Navigation – Plan du site

Gaëlle Vicherd, Philippe Roux (dir.), « Hospitalités », De(s)générations, n° 29, 2019

Élise Martin
Hospitalités
Gaëlle Vicherd, Philippe Roux (dir.), « Hospitalités », De(s)générations, n° 29, 2019, 95 p., Saint-Étienne, Association de(s)générations, ISBN : 9782355752803.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les éditorialistes rappellent que la revue se veut être une « revue de militantisme intellectuel ».

1L’objectif de ce numéro de De(s)générations sur l’hospitalité est affiché dès la première page, il s’agit de dépeindre et de défendre une hospitalité politique et universelle : il n’est « nullement question ici d’humanitaire, encore moins de charité, mais bien d’un choix politique décisif. Une nécessité logique, une intelligence collective indispensable » (Gaëlle Vicherd et Philippe Roux, p. 1). Ce dossier engagé1 s’apparente à un plaidoyer pour l’accueil des exilés, au sens où les auteurs militent pour une hospitalité inconditionnelle.

  • 2 Toutes les photographies de Calais sont extraites de google street view ou produites par Colette Yo (...)
  • 3 La thématique du cahier de dessins d’Éric Manigaud (réalisés à partir de photographies d’archives) (...)

2Le numéro regroupe des contributions aux formes diverses : des textes philosophiques (d’Étienne Balibar, Christiane Vollaire, Georges Didi-Huberman et Marie-José Mondzain), un entretien avec le philosophe René Schérer (par Alexandre Costanzo), des entretiens menés avec des exilés (par des membres de De(s)générations) et avec des bénévoles à Calais (par Colette Youinou). Les textes sont accompagnés de photographies de Calais extraites de Google street view, de photographies prises en février 2017, à Calais également2, et enfin d’un livret de dessins qui montrent la répression violente des manifestations algériennes en octobre 1961 à Paris (par Éric Manigaud3).

3Il paraît intéressant de tirer deux fils rouges qui traversent les différentes contributions, à savoir la façon dont les auteurs abordent et dénoncent la violence – protéiforme – perpétrée à l’égard des exilés et la façon dont ces mêmes auteurs imaginent et inventent une politique de l’hospitalité.

4Dans ce numéro, la violence faite aux étrangers et aux exilés est scandée et rappelée régulièrement dans les textes et à travers les images. Les migrants racontent leur parcours (p. 13-21) et témoignent de la violence de l’administration des pays européens. Les mots qu’ils emploient renvoient à la criminalisation des errants et à ce qui s’apparente à une traque (il est question de « menottes », de « vérifications d’empreintes » et de « centre de rétention », p. 17-18). D’autres contributions mettent l’accent sur la « guerre » d’usure menée « contre les solidarités sociales et politiques » (Christiane Vollaire, p. 30). À Calais, les bénévoles décrivent par exemple la difficulté croissante à rentrer dans la Jungle: « tous les soirs pendant des mois, il fallait réexpliquer ce que l’on venait faire là, subir les fouilles et les regards suspicieux », ou encore « l’interdiction d’[y] stationner » (Colette Youinou, p. 71 et 76).

  • 4 Symboliquement, les auteurs ont choisi de mettre ces photographies des forces de l’ordre barrant la (...)
  • 5 Et donc après le démantèlement de la Jungle qui a eu lieu à l’automne 2016.

