Navigation – Plan du site

Julie Landour, Sociologie des Mompreneurs. Entreprendre pour concilier travail et famille ?

Saskia Meroueh
Sociologie des Mompreneurs
Julie Landour, Sociologie des Mompreneurs. Entreprendre pour concilier travail et famille ?, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Le regard sociologique », 2019, 184 p., ISBN : 9782757428054.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Pailhé Ariane et Anne Solaz (dir.), Entre famille et travail : des arrangements des (...)
  • 2 Si le terme est présent dans le titre de l’ouvrage, Julie Landour privilégie par la suite l’usage d (...)
  • 3 C’est le cas de 79% des enquêtées de Julie Landour (p. 125).
  • 4 Marque déposée en 1996 aux États-Unis par les deux fondatrices du label, les Mompreneurs sont 7 mil (...)

1De nombreux travaux de sciences sociales1 qui traitent de la problématique de la « conciliation »2 ont montré comment l’intensification du travail, la flexibilisation de l’emploi et les transformations contemporaines des structures familiales ont ensemble contribué à renforcer les tensions entre famille et travail. Alors que l’extension du travail salarié féminin ne remet pas en cause l’assignation des femmes à la sphère domestique, qu’en est-il du travail indépendant ? Arrivé en France en 2008, le terme de « Mompreneurs » désigne des femmes, situées dans le pôle économique des classes moyennes et supérieures et regroupées en collectifs, « qui ont fait de leur grossesse et maternité une opportunité économique et professionnelle » en créant une activité indépendante, le plus souvent à domicile3 (p. 39). Par l’association de mom et d’entrepreneur, ce néologisme, importé des États-Unis4 semble « prendre la “conciliation” à son propre jeu » en proposant un dépassement sémantique des liens problématiques entre ces deux rôles (p. 16).

  • 5 La durée hebdomadaire moyenne de travail des indépendant·e·s est de 47h56 contre 36h31 pour les sal (...)

2L’objectif de l’ouvrage est de comprendre pourquoi l’activité indépendante peut devenir un horizon professionnel désirable pour articuler vie familiale et vie professionnelle, alors même que « l’indépendance […] a rarement été envisagée comme un possible outil féminin de négociation de l’ordre du genre » (p. 16), du fait notamment des valeurs de virilité associées au statut d’indépendant et des durées de travail hebdomadaire difficilement conciliables avec le travail domestique5. Dans quelles conditions le projet des Mompreneurs, qui consiste à faire de l’investissement dans la sphère familiale un moteur, et non un frein, de leur activité professionnelle, est-il économiquement viable ? Quelles conséquences ces engagements féminins dans l’indépendance ont-ils sur les articulations entre travail et famille et sur les inégalités de genre ? Telles sont les questions au cœur de cet ouvrage.

  • 6 Boltanski Luc, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Les Éditions de Minuit, 1982.
  • 7 On peut cependant noter qu’une mise à distance de cette catégorie permettrait d’observer d’autres m (...)

3Julie Landour entend décloisonner les approches issues des sociologies du travail et de la famille en ne présupposant pas la fragmentation des sphères professionnelles, familiales et personnelles. Ainsi, « la pensée en continuum d’engagements […] permet de souligner que travail professionnel et projet parental ne fonctionnent pas comme des mondes séparés » (p. 21). Pour comprendre la diversité professionnelle qui caractérise le groupe des Mompreneurs, l’autrice prend donc pour objets conjoints les pratiques parentales, la diffusion et l’appropriation des normes puérocentristes ainsi que les injonctions politiques et institutionnelles à l’indépendance. La recherche se fonde sur une analyse des politiques publiques et sur une ethnographie au sein d’un groupe de Mompreneurs, qui croise récits de vie, observations au sein du collectif, enquête quantitative et suivi continu des activités en ligne de ces femmes sur Facebook. La population d’enquête est donc constituée de femmes se désignant elles-mêmes comme Mompreneurs et affiliées à un collectif estampillé ; elle ne comprend pas de mères ayant aussi créé une activité indépendante sans faire usage de ce label. Cette construction de l’objet est justifiée par l’intérêt porté au « travail social de définition »6 des contours et intérêts du groupe et aux caractéristiques objectives et expériences subjectives des femmes s’y référant explicitement7.

