Navigation – Plan du site

Catherine Wihtol de Wenden (dir.), « Un monde de migrants », Documentation photographique, n° 8129, 2019

Alessia Lo Porto Lefébure
Un monde de migrants
Catherine Wihtol de Wenden (dir.), « Un monde de migrants », Documentation photographique, n° 8129, 2019, 64 p., Paris, CNRS, ISBN : 9782271126153.
Haut de page

Texte intégral

1S’il est un phénomène contemporain qui a été étudié, décrypté, analysé, débattu par nombre de journalistes, universitaires, activistes, professionnels du droit, fonctionnaires internationaux, experts de tous horizons, c’est la migration. Que peut-on encore dire à son sujet ? Penser les migrations contemporaines n’a jamais été aussi malaisé. Le mouvement migratoire, qui n’est pourtant pas nouveau, échappe aujourd’hui à toute catégorisation simple. Il est difficile d’appréhender ce qui ne se laisse pas identifier ni circonscrire de façon univoque. Par le titre choisi pour ce dossier de la revue Documentation photographique, Catherine Wihtol de Wenden, politiste et directrice de recherche émérite au CNRS, attribue la complexité du fait migratoire du XXIe siècle à son caractère mondial, transcendant désormais les échelles nationales de la géographie et du droit. Ce dossier entend en effet prolonger et enrichir les débats actuels sur les migrations en rappelant que le monde est fait de migrants, que nous sommes tous potentiellement susceptibles d’être considérés comme migrants, que les migrations sont planétaires, et que le sort des migrants a des répercussions transnationales.

2Auteure de nombreux travaux universitaires sur les flux et politiques migratoires, ainsi que sur la citoyenneté en Europe et dans le monde, Catherine Wihtol de Wenden a souhaité donner à ce dossier une visée avant tout documentaire et didactique. Elle y clarifie un certain nombre de termes des débats actuels – migrant, demandeur d’asile, refugié, mineur isolé, apatride, sans-papiers, droit du sang, droit du sol, naturalisation, diaspora, nomade, transmigrant, intégration, mobilité, hospitalité – en les repositionnant, à l’aide de cartes, d’images d’archive et d’encadrés, dans une perspective historique et à l’échelle mondiale. Accessible en ligne, le dossier fournit des visualisations simples des flux et de la géographie des mouvements de population, des données actualisées sur l’ampleur des faits, des définitions juridiques précises des statuts et des catégories, bousculant ainsi nombre d’idées reçues et de croyances au sujet des migrations, notamment que les migrants seraient une catégorie de citoyens à part, dont l’apparition serait récente et dont l’ampleur serait à l’origine d’une crise économique et sociale sans précédnt dans les pays d’accueil.

3Ce dossier nous apprend que les pays du Golfe constituent le troisième pôle de destination des migrations mondiales (après les États-Unis et la Russie), bien que les conditions de travail et de protection des droits y soient moins favorables qu’ailleurs. Que l’Amérique latine et le continent africain demeurent des espaces migratoires essentiellement régionaux, potentiellement en évolution du fait de l’afflux récent d’une migration économique chinoise au Maghreb et en Afrique subsaharienne. Que les femmes représentent 48% des migrants même si, par les métiers qu’elles occupent (soins à la personne, confection ou prostitution), elles sont moins visibles que les hommes. Que les migrants ne représentent que 3,5% de la population mondiale alors qu’ils étaient 5% à la fin du XIXe siècle. Que les États-Unis sont non seulement le premier pays d’accueil de migrants (au sens d’habitants qui sont nés à l’étranger), mais aussi de demandeurs d’asile et de sans-papiers. Que le droit du sang a été introduit par la France en 1803 dans un esprit de modernisation du droit de la nationalité, affranchissant ainsi les citoyens de l’allégeance politique au souverain qui conditionnait le droit à la nationalité sous l’Ancien Régime. Que jusqu’au XVIIIe siècle, la migration était le fait des élites, des professionnels du voyage et des indésirables car les États modernes se sont construits sur la création d’une identité (et souvent d’une religion) commune, ancrée dans un peuple territorialisé. Que les migrations internes (notamment en Chine et en Inde) s’intensifient, de même que les migrations environnementales. Que les flux migratoires sont depuis toujours essentiellement « mixtes » au sens où les individus en mobilité peuvent avoir plusieurs statuts et motivations – successivement ou simultanément.

