Navigation – Plan du site
La peur des représentations

La peur des représentations

L'ambivalence à l'égard des images, du théâtre, de la fiction, des reliques et de la sexualité
Jack Goody, La peur des représentations. L'ambivalence à l'égard des images, du théâtre, de la fiction, des reliques et de la sexualité, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2006, 308 p., EAN : 9782707149299.
Notice publiée le 07 mai 2007

Présentation de l'éditeur

Un taliban met le feu à une pellicule photographique, tout en permettant à un reporter de photographier la scène. Cette scène révèle la relation ambiguë que certaines civilisations entretiennent avec l'image. Les exemples ne manquent pas en effet, dans l'histoire des sociétés, de condamnation des images et, d'une manière plus générale, des représentations: le rejet de la fiction et de l'imitation dans une partie de la tradition philosophique occidentale (Platon, Rousseau) fait écho à Calvin condamnant l'adoration des reliques, ou aux cisterciens qui considéraient les vitraux comme l'expression d'une luxure décadente. Jack Goody explore les rapports complexes qu'entretiennent les images avec la religion, la politique et la culture, dans les sociétés orales comme dans celles de l'écrit. Il cherche à montrer ce qu'elles révèlent sur les sociétés dans lesquelles elles apparaissent ou disparaissent. A partir d'une analyse comparée des cultures orientale, occidentale et africaine depuis deux mille ans, il explore notamment l'irrégulière répartition géographique et temporelle des images dans les sociétés humaines. Empruntant ses exemples à un large contexte culturel (la sculpture africaine Mangbetu, le théâtre médiéval, l'art classique grec, les statues de Bouddha ou le roman anglais), il met en lumière ce qui se dissimule derrière leur absence ou leur suppression.

Haut de page