Navigation – Plan du site

Rafael Y. Schögler (dir.), Circulation of Academic Thought. Rethinking Translation in the Academic Field

Layla Roesler
Circulation of Academic Thought
Rafael Y. Schögler (dir.), Circulation of Academic Thought. Rethinking Translation in the Academic Field, Berlin, Peter Lang, 2019, 216 p., ISBN : 9783631765715.
Haut de page

Texte intégral

1D’emblée, Rafael Schögler présente l’ouvrage comme l’analyse d’un objet qui est resté en marge de la traductologie, à savoir, la traduction de la recherche dans les sciences humaines et sociales (SHS). Ces domaines, nous explique-t-il, demeurent inexplorés car, à ce jour, seule la relation philosophie-traduction a donné lieu à une réflexion poussée. Associé à l’ambition de pallier cette carence, le livre – « l’anthologie », selon son coordonnateur – se donne l’objectif de contribuer à une conversation interdisciplinaire sur la spécificité de la traduction d’articles ou d’ouvrages de recherche, en évoquant notamment d’épineuses questions comme celle de la « neutralité » des choix de traduction, ou encore le rôle du traducteur ou de la traductrice dans la circulation du savoir. Autrement dit : qui traduit quoi, dans quel objectif, sous quelles conditions ? Et, question plus prégnante encore, quel est l’impact des traductions sur la modification des idées dans les domaines des sciences sociales et humaines ?

  • 1 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu. « Academic thought and (...)

2Rafael Schögler introduit le volume en fournissant les grandes lignes de ses fondements intellectuels et de l’organisation de l’ouvrage. Pour ceux qui s’intéressent à la traductologie, cette introduction donne un bref historique de l’évolution de la discipline et dispose d’une généreuse bibliographie qui comprend non seulement les incontournables (Benjamin, Cassin, Venuti…) mais aussi nombre de traductologues (surtout germanophones et anglophones) moins connus en France. Le point de départ de la réflexion menée dans l’ouvrage se trouve dans une analyse toute bourdieusienne du monde de la recherche scientifique : « La pensée scientifique, ainsi que ceux qui la produisent, obtiennent leur légitimité à travers la reconnaissance par les pairs. Plus cette reconnaissance est grande, plus le capital symbolique de celui ou celle qui produit le savoir est élevé » (p. 11)1. Rafael Schögler part du postulat que les connaissances en sciences humaines et sociales (et même en sciences exactes) sont fortement imbriquées dans le contexte socio-culturel qui les produit. Par conséquent, le contenu intellectuel de la recherche ne peut être complètement isolé de son environnement d’origine. Toute traduction suppose une renégociation des contours de la connaissance par tous les acteurs (chercheurs, traducteurs, institutions, monde de l’édition) ; l’ouvrage collectif interroge donc l’impact transformationnel de la traduction dans l’avancement des idées ainsi que le corollaire de cette idée, à savoir, le pouvoir réel qu’exerce le traducteur par ses choix de traduction.

  • 2 « Translation and the Construction of Meaning », « Positioning in Knowledge Circulation » et « Agen (...)
  • 3 C’est-à-dire les préfaces, postfaces ou remarques critiques ajoutées par le traducteur pour complém (...)

3Le volume rassemble neuf contributions axées sur la relation entre traduction et dissémination des connaissances scientifiques en SHS. Ces contributions sont regroupées sous trois rubriques : « La traduction et la construction du sens », « Le positionnement dans la circulation des connaissances ») et « Les acteurs arbitrant les échanges intellectuels »2. La première rubrique contient trois contributions. Elle concerne les moyens (interprétatifs, stylistiques, lexicaux, présentatifs, technologiques…) mis en œuvre par les traducteurs pour créer des contenus susceptibles d’être reçus dans d’autres contextes linguistiques et nationaux. Dans la deuxième rubrique, les auteurs s’appuient sur les paratextes de traduction3 pour interroger la façon dont les traducteurs positionnent leur propre travail et celui des auteurs des textes d’origine, dans la communauté scientifique élargie. Les deux contributions de cette deuxième rubrique s’intéressent au positionnement social, discursif et même idéologique du traducteur. La troisième rubrique, quant à elle, est centrée sur le rôle des instances éditoriales dans la construction de connaissances sur l’évolution de traductions spécifiques. Elle s’intéresse aux maisons d’édition vues comme des espaces qui, par leurs archives, conservent une « mémoire » de traduction qui peut être mobilisée pour contribuer au développement de connaissances sur le processus de traduction.

