un journalisme d’investigation sur les affaires politico-financières. La question du financement de la vie politique a donc été mise à l’agenda politique. Une mission d’information s’est même rendue aux États-Unis pour s’inspirer du modèle américain en la matière : une trentaine de propositions de lois ont alors été déposées par des parlementaires, qui sont cependant restées sans suite.

4À la fin des années 1980, le gouvernement prend lui-même en charge la question. En janvier 1988, deux projets de lois sont déposés en Conseil des ministres. L’un concerne le code électoral et l’autre la transparence financière. Ils visent tous deux à réformer le financement de la vie politique en France. C’est la première fois que le pouvoir public français légifère sur cet enjeu. Pour Éric Phélippeau, ce revirement pourrait s’expliquer par le déclin progressif de la politique idéologique subséquente à la cohabitation de 1986, d’une part, et par les mutations internes au Parti socialiste, d’autre part. En effet, face aux réalités de l’exercice du pouvoir, le Parti socialiste amorce un virage, passant de la social-démocratie au social-libéralisme, ce qui implique l’acceptation du cadre économique néolibéral tout en maintenant l’objectif de la préservation de l’État social. Cette mutation a pour conséquence de rendre moins visibles les clivages doctrinaux entre divers courants de l’échiquier politique français, d’où l’importance prise par une politique de la confiance axée davantage sur la crédibilité des acteurs politiques que sur leur penchant idéologique.

5Dans la deuxième partie, l’auteur note que, face à l’argent des entreprises, les candidats et les organisations partisanes ne sont pas en situation d’égalité. C’est pourquoi la quête de la transparence dans le milieu politique français a été à ses débuts un combat porté par des partis issus de la gauche, le Parti socialiste et le Parti communiste français, qui reçoivent très peu de financement des entreprises. En effet, avant leur première expérience de la gestion de l’État, le Parti socialiste et ses alliés, notamment les communistes, défendent une certaine idéologie sociale proche du mouvement ouvrier et opposée à l’exploitation supposée de la part de la bourgeoisie capitaliste entreprenante. Par conséquent, les financements provenant des entreprises leurs sont pratiquement inaccessibles, contrairement à leurs adversaires, qui en bénéficient pleinement.

6Dans ce combat pour la transparence de la vie politique, les organisations politiques de gauche sont suppléées par les médias qui, en dénonçant des « affaires » scandaleuses, saisissent l’opportunité d’accroître leur chiffre d’affaire dans un contexte de grave crise des ventes. La publication des « affaires » est un thème doublement promoteur pour la presse : elle améliore son image auprès de l’opinion qui la perçoit comme gardienne du temple.

  • 2 Loi n° 90-55 du 15 janvier 1990 relative à la limitation des dépenses électorales et à la clarifica (...)

7La troisième partie est centrée sur les usages et les effets de la nouvelle législation qui, à partir de 1988, entend réguler le financement de la vie politique. Pour la collecte et la gestion des fonds de campagne, les candidats et les partis ont de tout temps compté sur des collaborateurs. Par le passé, c’étaient des personnages peu connus et discrets. C’est notamment le cas de Jean-Claude Mery, révélé au public en septembre 2000 par le journal Le Monde, qui fut une pièce maitresse dans le financement occulte du Rassemblement pour la République au profit de Jacques Chirac, ou celui d’André Rousselet, proche de Mitterrand et associé au financement de plusieurs de ses campagnes. La loi du 15 janvier 19902 a notamment permis de codifier le rôle de ces intermédiaires occultes à travers l’institutionnalisation effective du mandataire financier. Son article L.52.4 prévoit qu’« un candidat ne peut avoir recueilli des fonds en vue du financement de sa campagne que par l’intermédiaire d’un mandataire nommément désigné » (p. 174). Les mandataires entretiennent un lien fort avec l’univers du militantisme politique, comme le montre l’enquête réalisés par Éric Phélippeau : « Si quatre des dix mandataires interrogés peuvent se prévaloir d’un savoir-faire qui a trait à des expériences comptables ou gestionnaires, neuf d’entre eux se caractérisent surtout par des attaches militantes parfois anciennes » (p. 179). Le mandataire est au cœur du dispositif de campagne et son rôle exige de la rigueur et de la disponibilité. Il mobilise des savoir-faire techniques et comptables, contacte des prestataires pour leur demander des devis puis, une fois la campagne terminée, il transmet un bilan financier à la Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques (CNCCFP).

Partant du constat que le nombre des partis politique en France est passé de 293 en 2007 à 493 en 2017, dont de nombreux micro-partis, l’auteur postule qu’il existe une relation entre la multiplication des partis politiques et la réglementation qui encadre et plafonne le financement de la vie politique. Est-ce pour percevoir des aides publiques que se créent de nouveaux partis ? L’enquête d’Éric Phélippeau montre que les micros-partis captent rarement le financement public. L’explication se trouve plutôt dans une faille de la loi du 19 janvier 19953 qui, si elle plafonne à 7 500 € les dons qu’une personne physique peut faire à un parti, ne limite pas (du moins jusqu’en 2013) le nombre de partis qu’une même personne peut financer simultanément.

8L’Argent de la politique d’Éric Phélippeau traite d’un sujet passionnant et d’actualité : la problématique du lien entre l’argent et la vie politique, en France. Le livre a l’avantage de faire le tour complet des partis politiques français, de l’extrême droite à l’extrême gauche. Il jette un regard sur différents niveaux de responsabilité politique au sein de l’appareil d’État, du gouvernement aux collectivités territoriales en passant par le Palais Bourbon et le Parlement européen. Cependant, le titre peut paraitre globalisant quand le contenu s’intéresse au seul cas de la France. Par ailleurs, étant donné l’importance de la question de financement de la vie politique, il serait intéressant que des études similaires touchent d’autres pays afin de permettre des comparaisons.

Haut de page

Notes

1 Cité par Le Monde diplomatique, juin 2010, disponible en ligne : https://www.monde-diplomatique.fr/2010/06/A/19208.

2 Loi n° 90-55 du 15 janvier 1990 relative à la limitation des dépenses électorales et à la clarification du financement des activités politiques : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000341734.

3 Loi n° 95-65 du 19 janvier 1995 relative au financement de la vie politique : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005617565.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ibrahima Fatouma Azilaya, Ahmad Elhadji Abalacan et Aboubacarime Mamadou, « Éric Phélippeau, L’Argent de la politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35871

Haut de page

Rédacteurs

Ibrahima Fatouma Azilaya

Étudiante en master 2 de socio-anthropologie de la santé à l’Université de Niamey, s’intéresse à l’implémentation des programmes et projets de la santé de reproduction des adolescents et jeunes.

Ahmad Elhadji Abalacan

Étudiant en master 2 de socio-anthropologie à l’Université de Niamey, s’intéresse aux questions politiques, géopolitiques et particulièrement dans l’espace sahélo saharien.

Aboubacarime Mamadou

Étudiant en master 2 droit de l’homme et droit humanitaire à l’Institut de l’Elite de Niamey, s’intéresse aux questions des réfugiés au Niger.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page