Navigation – Plan du site

Caroline Lanciano-Morandat, Le travail de recherche. Production de savoirs et pratiques scientifiques et techniques

Sophie Duveau
Le travail de recherche
Caroline Lanciano-Morandat, Le travail de recherche. Production de savoirs et pratiques scientifiques et techniques, Paris, CNRS, 2019, 384 p., préf. Paul Bouffartigue, post. Pierre Rolle, ISBN : 978-2-271-11687-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On remarquera que l’histoire des sciences « classique », en proposant le récit de la découverte et (...)

1Dans ce récent ouvrage, Caroline Lanciano-Morandat propose d’étendre le champ d’application de la sociologie du travail aux pratiques scientifiques et techniques en France au cours des trois dernières décennies. L’auteur se départit du mythe de l’individu génial1 pour embrasser une vision pragmatique de la recherche comme une activité sociale organisée. La recherche demeure un « travail comme les autres », avec des tâches normalisées, réparties entre les praticiens, et des hiérarchies dont il est possible de faire l’analyse sociale. Elle peut être définie très largement comme le processus de production et de codification de connaissances nouvelles. Partant de cette acception, l’étude couvre la diversité des pratiques et des acteurs impliqués dans le processus de la recherche. Sont ainsi introduites des institutions extérieures à l’Université ou au domaine de la recherche publique – la pertinence d’une séparation entre recherche publique et privée pouvant elle-même être débattue. La discussion du clivage entre le monde de l’académie et celui de l’industrie, en particulier, est centrale. L’auteur défend l’idée d’un abandon des caractéristiques respectives de ces milieux et conclut à l’unicité de l’appareil social de recherche. Son argumentaire repose sur une description du rapprochement des pratiques scientifiques et techniques dans les entreprises et les unités de recherche académique.

  • 2 La dialectique entre individus et institutions permet à l’auteur de questionner la pertinence des c (...)

2Pour documenter ce changement, Caroline Lanciano-Morandat s’appuie sur les enquêtes qu’elle a menées entre 1985 et 2017 dans des unités de recherche académiques et industrielles, des ateliers, des spin-offs contribuant à la recherche appliquée ou au développement expérimental en chimie, biologie, physique des particules et dans l’informatique. À partir de ces expériences éparses, elle développe une réflexion générale sur le travail de recherche qui vise à mesurer les écarts et les ressemblances entre les façons de faire au sein des lieux multiples de production du « nouveau ». Elle articule son observation des pratiques des travailleurs avec l’histoire de la recherche et des institutions2.

  • 3 L’auteur affirme que les personnels contractuels s’investissent plus que les chercheurs titulaires (...)

3Dans le premier chapitre de l’ouvrage, l’auteur caractérise le travail de recherche en tenant compte de la distinction traditionnelle entre science et technique, ou académie et industrie. La position surplombante du chercheur (l’enseignant-chercheur à l’université ou l’ingénieur de recherche dans l’industrie), par rapport à celle du technicien, tend à s’effacer dans les pratiques quotidiennes, du fait de l’importance croissante des technologies et de l’emploi massif de « jeunes entrants ». Alors que les enquêtés défendent une vision collégiale du travail de recherche, l’auteur conserve le concept sociologique de division sociale pour décrire les rôles des praticiens et leur place dans chacune des phases de l’entreprise scientifique. Elle met ainsi en valeur la tension permanente au sein des équipes entre l’activité managériale et les activités de base3.

4Le procès de travail est identique dans l’ensemble des unités de recherche académiques et industrielles. L’auteur relève néanmoins un investissement différencié des acteurs aux différentes étapes du travail de recherche. La bibliographie, par exemple, occupe davantage les praticiens de la recherche académique que ceux de la recherche industrielle, ces derniers n’ayant pas besoin d’être aussi inventifs du fait de l’encadrement hiérarchique de leur activité. Le cheminement aléatoire de l’expérimentation est un invariant du processus de production de connaissances. Seule la transformation des résultats en produits établit une distinction entre le procès de travail de la recherche académique et celui la recherche industrielle. Dans le premier cas, les résultats sont des ressources dirigées vers l’entreprise, dans le second, les produits de recherche possèdent une valeur marchande différée.

  • 4 L’article scientifique permet de dater les inventions et en fixe les auteurs. Le recours privilégié (...)
  • 5 Robert K. Merton, « The Normative Structure of Science » (1942), in Storer N.W. (dir.), The Sociolo (...)