4La première partie s’ouvre par une contribution de Karen Bennett qui porte un regard critique sur l’extension du modèle empirique des sciences « dures » aux sciences humaines et sociales. L’auteure argue notamment que l’empirisme qui est « encodé » dans l’écriture scientifique en langue anglaise impose des normes aux traductions, qui peuvent être « épistémicides » d’autres traditions intellectuelles. En effet, les injonctions impérieuses à la clarté, à la précision, à l’économie présupposent une relation transparente entre le signe et son référent. Cela postule l’existence a priori d’une réalité extralinguistique, gommant ainsi le rôle de la médiation. Pour parer à ce problème, Karen Bennett suggère de prendre appui sur le « Rhetorical Criticism », méthode d’analyse textuelle qui cherche à mettre au jour les partis pris et présupposés subliminaux qui existent dans tout texte. Elle donne l’exemple de la critique féroce apportée par Bruno Bettelheim aux traductions en anglais de Freud, traductions qui imposent un paradigme positiviste et pragmatique à une œuvre qui est essentiellement herméneutique et métaphysique. Elle propose d’adapter l’outil du Rhetorical Criticism pour l’appliquer à l’étude des traductions de textes de recherche afin de dévoiler les transformations épistémiques potentielles de la traduction.

5Les deux autres contributions de cette section consacrée à la construction de sens prennent appui sur des traductions plus spécifiques. Keith Tribe explore les traductions des textes non littéraires en langues devenues archaïques (textes de sciences économiques en anglais ou en allemand du XVIIe ou XVIIIe, par exemple) en se demandant si des questions de style, de langue et de « modernisation » n’ont pas autant de pertinence pour de telles types de traduction que pour des traductions de textes littéraires. Il suggère que le contenu scientifique de ces textes non littéraires est indissociable des formes de la production de connaissance. Pour traduire ce type de texte, donc, il est nécessaire d’avoir une connaissance approfondie non seulement de l’environnement conceptuel dans lequel le texte d’origine fut écrit, mais aussi de celui de sa réception. Sebnem Susam-Sarajeva traite de la production de la connaissance dans un domaine radicalement différent, celui de… l’accouchement naturel. Elle interroge en effet la façon dont la traduction en turque de textes médicaux ainsi que des témoignages de jeunes parents transforment les pratiques. Son corpus d’étude comprend des documents audiovisuels qui circulent en Turquie ainsi que des « récits de naissance », documents qui permettent la construction des connaissances dans ce domaine.

6La deuxième rubrique de l’ouvrage concerne la façon dont les paratextes permettent aux traducteurs de se positionner dans une économie de connaissance. Dans sa contribution, Rafael Schögler considère la traduction en SHS comme un « problème » pour deux raisons : d’une part parce que la production des connaissances en SHS est perçue comme étant trop fortement ancrée dans son contexte d’origine pour être transposable, et d’autre part parce qu’il existe de sérieux obstacles financiers, légaux et organisationnels à la production des traductions en SHS. Schögler s’attache à examiner les paratextes qui accompagnent des traductions de textes sociologiques, postulant que ces paratextes contribuent au « positionnement » du traducteur, qui peut prendre une distance critique vis-à-vis d’une traduction antérieure ou encore se positionner comme le porteur symbolique des idées nées dans le texte d’origine. Pour lui, les paratextes des traductions en SHS forment un espace hybride entre le traducteur et le monde de la recherche, espace dans lequel il est possible de voir tous les agents qui contribuent à la transmission de la connaissance scientifique. Hanna Blum, quant à elle, prend le parti de regarder les paratextes d’un point de vue politique. Elle qualifie de « patronage » la façon dont les maisons d’édition de l’ex Allemagne de l’Est utilisaient les paratextes des traductions pour guider la lecture du texte sans avoir à manipuler son contenu. Elle prend l’exemple de la traduction de The Social Function of Science (1939), du scientifique marxiste irlandais John Desmond Bernal (spécialiste de la cristallographie aux rayons X). Le texte d’origine, publié en Grande-Bretagne, ne fut traduit en allemand qu’en 1986. Hanna Blum compare le paratexte anglais, succinct et minimaliste, à la très longue préface politico-biographique qui accompagne le texte allemand.

