Navigation – Plan du site

Sylvain Delcomminette, Aristote et la nécessité

Thibault De Meyer
Aristote et la nécessité
Sylvain Delcomminette, Aristote et la nécessité, Paris, Vrin, coll. « Tradition de la pensée classique », 2018, 645 p., ISBN : 978-2-7116-2736-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Seuls les livres sur la politique, la rhétorique et la poétique ne sont pas abordés.

1Si cet ouvrage s’adresse prioritairement à des spécialistes de la philosophie d’Aristote, il pourrait cependant constituer une belle introduction, exigeante mais englobante, à l’œuvre du Stagirite. En analysant la notion aristotélicienne de nécessité, Sylvain Delcomminette propose en effet une lecture de pratiquement tous les livres du philosophe1. Et malgré la technicité des arguments, la présentation progressive qu’en effectue l’auteur permettra à tout lecteur attentif de les comprendre, même sans connaissance préalable de la philosophie antique.

  • 2 Il pourrait y avoir des formes de cognition prélinguistiques chez les animaux, susceptibles de voir (...)

2Alors qu’Aristote est souvent lu comme un réaliste, critique de l’idéalisme de Platon, l’originalité de l’interprétation de Delcomminette est au contraire de rapprocher les deux philosophes. L’auteur présente ainsi la philosophie aristotélicienne comme une forme d’idéalisme langagier. À titre d’exemple, pour qu’un point aperçu au loin puisse être perçu en tant qu’homme, il faut selon Aristote qu’une relation de prédication établisse que ce point est un homme. D’où l’importance conférée à la réduction des verbes d’action à des prédicats, l’expression « l’homme voyage » pouvant être comprise comme « l’homme est voyageant » ; et le fait que la vérité et la fausseté ne portent pas sur les termes eux-mêmes mais sur leur relation, qui ne peut être instituée qu’au travers d’une copule, et donc du langage2.

3À cet égard, deux principes sont fondamentaux pour Aristote : celui de la non-contradiction, qui veut qu’une proposition, comprise de manière univoque, ne puisse être en même temps vraie et fausse ; et celui de l’alternative, qui veut que, d’une paire de propositions contradictoires, l’une soit vraie et l’autre fausse. Selon lui, ces principes n’entraînent aucun déterminisme logique, car même s’il est nécessaire qu’il y ait ou non une bataille navale demain, cette nécessité porte sur la paire de propositions, prises ensemble, et non sur les propositions prises séparément. Il n’est donc ni nécessaire qu’il y ait une bataille navale, ni qu’il n’y en ait pas, les deux étant également possibles.

4Suivant Aristote, la science ne se distinguerait alors pas de l’opinion par son objet, mais par sa manière de considérer cet objet. En ce sens, l’opinion considère la proposition « l’homme est un animal » comme contingente, tandis que la science la considère comme nécessaire dans la mesure où l’animal fait partie de la définition de l’être humain. De même, celui qui sait que la somme des angles d’un triangle vaut 180° n’en a qu’une opinion tant qu’il ne sait pas que cette proposition est relative aux propriétés du triangle. Aristote dit par conséquent que : « nous croyons avoir la science de chaque chose en un sens absolu, et non par accident ou par sophistique, lorsque nous croyons connaître la cause par laquelle la chose est et qu’il n’est pas possible que cette dernière soit autrement » (cité p. 157).

  • 3 Cet exemple est toutefois une simplification, car il n’y a pas à proprement parler de science des s (...)

5Et puisqu’à ses yeux la science visait à démontrer la nécessité d’une proposition en cherchant un moyen terme entre sujet et prédicat, Aristote conféra beaucoup d’importance aux raisonnements syllogistiques. Par suite, s’agissant de la mortalité de Socrate, il faut chercher le moyen terme qui est la cause de la mortalité de Socrate, à savoir qu’il est humain et que tout humain est mortel. D’où le syllogisme suivant : Socrate (A) est un homme (B), tout homme (B) est mortel (C), donc Socrate (A) est mortel (C). Ici, si l’on admet la nécessité des prémisses, la nécessité de la conclusion en découle3.

