Navigation – Plan du site

Lectures partenaire d’un atelier d’écriture scientifique au Niger

La rédaction de Lectures est particulièrement heureuse d’annoncer la publication récente de cinq comptes rendus qui ont été rédigés par des binômes ou trinômes d’étudiant·es nigérien·nes. Ces comptes rendus ont été produits dans le prolongement de l’atelier d’écriture scientifique organisé par le Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local (Lasdel) à Niamey.

 

 

- Gérard Mauger, Repères (II) pour résister à l'idéologie dominante, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2018.
Compte rendu de Issoufou Djibo Abdoulbaki, Sekou Sala Timbely et Aboubacar Oumarou
publié le 22 juin 2019.

- Gaspard Bianquis, Gustave Kenedi (dir.), « À qui profite la mondialisation ? », Regard croisés sur l'économie, n° 21, juillet 2017.
Compte rendu de Folahin Roméo Hospice Adekambi, Issaka Ousseini Mounkaila, Moussa Soule et Abdoul Raouf Salissou Labo
publié le 28 juin 2019.

- Mathieu Quet, Impostures pharmaceutiques. Médicaments illicites et luttes pour l'accès à la santé, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2018.
Compte rendu de Lalla Coulibaly, Mariama Boureïma Doulaye et Baba Gana Elhadji Moustapha Chétima
publié le 11 juillet 2019.

- Éric Phélippeau, L’argent de la politique, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018.
Compte rendu de Ibrahima Fatouma Azilaya, Ahmad Elhadji Abalacan et Aboubacarime Mamadou
publié le 11 juillet 2019.

- Sébastien Boulay, Francesco Correale (dir.), Sahara occidental. Conflit oublié, population en mouvement, Tours, Presses universitaires François Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018.
Compte rendu de Maman Inoua Elhadji Mahamadou Amadou, Mahamane Lamine Salissou Moussa et Mahamane Kané Mansour Basamassi
publié le 12 juillet 2019.

Revenons plus en détail sur cette expérience à laquelle Lectures s’est associée…

Le Lasdel

Le Lasdel est un laboratoire nigérien et béninois de recherche en sciences sociales qui mène des travaux qualitatifs à base empirique (enquêtes de terrain de type socio-anthropologique), selon des normes de qualité internationale. Fondé en 2001 à Niamey (Niger), puis étendu en 2004 à Parakou (Bénin), il regroupe aujourd’hui une trentaine de membres.

Image 1000000000000237000001A97EE1C0FCB7B36B2A.jpg

Les enseignant·es-chercheur·es du Lasdel sont impliqué·es dans les formations de sciences sociales dispensées à l’Université Abdou Moumouni de Niamey, notamment les masters « Socio-anthropologie de la santé » et « Relations internationales, études de sécurité, résolution des conflits et politiques de paix ». De nombreux cours se déroulent d’ailleurs dans les locaux du Lasdel, où les étudiant·es bénéficient des ressources du centre de documentation géré par l’IRD.

La problématique de l’écriture scientifique

Comment apprendre à des masterant·es, doctorant·es et jeunes chercheur·es à écrire de façon simple, efficace, pertinente pour présenter leurs travaux de recherche en sciences sociales ? Si elle se pose dans tout établissement d’enseignement supérieur, cette question est particulièrement aiguë dans le contexte spécifique des pays du Sahel. En effet, bien que le français est certes la principale langue de l’enseignement scolaire et universitaire, il reste cependant une langue « étrangère » au sens où ce n’est pas la langue maternelle des étudiant·es. S’il existe des bibliothèques et des centres de documentation, la culture du livre et de l’écrit n’est pas profondément ancrée dans les pratiques des jeunes ouest-africains. Et les stages courts de formation à l’écriture scientifique qui sont parfois organisés sur un ou deux jours ne peuvent à eux seuls vaincre la difficulté que rencontrent les étudiants lorsqu’ils doivent produire un mémoire, une thèse ou un article. Cette difficulté se ressent également en matière de publication, face à un « standard » de l’écrit scientifique francophone qui est porté essentiellement par des revues et des éditeurs européens ou nord-américains.

Sensibilité à ces difficultés, un étudiant de l’ENS de Lyon s’est porté volontaire pour mettre au point et animer une formation intensive centrée sur la rédaction scientifique, et le Lasdel a accepté de l’accueillir pendant cinq mois pour tenter l’expérience.

L’atelier d’écriture scientifique 2019 au Lasdel

Entre mars et juillet 2019, deux groupes d’une vingtaine de masterant·es et de doctorant·es fédéré·es par le Lasdel ont participé à une formation de 23 séances de 2 heures animée par Thomas Veret. Organisées sous la forme d’un « atelier » plutôt que celle d’un cours magistral, ces séances ont permis d’aborder aussi bien des questions linguistiques (retour sur des difficultés de la langue) que des questions méthodologiques (comment énoncer une problématique, par exemple), en faisant large place aux expériences et aux questions des étudiant·es.

Image 1000000000000237000001A9228EE67D8FFA24F9.jpgImage 1000000000000237000001A9BFF392F3745DFF79.jpg

Les deux groupes de l’atelier d’écriture scientifique, au Lasdel

En février 2019, rédaction de Lectures s’est associée à l’opération en proposant aux participant·es de l’atelier d’écriture de réaliser des comptes rendus d’ouvrages ou de revues. Il s’agissait d’offrir à cette formation un débouché concret et de permettre aux étudiant·es de se confronter au protocole de publication d’une revue, lequel constitue lui aussi une expérience formatrice.

Une expérience globalement positive

La première édition de l’atelier d’écriture scientifique vient de s’achever, et le bilan (effectué sur la base de questionnaires d’évaluation anonymes) semble très positif. Des prolongements sont à l’étude pour l’an prochain.

Ce succès doit beaucoup à la personnalité et à la compétence de Thomas Veret, agrégé en lettres modernes et titulaire du master de sciences sociales, parcours « Éducation et savoirs en société » à l’ENS de Lyon. Le parcours « Projet long de recherche » (PLR) suivi par Thomas en 2018-2019 permet aux élèves de l’ENS qui se destinent à entreprendre une thèse de disposer d’une année pour préparer leur projet de doctorat, en réalisant notamment un stage dans un laboratoire de recherche à l’étranger. C’est donc dans ce cadre que s’est inscrit son séjour au Lasdel. Notons que le projet d’atelier d’écriture scientifique présenté par Thomas a été retenu dans le cadre des « Initiatives étudiantes ouvertes » et a obtenu à ce titre un appui financier du Collège académique de sciences sociales de l’Université de Lyon. L’an prochain, Thomas Veret va commencer une thèse sur les enjeux sociolinguistiques de l’écriture et de la publication scientifique tout en poursuivant sa collaboration ave le Lasdel et Lectures.

Que soient ici remerciés très chaleureusement l’équipe du Lasdel, tout particulièrement Messieurs Abdoua Elhadji Dagobi, Ali Bako, Mahman Tidjani Alou, Jean-François Caremel, Hamani Oumarou, Siddo Moumouni et Adamou Hissa ; Madame Ramatou Boubacar, de l’IRD ; Thomas Veret et bien sûr les seize rédactrices et rédacteurs qui ont collaboré à la rédaction des comptes rendus que nous avons publiés !

Tous nos encouragements vont encore à celles et ceux qui sont en train de finaliser leur recension.