Navigation – Plan du site

Jacques Mistral, La science de la richesse. Essai sur la construction de la pensée économique

Igor Martinache
La science de la richesse
Jacques Mistral, La science de la richesse. Essai sur la construction de la pensée économique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Sciences humaines », 2019, 477 p., ISBN : 978-2-07-017784-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Joseph Schumeter, Histoire de l’analyse économique (3 tomes), Paris Gallimard, 1983 [1944] ; Mark B (...)
  • 2 Luc Boltanski, « L’espace positionnel : multiplicité des positions institutionnelles et habitus de (...)
  • 3 Pour une présentation synthétique de cette dernière, voir notamment Robert Boyer, Économie politiqu (...)
  • 4 Jacques Mistral, La troisième révolution américaine, Paris, Perrin, 2008 ; Guerre et pais entre les (...)

1Disons-le d’emblée : voici un ouvrage appelé à devenir un classique pour les étudiant·e·s en économie, comme pour tout·e citoyen·ne francophone désireux de mieux comprendre les modes de pensée de la « science » économique, leurs évolutions et les querelles intestines qui la traversent. Son auteur propose en effet un panorama – forcément partiel et partial –, de l’histoire des pensées économiques qui s’avère un outil précieux pour éclairer la « science lugubre », ainsi que Thomas Carlyle avait surnommé la discipline. Cet ouvrage n’est certes pas le premier du genre, loin de là, et l’auteur rappelle lui-même d’entrée sa dette envers un certain nombre de classiques en la matière, notamment les sommes de Joseph Schumpeter et Mark Blaug1, qu’il convoque également de manière récurrente au cours de son récit. Néanmoins, il s’en distingue par un souci de la pédagogie particulièrement poussé, ainsi et surtout que par son point de vue et ses partis pris, distincts de ceux de ses augustes prédécesseurs. À l’instar du premier, Jacques Mistral est en effet un acteur important de l’histoire de la pensée économique dont il propose de rendre compte dans cet ouvrage, mais aussi un praticien, constituant un bel exemple de la notion d’« agent multipositionnel »2 : il est polytechnicien, professeur des universités en économie, mais aussi membre des cabinets de Michel Rocard et Laurent Fabius, lors de leurs passages respectivement à Matignon et à Bercy, haut dirigeant de l’assureur AXA dans les années 1990 et encore membre du conseil d’administration du groupe BNP-Paribas, du Conseil d’analyse économique (CAE) placé auprès de Matignon et du Cercle des économistes, peu réputé pour son irrévérence. Après avoir participé à la fondation de l’hétérodoxe école de la régulation3, il fait également partie du conseil scientifique de la droitière Fondapol tout en ayant appelé à voter pour François Hollande en 2012. Bref, force est de reconnaître que Jacques Mistral, remarqué notamment pour ses essais La troisième révolution américaine et Guerre et paix entre les monnaies4, peut être rangé parmi les « inclassables ». Cette chronique des évolutions de la pensée économique peut aussi se lire comme une sorte d’autobiographie intellectuelle, où l’auteur ne cache pas ses préférences et aversions, ne se montrant pas avare de formules louangeuses ou lapidaires selon les cas étudiés.

2S’il est évidemment impossible de rendre compte en détail de cet ouvrage dont le volume ne doit pas dissuader la lecture, on peut néanmoins en cerner les intentions et la structure. Jacques Mistral souligne d’emblée son ambition d’« éclairer la question du rapport entre économie et politique en ce début de vingt-et-unième siècle » (p. 20), en partant du constat d’un paradoxe qui voit la pensée économique fortement sollicitée par les décideurs de tous bords et pourtant méconnue, voire méprisée pour sa coupure vis-à-vis de la réalité, sinon sa soumission aux intérêts dominants. Dans un premier chapitre intitulé « Cartographier les Temps modernes », l’auteur revient sur les enjeux définitionnels concernant l’économie elle-même et justifie son choix de faire débuter son récit à l’époque moderne, et non dès l’Antiquité, comme nombre de ses prédécesseurs, arguant que « la pensée économique est matrice et fille des ruptures qui se produisent à partir du seizième siècle » (p. 33), ruptures tant matérielles, scientifiques que politiques. Il détaille ces ruptures avant de s’arrêter sur les résistances à l’égard de la rationalité économique – ce qui le conduit à évoquer Durkheim –, et d’insister sur l’importance de distinguer les trois registres de mobilisation de l’économie qui sont autant d’objectifs qui lui sont assignés : celui d’outil au service de la décision, de projet scientifique et de référence doctrinale. Il affirme alors l’une des thèses principales qui guide son examen de la pensée économique : le fait que « l’existence de deux modes de pensée en économie reflète moins un irréductible conflit d’interprétation que le dualisme de leur objet commun » (p. 82), qui peut être envisagé comme un ensemble de marchés tendant ou non vers l’équilibre, ou comme un circuit fait de nombreux flux.

