Navigation – Plan du site

Laurent Demanze, Un nouvel âge de l’enquête

Sébastien Zerilli
Un nouvel âge de l'enquête
Laurent Demanze, Un nouvel âge de l'enquête. Portraits de l'écrivain contemporain en enquêteur, Editions José Corti, coll. « les essais », 2019, 291 p., ISBN : 978-2-7143-1222-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Michel Winock, Journal politique. Tome 2 : Les années Mitterrand, Vincennes, Éd. Thierry Marchaisse (...)

1À propos d’un des plus fameux ouvrages de Georges Perec, l’historien Michel Winock écrivait dans son journal : « Les Choses […], sur la société de consommation, c’est autrement fort qu’une enquête de sociologie »1. C’est sous le patronage de ce romancier, comme l’indique la quatrième de couverture, que Laurent Demanze signe cette étude. Il se penche ici sur « la capacité heuristique de la littérature à restituer le monde vécu » (p. 84).

2Si le titre de son livre indique l’avènement d’une période, le travail de l’auteur propose surtout l’exploration d’un espace. Une sorte de zone frontière, ce dont témoigne l’emploi récurrent de mots et d’expressions évoquant le passage (« espace frontalier » p. 127, « porosité des champs » Ibid., « teneur frontalière » p. 166, « pratique traversière » p. 206…). L’enquête, « cette littérature du réel tendue entre l’argumentation et la narration, qui définit un problème, collecte des matériaux, met à l’épreuve des hypothèses [et] sollicite l’épaisseur de nos fictions pour tenter de comprendre le réel » (p. 23), se déploie effectivement au croisement entre littérature et journalisme. Jean Rolin et Emmanuel Carrère, deux des auteurs dont il est ici beaucoup question, ont longtemps été reporters. L’enquête trouve aussi sa place aux confins des sciences humaines. Philippe Artières et Ivan Jablonka sont ainsi les producteurs d’une œuvre savante d’historiens et de textes littéraires sur lesquels l’auteur se penche aussi. Éric Chauvier, autre signature mobilisée, a quant à lui une formation d’ethnologue.

3Laurent Demanze observe que ces croisements entre littérature, journalisme et sciences humaines s’opèrent en un moment singulier. Dès le XIXe siècle un « paradigme inquisitorial » avait emporté dans le même mouvement romanciers et savants, souligne-t-il en empruntant l’expression à l’historien Dominique Kalifa. Aujourd’hui cependant, les sciences humaines, intellectuellement reconnues et institutionnellement installées, ne semblent plus chercher querelle à la littérature pour s’arroger le droit de décrire et de penser le monde. La figure de l’écrivain, quant à elle, n’est plus nimbée du prestige du créateur. Les auteurs de textes littéraires semblent avoir abandonné la voltige stylistique et les exercices d’écriture formels pour produire une littérature attentive à la vie des humbles et à l’existence des dominés, dont le rôle politique est affirmé.

4Les enquêtes littéraires peuvent prendre de multiples formes. Laurent Demanze les décrit en se penchant sur les différentes étapes du cheminement intellectuel propre à leur réalisation. Chacune de ces séquences constitue une suite de chapitres (« S’étonner », « Explorer », « Collecter », « Restituer », « Poursuivre » et « Suspendre ») qui donnent son armature à l’ouvrage. L’écrivain-enquêteur peut se faire flâneur en privilégiant l’errance urbaine. Il peut aussi, au moment de l’écriture, en opérant des montages de témoignages, chercher à faire parler un être collectif constitué d’individus souvent voués au silence. Pour accumuler ses matériaux comme pour les restituer, il peut élaborer des dispositifs qui rapprochent parfois son travail des happenings de l’art contemporain.

  • 2 Entretien avec Patrice Delbourg, Circa, novembre 1978, in Georges Perec, Entretiens et conférences.(...)

5Quelque chose de l’ordre d’une commune sensibilité, de l’identité d’un regard et du partage d’une certitude unit pourtant les auteurs de toutes ces enquêtes : la conscience d’un réel impossible à complétement dévoiler. Le banal, l’ordinaire, l’espace privilégié des enquêtes dont il est ici question, ce que Georges Perec appelait « l’endotique »2 par opposition à l’exotique, recèle une sorte d’irréductible opacité. Explorer et décrire le quotidien revient inévitablement à éprouver ce que Laurent Demanze appelle sa « matité ». Face à cet inévitable « inconnaissable du réel » (p. 122), la mobilisation de méthodes pointues ou de protocoles de recherche savants est impuissante. Le statut d’amateur de l’écrivain-enquêteur n’est donc pas un frein. Tout au contraire, il est la condition sine qua non d’une exploration guidée par la conscience modeste et apaisée d’une impossible explication de la totalité des choses. Poussant ce raisonnement, Laurent Demanze considère donc qu’il n’y a pas de rupture entre la pratique de l’enquête et l’exercice du sens commun de l’enquêteur (p. 164 et suivantes).

  • 3 « [L]’action sociale suit des voies trop détournées et trop obscures, elle emploie des mécanismes p (...)

