Navigation – Plan du site

Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Pour la sociologie urbaine

Caroline Clair
Pour la sociologie urbaine
Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Pour la sociologie urbaine, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Sociologie urbaine », 2019, 272 p., ISBN : 9782729709495.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Yves Authier est professeur de sociologie à l’Université Lumière Lyon 2. Ses travaux de recher (...)

1L’ouvrage Pour la sociologie urbaine, dirigé par Jean-Yves Authier1 est un hommage au sociologue Yves Grafmeyer au parcours universitaire exemplaire. L’ouvrage est divisé en deux parties : la première présente le contenu de six entretiens qui permettent dans un premier temps de retracer le parcours professionnel et institutionnel du sociologue. Le deuxième volet, intitulé « Travaux », présente ses différentes recherches, de sa thèse d’État à ses dernières études consacrées à la sociologie de Lyon (des travaux sur la bourgeoisie lyonnaise, les manières d’habiter à Lyon, les gens de la banque, les statuts résidentiels, les pratiques d’hébergement, les relations de voisinage, etc.). Enfin, le troisième volet de ces entretiens est centré sur des « mots-clés », c’est-à-dire des notions sociologiques majeures mobilisées par Yves Grafmeyer, telles que « ségrégation », « sociabilités », « mobilité », « identité », etc. La deuxième partie de l’ouvrage est composée d’une sélection de huit textes qui donnent un aperçu général de ses principaux domaines de recherche : l’analyse des phénomènes de ségrégation, les sociabilités urbaines, les formes de coexistence en milieu urbain, la notion de quartier ou encore les déterminants des choix résidentiels.

2Agrégé de philosophie en 1969, Yves Grafmeyer est recruté au département de sociologie de l’Université Lyon 2. En 1978-1979, il traduit avec Isaac Joseph plusieurs textes de l’École de Chicago et publie L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, ouvrage qui a marqué durablement sa carrière et qui le fait entrer dans le champ de la sociologie urbaine en France. Dès les années 1980, Lyon apparaît alors comme une place forte de cette sous-discipline. En 1990, il soutient sa thèse d’État et devient ensuite directeur du Groupe de recherche sur la socialisation (GRS), un laboratoire du CNRS rattaché à l’Université Lyon 2. La première partie de ces entretiens retrace ainsi de manière très détaillée toutes les activités scientifiques et administratives qui ont rythmé la vie de l’universitaire.

3Yves Grafmeyer présente ensuite ses travaux à Jean-Yves Authier ; il commence par sa thèse d’État intitulée Identités sociales et espaces de mobilité, qui repose sur l’étude empirique de trois « micro-populations » basées à Lyon et dont sont issus trois ouvrages : des familles appartenant aux couches dominantes de la société lyonnaise (Quand le tout Lyon se compte, 1992), des habitants de quelques îlots du centre-ville de Lyon (Habiter Lyon, 1991) et des « gens » du secteur bancaire (Les Gens de la banque, 1992). Le projet de cette thèse était de saisir la dimension spatiale des activités humaines, c’est-à-dire les interdépendances entre les activités sociales et les espaces dans lesquels ces activités se déploient. L’espace est alors perçu à la fois comme « une source de contraintes spécifiques en raison du jeu des proximités et des distances qu’il impose, mais aussi comme espace aménagé, construit, perçu et parcouru, c’est-à-dire comme produit social susceptible d’exercer des effets en retour sur les structures mentales, sur les conduites individuelles et sur le déroulement des processus collectifs » (p. 121). Trois questions structurent cette thèse : de quelle manière les conduites individuelles sont-elles contraintes, limitées, mais aussi façonnées et orientées par la vie sociale, étant donné que cette vie sociale s’objective et se matérialise dans un espace, quelles sont les logiques qui sous-tendent les phénomènes de mobilité et d’immobilisation (la mobilité étant ici appréhendée dans ses diverses dimensions : mobilité sociale, résidentielle, professionnelle) et enfin quels sont les différents processus selon lesquels se construisent, se transforment et se recomposent les identités sociales d’individus soumis à des injonctions parfois contradictoires ? Yves Grafmeyer n’analyse pas l’espace urbain comme un espace neutre matérialisé, objectivé, dans lequel se déploient des activités sociales ; il ’intéresse plutôt aux logiques de peuplement, à l’appropriation de cet espace par les habitants, aux différentes formes de sociabilités qui en découlent et aux perceptions mutuelles qui caractérisent les habitants du centre-ville de Lyon. Il s’agit également de comprendre comment, en retour, l’espace urbain joue comme une ressource et une contrainte sur les actions individuelles, ce qui est directement lié au courant de l’écologie urbaine de l’École de Chicago. Ces considérations sont présentes dans toute l’œuvre d’Yves Grafmeyer.

