Navigation – Plan du site

Judith Rainhorn, Blanc de plomb. Histoire d’un poison légal

Paul-Arthur Tortosa
Blanc de plomb
Judith Rainhorn, Blanc de plomb. Histoire d'un poison légal, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2019, 372 p., ISBN : 9782724624359.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, tiré de l’HDR de Judith Rainhorn, spécialiste d’histoire sociale de la santé, interroge « la fabrique commune du consentement à l’empoisonnement ordinaire » à travers l’histoire du blanc de céruse, un pigment blanc à base de plomb, dont « [la] production industrielle et [la] reconnaissance comme poison sont absolument contemporaines » mais qui ne fut jamais véritablement interdit, ce qui en a fait, pendant plus d’un siècle, un véritable « poison légal » (p. 5-7). L’autrice propose donc l’histoire de cette « entreprise d’accommodement au risque » qui voit le triomphe des intérêts économiques sur les principes sanitaires. L’adoption d’un plan chronologique n’est pas anodin : mettant en lumière la succession des moments d’amélioration relative des conditions de travail et des périodes d’oubli de la question sanitaire, il permet à Judith Rainhorn de récuser le récit optimiste énumérant les « progrès » de la santé publique au XIXe siècle, au profit d’une lecture plus nuancée des systèmes de règlementation des produits nocifs.

  • 1 Thomas le Roux, « L’effacement du corps de l’ouvrier. La santé au travail lors de la première indus (...)
  • 2 Lire le « regime de perceptibilité » de Michelle Murphy, Sick Building Syntrome and the Problem of (...)
  • 3 Loi votée en 1913 mais qui entre en vigueur en 1919.
  • 4 Naomi Oreskes et Erik M. Conway, Les Marchands de doute. Ou comment une poignée de scientifiques on (...)
  • 5 Elle reprend ainsi l’expression de Paul-André Rosental, « Les risques sanitaires dans les mines. En (...)
  • 6 Sur les rapports genrés à la maladie, voir le décalage entre la perspective des malades qui commenc (...)

2L’autrice commence par expliquer que le cadre législatif est favorable à l’industrie au début du XIXe siècle : le décret impérial de 1810 et l’ordonnance de 1814 contribuent à un « effacement du corps de l’ouvrier », ces textes protégeant davantage les voisins des fumées que les ouvriers de l’empoisonnement1. Certes, l’épidémie de saturnisme qui décime les employés de fabrique de céruse est suivie d’une ordonnance royale interdisant, le 5 novembre 1823, « la fabrication et la vente de céruse en pains ». Pourtant, l’interdiction ne porte pas sur le produit mais sur une étape de sa fabrication, et l’essentiel de la production française de céruse se fait en poudre : les cérusiers français peuvent donc éliminer la concurrence internationale en instrumentalisant l’argument sanitaire sans vraiment souffrir de l’ordonnance. Par ailleurs, la situation sanitaire des céruseries ne s’améliore pas et dès 1825 la liberté de fabrication et d’importation de la céruse sous toutes ses formes est rétablie. Quelques années plus tard, le blanc de céruse est à nouveau mis en difficulté, cette fois-ci par le développement d’un substitut non toxique, le blanc de zinc. En 1849, le gouvernement arrête que, à l’avenir, ce dernier sera exclusivement employé dans les travaux sur les bâtiments publics. L’autrice souligne une nouvelle fois les ambiguïtés de la réglementation qui vient des rangs conservateurs et ne témoigne pas d’une logique désintéressée de protection de la santé publique, mais s’inscrit plutôt dans un ensemble de mesures « destinées à apaiser par un subtil marchandage le monde ouvrier tenté par la subversion politique » (p. 95). Dans le même temps, les milieux cérusiers récusent la dangerosité de la céruse et dénoncent l’intervention du gouvernement dans les affaires économiques. L’interdiction de 1849 est donc rapidement oubliée, et le blanc de zinc, bien que vendu au même prix que la céruse, ne parvient jamais à conquérir le marché français. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la question cérusière disparaît de la sphère publique. Judith Rainhorn montre qu’il s’agit moins d’une période de silence que d’un « moment de confinement » qui résulte de l’instauration d’un « régime d’imperceptibilité » (p. 121)2. En s’appuyant sur la conviction des hygiénistes en la capacité du système industriel à résoudre de lui-même les nuisances qu’il engendre, les cérusiers font en sorte que la loi de 1849 ne soit pas appliquée, allant jusqu’à l’instauration d’une véritable « illégalité d’État », lorsque Bezançon obtient du ministre de la marine, en 1867, l’emploi de sa céruse – pourtant prohibée – dans plusieurs arsenaux impériaux (p. 131). Par ailleurs, l’absence de statistiques médicales développées et la localisation de l’essentiel de la mortalité saturnine (dans le département du Nord) renforcent l’invisibilité du problème à Paris. Cette dernière vole cependant en éclat au début du XXe siècle. En 1901, un fait divers – pourtant faux – relayé par la presse alerte l’opinion publique sur les dangers de la céruse, notamment pour ses usagers les plus nombreux, les peintres. Ces derniers se distinguent des ouvriers producteurs de céruse sur plusieurs plans : ils sont plus nombreux, plus qualifiés, plus visibles dans l’espace public, sont pour la plupart des hommes de nationalité française et sont beaucoup mieux structurés syndicalement. La réunion de tous ces facteurs explique l’introduction de la question cérusière à l’Assemblée en 1901 et le vote d’une loi en 1909. Elle est cependant encore une fois le fruit d’un compromis : « les adversaires de la céruse sont finalement parvenus à imposer l’interdiction des peintures exécutées à l’extérieur, tandis qu’ils ont cédé sur les dérogations possibles et la restriction de la loi aux ouvriers peintres, excluant de fait patrons, artisans et particuliers du périmètre légal » (p. 248). Pire encore, la loi de 1909 entre en contradiction avec l’esprit de celle sur les maladies professionnelles3, inspirée de celle sur les accidents du travail (1898), qui institue une « responsabilité sans faute » de l’employeur, ce qui naturalise le risque professionnel et « décharge les industriels […] d’une quelconque obligation de sécurité en matière de prévention ». Si un texte fait de la santé ouvrière un idéal à défendre, l’autre en fait un bien à indemniser. Le débat sur la céruse se rejoue une fois de plus à l’échelle internationale lors de la Troisième conférence internationale du travail, à l’automne 1921. Les délégués français proposent la prohibition de la céruse, tandis que Anglais et Allemands prônent sa simple règlementation sans interdiction. L’abolition, finalement votée sur le fil, est censée être ratifiée par tous les États européens, mais il faut attendre 1926 pour que la France vote une loi interdisant la céruse, une nouvelle fois peu appliquée. La Grande-Bretagne adopte la même année un Lead Paint Act qui ne préconise que des mesures prophylactiques. Inspirée de la sociologie des risques, Judith Rainhorn rappelle que l’histoire des savoirs ne peut se réduire à celle de leur production, mais qu’elle doit aussi prendre pour objet « les "marchands de doute", les mécanismes d’oblitération du savoir et de confinement des discours, voire de fabrication volontaire de l’ignorance »4 (p. 14). De plus, plaidant pour une histoire sociale « qui refuse le misérabilisme, sans tomber pour autant dans l’euphémisation des rapports de force »5, Judith Rainhorn explique l’échec du blanc de zinc en partie par l’attachement à la céruse des peintres qui avaient investi de nombreuses années dans l’apprentissage de la maîtrise de ce produit, et montre que le rapport viriliste de beaucoup d’ouvriers à la douleur et à la maladie ralentit la prise de conscience collective de la maladie professionnelle6. Il ne s’agit pas de faire l’histoire d’une faute partagée – le livre restant une vibrante dénonciation de la mort de masse qui résulte de l’action des groupes d’intérêts privés – mais plutôt de restituer à tous et à toutes une agency qui n’est pas le monopole des élites politiques, industrielles et savantes. Cette volonté se retrouve dans la diversité des sources employées : archives parlementaires, traités scientifiques, textes syndicaux et documents iconographiques sont habilement mobilisés pour restituer le monde social dans toute sa diversité. Enfin, le rôle clé d’une anecdote fausse dans la révélation d’un problème de santé publique permet de sortir de la condamnation univoque des « fake news » au profit d’une réflexion sur l’importance des faits divers dans les luttes politiques. Enfin, parfois débattue, souvent oubliée et jamais vraiment réglée, la question cérusière est indissociable d’un régime de gestion des maladies professionnelles centenaire qui n’est remis en cause que par les arrêts de la Cour de Cassation du 28 février 2002, confirmant la condamnation d’employeurs pour faute inexcusable pour avoir exposé leurs salariés à l’amiante, signifiant que les « rapports de risque entre employeur et employés réintègrent le droit commun, dont la loi de 1898 […] et de 1919 […] les avaient extraits » (p. 343). En résumé, Judith Rainhorn propose un livre aussi bien écrit que documenté traitant de problématiques éminemment contemporaines et sans doute amené à faire date.

