Navigation – Plan du site

Stéphane Lamassé et Gaëtan Bonnot (dir.), Dans les dédales du web. Historiens en territoires numériques

Pierre Verschueren
Dans les dédales du web
Stéphane Lamassé, Gaëtan Bonnot (dir.), Dans les dédales du web. Historiens en territoires numériques, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Homme et société », 2019, 276 p., ISBN : 979-10-351-0300-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nicolas Delalande et Julien Vincent, « Portrait de l’historien-ne en cyborg », Revue d’histoire mod (...)
  • 2 Ibid., p. 29.
  • 3 Emmanuel Le Roy Ladurie, « L’historien et l’ordinateur », Le territoire de l’historien. Vol. 1, Par (...)
  • 4 Jean-Philippe Genet, « Histoire, informatique, mesure », Histoire & Mesure, vol. 1, n° 1, 1986, p.  (...)

1Il y a huit ans déjà, dans leur « Portrait de l’historien-ne en cyborg »1, Nicolas Delalande et Julien Vincent soulignaient la profondeur des mutations induites par le numérique pour les pratiques les plus concrètes du métier d’historien (ne serait-ce qu’au travers de ses modes de lecture et d’écriture), mais pointaient aussi que les conséquences de cette « révolution silencieuse2 » n’étaient pas écrites d’avance : elles dépendent avant tout de la capacité collective des chercheurs à se saisir de ces outils et à se les approprier en fonction de leurs questions et pratiques. De fait, l’usage des technologies informatiques par les historiens, et leurs réflexions sur ces usages, ne datent pas d’hier : on pense, par exemple, aux réflexions d’Emmanuel Le Roy Ladurie3 dès les années 1970, ou un peu plus tard de Jean-Philippe Genet4. Avec le développement d’internet, ces réflexions se sont multipliées, jusqu’à sans doute dépasser en volume les travaux concrets de recherche historique mobilisant cet espace technologique (autrement que comme support de diffusion).

  • 5 Colloque organisé à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne par le Laboratoire de médiévistique occi (...)

2Ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage collectif, dirigé par Stéphane Lamassé et Gaëtan Bonnot et issu d’un colloque5, de refuser les récurrentes proclamations triomphalistes des divers entrepreneurs en digital humanities. Il s’agit ici, plus modestement mais aussi plus utilement, de se placer dans le prolongement d’une historiographie déjà active depuis plus de vingt ans, et de proposer une série d’études de cas concrètes, d’expérimentations et de réflexions en cours sur l’usage que les historiens peuvent faire de ces outils, comme chercheurs et comme enseignants. Les coordonnateurs insistent ainsi, dans leur introduction, d’une part sur l’articulation indispensable entre dispositifs techniques et réflexion épistémologique et disciplinaire, et d’autre part sur l’importance des aspects pratiques – d’où l’écho fait, dans les articles, aux échecs, écueils et difficultés éprouvées. Partant de ce point, les treize articles de l’ouvrage peuvent être regroupés en quelques perspectives principales.

3La première approche part du constat que le web produit de l’archive en continu depuis une trentaine d’années, et constitue donc un territoire de recherche pour l’historien. Une part importante des articles mobilise ainsi des outils divers, de complexité technique variable, mais qui montrent tous l’intérêt de l’étude du web comme espace de controverse, de débat et d’échange. L’encyclopédie Wikipédia attire particulièrement l’attention, avec la contribution de Jean-Luc Chappey, consacrée aux notices biographiques touchant les acteurs de la Révolution française et aux débats entre leurs contributeurs, et celle de Benjamin Deruelle et Stéphane Lamassé, qui s’intéresse finement aux aléas de la construction de la page de Jeanne d’Arc. L’usage intensif que font les étudiants comme les enseignants de cette ressource, qu’ils l’avouent ou non d’ailleurs, amène à recommander la lecture de ces articles comme étant de salubrité publique, tant ils mettent en valeur les normes spécifiques qui sous-tendent l’écriture de ces textes, normes distinctes mais pas forcément contradictoires avec celles qui ont court dans le champ historien. Ceci revient à appeler les historiens à se saisir de l’outil, à s’investir dans l’encyclopédie, à proposer un apprentissage de son utilisation dans les curricula, plutôt qu’à joindre le chœur des méfiances et des déplorations. L’article de Jean-Philippe Genet, consacré aux résultats qu’offre Google au « surfeur » intéressé par la Magna Carta, entre dans cette même perspective de construction d’un usage actif et réflexif, méthodologiquement informé, des outils destinés au grand public – et de déconstruction des effets autorités qu’ils produisent, qu’il s’agisse des classements des résultats sur Google ou du contenu des notices Wikipédia.

4Dans ces trois articles, le web est le véritable objet de recherche ; mais en tant que producteur de sources, il peut permettre d’étudier des questions et phénomènes qui le dépassent, ce qu’entreprennent trois autres textes, à l’aide de méthodes textométriques. L’article d’Allain Dallo, Sébastien Ledoux et Denis Peschanski propose ainsi d’étudier les rapports à la mémoire, à l’histoire et à l’historien par le biais du forum de la série télévisée Un village français. Damien Hamard documente la construction de la profession d’archiviste à partir de deux espaces numériques, un forum sur minitel (Lynx) et une liste de discussion sur internet. Sofia Papastamkou a moissonné plus de 200 000 tweets diffusés à la suite du referendum grec sur les mesures d’austérité, en juillet 2015, pour étudier les débats induits. Ces perspectives, qui utilisent le web comme une source presque comme une autre pour étudier l’espace public, sont pleines de promesses et nécessitent une réactualisation vigilante des outils de la critique érudite : en cela, elles constituent un exercice sain pour la profession.