3Après ces considérations liminaires indispensables, débute le récit de l’histoire de la pensée économique à proprement parler. Jacques Mistral commence ainsi par le courant mercantiliste qui court des années 1600 à 1750 environ, et qu’il entend réhabiliter. Ne cessant de rappeler sa diversité interne, il s’attèle en effet à montrer que loin de constituer une impasse fallacieuse comme on tend à le décrire à partir d’Adam Smith, celui-ci constitue un moment essentiel de rupture avec la pensée scolastique qui dominait jusque-là et marque de ce fait le véritable commencement d’une pensée proprement économique. Tout en décrivant minutieusement leurs apports (sur les rapports entre pouvoir et marché, le fonctionnement des changes ou les monopoles par exemple), Jacques Mistral souligne un autre parti-pris de son histoire intellectuelle qui consiste à replacer les acteurs dans leur contexte tout en analysant leurs propos, manière selon lui de dépasser l’opposition entre deux tendances dans l’histoire des idées : l’une évolutionniste qui se concentre sur les contenus, l’autre qui se concentrerait au contraire sur les conditions sociales de leur production (p. 110-111). Le chapitre suivant est consacré aux « classiques », Adam Smith et David Ricardo en tête, et appelle au passage à se départir d’une vision courante qui en fait les précurseurs en ligne directe des néoclassiques. Il insiste également sur certains de leurs apports mésestimés – tels que l’identification de différents stades dans le développement économique –, et opère quelques clarifications, notamment sur la fameuse « main invisible » qui n’est présente que trois fois dans toute l’œuvre de Smith et est interprétée à tort comme l’anticipation d’une vision autorégulatrice des marchés. Le quatrième chapitre est consacré aux premiers critiques de cette économique politique naissante, à savoir les socialistes utopiques (mal nommés, comme l’auteur le souligne), l’école historique allemande et enfin Karl Marx, contre lequel l’auteur a la dent particulièrement dure, bien qu’il en propose certains éclairages utiles.

  • 5 Pour une présentation de son versant hexagonal, voir notamment François Denord, Néolibéralisme vers (...)
  • 6 En passant charitablement sous silence son soutien actif à la dictature chilienne. Voir notamment H (...)

4Intitulé « L’avènement du marché », le cinquième chapitre est pour sa part consacré à la révolution marginaliste qui intervient dans les années 1870 sous les plumes de Jevons, Menger et Walras et marque la naissance de la prétention « scientifique » de la discipline économique. Jacques Mistral s’attarde plus particulièrement sur la vie et l’œuvre de Walras, en détaillant son entreprise de longue haleine pour bâtir une théorie de l’équilibre général, sans oublier de rappeler ses convictions socialistes. Après ce basculement né d’une « intuition de génie », Jacques Mistral montre comment l’économie a été « réencastrée », dans un sixième chapitre qui est bien entendu centré sur la figure de Keynes. Si l’auteur rappelle qu’il n’a pas inventé la macroéconomie, contrairement à une croyance répandue, il ne tarit pas d’éloges en montrant comment Keynes refonde l’approche économique « en substituant à la logique des choix en situation de rareté une logique des décisions en situation d’incertitude » (p. 329). Après avoir résumé les principaux apports de sa Théorie générale, Jacques Mistral se penche sur ses préconisations politiques et tord une autre idée reçue qui en fait un apôtre de la relance à tout prix ou un zélateur de l’État-providence. Il présente ensuite quelques courants hétérodoxes, en particulier les institutionnalistes et l’école de la régulation, avant de se pencher sur la « contre-révolution antikeynésienne » dans le dernier chapitre, explicitement intitulé « La fable des marchés efficients ». Il revient ainsi rapidement sur la montée du néolibéralisme5, et en particulier sur la figure singulière de Friedrich Van Hayek, sur le courant monétariste emmené par Milton Friedman6 et surtout sur la « nouvelle économie classique » et son hypothèse des anticipations rationnelles, courant vis-à-vis duquel l’auteur se montre d’une sévérité toute particulière en pointant qu’elle aboutit « à un formalisme stérile qui laissera la pensée économique désarmée au moment où se profileront les défis du vingt et unième siècle » (p. 408). Le diagnostic englobe également l’économie financière et l’approche des marchés efficients que l’auteur compare au Pangloss de Candide. Pour autant, il serait erroné de considérer que cette approche dominante serait hégémonique, comme en témoigne la vigueur du courant néo-keynésien, même si l’auteur souligne qu’« il ne suffit pas d’être keynésien pour sortir d’une grande crise » (p. 450), comme celle déclenchée en 2008 et l’absence de purge financière jusqu’à présent qui laisse présager d’un nouvel effondrement. C’est une manière de suggérer que l’histoire particulière de la pensée économique présentée dans cet ouvrage, à la fois « reflet de la société » et « outil de transformation », doit continuer à s’écrire.

Haut de page

Notes

1 Joseph Schumeter, Histoire de l’analyse économique (3 tomes), Paris Gallimard, 1983 [1944] ; Mark Blaug, La pensée économique, Paris, Économica, 1981 [1962].

2 Luc Boltanski, « L’espace positionnel : multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie. vol. 14, n° 1, 1973. p. 3-26.

3 Pour une présentation synthétique de cette dernière, voir notamment Robert Boyer, Économie politique des capitalismes, Paris, La Découverte, 2015.

4 Jacques Mistral, La troisième révolution américaine, Paris, Perrin, 2008 ; Guerre et pais entre les monnaies, Paris, Fayard, 2014.

5 Pour une présentation de son versant hexagonal, voir notamment François Denord, Néolibéralisme version française, Marseille, Demopolis, 2007.

6 En passant charitablement sous silence son soutien actif à la dictature chilienne. Voir notamment Hector Guillén Romo, « De Chicago à Santiago : le modèle économique chilien », Revue internationale et stratégique, n° 91,2013, p. 107-115.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Jacques Mistral, La science de la richesse. Essai sur la construction de la pensée économique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36264

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page