5Plusieurs contributions mettent en avant une violence moins médiatisée qui est la violence psychologique et symbolique qui accompagne tout démantèlement de campement informel. Les textes et les images traduisent la douleur des exilés mais aussi des bénévoles face à la destruction de ces lieux matériellement et affectivement habités. Inhospitaliers et précaires, les camps sont aussi des espaces où des hommes, des femmes et des enfants créent et inventent d’autres formes d’habiter, forcés par les circonstances. Les photographies prises à Calais présentes dans le numéro témoignent des contradictions de la Jungle, à la fois terre hostile et terre d’accueil. Alors que les photographies en noir et blanc tirées de Google street view montrent des hauts murs en béton (p. 32 et p. 81) et des policiers aux visages floutés qui barrent la route et contrôlent l’accès au camp4, les photographies prises en février 20175 montrent des traces de vie : une pile de matelas abandonnés ou encore des restes de cahuttes abandonnées à la hâte (Colette Youinou, p. 12, p. 22 et p. 52). On en conclut que cet espace clos et insalubre était aussi un lieu habité, vécu et vivant. « Il y a quand même quelque chose qui a été créé de toute pièces, dans des conditions de survie inimaginables, avec simplement de la bonne volonté, des bouts de bois et des bouts de plastiques. Il y a une ville qui est sortie d’une dune » (Colette Youinou, p. 77).

  • 6 Forcés d’aller vivre sur l’île crétoise, les malades avaient réussi à organiser une vie sur l’île j (...)

6La contribution de Marie-José Mondzain invite à prolonger la réflexion sur ces lieux fermés où se recrée une société à part. Elle revient dans son texte sur un film réalisé par Jean Daniel Pollet en 1973, L’ordre, et dresse un parallèle entre l’expropriation des lépreux de l’île de Spinalonga6 et l’expulsion des exilés de la Jungle de Calais : « À Spinalonga, les malades rejetés dans l’île avaient su organiser une vraie vie sociale et créer les modalités d’un vivre ensemble plein d’humanité et d’amour. N’est-ce pas ce qui s’est passé à Calais dans la zone d’inhospitalité où l’on parquait les émigrants ? Un véritable tissu de cohabitation et de sociabilité avait construit un monde de signes et d’échanges au cœur de l’exclusion et de la déréliction. De la même façon, faussement réintégrés dans l’espace commun, les lépreux sont installés dans un monde où plus rien n’est partageable ni partagé. L’inhospitalité du régime hospitalier produit la dissolution des liens qui avaient été créé dans l’exil insulaire » (p. 83).

  • 7 Importance du pluriel du terme, titre du numéro de la revue.

7Les photographies, les dessins, les entretiens et les textes de ce numéro sont autant de moyens de garder une trace du passage d’habitants dans ces lieux éphémères que sont les îles et les camps, et de donner corps aux hospitalités7 c’est-à-dire à toutes les actions menées pour et avec les migrants. Les artistes et les chercheurs disent exercer leur « devoir d’hospitalité », qui est « un devoir d’image » qui vise à « donner sa visibilité au corps et à la parole de ceux qui sont effacés » (Marie-José Mondzain, p. 82).

8Au-delà de la volonté de témoigner et d’honorer le parcours des exilés et le leurs lieux de vie, fussent-ils temporaires, le numéro propose aussi des textes philosophiques qui invitent à s’interroger sur la mise en place d’une politique de l’hospitalité, dans une visée prospective.

  • 8 Dans Zum ewigen Frieden (Vers la paix perpétuelle).

9Nombreux sont les auteurs de ce numéro à soutenir un accueil inconditionnel des exilés. Ceux-ci se réfèrent à Kant, qui voyait en l’hospitalité « une condition transcendantale de la paix »8 (René Schérer, p. 37), et tentent de le dépasser. René Schérer montre que la proposition de Kant ne va pas assez loin puisqu’elle ressemble à « un droit de visite », une sorte « d’autorisation touristique » (p. 35), c’est-à-dire la possibilité de rentrer sur un territoire dans des cas bien précis et en respectant la législation de chaque État-nation. Il démontre que la limite principale à la mise en place d’un principe transcendantal et universel d’hospitalité est le fait que « le nationalisme [prend] sans cesse le pas sur l’internationalisme » (p. 35).

