Navigation – Plan du site

Laurent de Sutter, Qu’est-ce que la pop’philosophie ?

Tanguy Grannis
Qu'est-ce que la pop'philosophie ?
Laurent de Sutter, Qu'est-ce que la pop'philosophie ?, Paris, PUF, 2019, 112 p., ISBN : 978-2-13-081634-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme la semaine de la pop philosophie, créée en 2009 par Jacques Serrano.
  • 2 Voir par exemple à propos des cryptomonnaies, Mark Alizart, Cryptocommunisme, Paris, PUF, 2019.
  • 3 L’auteur rappelle au § 5 l’importance de l’ouvrage Matrix, machine philosophique (2003) comme fer d (...)

1Ce livre, bref mais dense, fait office de manifeste. Il offre un prolongement à une série d’ouvrages théoriques et de rencontres intellectuelles1 qui s’efforcent de réfléchir sur divers objets traditionnellement écartés du champ d’analyse de la philosophie. Professeur de théorie du droit à la Vrije Universiteit Brussel, Laurent de Sutter dirige aux Presses universitaires de France la collection Perspectives critiques, dans laquelle sont publiés des essais contemporains originaux2, et c’est notamment dans un tel horizon intellectuel qu’il emprunte à Gilles Deleuze le vocable de pop’philosophie3. Néanmoins, la couverture du livre ne doit pas tromper : il ne s’agit pas du manuel d’un courant philosophique qui prendrait pour objet privilégié la culture pop. La position de l’ouvrage – que l’auteur expose en vingt-cinq paragraphes d’exactement trois pages accompagnés d’un appendice livrant dix thèses sur la pop’philosophie – est plutôt que ce syntagme « ne veut rien dire » (p. 105) et fait de n’importe quoi quelque chose. Pour mieux comprendre de quoi il en retourne, il faudrait alors s’intéresser préférablement aux influences et aux multiplicités qui traversent la pop’philosophie.

  • 4 Voir Gilles Deleuze, Pourparlers (1972-1990), Paris, Éditions de Minuit, 1990, « Lettre à un jeune (...)

2Pour répondre à la question « qu’est-ce que la pop’philosophie ? », l’auteur explore les usages qui en ont été fait. Dès le premier paragraphe, il revient ainsi sur un épisode qui confronta en 1973 le philosophe Gilles Deleuze au jeune doctorant Michel Cressole4. Cette accroche sert de levier pour une « théorie de la lecture » (p. 11), et plus généralement une théorie du livre, selon une distinction que proposa Deleuze entre deux types de lectures : celle qui prend le livre comme une boîte dans laquelle il s’agirait de traquer des signifiés pour les commenter et les interpréter ; et celle qu’il qualifiait de lecture en intensité car elle conduit en dehors du livre à condition « que quelque chose passe » (p. 20). Il apparaît alors que cette théorie du livre s’applique à l’ouvrage lui-même, qui ne peut être ni compris ni interprété en lien avec le premier type de lecture. L’usage que fait l’auteur du concept de pop’philosophie dévoile qu’il s’agit d’un opérateur qui construit l’auto-référentialité même du livre. Et si le concept de pop’philosophie n’a pas de sens en lui-même, un enjeu tourne cependant autour de son apostrophe, pivot entre style pop et questionnement philosophique, bien que le style en question n’implique pas de formalisme quant au « choix de sa forme » (p. 29) et se présente encore moins comme un « packaging » (p. 35), renvoyant plutôt à un « commencement » (p. 27) qui – selon une métaphore de l’auteur – permet le branchement aux choses. Comme l’affirme l’auteur, la pop’philosophie vise à « susciter de nouveaux usages, de nouvelles expérimentations » (p. 84).

  • 5 Voir Pierre-André Boutang, L’Abécédaire de Gilles Deleuze, Paris, Éditions Montparnasse, 1995, « G (...)
  • 6 Notamment pour son ouvrage Des détritus, des déchets, de l'abject : une philosophie écologique, Le (...)
  • 7 Avec une double référence à Forme et objet. Un traité des choses, Paris, PUF, 2011 et La vie intens (...)
  • 8 Isabelle Stengers, Penser avec Whitehead. Une libre et sauvage création de concepts, Paris, Seuil, (...)