5La troisième perspective au travers de laquelle l’historien peut être confronté et celle dans laquelle le web offre un accès à des matériaux historiques, indirectement grâce aux catalogues en ligne, ou directement grâce aux opérations de numérisations de sources, comme Gallica. L’article de Madalina Olteanu et Julien Alérini, propose ainsi une étude d’histoire quantitative consacrée aux temporalités de la réglementation de la logistique militaire par l’État piémontais. Ce travail, technique, s’appuie sur des du corpus de textes normatifs réunis au XIXe siècle par Felice Amato Duboin et numérisés par les archives départementales des Alpes maritimes. On pourrait croire, et on croit trop souvent que, les historiens étant au moins l’un des publics visés par ces opérations de numérisation, l’usage de ces matériaux pourrait se passer d’une réflexion sur l’étape proprement numérique, alors pensée comme transparente. Or, l’article d’Anthony Nelzin-Santos, consacré aux recensements canadiens de 1871 à 1916, montre que les numérisations ne sont pas neutres : des choix de mise en ligne sont opérés, dont le lecteur doit être conscient s’il veut contrôler les biais. Sous un autre angle, l’historien peut exploiter de données qui n’étaient pas, à l’origine, destinées à contribuer à une recherche : les articles de Léo Dumont et Octave Julien, respectivement consacrés aux brochures conservatrices publiées en 1849 et aux manuscrits médiévaux, montrent quel usage scientifique peut être fait des métadonnées produites par la Bibliothèque nationale de France.

6Finalement, trois articles proposent une réflexion plus synthétique, sur les rapports de l’historien au Web. Valérie Schafer propose en particulier un article stimulant sur ce que peut signifier l’archivage du web, patrimonialisé dès 2003 : elle insiste en particulier sur les enjeux de temporalité que pose le réseau des liens hypertextes (comment s’assurer qu’une page renvoyait bien à telle autre page exactement ?), sur l’enjeu que représente pour l’historien le traitement de sources aussi composites, souvent parcellaires, qui ont subi de multiples (re)médiations au cours de leur archivage et de leur mise à disposition, et dont la remise en contexte matériel ne va pas de soi. De fait, le web est un espace hétérogène, désordonné, instable, qui offre ses propres métriques et hiérarchies : en tirer un corpus est un travail qui nécessite une attention et des connaissances particulières. Plus prospectif, l’article d’Amina Souag s’intéresse aux enjeux du web sémantique, c’est-à-dire du web comme espace de partage mais aussi comme lieu de stockage des données6 ; elle propose ainsi un état de l’art des moyens permettant de lier ensemble des flux de données complexes et hétérogènes. Enfin, Éric Guichard articule une réflexion critique sur les enjeux du financement par projets sur la description de la mise en place d’un outillage pour la construction d’une enquête cartographique sur les universités européennes dans la longue durée7, pour laquelle le web est moins un outil que, finalement, un débouché et un espace de publication. Avec ces deux derniers textes, on ne peut s’empêcher de penser que les usages historiens et la réflexion à leurs sujets sont quelque peu laissés de côté, la défense et l’illustration d’une certaine idée des « humanités numériques » étant sans doute le véritable enjeu.

  • 8 Sur 18 auteurs, 8 en sont issus, alors que le Pireh comporte 10 membres.

7Comme tous les livres collectifs, peut-être plus encore à cause du caractère foisonnant de son objet, cet ouvrage est inégal, singulièrement divers, en particulier par le niveau de technicité des articles, de la critique érudite classique aux analyses factorielles, classifications ascendantes hiérarchiques et modèles de chaînes de Markov cachées. Cette diversité a néanmoins le mérite de montrer concrètement la variété des directions, des usages, des outils et des réflexions que le web offre à l’historien, alors même que le volume est le produit direct d’une « école » bien visible et cohérente, le Pireh8, qui se distingue précisément par son expertise technique. C’est cette variété qui en fait une lecture utile au chercheur en sciences sociales, qui n’y trouvera certes pas de recettes toutes faites, mais des inspirations pour enrichir encore ses propres pratiques et perspectives.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Delalande et Julien Vincent, « Portrait de l’historien-ne en cyborg », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 58, n° 4 bis, 2011, p. 5-29.

2 Ibid., p. 29.

3 Emmanuel Le Roy Ladurie, « L’historien et l’ordinateur », Le territoire de l’historien. Vol. 1, Paris, Gallimard, 1973, p. 11-14.

4 Jean-Philippe Genet, « Histoire, informatique, mesure », Histoire & Mesure, vol. 1, n° 1, 1986, p. 7-18.

5 Colloque organisé à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne par le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (Lamop) et le Pôle informatique de recherche et d’enseignement en histoire (Pireh) les 6-7 juin 2016.

6 On trouvera un texte efficace de présentation du web sémantique sur https://www.semhpst.hypotheses.org/17.

7 http://barthes.enssib.fr/cybergo/Univ.

8 Sur 18 auteurs, 8 en sont issus, alors que le Pireh comporte 10 membres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Verschueren, « Stéphane Lamassé et Gaëtan Bonnot (dir.), Dans les dédales du web. Historiens en territoires numériques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 24 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36194

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page