6L’enquête littéraire ne semble donc plus s’effectuer à la lisière des sciences humaines, mais dans un continent qui en est fort éloigné. On sait effectivement que le sociologue fait de la déconstruction des « prénotions » et du dépassement de la « sociologie spontanée » l’exercice inaugural en même temps que l’objectif de toute recherche3. Toutes les préventions méthodologiques et les précautions épistémologiques dont fait preuve le chercheur en sciences humaines semblent pourtant avoir quelque chose de réducteur et de superficiel pour l’auteur. Au fil de la lecture, une opposition se fait jour dont il nous semble qu’on grossit ici à peine le trait. D’un côté, il y a la sensibilité inquiète, modeste et lucide des auteurs, seule à même de souligner l’irréductible mystère du réel. De l’autre, il y a les certitudes scientistes des chercheurs, chaussés de gros sabots positivistes, bien décidés à révéler et à épuiser la complexité du monde.

  • 4 Colette Petonnet, Variations sur la ville, Paris, CNRS Éd, « Biblis », 2018.

7Pourtant, on comprend d’autant plus mal cet éloge du sens commun et cette opposition établie par l’auteur que ce dernier mobilise de bout en bout dans son étude des savoirs produits par les sciences humaines. Bien des paragraphes de son texte pourraient se retrouver à l’identique dans un manuel de sociologie ou d’anthropologie. Sa juste et belle définition de l’enquête, considérée comme « le récit hésitant d’un parcours impliqué, le cheminement dans la trame d’une argumentation et les tâtonnement d’une recherche, portée par la basse continue d’un je » (p. 23) aurait pu être signée par un ethnographe. Lorsque qu’il réfléchit aux rapports inégaux propres à toute relation enquêteur-enquêté et aux écueils de la restitution par des dominants de la parole des dominés, il cite Pierre Bourdieu. Quand il se penche sur les pérégrinations vagabondes effectuées par certains auteurs, on pense aux principes de « l’observation flottante » établis par l’ethnologue Colette Petonnet4. Plus largement, la somme des réflexions qu’il développe avec une remarquable finesse sur l’enquête comme pratique, comme dispositif dont l’effectuation même modifie en permanence les modalités de sa réalisation et la condition de l’enquêteur, confortera, sans jamais les surprendre, les sociologues et les ethnologues.

  • 5 Benoit Denis, Littérature et engagement, Paris, Seuil, « Point / Essais », 2000.

8Plusieurs questions affleurent alors. Ne peut-on pas, tout en concédant au réel une irréductible part d’inconnu et en délaissant la posture aujourd’hui anachronique du chercheur démiurge, tenter d’accumuler méthodiquement des connaissances ? Une enquête est-elle toujours une enquête lorsqu’elle n’a pas pour objectif « d’instituer le réel, de l’ordonner et de le déchiffrer, mais donne au contraire à éprouver son inconsistance et sa fragilité » (p. 241) ? L’expression du sens commun de l’enquêteur n’est-elle pas le meilleur moyen d’entretenir l’ordre établi que la littérature du réel a justement pour tâche de secouer, selon Laurent Demanze ? Enquête et littérature sont-elles seulement compatibles ? La littérature est-elle encore effectivement « littéraire » lorsque l’écrivain prend position, s’engage, dénonce5 ? Un remarquable paradoxe semble enfin caractériser plusieurs des textes sur lesquels l’auteur se penche. S’ils sont réunis sous le sceau d’une littérature de l’ordinaire, qui explore les marges et redonne leur juste place à tous ceux qui ne sont pas des « premiers de cordée », ils ne sont pourtant pas populaires. Toute leur épaisseur de réel, toute leur concrétude sociale ne se révèle d’ailleurs qu’ou fil des remarques de l’auteur, qui sont aussi brillantes que pointues. Leur public est sans doute le même que celui de recherches sociologiques dont les sujets ne sont pourtant malheureusement pas les lecteurs.

9S’ils sont nombreux et d’importance, ces commentaires ne signifient absolument pas que la lecture du livre de Laurent Demanze est superflue. Bien au contraire, l’auteur signe une étude remarquablement riche qui, de bout en bout, fait réfléchir. À propos des enquêtes littéraires sur lesquelles il se penche, Laurent Demanze mobilise en épilogue le concept de « texte pensif », forgé par Roland Barthes (p. 275). Un texte pensif, tel que le concevait l’auteur des Mythologies, ne rend pas rêveur ou distrait. Il permet de multiplier les pistes de réflexion et de prolonger, en serpentant, le cheminement intellectuel enclenché par la lecture. Il a l’incomparable qualité de faire « cogiter » son lecteur. Il nous semble que ce qualificatif s’applique parfaitement à Un nouvel âge de l’enquête.

Haut de page

Notes

1 Michel Winock, Journal politique. Tome 2 : Les années Mitterrand, Vincennes, Éd. Thierry Marchaisse, 2018, p. 40-41.

2 Entretien avec Patrice Delbourg, Circa, novembre 1978, in Georges Perec, Entretiens et conférences. Tome I, Paris, Joseph K., 2003, p. 253.

3 « [L]’action sociale suit des voies trop détournées et trop obscures, elle emploie des mécanismes psychiques trop complexes pour qu’ils soit possible à l’observateur vulgaire d’apercevoir d’où elle vient. Tant que l’analyse scientifique n’est pas venue le lui apprendre, il sent bien qu’il est agi, mais non, par qui, il est agi » écrit par exemple Émile Durkheim dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, CNRS éd., 2007, p. 316.

4 Colette Petonnet, Variations sur la ville, Paris, CNRS Éd, « Biblis », 2018.

5 Benoit Denis, Littérature et engagement, Paris, Seuil, « Point / Essais », 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Laurent Demanze, Un nouvel âge de l’enquête », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36272

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page