  • 8 Abdelnour Sarah, Moi, petite entreprise. Les auto-entrepeneurs, de l’utopie à la réalité. Paris, Pr (...)
  • 9 La moitié des Mompreneurs de l’échantillon de l’enquête choisissent le régime allégé et simplifié d (...)

4La première partie traite des conditions d’émergence et de diffusion de la catégorie en France. Cet ouvrage s’inscrit dans la ligne directe des travaux de Sarah Abdelnour sur l’indépendance8, en accentuant la dimension genrée de l’analyse : dans le chapitre 1, Julie Landour étudie la production des politiques publiques en faveur de la création d’entreprise en prêtant attention à ses effets sur les inégalités de genre. Elle montre ainsi que le contexte législatif des années 2000, s’il a contribué à démocratiser l’auto-entreprise, est insuffisant pour expliquer entièrement l’émergence de ce groupe social en France, du fait de l’invisibilisation du genre des entrepreneur·e·s dans les lois successives. L’entreprise volontariste des pionnières du groupe, aux propriétés sociales et économiques élevées, en constitue le deuxième facteur déterminant. L’autrice distingue ensuite plusieurs catégories de Mompreneurs en fonction de leur sentiment d’accomplissement dans les engagements parentaux et professionnels. Cette typologie permet notamment de montrer que l’idéal d’accomplissement des Mompreneurs, en tant qu’individus, mères et entrepreneures, n’est vécu que par une minorité qui se distingue des autres par leurs capitaux économiques et sociaux et par un habitus entrepreneurial hérité de leurs parcours professionnels antérieurs. Contre les discours médiatiques qui font de l’indépendance un choix évident pour « concilier » travail et famille, Julie Landour montre au chapitre 2 que, pour la majorité de ces femmes, « l’indépendance n’est jamais une vocation, mais plutôt un horizon professionnel construit en négatif des expériences professionnelles salariées » peu épanouissantes (p. 60). La « conciliation » n’est d’ailleurs présentée comme une condition d’entrée dans l’indépendance ni dans le discours des pionnières, ni dans les récits de vie des Mompreneurs. L’indépendance est alors choisie pour son accessibilité9, la flexibilité des horaires qu’elle promet et son adéquation avec les discours qui valorisent un individu « entrepreneur de lui-même ». L’attention portée dans l’analyse à l’accès inégal aux ressources économiques et au soutien des structures publiques et familiales permet de mettre en lumière l’hétérogénéité de ce groupe, de la « femme au foyer revisitée par la société de marché », qui répond à la norme contemporaine de l’indépendance sans en tirer profit, à l’entrepreneure à la tête d’une activité économique et parentale fructueuse (p. 48).

  • 10 Les secteurs d’activité des Mompreneurs sont divers : coach parental ou en développement personnel, (...)

5Dans la deuxième partie, Julie Landour prend de la distance vis-à-vis des approches marxistes qui font du travail productif la condition exclusive de l’émancipation féminine, et de la maternité une charge matérielle complice du système patriarcal. Si l’autrice reconnaît la dimension heuristique de ces approches pour dénaturaliser l’expérience de la maternité, elles ne permettent pas selon elle d’envisager ses potentiels effets distinctifs, ni de montrer comment les Mompreneurs « cherchent à retourner le stigmate de la maternité et à en faire une cause spécifique, celle de l’inventivité économique des mères » (p. 40).L’essentialisation du rôle de la mère produit un engagement par corps dans la maternité qui sert de support identitaire mais qui reste professionnellement coûteux dans le salariat classique (chapitre 3). En retour, l’autrice montre au chapitre 4 que cet engagement intensif et distinctif produit des compétences convertibles dans le monde professionnel, de nombreuses Mompreneurs ayant créé des activités indépendantes en lien avec la parentalité et le care10. Le surinvestissement parental qui suit la fragilisation de la situation salariale sert donc la requalification sociale et identitaire des mères à travers leur expertise professionnelle, et plus généralement à travers leurs pratiques parentales distinctives.

  • 11 59% des répondantes déclarent un chiffre d’affaire inférieur à 10 000 euros par an (p. 134).
  • 12 C’est d’ailleurs ce que suggère la peinture de la première de couverture qui, par un décentrement h (...)