6 Néanmoins, les prémisses des sciences ne pouvant être indéfiniment fondées sur d’autres prémisses, le philosophe émet l’idée que les principes premiers des sciences ne sont pas eux-mêmes démontrés. Ils seraient des endoxa, des opinions admises par les sages ou le plus grand nombre. Le chapitre VIII, qui porte sur le fondement des principes premiers, se révèle alors d’autant plus intéressant que Delcomminette y tente de comprendre comment Aristote légitime les endoxa en tant que principes des sciences. L’auteur parle d’un optimisme épistémologique chez Aristote, qui veut non seulement qu’il y ait en chaque homme un apport à la connaissance, mais aussi que les opinions construisent déjà des universaux. Par exemple, chaque vision d’un homme en tant qu’homme, et non simplement comme un être singulier, nous éloignerait de la sensation pour nous rapprocher d’un objet universel – seuls ces derniers étant des objets de science pour Aristote.

7Delcomminette ne parle pourtant pas de réduction de la science à l’expérience sensible, les sensations ne pouvant mener à la nécessité : « la nécessité n’est en aucun cas “trouvée” dans l’expérience, elle y est introduite par la reprise discursive de celle-ci par la philosophie » (p. 241). Par ailleurs, Aristote n’estimerait pas que les choses soient toujours nécessairement déterminées. Dans le cas des hommes, le philosophe estime qu’ils sont nécessairement rationnels, car cela correspond à leur nature d’animal rationnel, toutefois un homme peut être ou non en train de penser à un instant donné, son corps ayant la puissance d’être rationnel comme de ne pas l’être. Même si la nature des hommes les pousse à viser la raison, cette tendance peut être entravée par des accidents.

  • 4 En ce sens, Delcomminette assume une lecture kantienne d’Aristote.

8Si Aristote s’oppose tant au déterminisme logique et physique, c’est pour construire son projet éthique, mais sans chercher pour autant à promouvoir le libre arbitre, nous dit Delcomminette. À l’inverse, l’éthique aristotélicienne vise à réduire la contingence, l’action nécessaire étant la meilleure qui soit. D’une part, Aristote montre que les modalités telles que le possible, l’impossible et le nécessaire sont équivalentes dans la mesure où les propositions modales sont transposables : « il est possible que p » est équivalent à « il n’est pas impossible que p » et à « il n’est pas nécessaire que non-p ». D’autre part, dans sa Métaphysique, longuement discutée par Delcomminette, il donne une primauté à la nécessité en tant que premier moteur, non mu. Suivant le Stagirite, l’esclave agirait moins bien que l’homme libre qui se donne lui-même une règle d’action et la suit nécessairement – contrairement à un esclave susceptible de réaliser diverses tâches en fonction de ce qui lui est demandé4.

9Aristote n’est certainement pas un auteur simple à lire : son œuvre est très large et variée, ayant conduit une tradition de commentateurs à expliquer certaines difficultés interprétatives en les réduisant à des incohérences. A contrario, Delcomminette défend la cohérence de l’œuvre comme méthode de lecture. En considérant les traités comme cohérents entre eux, l’interprète est contraint de penser davantage, et ce geste méthodologique lui permet d’offrir une vue d’ensemble de la philosophie d’Aristote, d’en montrer certaines articulations et de suivre quelques-uns de ses mouvements de pensée. Même s’il n’est pas possible, dans les limites d’une recension, de rendre compte de toute la richesse et la précision des arguments de cet ouvrage majeur, on ne peut qu’encourager à le lire.

Haut de page

Notes

1 Seuls les livres sur la politique, la rhétorique et la poétique ne sont pas abordés.

2 Il pourrait y avoir des formes de cognition prélinguistiques chez les animaux, susceptibles de voir une tache en tant que chèvre ou qu’humain, mais Aristote n’aborde presque pas ce problème.

3 Cet exemple est toutefois une simplification, car il n’y a pas à proprement parler de science des singuliers chez Aristote.

4 En ce sens, Delcomminette assume une lecture kantienne d’Aristote.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault De Meyer, « Sylvain Delcomminette, Aristote et la nécessité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 juillet 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36009

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page