Navigation – Plan du site

Évelyne Heyer, Carole Reynaud-Paligot, « On vient vraiment tous d’Afrique ? ». Des préjugés au racisme : les réponses à vos questions

Gabriel Voisin-Moncho
« On vient vraiment tous d’Afrique ? »
Évelyne Heyer, Carole Reynaud-Paligot, « On vient vraiment tous d’Afrique ? ». Des préjugés au racisme : les réponses à vos questions, Paris, Flammarion, coll. « Champs actuel », 2019, 144 p., ISBN : 978-2-08-142245-2.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la communauté scientifique française s’efforce de réfuter la notion de race depuis la fin des années 1970 et que l’État légifère contre le racisme et les discriminations, ces pratiques gardent une place conséquente dans la société. Tel est le paradoxe à l’origine du livre d’Évelyne Heyer et Carole Reynaud-Paligot. Riches de leurs spécialités respectives – la première est anthropologue génétique et la seconde historienne – les deux autrices traitent vingt-cinq questions concernant la ségrégation raciale, qui composent chacune un chapitre de deux à huit pages. Trois thèmes englobent ces sujets : le lien entre la biologie et le racisme, la construction sociale du racisme et sa place dans la société française contemporaine.

2Les premières questions abordent l’angle biologique de la notion de race. Après un bref rappel sur l’origine africaine d’homo sapiens, les autrices reviennent sur les faibles disparités biologiques entre les êtres humains. En effet, 99,9 % de l’ADN humain est commun à tous les individus, ce qui représente une proximité génétique encore plus étroite que chez les autres primates car, par exemple, « il y a trois fois moins de différences génétiques entre deux humains qu’entre deux orangs-outangs de l’île de Bornéo » (p. 13). Cette quasi-similitude génétique expliquée, les deux chercheuses reviennent sur l’origine des variations de couleur de peau, caractéristique biologique au cœur du racisme. Cette différence résulte d’une évolution de la séquence d’ADN modifiant la fabrication de mélanine – les pigments de l’épiderme – selon l’environnement de la personne. Une production plus importante permet d’avoir une peau plus sombre et une protection contre le soleil supérieure à la moyenne. À l’inverse, une plus faible production de mélanine génère une peau plus claire qui permet de synthétiser plus facilement la vitamine D au contact des rayons du soleil. Cette diversité génétique, accentuée par le métissage, accorderait à l’espèce humaine une meilleure capacité d’adaptation à son milieu. Cependant, ces variations, avant tout issues de l’acclimatation à un cadre géographique, n’expliquent pas les différences culturelles. Selon Évelyne Heyer et Carole Reynaud-Paligot, c’est la projection de valeurs morales sur des caractéristiques physiques qui est à l’origine du racisme. Elle donne alors lieu à une catégorisation puis à une hiérarchisation des groupes humains, fondées sur l’idée que le comportement d’une personne résulte spécifiquement de son patrimoine héréditaire.

3Les deux autrices s’intéressent ensuite à la construction sociale et historique du racisme. La notion de race se serait imposée au XVIIIe siècle, qui a vu l’émergence d’un important effort de classification. Cependant, comme le rappellent Évelyne Heyer et Carole Reynaud-Paligot, la classification n’est jamais neutre car elle permet à ceux qui l’effectuent de justifier leur domination déjà existante. Le racisme apparaîtrait alors souvent a posteriori de l’oppression d’un groupe humain et serait un moyen de se prémunir contre les questions morales que peuvent susciter certaines actions telles que l’esclavage. Deux contextes seraient plus propices au développement d’un racisme institutionnalisé : le colonialisme et le nationalisme. Dans le premier cas, c’est le résultat de la domination d’un pays sur un autre, dans le second, celui du rejet d’autrui à la suite d’une période d’instabilité économique et sociale. Si les circonstances d’apparition du racisme sont diverses, ses formes le sont aussi. Par exemple, du milieu du XIXe siècle à celui du XXe siècle, les peuples colonisés étaient avant tout perçus comme une main-d’œuvre exploitable, dont le tempérament serait irrémédiablement distinct du nôtre. Cependant, l’anthropologie culturelle a apporté un nouveau regard sur la question de la race en substituant la différence biologique par la différence culturelle ; certaines populations seraient plus en retard que d’autres sur le plan civilisationnel et seraient donc à un stade inférieur de développement. Aujourd’hui, si cette hiérarchie des cultures est de plus en plus remise en question, la domination économique des pays du Nord sur ceux du Sud se poursuit, notamment par l’exploitation de leurs ressources premières. Certains y voient la preuve que l’Afrique se révèle incapable de s’améliorer. Le mécanisme que l’on retrouve à chaque fois est celui de l’essentialisation, c’est-à-dire la projection de stigmates sur une personne ou un groupe de personnes dont on considère certaines caractéristiques comme innées. Les travaux de psychologie sociale sur lesquels s’appuient les deux autrices montrent que l’humain construit son identité en s’identifiant à un ensemble et, par extension, en s’opposant à ceux qui n’y appartiennent pas. Ces stigmates influencent donc la représentation que se fait l’individu du monde et de lui-même, quel que soit son groupe d’appartenance. Cette volonté conduit aux trois étapes de la naissance du racisme que sont la catégorisation, la hiérarchisation et l’essentialisation d’un groupe. Un membre rattaché à une communauté dominée peut rajuster son image de lui-même en rejoignant les dominants, en retournant le stigmate par la valorisation de la culture de son groupe ou en entrant en compétition contre celui des dominants. Ces stratégies renforcent le recours au communautarisme pour exister, voire parfois pour se protéger, tout en venant conforter l’impression d’un « eux contre nous » qui alimente les tensions déjà présentes.