6Enfin, l’autrice dresse dans la troisième partie le bilan socio-économique de ces activités en prêtant plus d’attention à leur organisation spatio-temporelle afin d’analyser les différents modes d’articulation entre travail et famille. Alors que la distance avec les approches marxistes conduisait dans la deuxième partie à donner une place dans l’analyse à la dimension subjective et réflexive de l’expérience des Mompreneurs, la troisième partie replace au centre de l’analyse l’idée d’un système d’exploitation des femmes, assignées gratuitement à la sphère domestique et engagées pour la plupart dans des activités indépendantes peu rémunératrices11, ouvrant peu de droits sociaux. Ainsi, l’autrice montre dans le chapitre 5 que l’emprise du travail domestique enferme en réalité la majorité des Mompreneurs travaillant à domicile dans un « piège essentialiste » (p. 132) qui prolonge voire renforce leur assignation domestique et limite les apports économiques de leur entreprise en réduisant significativement le temps alloué au développement de leur activité12. Le dernier chapitre se centre sur les ruptures conjugales et leurs effets sur le parcours de ces « indépendantes sous dépendance conjugale » (p. 124). Si l’appartenance de classe de ces femmes limite les conséquences économiques néfastes du divorce, les déclassements et cas de retour au salariat suggèrent selon l’autrice que la forte valorisation de l’indépendance « masque une dés-émancipation des femmes, en fabriquant une autonomie de façade » (p. 163).

7Le décloisonnement des sociologies du travail et de la famille est mis en œuvre de manière rigoureuse et stimulante tout au long de l’ouvrage et apporte des éclairages sur les parcours de désengagement féminin du salariat et sur les conditions d’entrée, de maintien et de réussite dans l’indépendance, à partir d’un cas d’étude peu documenté par la sociologie française, en analysant comment sont articulés, superposés et négociés les temps professionnels et familiaux. La notion de « parcours », préférée ici à celle de « trajectoire » ou de « carrière », pour son caractère moins linéaire et totalisant, permet de décrire finement les interactions permanentes entre bifurcations professionnelles et familiales. L’ouvrage permet par ailleurs d’objectiver les conditions sociales et les ressources nécessaires pour répondre aux injonctions individualisatrices contemporaines qui, même dans les fractions dominantes de l’espace social, ont des effets précarisants qui limitent l’égalité réelle des femmes.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Pailhé Ariane et Anne Solaz (dir.), Entre famille et travail : des arrangements des couples aux pratiques des employeurs, Paris, La Découverte, 2009.

2 Si le terme est présent dans le titre de l’ouvrage, Julie Landour privilégie par la suite l’usage des termes « articulation » ou « arrangement », plus à même selon elle de traiter du caractère conflictuel, collectif et non univoque des interactions entre sphères familiale et professionnelle.

3 C’est le cas de 79% des enquêtées de Julie Landour (p. 125).

4 Marque déposée en 1996 aux États-Unis par les deux fondatrices du label, les Mompreneurs sont 7 millions aux États-Unis et au Canada. Une dizaine en France en 2008, elles sont aujourd’hui quelques milliers à être affiliées à une des deux associations françaises ou à utiliser le terme pour décrire leur activité.

5 La durée hebdomadaire moyenne de travail des indépendant·e·s est de 47h56 contre 36h31 pour les salarié·e·s (p. 18).

6 Boltanski Luc, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Les Éditions de Minuit, 1982.

7 On peut cependant noter qu’une mise à distance de cette catégorie permettrait d’observer d’autres manières socialement situées et moins médiatisées d’articuler initiative économique individuelle et maternité.

8 Abdelnour Sarah, Moi, petite entreprise. Les auto-entrepeneurs, de l’utopie à la réalité. Paris, Presses universitaires de France, 2017.

9 La moitié des Mompreneurs de l’échantillon de l’enquête choisissent le régime allégé et simplifié de l’auto-entrepreprise.

10 Les secteurs d’activité des Mompreneurs sont divers : coach parental ou en développement personnel, création d’habits pour enfants, locations de matériel de puériculture, boutiques en ligne, communication web ou encore graphisme.

11 59% des répondantes déclarent un chiffre d’affaire inférieur à 10 000 euros par an (p. 134).

12 C’est d’ailleurs ce que suggère la peinture de la première de couverture qui, par un décentrement historique, représente le cadrage conservateur dans lequel évoluent les Mompreneurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saskia Meroueh, « Julie Landour, Sociologie des Mompreneurs. Entreprendre pour concilier travail et famille ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36174

Haut de page

Rédacteur

Saskia Meroueh

Agrégée de sciences économiques et sociales, étudiante à l’ENS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page