Navigation – Plan du site

Pierre Martin, Crise mondiale et systèmes partisans

Fatoumata Maïga Hamidou Doulla et Souleymane Lamine
Crise mondiale et systèmes partisans
Pierre Martin, Crise mondiale et systèmes partisans, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, 325 p., ISBN : 978-2-7246-2340-6.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Dans plusieurs parties du monde, la fin de la Seconde Guerre mondiale n’a pas été synonyme d’accalmie. De gros défis économiques, nés des bouleversements politiques majeurs, ont ébranlé de nombreux systèmes partisans, des États européens et jusqu’à l’Atlantique. C’est en particulier dans les démocraties représentatives occidentales que de graves chocs économiques et politiques ont été enregistrés, produisant des conséquences sur le nouvel ordre mondial de l’après guerre froide. Depuis lors, le monde évolue au rythme de scénarios improbables qui ont créé des situations spectaculaires sur le plan électoral. Parmi celles-ci, l’on retient les élections de 2016 aux États-Unis, la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne, la percée de Syriza en Grèce en 2015, l’élection présidentielle de 2016 en Autriche ainsi que les élections présidentielles et législatives de 2017 en France.

2C’est à tous ces bouleversements et à leurs impacts que Pierre Martin s’intéresse dans Crise mondiale et systèmes partisans. Il retrace dans cet ouvrage les fondements des transformations des systèmes partisans observées dans les démocraties représentatives, leur impact sur le fonctionnement de ces systèmes et les perspectives d’avenir. Leurs transformations se rapportent à l’évolution des grands partis de gouvernement à partir des années 1970 pour arriver dans un second temps à leur évolution récente après la crise financière internationale de 2008.

3Le terrain d’étude de Martin est constitué des pays développés d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Océanie et d’Asie. Ces pays ont en commun une pratique ininterrompue des élections libres depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ils sont aussi liés par une économie capitaliste et par un système socio-culturel et politique qui les rapproche les uns des autres. Pour mener cette étude, l’auteur s’est servi des résultats des élections législatives et des indicateurs macroéconomiques. Il a également utilisé des données issues des sondages, des travaux des universitaires et ceux menés par des journalistes spécialisés.

4Dans le premier chapitre, l’auteur traite des évolutions électorales dans quinze pays de l’Europe occidentale depuis 1945. Son analyse se focalise sur les grands partis de gauche et de droite de l’Europe : les partis sociaux-démocrates, les partis modérés de gauche et de droite, puis la gauche radicale, la droite radicale et enfin les écologistes. L’éventail des données étudiées dans le temps et l’espace permet ainsi à Pierre Martin de mettre en évidence un triple phénomène à partir des années 1970 : d’une part, le déclin électoral des grands partis de gouvernement de gauche et de droite, d’autre part, la diminution de la participation électorale, et enfin l’augmentation de la volatilité électorale.

5Pierre Martin constate dans le deuxième chapitre que ce triple phénomène est causé par le déclin de la croissance économique, le développement du consumérisme, l’accroissement des attentes des citoyens envers les systèmes partisans, l’instauration progressive d’un nouvel ordre antibureaucratique et la constitution d’une classe politique dans les pays occidentaux. Les représentés, c’est-à-dire les citoyens, accusent les représentants de ne pas se soucier de leurs préoccupations légitimes, d’où une rupture de confiance observée par endroits, entre les politiques et les administrés.

6L’auteur consacre le chapitre 3 à l’étude des évolutions des grands partis de gouvernement dans les pays d’Europe du Sud et de l’Est, aux États-Unis, au Canada, en Israël, au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il souligne que tous ces pays ont aussi connu diverses évolutions électorales et partisanes, mais très différentes de celles des quinze pays de l’Europe occidentale déjà analysées.

  • 1 « Lipset et Rokkan (2008) décrivent dans leur théorie un système politique composé de quatre clivag (...)

7L’auteur étudie au chapitre 4 l’historique du développement du capitalisme afin de mieux comprendre les transformations des grands partis de gouvernement observées aux chapitres précédents. Cette étude met en lumière un système des clivages partisans dans les démocraties représentatives occidentales, qu’il rapproche de la théorie de Lipset et Rokkan1. Ces auteurs considèrent que la réforme politique, la révolution nationale et la révolution industrielle ont fortement influencé le développement des États-nations en Europe.

8Pierre Martin analyse au chapitre 5 l’évolution des systèmes partisans occidentaux depuis 1945 jusqu’à la récession économique de 2008 pour mieux saisir les dynamiques qui les ont caractérisés. L’auteur analyse deux périodes : la première allant de 1945 à 1973 et la seconde de 1973 à 2008. Sur la première période, il évoque l’origine de la première crise pétrolière et la fin des Trente glorieuses. Sur la seconde période, il démontre que ces crises ont eu pour effet la reconversion des partis des gouvernements démocrates-chrétiens ou sociaux-démocrates en faveur des blocs des conservateurs et des libéraux. Le déclin des partis de gouvernement a donné lieu à la formation des nouvelles forces politiques : les écologistes et la droite radicale.