4Fidèle à la ligne éditoriale et à la vocation pédagogique de la Documentation photographique, ce dossier aide à la compréhension du grand enjeu mondial qu’est la migration, notamment par le choix iconographique. Les images permettent de contextualiser et synthétiser les idées parfois complexes exprimées dans les textes ainsi que de les incarnées, qu’elles soient des documents historiques (un passeport américain établi en 1911 pour permettre à un immigré chinois naturalisé américain de se rendre en Chine et de revenir à San Francisco, la carte d’identité française d’une immigrée italienne naturalisée à Saint-Étienne en 1947, l’affiche de 1908 d’une entreprise japonaise recrutant des candidats à l’émigration vers son implantation au Brésil, la remise des prix des « bravos du Music-Hall » à Paris en 1959 aux chanteurs et acteurs français d’origine italienne Dalida et Yves Montand…) ou des photos d’actualité (les enfants réfugiés du camp de Zaatari en Jordanie, un salon de coiffure dans le camp de Kakuma au Kenya, un camp de fortune et l’intervention policière à la frontière entre le Maroc et l’enclave espagnole de Melilla, des refugies syriens travaillant dans un atelier de confection en Turquie, la fuite de familles Rohingyas de la Birmanie au Bangladesh...).

5L’ambition du dossier est toutefois bien plus forte que celle d’une synthèse pédagogique des connaissances. C’est aussi « un plaidoyer pour une gouvernance mondiale plus juste ». Comme Catherine Wihtol de Wenden le rappelle dès son introduction, « un monde de migrants » est avant tout un monde, celui du XXIe siècle, qui a cessé d’exister en tant qu’espace ouvert de migration pour évoluer vers un monde caractérisé par la multiplication et le renforcement de dispositifs de contrôle, de restriction et de fermeture des frontières. Un monde où migrer est presque perçu comme un acte de résistance, où le droit à la mobilité est questionné dans ses fondements philosophiques. La question la migration n’est pas nouvelle car l’histoire de l’humanité est fondée sur les migrations. Si les facteurs de départ sont multiples, la motivation principale et fondamentale des migrants est inchangée depuis le XIXe, lorsque les migrations ont commencé à se massifier. La première finalité pour celui qui quitte son « chez-soi » reste économique. Ce qui a changé, c’est le contrôle, l’encadrement et la limitation de la mobilité. Le dossier rappelle que, dans le contexte mondial de massification des migrations au XXe siècle, l’Europe de l’Ouest fait figure d’exception par sa politique de fermeture de ses frontières externes (cf. la décision de « fermeture des frontières » de 1974 en France). Soucieuse d’encourager la mobilité intra-communautaire, elle a rendu plus difficile l’immigration extra-communautaire. Depuis le traité d’Amsterdam de 1997, la vision sécuritaire a pris le pas sur la volonté de répondre aux besoins du marché du travail. Face à une pauvreté qui est de plus en plus ethnicisée, les opinions publiques ont été gagnées par le populisme. Les attentes des employeurs européens toutefois n’ont pas été satisfaites car le taux de circulation intereuropéenne reste trop faible, provoquant ainsi l’accroissement du recours à l’immigration clandestine. Les entreprises, les passeurs et les organisations non gouvernementales (ONG) sont de facto les acteurs-clefs des migrations contemporaines, les premières parce qu’elles recrutent les migrants, les deuxièmes parce qu’ils deviennent indispensables en cas de fermeture des frontières, les troisièmes parce qu’elles compensent les défaillances des acteurs étatiques et se positionnent de plus en plus comme une force de contestation des politiques publiques. C’est en soulignant et en documentant l’important décalage entre politiques d’immigration restrictives et réalité des flux économiques et du marché de l’emploi que le dossier est le plus percutant, ouvrant la question centrale qui est celle de la crise de solidarité entre États et de la nécessité d’une gouvernance transnationale du phénomène migratoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessia Lo Porto Lefébure, « Catherine Wihtol de Wenden (dir.), « Un monde de migrants », Documentation photographique, n° 8129, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36000

Haut de page

Rédacteur

Alessia Lo Porto Lefébure

Directrice adjointe de l'École des hautes études en santé publique (EHESP), en charge des études. Docteur en sociologie des organisations et diplômée de Sciences Po, experte internationalement reconnue dans le champ du développement et de l’enseignement supérieur, elle est membre du Centre de sociologie des organisations (CSO) et de l’UMR Arènes, ainsi que de nombreux comités de lecture et boards internationaux. Elle siège au comité scientifique « Migration et asile » de la coopérative sociale italienne Lai Momo et au conseil d’administration de la Fondation Croix-Rouge française.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page