5Pour saisir les enjeux des produits de la recherche, il faut resituer les pratiques scientifiques et techniques dans le système économique capitaliste. Les connaissances produites par le travail de recherche, les « résultats », sont traduits en produits (publications, brevets d’invention, instruments, formations, etc.) qui intègrent des marchés (par exemple, le marché des publications). Selon l’auteur, l’article scientifique est devenu le moyen de diffusion hégémonique de la recherche académique4. Alors que l’article est comptabilisé de façon effective dans l’évaluation des enseignants-chercheurs, et conditionne leur accès à des emplois, il reste secondaire dans la sphère de l’entreprise. Le brevet d’invention remplit la même fonction que l’article dans le milieu industriel. L’usage de celui-ci se développe toutefois de plus en plus dans les institutions universitaires, avec la possibilité, pour les inventeurs, d’être intéressés aux bénéfices ou de retirer un gain monétaire immédiat. Paradoxalement, les praticiens de la recherche publique défendent mieux leur intérêt privé que les chercheurs industriels, exclus par leur hiérarchie de la propriété du brevet. Cet état de fait contrecarre la figure traditionnelle du scientifique comme personne désintéressée, motivée par la seule perspective d’un accroissement des savoirs5.

  • 6 Selon l’auteur, cette nouvelle division du travail peut être vécue par les techniciens comme une ex (...)

6Dans le troisième chapitre – qui est le cœur de l’argumentation – l’auteur montre comment les dispositifs utilisés par les gouvernants pour rendre l’activité de recherche compétitive dans le système productif contribuent à rapprocher les mondes académique et industriel. Elle décrit un changement de modèle adopté par les directions des entreprises et des universités, qui vise à rationaliser le processus de recherche. Pour être lucratives, les universités deviennent entrepreneuriales et mettent en œuvre des stratégies visant à capter des ressources du secteur privé. Les institutions se structurent en unités spécialisées, externalisent certaines fonctions voire les suppriment au gré de leurs stratégies. Avec la place grandissante du développement technologique, elles regroupent les techniciens de recherche dans des plateformes technologiques et réalisent ainsi des économies d’échelle. Ce dispositif de gestion, commun à l’académie et à l’industrie, opère une nouvelle division du travail, horizontale, qui bouleverse les rapports sociaux entre praticiens. Les techniciens s’affranchissent de l’autorité directe des chercheurs et répondent désormais aux besoins d’une « clientèle » d’outils6. Les services mutualisés et la plateforme technologique ne font pas que transformer les hiérarchies de la recherche, ils requièrent des travailleurs qu’ils déploient de nouvelles compétences en matière de gestion commerciale. Plus généralement, le mode de gestion de la recherche s’inscrit dans un paradigme industriel. Le processus de recherche pouvant être découpé en segments d’activité, les individus, arrachés de leurs collectifs de travail, remplissent le rôle défini en fonction des qualifications qui leur sont reconnues. Le travail s’organise autour de projets, une logique de l’entreprise qui s’est généralisée à la recherche académique. La logique-projet consiste en une gestion par contrats. Elle donne plus de pouvoir à des acteurs extérieurs à la recherche, en particulier les commanditaires et les financeurs, et modifie profondément les pratiques des chercheurs académiques. Cette gestion de la recherche réduit la liberté des chercheurs car leurs sont imposés à la fois les thématiques de recherche, les procédures, les rythmes et les délais de travail. Les enseignants-chercheurs, autrefois maîtres de leur temps de travail, s’imposent des « servitudes temporelles de plus en plus violentes » (p. 206) sans accroître leur capacité à innover. Pour l’auteur, la planification stricte du procès de travail limite la créativité de ceux qui produisent les connaissances nouvelles. Le nouveau mode de gestion augmente la part des tâches administratives dans le travail des chercheurs, devenus des responsables de projet.

7D’après l’ouvrage, les rapprochements entre recherche académique et recherche industrielle se concrétisent par une appropriation mutuelle des principes et des pratiques qui les caractérisaient respectivement. Les relations interpersonnelles sont aux fondements des transferts de savoirs et de savoir-faire entre les praticiens. Le quatrième chapitre saisit le mouvement d’institutionnalisation des relations entre travailleurs industriels et académiques, amorcé dans les années 1980. Les relations souterraines, les collaborations et les prestations ont été formalisées par les institutions de recherche au moyen de contrats, de structures intermédiaires, mais aussi par les pouvoirs publics avec la création, à partir de 1975, des pôles scientifiques et techniques. De façon générale, les unités de recherche académiques et industrielles stabilisent leurs relations et mettent en place des partenariats permanents. Lanciano-Morandat nous montre dans cet ultime chapitre quels dispositifs permettent des travaux conjoints. Les institutions organisent la mobilité des personnes, le plus souvent de l’académie vers l’industrie, ou créent un espace de travail commun, comme les unités mixtes avec l’industrie.