9Trois crises majeures, à savoir la crise financière de 2008, la crise des réfugiés et la crise terroriste, ainsi que leurs conséquences sur les systèmes politiques et électoraux, retiennent l’attention de Pierre Martin au chapitre 6. Ces trois crises ont influencé les évolutions électorales et partisanes des pays occidentaux en aggravant le déclin des partis de gouvernement sociaux-démocrates et de droite. Elles ont frappé les grands partis, et ce jusqu’en Europe du sud. Aux États-Unis, elles ont déstabilisé les dispositifs partisans. Dans beaucoup de pays ciblés par l’étude, Pierre Martin observe une montée en puissance de la droite radicale et l’émergence de nouvelles forces politiques de gauche radicale.

10Enfin, l’auteur dresse au chapitre 7 le bilan des transformations des systèmes représentatifs occidentaux avant de dégager les perspectives de leur évolution dans un contexte globalement caractérisé par « une crise systémique de capitalisme » qu’il qualifie de « polycrise » (p. 243). Cette polycrise conjugue en effet plusieurs dimensions : la crise environnementale, l’épuisement de la croissance, les crises financières répétées, une crise morale et une crise de l’ordre international. Et chacune d’entre elles a eu un sérieux impact sur les systèmes de partis de gouvernement.

11En conclusion, l’auteur examine des scénarios d’évolution possibles à partir de deux cadres théoriques extrêmes : le scénario pessimiste et le scénario optimiste. Le scénario pessimiste correspond à l’aggravation des crises et des violences ainsi que des inégalités sociales. Dans ce scénario, les systèmes partisans, conscients de leur perte de légitimité, notamment en Occident, recourraient à l’autoritarisme afin de protéger « l’hypercapitalisme » et de se maintenir au pouvoir. Quant au scénario optimiste, il requiert de profondes transformations sociales et culturelles de l’économie. La cible en est le capitalisme, qui serait de moins en moins une fin pour les systèmes partisans des pays occidentaux, du seul fait de son incapacité à donner un sens à l’action humaine. Ces transformations feraient des démocraties représentatives des institutions démocratiques plus fonctionnelles et évolutives, conclut Martin.

12En somme, Pierre Martin a réussi son pari : celui d’avoir pu compiler et analyser, avec grande rigueur, d’importantes données quantitatives issues des systèmes électoraux des pays de l’Europe occidentale, ceux de l’Europe du Sud et de l’Est membres de l’Union Européenne, des pays d’Amérique du Nord (Canada et États-Unis), d’Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande) et d’Asie (Israël et Japon). Son ouvrage met en évidence les transformations subies par les systèmes de partis de pouvoir dans les démocraties occidentales depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux récentes élections présidentielles de 2016 et 2017 en Europe occidentale et aux États-Unis. Pierre Martin s’efforce de faire une analyse comparative des différents systèmes partisans européens entre eux et de mesurer l’impact des crises nées du capitalisme sur la vie des organisations politiques et partisanes de ces pays.

13Cependant, il nous semble que le livre aurait gagné en intérêt en élargissant son analyse à l’impact des bouleversements des systèmes partisans sur le cours de la politique internationale et, pourquoi pas, sur l’avenir du multiléralisme, dangereusement menacé aujourd’hui par les nouvelles forces politiques et les acteurs émergents de la politique internationale. Il demeure que cet ouvrage constitue un apport très considérable pour la recherche et qu’il peut être recommandé à tous ceux qui étudient les sciences politiques.

Haut de page

Notes

1 « Lipset et Rokkan (2008) décrivent dans leur théorie un système politique composé de quatre clivages fondés  sur deux axes conflictuels dont l’un est fonctionnel, et le second territorial. Les quatre clivages mis en exergue dans cette théorie sont : centre/périphérie, État/église, rural/urbain, possédants/travailleurs. Les deux premiers clivages sont liés aux oppositions que peut rencontrer l’élite nationale centralisatrice dans le développement de l’appareil d’Etat lors de la révolution nationale, les deux derniers clivages sont eux rattachés à des conflits économiques lors de la révolution industrielle. Ces deux auteurs considèrent que les partis politiques naissent et se développent en relation à ces lignes de fractures structurelles dans les sociétés analysées » (p. 132).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatoumata Maïga Hamidou Doulla et Souleymane Lamine, « Pierre Martin, Crise mondiale et systèmes partisans », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 23 août 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36373

Haut de page

Rédacteurs

Fatoumata Maïga Hamidou Doulla

Titulaire d’un master en relations internationales, étude de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix à l’Université Abdou Moumouni de Niamey.

Souleymane Lamine

Journaliste nigérien, spécialiste des questions de sécurité et de relations Internationales. Titulaire d’un master en relations internationales, étude de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix de l’Université Abdou Moumouni de Niamey.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page