Navigation – Plan du site

Lila Caimari, La Cité du crime. Buenos Aires 1880-1940

Lilian Mathieu
La cité du crime
Lila Caimari, La cité du crime. Buenos Aires 1880-1940, Paris, CNRS, 2019, 200 p., trad. Sophie Spandonis, préf. Dominique Kalifa, ISBN : 978-2-271-12076-2.
Haut de page

Texte intégral

1Ce bref ouvrage offre une introduction aux travaux antérieurs que l’auteure, historienne au CONICET (l’équivalent argentin du CNRS), a consacrés aux thématiques de la délinquance et de la justice dans la ville de Buenos Aires pendant les dernières décennies du XIXe et la première moitié du XXe siècles. Le lieu et la période sont particulièrement propices à une étude de l’inscription culturelle et sociale de la criminalité : la capitale argentine connaît en un laps de temps très court une explosion spectaculaire de sa population, qui passe de 187 000 habitants en 1867 à plus d’un million et demi en 1914. L’immigration extérieure, et majoritairement européenne (italienne, espagnole, russe, polonaise mais aussi libanaise), apporte la principale contribution à ce peuplement aussi exponentiel que rapide ; en 1914, la moitié de la population de Buenos Aires est de nationalité étrangère.

  • 1 Le terme, référant initialement à la dimension portuaire de la ville, désigne les habitants de Buen (...)
  • 2 Alain Corbin, Les Filles de noce, Paris, Aubier, 1978.

2Quoique appelés par le développement de l’économie argentine, ces migrants sont accueillis avec méfiance par les porteños1 de plus vieille souche, qui n’ont de cesse de les tenir à distance. En découle une évolution de la géographie sociale : les grandes résidences des anciens quartiers du centre sont divisées en appartements modestes (conventillos) par leurs propriétaires, qui migrent dans les nouveaux quartiers huppés du nord de la ville. Lieu de brassage social, l’espace de la rue suscite les craintes les plus vives : volontiers sensationnaliste, la presse se fait l’écho des escrocs, pickpockets et autres voleurs évalués par un commissaire de l’époque à 15 000 en 1894 et dont l’éventuelle nationalité étrangère est systématiquement soulignée. Le thème des « bas-fonds » fait florès et policiers comme journalistes s’essaient à répertorier et hiérarchiser les types de délinquants. Retrouvant sur ce point des constats posés pour la France par Alain Corbin2, Lila Caimari montre comment la peur du vol et de l’agression est avant tout une angoisse de contamination sociale, particulièrement aiguë au sein des anciennes classes dominantes anxieuses devant la concurrence des étrangers et des « parvenus ».

3Les formes de la délinquance comme le discours tenu sur elle évoluent au gré de la modernisation de la société argentine. Le développement du téléphone, par exemple, offre de nouvelles opportunités d’arnaques dans le même temps qu’il représente une forme d’intrusion extérieure dans l’intimité du foyer. Les cambrioleurs s’adaptent en suivant le rythme des sécurisations des coffres-forts et les escrocs multiplient les propositions d’associations juteuses aux naïfs à l’honnêteté parfois douteuse (comme lorsque leur sont présentées des imprimeries de faux billets). La multiplication des automobiles et des routes offre aux malfrats de nouveaux moyens de fuite tout en étendant leur sphère d’action.

4Une attention particulière est consacrée au traitement médiatique de la délinquance, déjà objet de vifs débats éthiques : « jusqu’à quel point est-il souhaitable de recevoir tant d’informations sur les immoralités de l’époque ? » (p. 104). La décence n’est-elle pas menacée par la tentation voyeuriste ? Le devoir d’informer, et de livrer toute la vérité, ne doit-il pas s’arrêter devant le risque du mauvais exemple tentateur ? Ces questions sont d’autant plus posées que s’élève le niveau d’instruction de la population et qu’augmentent les tirages de la presse écrite. La concurrence entre journaux, et leur rapide constat que les crimes et délits sont des thèmes vendeurs, balaient rapidement les scrupules éthiques et la profession s’organise pour recevoir les informations au plus près des sources policières, n’hésitant pas à s’installer dans les locaux de la préfecture. Les policiers ne sont pas en reste qui, en écrivant leurs mémoires ou des essais criminologiques, tentent de systématiser un univers délinquant informel. Comme en Europe, la pathologisation des criminels, et tout spécialement des auteurs d’attentats anarchistes, constitue un thème récurrent de ces tentatives de rationalisation scientifique. Un des intérêts de l’ouvrage est de rappeler combien les mondes délinquants et leur perception sociale se nourrissent mutuellement : l’essor du cinéma, et spécialement des films de gangsters, incite les bandits argentins à se conformer aux stéréotypes hollywoodiens, suscitant dans les années 30 la nostalgie des bas-fonds d’autrefois. L’expansion urbaine aidant, la fin de la séquence étudiée voit s’imposer une nouvelle géographie de la peur, qui ne cible plus tant le port ou les quartiers anciens du centre que les nouvelles cités populaires de la conurbation.

  • 3 Sur cette ville, voir Judith Walkowitz, City of Dreadful Delight, Londres, Virago, 1992.
  • 4 Cf. Jean-Michel Chaumont, Le Mythe de la traite des blanches, Paris, La Découverte, 2009, recensé s (...)

5La Cité du crime est un ouvrage riche et dense, dont l’auteure maîtrise parfaitement le propos. Il souffre cependant de son caractère synthétique, qui contraint à un propos parfois trop général pour qu’on puisse saisir les spécificités et les subtilités du cas argentin. De fait, et l’auteure le souligne, bon nombre de ses constats valent pour d’autres grandes villes de l’époque, telles New York ou Londres3. Certains faits ou événements sont évoqués comme en passant, sans que le lectorat français puisse en comprendre tous les enjeux (ainsi de l’attentat au Teatro Colón), tandis que d’autres, au retentissement international, ne sont pas abordés. Ainsi, l’affaire de la Zwi Migdal, réseau de proxénètes juifs qui organisaient la migration de prostituées d’Europe de l’Est, est absente du livre alors que son retentissement dans les années 30 a nourri la thématique de la « traite des blanches » tout en l’imprégnant d’antisémitisme4. De même pourra-t-on regretter que l’iconographie ne soit pas suffisamment mise en valeur ou commentée, et que la traduction ne restitue pas certains termes originels espagnols. On devra donc appréhender l’ouvrage comme une bonne introduction aux ouvrages plus conséquents de l’auteure, dont on espère qu’ils connaîtront également une prochaine traduction.

Haut de page

Notes

1 Le terme, référant initialement à la dimension portuaire de la ville, désigne les habitants de Buenos Aires.

2 Alain Corbin, Les Filles de noce, Paris, Aubier, 1978.

3 Sur cette ville, voir Judith Walkowitz, City of Dreadful Delight, Londres, Virago, 1992.

4 Cf. Jean-Michel Chaumont, Le Mythe de la traite des blanches, Paris, La Découverte, 2009, recensé sur Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/883.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Lila Caimari, La Cité du crime. Buenos Aires 1880-1940 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 12 juillet 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35954

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page