Navigation – Plan du site

Andrea Del Longo et Pierre Glaudes (dir.), Balzac, l’invention de la sociologie

Baptiste Coulmont
Balzac, l'invention de la sociologie
Andrea Del Lungo, Pierre Glaudes (dir.), Balzac, l'invention de la sociologie, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2019, 345 p., ISBN : 978-2-406-08342-9.
Haut de page

Texte intégral

1Honoré de Balzac n’était pas sociologue, et La Comédie humaine n’est pas une enquête ni un traité sociologique. Et pourtant, entre l’ambition du romancier réaliste et les prétentions des sociologues, il existe des proximités indéniables. Proximité temporelle : Balzac écrit au moment où Auguste Comte définit ce qu’il appelle « sociologie ». Et proximité d’interrogations : sociologie et roman réaliste s’interrogent sur la nature de la société post-révolutionnaire. L’ouvrage dirigé par Andrea Del Lungo et Pierre Glaudes démarre sur ces proximités, en replaçant l’œuvre balzacienne dans le « moment présociologique » de la première moitié du XIXe siècle. Mais il propose aussi deux autres ensembles de réflexion, sur les « lectures sociologiques » de Balzac, sur l’usage que les sociologues, depuis le XIXe  siècle, ont pu faire de son œuvre.

2La première partie de l’ouvrage s’intéresse aux influences théoriques de Balzac : le modèle des sciences naturelles, la pensée contre-révolutionnaire de De Bonald, ou encore les enquêtes sociales et la statistique morale naissante. Balzac s’appuie sur la « manie classificatoire » issue des sciences naturelles pour construire ses « espèces humaines ». Il s’agit pour lui, en scientifique comme en romancier, de mettre de l’ordre dans le chaos, et la classification apparaît comme une méthode utile. Mais Balzac le fait à la fois avec sérieux (dans ses préfaces théoriques et programmatiques) et avec fantaisie (dans ses ouvrages). C’est que la science « prête le flanc au ridicule », et la réduction de l’homme à l’animal est une forme de caricature. Andrea Del Lungo, dans son chapitre sur « La méthode sociologique balzacienne », fait la même remarque concernant les usages de la statistique, science nouvelle : Balzac en use ironiquement. Il semble plus proche de la dynamique des enquêtes sociales qui, comme le roman, emprunte au paradigme judiciaire de l’indice et de l’interprétation des signes. À la moyenne, Balzac préfère le « type », forme générale incarnée dans un personnage. Il utilise d’ailleurs le néologisme « typiser ».

3La deuxième partie, intitulée « Lectures sociologiques de l’œuvre de Balzac », prend à bras-le-corps la tension entre deux lectures. Selon Jérôme David, en effet, (« Back to Balzac »), certaines lectures de Balzac ont « traqué le système social » dans le roman : La Comédie humaine est réduite à un diagnostic et à un répertoire de remèdes. Balzac apparaît alors comme un sociologue réactionnaire. D’autres lectures, comme celle d’Engels, ont mis en lumière « un écrivain qui observe et décrit mieux le monde social […] parfois à rebours de ses convictions idéologiques » (p. 194). Balzac est alors sociologue malgré lui-même. Le chapitre de Pierre Glaudes étudie ainsi les proximités entre l’anomie durkheimienne et ce que décrit Balzac. Une proximité qui repose sur une source commune ayant inspiré à la fois Durkheim et Balzac, la pensée rousseauiste, selon laquelle l’homme n’est vraiment libre que s’il est « contenu », contraint. Il faut modérer ses passions : sur ce point, Balzac et Durkheim se rejoignent, y compris pour décrire ce qui arrive quand ces passions ne sont pas modérées, et pour proposer un remède à l’anomie qui s’appuierait sur les corps intermédiaires.

4La troisième partie, « Balzac au prisme de la pensée sociologique » vise à rendre compte de la proximité des « schèmes d’interprétation du social » (Bernard Lahire) balzacien avec ceux de sociologues contemporains. Agathe Novak-Lechevalier montre comment l’auteur de La Comédie humaine, loin d’utiliser mécaniquement la métaphore classique du « théâtre du monde », l’applique, tel un Goffman, aux jeux réussis ou ratés des personnages. Le théâtre est, selon elle, « l’outil herméneutique fondamental permettant de conceptualiser les nouvelles pratiques sociales propres à l’époque post-révolutionnaire » (p. 303). Jacques-David Ebguy et Bernard Lahire, de manière très pédagogique, rapprochent les textes balzaciens de la théorie de l’habitus (Bourdieu citant explicitement Le Père Goriot), mais aussi des critiques de cette théorie. Pour Bernard Lahire, « bien avant que la sociologie ne s’en montre capable, Balzac éclaire certains grands faits ou mécanismes sociaux » (p. 252) : le sens des hiérarchies sociales, qui guide les interactions ; la « magie du social » ou l’ordre de légitimités relatives produit par les hiérarchies ; les correspondances entre social incorporé et social objectivé (l’hypothèse de la correspondance entre les structures mentales et les structures objectives) ; et enfin la volonté de relier cadre macro-structurel et interactions.

5Les deux premières parties sont érudites : elles discutent avec l’imposante richesse des études balzaciennes et intéresseront principalement historiens et littéraires. La dernière partie peut avoir un usage pédagogique plus direct pour les sociologues : en appui des textes de la troisième partie, la mise en correspondance d’écrits de Lahire, Bourdieu ou Goffman et de textes de Balzac pourrait aider les étudiants de premier cycle à saisir les différences entre ces approches sociologiques. Rien que pour cela, Balzac aurait toujours, aujourd’hui, un véritable intérêt sociologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Coulmont, « Andrea Del Longo et Pierre Glaudes (dir.), Balzac, l’invention de la sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36040

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page