Navigation – Plan du site

Max Weber, Les communautés

Gaétan du Roy
Les communautés
Max Weber, Les communautés, Paris, La Découverte, coll. « Politique et sociétés », 2019, 300 p., traduction et édition critique d'Élisabeth Kauffmann et Catherine Colliot-Thélène, ISBN : 9782348041884.
Haut de page

Texte intégral

1Les études de Max Weber réunies dans ce volume – dont certaines jusqu’alors inédites en français – portent sur les différents types de communautés humaines. Ces textes ont été annotés et traduits par Élizabeth Kauffmann et Catherine Colliot-Thélène. La première introduit le texte ; la seconde entreprend, dans sa postface, d’évaluer l’intérêt des analyses du grand sociologue allemand pour les débats contemporains sur les questions liées aux communautés.

  • 1 Économie et Société I, trad. E. de Dampierre et al., Paris, Plon, 1971.

2Comme toujours lorsqu’il s’agit d’éditions critiques de l’œuvre de Weber, il faut d’abord se retrouver dans l’histoire compliquée du texte que l’on a sous les yeux. Une précieuse « note éditoriale sur le corpus » nous guide dans ce dédale de manuscrits, projets inachevés, esquisses et diverses éditions allemandes de référence. Les quatre premières études ont déjà été publiées dans l’édition français d’Économie et société1 mais bénéficient ici d’une nouvelle traduction. Il s’agit des textes suivants : « Les relations économiques des communautés en général », « Les communautés domestiques », « Les communautés ethniques », et La communauté de marché ». Les autres textes étaient jusqu’alors inaccessibles au public francophone. Certains d’entre sont inachevés ou constituent des versions intermédiaires, publiées après avoir été remaniés par l’auteur. Les deux derniers textes apparaissent sous forme d’un plan analytique annonçant les différentes thématiques que Weber entendait développer. Ces études inédites s’intitulent, « Les communautés politiques », « Structures tribales arabes » (très succinct), « “Classes”, “groupes statutaires” et “partis” » (inachevé), « Ordres des guerriers » (plan analytique), et enfin « Groupement domestique, clan et voisinage » (plan analytique).

  • 2 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, L’espace non poppérien du raisonnement naturel, (...)

3L’intérêt principal de ce recueil est de présenter dans un même ouvrage les différentes approches du fait communautaire développées par Max Weber. La lecture de ces textes disparates et parfois à l’état d’ébauche, est extrêmement suggestive pour les chercheurs qui travaillent sur ces questions. Ce qui est remarquable chez Max Weber est sa capacité étonnante à effectuer constamment des aller-retours entre les cas historiques situés et la généralisation. La part historique touche aux événements contextuels, singuliers, qui s’inscrivent dans des coordonnées précises de l’espace et du temps ; la part sociologique procède à une généralisation qui rend les comparaisons possibles. Le champ des sciences sociales se situe tout entier dans cette tension, bien décrite par Jean-Claude Passeron2.

4Les textes sont foisonnants et souvent difficiles à suivre. Weber y analyse de manière très subtile les manières dont se forment les communautés et surtout comment la logique des liens communautaires interagit avec d’autres sphères sociales, particulièrement avec l’économie. L’approche wébérienne est processuelle, prenant soin de « montrer à chaque fois, à grand renfort de contre-exemples historiques, le caractère partiel et insuffisant » des relations entre différents déterminant sociaux, comme le note bien Catherine Colliot-Thélène (p. 275). C’est en effet le trait le plus remarquable des analyses du sociologue concernant le fait communautaire que de montrer à la fois des liens possibles entre tel trait culturel et tel comportement économique, tout en soulignant le fait que cette relation ne présente pas de caractère de nécessité. Le passage suivant illustre parfaitement cette logique wébérienne : « Quant au moment et à la façon dont [la rencontre entre un type d’activité économique et une forme communautaire] se produit, on ne peut rien dire de totalement général qui soit intéressant. Mais il est possible d’énoncer quelques généralités sur le degré d’affinité élective entre des formes structurelles concrètes de l’activité communautaire et des formes concrètes d’économie » (p. 65).