8L’auteur défend l’idée générale d’un espace professionnel intermédiaire, l’hybride, qui peut être un instrument, un individu ou une organisation. Certains doctorants, par exemple, peuvent jouer ce rôle mais leur évolution académique est souvent contrainte par les règles du partenaire industriel, liées à la confidentialité des résultats ou à la mise sur le marché des produits de la recherche. Le cas de la spin-off, qualifiée par l’auteur d’organisation « ubiquiste », démontre que les relations entre l’académie et l’industrie se sont pourtant émancipées des stratégies des établissements pour suivre la dynamique propre des réseaux d’unités spécialisées.

9En conclusion, l’ouvrage donne à voir la réorganisation réticulaire de la recherche et l’émergence de structures intermédiaires autour de chaque firme ou chaque université. La nouveauté de l’objet d’étude est une invitation pour des travaux ultérieurs mais présente déjà l’intérêt d’attirer l’attention sur la complexité du travail contemporain de la recherche. L’originalité de l’analyse se situe dans les tentatives de dépasser le clivage entre la science académique et les autres pratiques scientifiques et techniques. L’approche multiscalaire adoptée par l’auteur autorise une mise en récit de la multiplicité des processus et des façons de faire au sein du travail de recherche en restituant les contextes économique et politique. On soulignera cependant l’absence des matériaux produits dans le cadre de l’enquête sociologique – extraits d’entretien, descriptions tirées des observations, etc. – qui auraient pu trouver une place dans les nombreux encarts du livre. L’ambition de l’ouvrage explique certainement ce parti pris d’écriture.

Haut de page

Notes

1 On remarquera que l’histoire des sciences « classique », en proposant le récit de la découverte et de l’invention de grandes théories par d’illustres personnages, a individualisé l’entreprise du savoir.

2 La dialectique entre individus et institutions permet à l’auteur de questionner la pertinence des catégories administratives qui régulent les relations sociales et encadrent les pratiques scientifiques et techniques. Elle note par exemple que le technicien de laboratoire « continue d’apprendre, se spécialise au fur et à mesure de ses activités, celle-ci tendant parfois à déborder le profil élaboré lors de son recrutement. » (p. 80).

3 L’auteur affirme que les personnels contractuels s’investissent plus que les chercheurs titulaires dans la production de connaissances nouvelles. Les qualifications des premiers ne sont pas reconnues par l’institution qui les emploie. Dans le cadre des projets de recherche, les doctorants et postdoctorants servent ainsi de main d’œuvre spécialisée et flexible, en particulier au moment de collecter les données et de réaliser l’expérimentation.

4 L’article scientifique permet de dater les inventions et en fixe les auteurs. Le recours privilégié à ce support pour la diffusion des connaissances est concomitant de nouveaux usages de la conférence. Celle-ci sert de séminaire élargi, c’est-à-dire que s’y élaborent collectivement des problèmes scientifiques ; elle permet aux chercheurs de s’informer sur les travaux de leurs pairs ou encore de construire des réseaux d’alliés et de compétiteurs.

5 Robert K. Merton, « The Normative Structure of Science » (1942), in Storer N.W. (dir.), The Sociology of Science, Chicago, University of Chicago Press, 1973, p. 267-278.

6 Selon l’auteur, cette nouvelle division du travail peut être vécue par les techniciens comme une exclusion puisque la logique de mutualisation les relègue hors de l’équipe de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Duveau, « Caroline Lanciano-Morandat, Le travail de recherche. Production de savoirs et pratiques scientifiques et techniques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36149

Haut de page

Rédacteur

Sophie Duveau

Doctorante en anthropologie et en histoire des sciences à l’EHESS, Sophie Duveau s’intéresse à la production d’observatoires scientifiques et aux pratiques de laboratoire en Arctique dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle réalise sa thèse sous la direction d’Antonella Romano au Centre Alexandre Koyré (UMR 8560).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page