  • 2 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, Éditions La Découvert (...)
  • 3 Que signifie « la ville » en tant qu’objet de recherche pour le sociologue ? Yves Grafmeyer fait me (...)

4Le sociologue de Lyon explique également les apports en termes méthodologiques de l’articulation d’outils quantitatifs (le questionnaire) aux outils qualitatifs (principalement l’entretien). Le questionnaire permet d’établir des corrélations générales entre les variables, de recueillir des données sur les représentations des interviewés et des données socio-démographiques. Dans une perspective wébérienne, les entretiens fournissent des informations plus précises sur le sens que les acteurs donnent à leurs actions et plus précisément sur le sens de leur choix de résidence et d’habitat. Dans l’ouvrage Quand le tout-Lyon se compte, Yves Grafmeyer souligne que le choix de résidence des familles appartenant à la bourgeoisie locale n’est nullement le fruit du hasard, mais résulte de stratégies davantage guidées par des valeurs et des déterminants sociaux que par des contraintes matérielles et financières. L’étude de cette micro-population locale dominante est un bon révélateur de la manière dont s’est façonnée au fil du temps la division sociale de l’espace lyonnais. On peut faire référence aux travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot qui ont travaillé sur la bourgeoisie à Paris2 ainsi que sur les logiques de ségrégation et de séparatisme social volontairement souhaité par les populations aisées. Le troisième ouvrage qui compose la thèse d’Yves Grafmeyer, Les Gens de la banque, se fonde cette fois sur le critère de l’appartenance à une même entreprise, la Société lyonnaise de banque. Cet ouvrage, au croisement de la sociologie du travail et de la sociologie urbaine, s’appuie sur de nombreux entretiens et analyse les logiques de mobilités, professionnelles et résidentielles, qui permettent d’expliquer les différents modes de vie de ces salariés. Cinq autres ouvrages d’Yves Grafmeyer sont ensuite présentés : Sociologie urbaine (paru en 1994 aux éditions Armand Colin et qui reste encore aujourd’hui une référence pour les étudiants en sociologie) ; Le logement, une affaire de famille ; La famille et ses proches : l’aménagement des territoires ; Du domicile à la ville : vivre en quartier ancien et enfin Sociologie de Lyon. Ces ouvrages, écrits à plusieurs ou individuellement, traduisent le souhait constant de l’auteur de comprendre les interactions entre les comportements individuels et l’espace urbain3.

5La deuxième partie de l’ouvrage est composée de huit textes, illustrant les principaux domaines de recherche du sociologue. Le premier texte est l’exposé de soutenance de la thèse pour le doctorat d’État en lettres et sciences humaine, prononcé en 1990. Yves Grafmeyer y reprend les questions initiales qui sous-tendent son projet de thèse ainsi que les principales conclusions de ses travaux de recherche.

