Navigation – Plan du site

Sébastien Boulay et Francesco Correale (dir.), Sahara Occidental. Conflit oublié, population en mouvement.

Maman Inoua Elhadji Mahamadou Amadou, Mahamane Lamine Salissou Moussa et Mahamane Kané Mansour Basamassi
Sahara occidental
Sébastien Boulay, Francesco Correale (dir.), Sahara occidental. Conflit oublié, population en mouvement, Tours, Presses universitaires Francois Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018, 424 p., ISBN : 978-2-86906-688-5.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif rend compte d’un conflit géopolitique qui s’enlise depuis les années 1960 au Sahara Occidental. Il dénonce vigoureusement le silence à son sujet de la communauté académique française et encourage les chercheurs de toutes disciplines, notamment en sciences sociales, à s’intéresser à ce conflit qui semble avoir été oublié. Les contributions réunies sous la direction de Sébastien Boulay et Francesco Correale permettent de cerner l’histoire du peuple sahraoui : son identité, son origine, sa dynamique de résistance à l’invasion ainsi que l’actualité et les acteurs du conflit.

2Dans la partie introductive du livre, les coordonnateurs détaillent les caractéristiques qui nourrissent le conflit sahraoui : la division du territoire du Sahara Occidental et des Sahraouis entre eux (les pro-Maroc et les indépendantistes du Front Polisario), la forte émigration des jeunes Sahraouis liée à leur manque de perspectives, le piétinement des droits fondamentaux (l’éducation, la liberté d'expression, la santé, etc.) et l’oppression de l’État marocain sur les indépendantistes. Ces derniers ont engagé, dès le retrait des Espagnols en 1975, diverses stratégies (à l’interne et à l’externe) pour lutter contre la nouvelle occupation de la majeure partie du territoire sahraoui par le Maroc.

3La première partie de l’ouvrage est consacrée à la genèse du conflit qui, s’il touche le Sahara Occidental, semble aller au-delà puisqu’il constitue un point de désaccord entre les pays du Maghreb. Francesco Correale récapitule les luttes engagées par les indépendantistes sahraouis. L’histoire du Sahara Occidental est celle d’un territoire désertique, peuplé par quelques tribus nomades qui n’ont jamais été organisées en État-nation. Elle est aussi intimement liée à celle de ses voisins, le Maroc, la Mauritanie et l’Algérie. Après quelques tentatives infructueuses au XVe siècle, les Espagnols ont colonisé le territoire entre 1884 et 1975. À la suite du désengagement de l’Espagne, le territoire a été réclamé par le Maroc et la Mauritanie. Depuis lors, le Front Polisario est en lutte contre le Maroc pour reprendre le contrôle du Sahara Occidental.

4Dans le chapitre suivant, Alberto López Bargados revient sur l’implication de quelques acteurs déterminants dans le conflit sahraoui, parmi lesquels Ali Boaida. Ce puissant commerçant a marqué l’histoire contemporaine du Sahara Occidental : impliqué dans la « guerre d’Ifni » de 1957-1958, il a collaboré avec les colonisateurs espagnols et s’est rapproché du camp pro-Maroc. Cela lui vaut d’être considéré à la fois comme un traître aux yeux du peuple sahraoui et comme un héros de la cause nationaliste marocaine. Mais, selon l’auteur, ces représentations ne suffisent pas à rendre compte de la position mitigée qu’a conservée le personnage tout au long du conflit, qui visait à préserver ses intérêts commerciaux.

5Enrique Bengochea Tirado analyse ensuite les dynamiques de lutte engagées par les femmes à travers des structures et associations féminines situées dans les camps de réfugiés. Dans ce contexte, les femmes participent aux affaires politiques et au développement des projets ayant pour objectif leur autonomisation. Plus loin dans la troisième partie, Joanna Allan donne l’exemple des vaillantes mères-martyrs Aminatou Haidar (la « Ghandi sahraoui ») et Tekbar Haddi, considérées comme les figures de proue du mouvement sahraoui non violent contre l’occupation marocaine.

6La première partie se termine par une contribution de Romain Simenel qui s’attèle à démontrer le rôle des tribus des nomades de Bondjour dans le conflit : chacun des antagonistes (le Front Polisario et le Royaume du Maroc) essaie d’enrôler des tribus de nomades de son côté. Dans cette lutte, le Front Polisario bénéficie du soutien de l’Algérie, qui voit son intérêt de plus en plus menacé suite au retrait des Espagnols.

7La deuxième partie de l’ouvrage présente le cadre juridique du conflit, dont Carlos Ruiz Miguel analyse le contour. Tout d’abord, les résolutions de 1965 et de 1966 ont statué sur la décolonisation et l’autodétermination du peuple sahraoui. En 1990, la résolution 690 du Conseil de sécurité de l’ONU a abouti à un cessez-le-feu entre les belligérants et au projet d’un referendum qui, faute d’accord entre les parties, n’a pu être organisé. Ainsi, le conflit attend toujours une résolution définitive qui semble encore difficile à atteindre. Selon Yahia H. Zoubir, les facteurs de blocage sont avant tout les manœuvres géopolitiques autour du conflit. Mais les causes du conflit du Sahara Occidental ne sont pas uniquement géopolitiques. En effet, Delphine Lourtau souligne que les indépendantistes revendiquent des droits économiques, sociaux et culturels. Sur le plan économique, l’émergence d’un État sahraoui priverait le Maroc de ressources naturelles importantes (phosphates, minerais, pétrole off-shore et ressources halieutiques). Quant à l’Algérie, elle miserait sur le contrôle du port de l’Atlantique, du côté ouest du Sahara, pour abaisser considérablement le coût d’exportation de ses matières premières. Soupçonné d’être impliqué dans des commerces illégaux, et même dans la traite des migrants, le Front Polisario voit son intérêt menacé.