  • 1 Hajjat Abdellali et Mohammed Marwan, Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le « pr (...)
  • 2 Beaud Stéphane, Pialoux Michel, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Soc (...)

4L’éclairage apporté sur l’apparition du racisme dans les sociétés occidentales permet aux deux autrices de resserrer leur focale sur la France dans les derniers chapitres. Elles commencent par aborder l’évolution de la lecture des phénomènes sociaux. Les médias, les intellectuels et les acteurs politiques glisseraient d’une grille de lecture marxiste, s’intéressant aux luttes des classes, vers une grille de lecture ethnique. Pour l’illustrer, Évelyne Heyer et Carole Reynaud-Paligot reprennent l’exemple du traitement médiatique des grèves ouvrières du secteur automobile entre les années 1981 et 1984, étudié par Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed1. Alors que l’essentiel des revendications concernait l’arrêt des licenciements, de meilleures conditions de travail et des libertés syndicales, le mouvement, porté en majorité par des ouvriers immigrés, a été présenté comme animé de mobiles religieux. Le passage d’une grille à l’autre dans les années 1980 n’est pas étonnant, dans un contexte de changement rapide de la société. Selon l’indice de tolérance développé par la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) pour mesurer l’évolution du racisme en France, il y aurait une corrélation entre l’augmentation de l’intolérance et l’apparition de tensions sociales ou monétaires. Par exemple, les sociologues Stéphane Beaud et Michel Pialoux soulignent que la racialisation des rapports sociaux des ouvriers s’inscrit dans le contexte du déclin des solidarités ouvrières à la fin des années 19802. L’intensification de la concurrence au sein des usines aurait établi un clivage entre les ouvriers blancs et immigrés, les premiers pensant leur poste menacé par l’arrivée des seconds. C’est la crainte de perdre leur emploi qui a poussé ces populations ouvrières blanches à se tourner de plus en plus vers le Front national (FN). Les chercheuses soulignent toutefois qu’en dépit du renforcement des idéologies racistes chez une minorité de l’extrême droite, une partie de l’électorat du FN ne vote pas pour soutenir le discours anti-immigration, mais malgré celui-ci. En effet, deux tiers des électeurs du FN aux présidentielles de 2017 étaient issus du milieu ouvrier, touché négativement par les évolutions de l’économie française des dernières décennies. C’est l’impression d’une différence de traitement en période d’insécurité qui conduirait à stigmatiser un groupe que l’on considère comme menaçant pour sa propre situation. Selon Évelyne Heyer et Carole Reynaud-Paligot, l’une des solutions pour combattre le racisme serait donc de tendre vers une société plus égalitaire. Le processus de stigmatisation raciale s’amoindrirait, et avec lui les processus de catégorisation et hiérarchisation, ce qui permettrait alors aux individus de s’affranchir du recours aux communautarismes, religieux, ethnique ou social.

5L’ouvrage d’Évelyne Heyer et Carole Reynaud-Paligot a le mérite de balayer un bon nombre de questions que nous sommes amenés à nous poser en nous interrogeant sur le racisme. De plus, leur propos est toujours clair, enrichi d’exemples historiques et de concepts sociologiques ou psychologiques pertinents. Cependant, la réflexion s’éloigne parfois de son sujet premier pour aborder les cas du sexisme, de l’antisémitisme ou de l’islamophobie, en traitant ces thèmes comme d’autres formes de racismes. Cette dispersion, qui dessert un livre revenant déjà sur un grand nombre de questions en peu de pages, pourrait s’expliquer par l’absence d’une définition précise du racisme en introduction. La tentative faite au chapitre 15 se rapproche plus d’une définition de la discrimination, voire d’une description de son processus. Toutefois, les réflexions proposées par les deux chercheuses restent riches et donnent envie de creuser plus en profondeur chacune des thématiques traitées. En tant que bon ouvrage de vulgarisation, c’est une excellente porte d’entrée vers d’autres travaux scientifiques.

Haut de page

Notes

1 Hajjat Abdellali et Mohammed Marwan, Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », Paris, La Découverte, 2013 ; compte rendu de Damien Simonin pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/12827.

2 Beaud Stéphane, Pialoux Michel, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2012 ; compte rendu de Patrick Colette pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/8258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Voisin-Moncho, « Évelyne Heyer, Carole Reynaud-Paligot, « On vient vraiment tous d’Afrique ? ». Des préjugés au racisme : les réponses à vos questions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 22 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36125

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page