10Face à ce constat, Étienne Balibar propose par exemple de donner corps à un « droit de l’hospitalité » (p. 9) qui se référerait à un « principe des principes » : « les migrants en situation d’errance jouissent de droits opposables aux lois et règlements étatiques » (p. 9). De ce principe découleraient plusieurs règles fondamentales visant à « limiter l’arbitraire des États » (p. 8), parmi lesquelles « l’interdiction du refoulement », l’interdiction de brutaliser les errants, ou encore d’externaliser la gestion des flux migratoires (p. 9-10)

  • 9 La pensée de ces auteurs est essentiellement développée par René Schérer et Georges Didi-Huberman d (...)

11Plus globalement, les textes de ce numéro se veulent être des manifestes contre « l’immobilisme » (René Schérer, p. 47), nourris de références philosophiques, littéraires, et poétiques. Les contributeurs abordent, entre autres, la « géophilosophie » de Deleuze et Guattari (p. 33-52) et les théories de Nancy et Derrida autour de l’acceptation de la différence et le vivre ensemble (p. 53-59). Ils évoquent aussi la figure poétique sans cesse réinventée du vagabond, de Baudelaire à Kerouac en passant par Benjamin (p. 33-52) ou Celan (p. 57)9. Face à la fermeture des États-nations et au renforcement du contrôle aux frontières, plusieurs auteurs défendent la possibilité de se mouvoir librement. René Schérer rappelle que la marche, « condition physiologique » (p. 47) de l’être humain, est non seulement un droit (défendu par Kant) mais aussi un processus qui se justifie physiquement par la géométrie de la planète Terre. En effet, « la rotondité même de la terre fait que les hommes errants, marchant au hasard droit devant eux […] finissent nécessairement par se rencontrer et donc à s’admettre » (René Schérer, p. 47).

  • 10 C’est surtout le cas du livret de dessins d’Éric Manigaud

12En somme, les textes, photographies et dessins de ce numéro possèdent des visées différentes : la volonté de choquer10, de témoigner, ou encore celle de convaincre que le droit à l’hospitalité est un combat politique fondamental. Néanmoins, les contributions ont pour point commun de plaider pour la re-connaissance de « la part mobile de l’humanité » (Étienne Balibar, p. 10) formée par les migrants, érigés en « véritables co-acteurs de notre vie sociale et politique » (Christiane Vollaire, p. 30).

Haut de page

Notes

1 Les éditorialistes rappellent que la revue se veut être une « revue de militantisme intellectuel ».

2 Toutes les photographies de Calais sont extraites de google street view ou produites par Colette Youinou.

3 La thématique du cahier de dessins d’Éric Manigaud (réalisés à partir de photographies d’archives) diffère du reste des contributions puisque l’auteur donne à voir la façon dont les manifestations algériennes d’octobre 1961 à Paris ont été réprimées (explications p. 93). La violence d’État visible dans ces dessins semble faire écho à la violence actuelle perpétrée par les États européens à l’égard des exilés.

4 Symboliquement, les auteurs ont choisi de mettre ces photographies des forces de l’ordre barrant la route aux migrants en ouverture et en fermeture du numéro.

5 Et donc après le démantèlement de la Jungle qui a eu lieu à l’automne 2016.

6 Forcés d’aller vivre sur l’île crétoise, les malades avaient réussi à organiser une vie sur l’île jusqu’à ce qu’on décide de les rapatrier sur le continent.

7 Importance du pluriel du terme, titre du numéro de la revue.

8 Dans Zum ewigen Frieden (Vers la paix perpétuelle).

9 La pensée de ces auteurs est essentiellement développée par René Schérer et Georges Didi-Huberman dans leurs contributions respectives (p. 33-52 et p. 53-59).

10 C’est surtout le cas du livret de dessins d’Éric Manigaud

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Martin, « Gaëlle Vicherd, Philippe Roux (dir.), « Hospitalités », De(s)générations, n° 29, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35893

Haut de page

Rédacteur

Élise Martin

Doctorante en géographie, laboratoire ART-DEV, université Montpellier 3.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page