Haut de page

Notes

1 Thomas le Roux, « L’effacement du corps de l’ouvrier. La santé au travail lors de la première industrialisation de Paris (1770-1840), Le Mouvement Social, 234, 2011, p. 107.

2 Lire le « regime de perceptibilité » de Michelle Murphy, Sick Building Syntrome and the Problem of Uncertainty: Environmental Politics, Technoscience, and Women Workers, Durham (N.C.), Duke University Press, 2006, p. 10. Sur la fabrication de l’ignorance, voir Robert Proctor et Londa Schiebinger, Agnotology: The Making and Unmaking of Ignorance, Stanford, Stanford University Press, 2008 ; Robert Proctor, Golden Holocaust. La Conspiration des industriels du tabac, Paris, Édition des équateurs, 2014 (ed. originale de 2012). Sur la fabrication de l’innocuité, voir aussi Jean-Baptiste Fressoz, « Le vaccin et ses simulacres : instaurer un être pour gérer une population, 1800-1865 », Tracés. Revue de Sciences humaine, 21, 2011/2, p. 77-108.

3 Loi votée en 1913 mais qui entre en vigueur en 1919.

4 Naomi Oreskes et Erik M. Conway, Les Marchands de doute. Ou comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme et le réchauffement climatique, Paris, Editions Le Pommier, 2012 [éd. Originale 2011]

5 Elle reprend ainsi l’expression de Paul-André Rosental, « Les risques sanitaires dans les mines. Enjeux d’une histoire mondiale », dans Judith Rainhorn (dir.), Santé et travail à la mine, XIXe-XXIe siècle, Villeneuve-d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2014, p. 13, cité p. 7.

6 Sur les rapports genrés à la maladie, voir le décalage entre la perspective des malades qui commencent par nier l’origine professionnelle de leur maladie et leurs épouses qui « s’étonnent » de la mortalité élevée chez les anciens de l’usine dans Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales, Paris, Éditions de la Découverte, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Judith Rainhorn, Blanc de plomb. Histoire d’un poison légal », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36046

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page