6Le second texte présenté est une réflexion sociologique sur la notion de « ségrégation ». Cette notion occupe en sociologie une position paradoxale ; elle ne fait pas partie des concepts majeurs qui ont structuré la discipline (tels que « classe sociale », « mixité sociale », « mobilité sociale », « intégration ») mais elle questionne les rapports entre les phénomènes sociaux et les espaces dans lesquels ils s’inscrivent et fait souvent l’objet de controverses et de traitements ambigus chez les sociologues. La définition peut donc être plurielle, mais on entend le plus souvent la ségrégation comme une « action » : action de séparer, d’écarter, de mettre à l’écart. Une autre définition met l’accent beaucoup moins sur les distances socio-spatiales entre des groupes sociaux que sur leurs chances inégales d’accès aux biens matériels et symboliques offerts par la ville. Une troisième définition lie plus directement le thème de la ségrégation aux figures de l’enclave, voire du « ghetto ». La notion a, dans cette optique, une connotation plus négative liée à la concentration territoriale d’une catégorie de la population défavorisée, couplée le plus souvent à des enjeux d’ethnicité. Les sociologues de l’École de Chicago, Louis Wirth et Robert Park, soulignaient, dès le début du XXe siècle, que le ghetto n’avait pas forcément une connotation négative : l’enclave ethnique avait une fonction positive de relais avant une intégration plus assurée dans le reste de la société américaine. Yves Grafmeyer met également en avant les difficultés pour mesurer le phénomène de ségrégation : la plupart des chercheurs mobilisent des unités spatiales choisies en fonction des objectifs de la recherche et le plus souvent à partir du lieu de résidence. Néanmoins, il souligne la nécessité de comprendre la ségrégation comme le résultat de processus multiples liés aux différentes mobilités (résidentielles, professionnelles, sociales) et à des stratégies individuelles (choix du lieu de scolarisation des enfants, souhait d’évitement de certaines catégories de la population, etc.). La question de la ségrégation déborde donc la dimension strictement résidentielle et est plutôt le résultat de biographies individuelles complexes, inscrites dans des territoires locaux.

  • 4 L’article de Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale (...)

7Le troisième texte fait état de la notion de « sociabilités ». La force des travaux du sociologue, qui s’appuie sur des recherches plus anciennes4, est de mettre en évidence le fait que le degré d’homogénéité ou d’hétérogénéité d’un espace résidentiel ne préfigure en rien la composition des relations de voisinage, ni les stratégies d’évitement et de conflits. Selon les cas, prédominent tantôt des réactions d’évitement et tantôt des stratégies de réduction des distances sociales. Les textes suivants présentent les déterminants des choix résidentiels, les points de vue sociologiques de la notion de « quartier » et les conditions d’émergence de la sociologie urbaine en France. L’ouvrage se termine par quelques témoignages de collègues et amis proches (Catherine Bonvalet, François Dubet, Anne Gotman, Bernard Lahire et Jacques Lautman).

8L’ouvrage, d’une très grande densité et richesse, offre ainsi un aperçu général du parcours et des différents domaines de recherche d’Yves Grafmeyer. Jean-Yves Authier réussit haut la main à souligner les nombreuses ressources tant intellectuelles qu’humaines de ce sociologue qui a joué un grand rôle dans la promotion de la sociologie urbaine en France.

Haut de page

Notes

1 Jean-Yves Authier est professeur de sociologie à l’Université Lumière Lyon 2. Ses travaux de recherche se situent au carrefour de la sociologie urbaine et de la sociologie de la socialisation et portent notamment sur les choix résidentiels, les quartiers des citadins, les logiques de gentrification, les relations de voisinage. Il a publié en 2019 aux éditions La Découverte : D’une ville à l’autre : La comparaison internationale en sociologie urbaine. Proche d’Yves Grafmeyer, il a travaillé avec lui à la réédition de son manuel Sociologie urbaine (paru initialement en 1995). Ce manuel a été publiée sous leurs deux noms en 2008 aux éditions Armand Colin dans la collection 128, et plusieurs fois rééditée depuis (compte rendu de Laure Célérier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/825).

2 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, Éditions La Découverte, 2010.

3 Que signifie « la ville » en tant qu’objet de recherche pour le sociologue ? Yves Grafmeyer fait mention des différentes controverses entre universitaires à ce propos et préfère parler d’« espace urbain » ou encore de « phénomène urbain ». Il souligne la nécessité de comprendre avant tout l’espace urbain par le biais des activités sociales qui s’y déploient, lesquelles façonnent et construisent l’espace. En retour, cet espace influence les comportements individuels.

4 L’article de Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement », Revue Française de sociologie, vol. 11, n° 1, 1970, p. 3-33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Clair, « Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Pour la sociologie urbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 19 juillet 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36095

Haut de page

Rédacteur

Caroline Clair

PRAG en sciences économiques et sociales, enseignante titulaire à Sciences Po Lille (sociologie et science politique).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page