8La troisième partie de l’ouvrage rend compte des dynamiques locales du conflit. Elle analyse la stratégie des Sahraouis pour occuper des postes à responsabilité à travers la révolution et les contestations. Alice Wilson montre que la révolution se poursuit depuis les camps de réfugiés à travers des sursauts nationalistes, d’une part, et indépendantistes, d’autre part. Dans le même ordre d’idée, Victoria Veguilla del Moral explique que cette révolution a fait naitre des ambitions de pouvoir chez les élites sahraouies. Ces dernières se sont lancées à la conquête de postes d’élus au niveau des collectivités territoriales, afin de défendre leur cause. L’auteure illustre les dynamiques sociales et politiques de la société sahraouie avec l’exemple de la mobilisation pendant les campagnes électorales. Sébastien Boulay évoque quant à lui une autre forme de lutte pacifique, celle de la création des sites web à travers lesquels le mouvement sahraoui organise son expression politique. Ainsi, les nouvelles technologies de communication constituent aujourd’hui un vecteur important pour la cause sahraouie.

9La quatrième partie de l’ouvrage montre comment l’art sahraoui est utilisé par le gouvernement à des fins de promotion identitaire. Violleta Ruano Posada explique d’abord l’évolution de la musique nidal au sein de la lutte sahraouie. « Ce style de musique n’est que l’expression de la volonté politique du gouvernement », comme l’a souligné l’ancien ministre sahraoui, Mohamed Mouloud (p. 247). Le mouvement de la révolution saharaouie touche de plus en plus les jeunes de tous bords, y compris ceux de la diaspora, qui ont développé des réseaux internationaux stylistiques et thématiques de solidarité et de militantisme. La chercheuse Tara F. Deubel inventorie les recherches qui portent sur la politique de représentation culturelle au Maroc et au Sahara Occidental. Elle montre que la poésie a donné une nouvelle voix au mouvement de résistance politique. L’anthropologue Juan Carlos Gimeno Martin plaide pour préserver la culture du peuple sahraoui, qui risque de disparaître au profit de celle du peuple du Maroc. Il prend pour exemple le film Legna: habla el verso saharaui1 qu’il a coréalisé. Ce film retrace la mémoire orale du Sahara Occidental « à partir de sa poésie et de la voix des poètes, établis en exil dans les camps de Tindouf, pour les faire connaitre aux jeunes Saharaouis, quel que soit leur lieu de résidence, et à un plus vaste monde » (p. 284).

10La cinquième partie prend pour objet les phénomènes de migration engendrés par le conflit. L’histoire de l’émigration des Sahraouis, principalement à Bordeaux, où ils vivent dans des situations difficiles, remonte aux années 1980. Madina Querre, Maria Lefort, Benjamin Dejust, Romain Foucard et Nayem Hamadi Farayi, dans leur contribution éclairent cet état de fait. Les migrants Sahraouis sont pourchassés par la police locale sous silence des autorités politiques. Cette situation occasionne une forte mobilisation des groupes associatifs pour soutenir ces derniers. Carmen Gómez Martín offre ensuite une étude sur les associations de migrants sahraouis en Espagne, qui constituent pour la chercheuse une porte d’entrée dans l’analyse de la société sahraouie par-delà ses frontières.

11Étant l’un des plus vieux conflits internationaux encore « vivants », le conflit du Sahara Occidental est cependant un conflit « oublié » ou « gelé ». En effet, ce conflit qui oppose le Royaume du Maroc et le Front Polisario, avec l’implication de l’Algérie, depuis la seconde moitié du XXe siècle, est emblématique d’enjeux géopolitiques inextricables dans le Sahara Occidental. C’est ce que retrace méticuleusement cet ouvrage collectif, qui n’échappe pas à quelques répétitions entre les parties. On peut également regretter que le livre laisse intouchée la question des nouvelles formes d’insécurité (terrorisme, crimes organisés, trafics de tout genre, etc.) qui pourraient menacer la région. Cette question nous semble pourtant primordiale, du fait que le Sahara Occidental n’est pas à l’abri des menaces terroristes qui se développent dans les pays voisins et au Sahel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maman Inoua Elhadji Mahamadou Amadou, Mahamane Lamine Salissou Moussa et Mahamane Kané Mansour Basamassi, « Sébastien Boulay et Francesco Correale (dir.), Sahara Occidental. Conflit oublié, population en mouvement. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 12 juillet 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35903

Haut de page

Rédacteurs

Maman Inoua Elhadji Mahamadou Amadou

Diplômé d’un master en relations internationales, études de sécurité, résolution des conflits et politiques de paix.

Mahamane Lamine Salissou Moussa

Diplômé d’un master en sociologie, science de l’éducation pour la prise de conscience en matière de l’environnement à travers l’école.

Mahamane Kané Mansour Basamassi

Titulaire d’une licence en géoscience et environnement et d’une licence en technique pétrolière.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page