7La contribution d’Hanna Blum offre une transition parfaite avec la dernière section du livre, qui traite de la place des acteurs tels que les maisons d’édition dans la diffusion internationale des connaissances scientifiques. Le texte de Dirk Kemper aborde la traduction comme une branche de l’édition en étudiant l’impact qu’a eu la mise à disposition des archives de Suhrkamp (célèbre maison d’édition de la Bundesrepublik) sur les recherches en édition de traductions. Ces archives permettent d’analyser le rôle de l’éditeur en tant que médiateur entre deux cultures, rôle que Dirk Kemper qualifie d’« auteur-qui-n’écrit-pas ». En effet, la fonction de l’éditeur est de rendre pertinent dans la culture de réception un texte importé d’une autre culture, de le « naturaliser ». Plus largement, Dirk Kemper souligne le rôle de la traduction dans l’histoire des idées, en particulier pour leur réception dans la culture de la langue d’arrivée. La deuxième contribution de cette section se concentre sur un exemple de traduction « anti-naturalisée », celle de Über den Prozess der Zivilisation de Norbert Elias. Fabian Link s’appuie sur la correspondance entre le sociologue et ses traducteurs pour examiner les difficultés culturelles, personnelles, nationales et conceptuelles de la tâche de traduire cet ouvrage en anglais. Il met au jour des aspects humains du processus de traduction, soulignant le caractère difficile d’Elias et son inflexibilité concernant la traduction de son œuvre. Fabian Link attribue en partie cette attitude au décalage épistémique entre la formation allemande d’Elias et la réception de sa pensée dans le monde de la sociologie britannique. Enfin, la dernière contribution compare la traduction, l’auto-traduction et la réception des œuvres d’Hannah Arendt en Allemagne et en Italie sous l’angle de la canonisation progressive de la philosophe dans ces deux pays. Barbara Grüning évalue le corpus des traductions à la lumière des courants intellectuels et philosophiques des deux pays – le basculement vers la philosophie analytique en Allemagne et le développement de la philosophie politique comme discipline à part entière en Italie.

8En somme, l’ouvrage s’intéresse à la façon dont la traduction des connaissances scientifiques en SHS s’insère dans les contextes de réception. Il travaille cette question du point de vue du choix des corpus et donc de l’influence du traducteur ou de la traductrice sur la construction des connaissances. Il s’intéresse également aux orientations de lecture et de compréhension offertes par les paratextes. Pour finir, il examine la relation entre la traduction et sa publication. L’ensemble de ces textes portent un regard très pertinent sur un problème de traduction et de traductologie qui commence tout juste à trouver un public. Il apporte ainsi un tribut précieux à la réflexion sur ces problématiques. Sans que cela soit rédhibitoire en ce qui concerne la valeur scientifique de l’ouvrage, la qualité parfois inégale de la langue anglaise des différents articles est un peu regrettable. On peut espérer que la réflexion menée à travers ces neuf contributions puisse s’étendre rapidement à des aires linguistiques plus larges. Mais, pour finir, on ne peut que saluer cette initiative qui ouvre un champ sans aucun doute fécond.

Haut de page

Notes

1 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu. « Academic thought and its thinkers obtain legitimacy through recognition by peers. The wider this recognition, the higher the symbolic capital of those who earn such recognition for their knowledge-making » (p. 11).

2 « Translation and the Construction of Meaning », « Positioning in Knowledge Circulation » et « Agents Negociating Intellectual Exchange ».

3 C’est-à-dire les préfaces, postfaces ou remarques critiques ajoutées par le traducteur pour complémenter sa traduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Layla Roesler, « Rafael Y. Schögler (dir.), Circulation of Academic Thought. Rethinking Translation in the Academic Field », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36052

Haut de page

Rédacteur

Layla Roesler

Layla Roesler enseigne la version et la traduction à l’ENS de Lyon. Elle anime notamment un atelier de traduction en collaboration entre Columbia University-Barnard College et l’ENS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page