3La clarification du syntagme pop’philosophie passera ainsi par des distinctions conceptuelles : ce n’est ni une « technophilosophie » (p. 24) ni une « pop philosophie » (p. 36) sans apostrophe. C’est l’occasion pour l’auteur de résoudre une série de problèmes et de mécompréhensions que le syntagme est susceptible d’induire, de même que d’expliciter les questions qui l’occupent. D’emblée, il rappelle que la pop’philosophie concentre à la fois la question « qu’est-ce que la philosophie ? » et celle de son dehors – prenant ici de front une suggestion émise par Deleuze dans un entretien avec Claire Parnet5. Un des dehors possibles de la philosophie serait alors le droit, que Laurent de Sutter aborde en spécialiste. De la pop’philosophie à la philosophie, le questionnement côtoiera donc un vocabulaire juridique, avec notamment un paragraphe intitulé « Court éloge de la jurisprudence » (§ 12). Quant au refus de la philosophie, avec un paragraphe éponyme « Contre la philosophie » (§ 14) dont la formulation catégorique trouble intentionnellement, il est refus d’une lecture qui ne cherche que la maîtrise d’un sens interne à l’œuvre, sans prendre le risque de se laisser affecter. En ce sens, en tant qu’opération de séduction où le sujet perd en savoir ce que l’objet gagne en attrait, la pop’philosophie signe la désuétude de toute méthode. Aussi les références à François Dagognet6 et Tristan Garcia7 permettent-elles à l’auteur de formuler « le postulat le plus important de la pop’philosophie » selon lui : « tout vaut » (p. 79, italique de l’auteur). De la pop’philosophie découle une thèse cosmologique qui considère toute chose comme processus. Même s’il n’est pas nommé, on pense à cet égard à la cosmologie du philosophe britannique Whitehead – influence que semble confirmer le titre du § 24 « Une libre et sauvage création d’affects » repris d’un livre d’Isabelle Stengers sur Whitehead8. Toutefois l’intensité ici recherchée n’est pas une « extase » (p. 56) mais une « ascèse » (p. 72), et la doctrine de l’intensité que construit l’auteur autour d’un transir propre à la pop’philosophie est celle d’un « être-affecté » (p. 100) qui reste de l’ordre de la philosophie.

  • 9 Deleuze lui-même semble avoir hésité entre pop’philosophie et pop’analyse, avant de conserver le pr (...)
  • 10 Alors que Henri Meschonnic, proche de Gilles Deleuze, avait justement élaboré une proposition théor (...)

4À plus d’un titre, cet ouvrage traversé par de multiples influences laisse en retour le lecteur dans une forme de « perplexité générale » (p. 33). Plutôt que de transmettre un savoir, le but est en effet de désamorcer toute tentative de maîtrise pour réfléchir à la manière dont on fait quelque chose de n’importe quoi, et le syntagme pop’philosophie conserve en ce sens bel et bien une fonction d’étonnement ordinairement allouée à la philosophie9. L’appendice qui clôt l’ouvrage et présente dix thèses sur la pop’philosophie fait certes penser à une sorte de programme ou de manuel, mais sans pousser à l’avant-garde d’un courant philosophique, ni donner de recette, le vocable de pop’philosophie visant davantage à produire un flux à contre-courant. En quelque sorte, et sans arrière-pensée, il ne s’agit pas d’un livre pour tous, mais d’un livre pour aucun. Si la pop’philophie est une chasse aux choses, dans un exercice de lecture en liberté, reste toutefois à interroger la valeur des métaphores employées – à l’instar d’un champ lexical qui travaille l’image de l’électricité pour décrire l’opération d’intensification des concepts par les affects. Alors que l’affect et le concept qui donnent corps au langage ne doivent pas être séparés l’un de l’autre, la question du langage constitue en effet étonnamment un angle mort du livre. L’auteur en reste à une pensée dualiste du signe, dont témoignent précisément ces métaphores, distinguant les mots et les choses et débouchant sur une impasse10. Un beau défi pour la pop’philosophie serait par conséquent d’observer ce que produisent des branchements poétiques.

Haut de page

Notes

1 Comme la semaine de la pop philosophie, créée en 2009 par Jacques Serrano.

2 Voir par exemple à propos des cryptomonnaies, Mark Alizart, Cryptocommunisme, Paris, PUF, 2019.

3 L’auteur rappelle au § 5 l’importance de l’ouvrage Matrix, machine philosophique (2003) comme fer de lance du geste pop qu’il poursuit dans ce livre.

4 Voir Gilles Deleuze, Pourparlers (1972-1990), Paris, Éditions de Minuit, 1990, « Lettre à un jeune critique ». Michel Cressole, suite à la parution de L’Anti-Œdipe, critiqua la posture contradictoire de Deleuze, à la fois oracle et vedette, non sans une pointe de ressentiment : « tout à [sic] l’air de bien marcher pour toi ».

5 Voir Pierre-André Boutang, L’Abécédaire de Gilles Deleuze, Paris, Éditions Montparnasse, 1995, « G comme Gauche » (cité par l’auteur du présent ouvrage p. 49).

6 Notamment pour son ouvrage Des détritus, des déchets, de l'abject : une philosophie écologique, Le Plessy-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance, 1997.

7 Avec une double référence à Forme et objet. Un traité des choses, Paris, PUF, 2011 et La vie intense. Une obsession moderne, Paris, Autrement, 2016.

8 Isabelle Stengers, Penser avec Whitehead. Une libre et sauvage création de concepts, Paris, Seuil, 2002.

9 Deleuze lui-même semble avoir hésité entre pop’philosophie et pop’analyse, avant de conserver le premier syntagme exclusivement (se référer à sa correspondance avec Michel Cressole).

10 Alors que Henri Meschonnic, proche de Gilles Deleuze, avait justement élaboré une proposition théorique forte autour d’une poétique du rythme. Voir Henri Meschonnic Spinoza. Poème de la pensée, Paris, CNRS éditions, 2002, p. 219-237.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tanguy Grannis, « Laurent de Sutter, Qu’est-ce que la pop’philosophie ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 14 juillet 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/35960

Haut de page

Rédacteur

Tanguy Grannis

Diplômé du master 2 de philosophie contemporaine de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page