5Notons, parmi les nombreux cas de configuration communautaire envisagés dans le recueil, la modernité de l’approche wébérienne du phénomène ethnique. Le sociologue place en effet l’accent sur la « croyance subjective en une communauté d’ascendance » (p. 139) et surtout sur le fait que cette dernière doive être prise en compte, « sans égard au fait qu’un lien de consanguinité des groupes ethniques existe objectivement ou non » (p. 139). Comme le note Catherine Colliot-Thélène, cette approche – comme pour le concept de nation – ouvre la voie aux approches constructivistes qui se sont depuis imposées dans le champ des études ethniques, contre les théories dites primordialistes. Weber prend également soin de ne pas trop charger le concept et part d’une définition large permettant justement de comprendre ce que l’ethnicité doit aux logiques économiques et politiques. Le penseur allemand estime, dès lors, que le « contenu de l’activité communautaire possible sur une base “ethnique” reste indéterminé » (p. 145). Cette approche déflationniste de l’ethnie permet à Weber de se livrer à un stimulant jeu combinatoire, en puisant dans son énorme culture historique et anthropologique.

  • 3 Sociologie de la religion, traduit et présenté par I. Kalinowski, Paris, Champs Flammarion, 2006.
  • 4 La Domination, trad. I. Kalinowski, Paris, La Découverte, 2013 ; compte rendu et notes critiques po (...)
  • 5 La Ville, trad. A. Berlan, Paris, La Découverte, 2014 ; compte rendu de Jonathan Louli pour Lecture (...)
  • 6 Horst Baier, Gandolf Hübinger, M. Rainer Lepsius, Wolfgang J. Mommsen, Wolfgang Schluchter, Johanne (...)

6Cet ouvrage intéressera les chercheurs travaillant sur les logiques de formation des liens communautaires mais aussi, bien entendu, les spécialistes de la pensée de Weber. L’ouvrage s’inscrit dans la continuité de la publication des œuvres de Weber, dont paraissent depuis plusieurs années de nouvelles traductions françaises. On pense par exemple à la Sociologie des religions3, à La domination4 ou à La Ville5. Un problème ne cesse pourtant de se poser au lecteur de ces ouvrages majeurs pour les sciences sociales : il est souvent difficile de se retrouver dans l’histoire complexe des textes wébériens. Ceux-ci gagneraient peut-être à être réunis dans une édition critique unifiée, à l’image de l’édition de référence allemande sur laquelle s’appuient d’ailleurs tous les traducteurs français de l’œuvre6. Il n’en reste pas moins que Les communautés nous montrent une nouvelle fois à quel point il s’avère essentiel et stimulant de lire ou de relire le grand sociologue allemand.

Haut de page

Notes

1 Économie et Société I, trad. E. de Dampierre et al., Paris, Plon, 1971.

2 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, L’espace non poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

3 Sociologie de la religion, traduit et présenté par I. Kalinowski, Paris, Champs Flammarion, 2006.

4 La Domination, trad. I. Kalinowski, Paris, La Découverte, 2013 ; compte rendu et notes critiques pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/12992.

5 La Ville, trad. A. Berlan, Paris, La Découverte, 2014 ; compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/16572.

6 Horst Baier, Gandolf Hübinger, M. Rainer Lepsius, Wolfgang J. Mommsen, Wolfgang Schluchter, Johannes Winckelmann (dir.), Max Weber Gesamtausgabe, Tübingen, Mohr, 1984- (plusieurs volumes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaétan du Roy, « Max Weber, Les communautés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 26 août 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36454

Haut de page

Rédacteur

Gaétan du Roy

Chargé de cours à l’Université Saint-Louis, Bruxelles.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page