Navigation – Plan du site

Monica Aceti, Christophe Jaccoud, Laurent Tissot (dir.), Faire corps. Temps, lieux et gens

Julien Garcia
Faire corps
Monica Aceti, Christophe Jaccoud, Laurent Tissot (dir.), Faire corps. Temps, lieux et gens, Neuchâtel, Alphil éditions, coll. « Sociétés », 2018, 280 p., ISBN : 978-2-88930-211-6.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage contribue à dépasser la conception du corps comme simple enveloppe. Depuis des contextes extrêmement divers, qui s’enracinent tous néanmoins en Suisse, il ne cesse de faire état d’un dynamisme qui atteste que le corps n’existe qu’en acte. On comprend alors qu’il s’agisse moins d’étudier ce que signifie avoir un corps que d’interroger ce que faire corps veut dire.

2Comme le rappelle l’introduction, « faire corps » signifie d’abord « être solidaire avec ». Il s’agit d’un acte (un faire) qui se traduit immédiatement en un état (un être). Cet acte est une union, laquelle n’est peut-être pas avant tout celle qui relie notre corps à d’autres, mais notre corps à nous-même. En ce sens, faire corps peut tout aussi bien signifier faire avec le (ou son) corps. Cette union en acte désigne bien le processus par lequel nous devenons sujets, davantage nous-même. Notons alors que le « corps » n’apparaît pas seulement au sens figuré. Il est l’opérateur principal de cette union, de cet acte qui fait que celui qui l’accomplit devient celui qu’il est, soulignent les auteurs. Les contributions sont distribuées en quatre parties désignées chacune par un acte reformulant ce « faire » trop générique : fabriquer, entretenir, montrer et mobiliser les corps.

3La première partie de l’ouvrage étudie la fabrication de corps par la société. Cette production n’est pas simplement un acte extérieur à celui sur lequel il s’opère. Il s’agit aussi et surtout d’un acte d’incorporation des normes, en l’occurrence ici celles de la société suisse du XIXe puis du XXe siècle. Adrián Cordoba et Benoît Lenzen lisent la formation physique des jeunes corps dans les manuels d’éducation physique de 1876 à 1998 comme un « assujettissement ». Si, en Suisse, la gymnastique est devenue la seule discipline scolaire régie au niveau fédéral, c’est que le modelage des corps ne vise jamais ceux-ci comme de simples enveloppes matérielles. En façonnant le physique, il convient d’atteindre les âmes des citoyens en devenir. La discipline des corps est toujours, en même temps, une discipline morale et intellectuelle. Elle est mobilisée pour que ces jeunes gens fassent corps pour défendre un jour la patrie et qu’ils acquièrent l’esprit de corps requis pour cela. En affermissant le corps, c’est l’esprit que l’on renforce ou, pour mieux dire, la maîtrise de soi. Faire corps signifie alors faire faire à son corps. Et à travers la volonté des individus, c’est la volonté normative de la société qui agit. En un sens, le corps ne fait rien, il obéit. Cet assujettissement transparaît encore dans le développement des pratiques sportives sous leur aspect moderne, qu’étudie Jérôme Gogniat en analysant le projet pédagogique des pensionnats de jeunes garçons suisses du XIXe siècle.

4Mais il ne s’agit pas seulement de produire des corps aptes au travail à venir. À l’autre bout de l’existence, il devient de plus en plus nécessaire de discipliner des corps qui ne le sont plus par le travail. En effet, un devoir de vieillir en bonne santé fait son apparition et impose un travail sur ces corps qui ne travaillent plus. Cela donne l’occasion à Matthias Ruoss de proposer une définition de la vieillesse comme état d’incapacité d’agir sur son corps. Le risque est alors que les personnes âgées ne fassent plus corps, notamment avec le reste de la société. L’injonction qui leur est faite devient donc de rester « maître de soi » le plus longtemps, de ne pas se « laisser aller ». Mais, encore une fois, être dit « actif » dans ce processus d’autodiscipline ne revient-il pas à être assujetti ? Le vieillissement n’est plus reconnu comme processus naturel et inévitable, mais est imputé à la responsabilité de ceux qui sont restés « passifs ».

5C’est précisément cet acte d’entretien du corps qu’explore la deuxième partie. « Faire corps » signifie alors « se faire un corps ». La discipline étant bien incorporée, chacun est responsable du maintien de son corps dans une bonne forme, c’est-à-dire aussi dans la bonne norme.

6Pour entretenir son corps, la médecine de la fin de l’Ancien Régime prescrit de le maintenir dans le bon environnement, celui qui convient à sa nature. Philip Rieder revisite le postulat de l’enracinement de notre corps, confirmé par le mal du pays ou la nostalgie que ressentent les exilés. Mais quelques fois, au contraire, le déracinement ou le dépaysement peuvent avoir des effets thérapeutiques. Faire corps serait ainsi l’expression d’un acte d’union ou d’harmonie avec le milieu qui nous entoure. On ne fait pas corps n’importe où, avec n’importe quelle terre ou n’importe quel climat.

7L’exploration de cette quête d’une bonne santé du corps se poursuit dans l’article d’Ilario Rossi. La question y est de savoir si le pluralisme thérapeutique est à même de remédier aux effets regrettables de la médecine occidentale classique. Celle-ci produirait en effet des corps passifs, c’est-à-dire des corps incapables de trouver eux-mêmes des réponses aux problèmes de santé qui les affectent. Le pluralisme thérapeutique constituerait peut-être un moyen de re-faire corps en modifiant le rapport à sa propre maladie. Le sujet malade cesserait de se réduire au statut de patient pour rendre son corps à nouveau actif. Ilario Rossi ne manque cependant pas de souligner le problème auquel mène cette solution. Une fois devenu « expert » de sa propre maladie, l’individu ne devient-il pas le responsable de la dégradation de sa propre santé en cas d’échec des thérapies qu’il a choisies ?

8Cette réflexion au sein du domaine médical se poursuit et s’achève, de l’autre côté de cette entreprise de maintien, en interrogeant, avec Katharina Pelzelmayer, la production des corps des « soignantes dévouées », corps chargés de prendre soin des autres.

9Une fois faits, les corps doivent se manifester. Faire corps c’est encore se faire corps c’est-à-dire se montrer comme corps, faire la démonstration de ce qu’il est ou devient. Dans l’imaginaire, d’abord, Leïla el-Wakil et Rémi Baudouï étudient l’attribution d’un corps à une nation, celui du « Suisse au bras noueux » dans la peinture helvétique du XIXe et du début du XXe siècle. Claudine Gaetzi prolonge en quelque sorte ce mouvement en s’intéressant aux corps faits par d’autres, tels que ceux des personnages des romans d’Alice Rivaz. Car faire corps évoque aussi le corps qu’on nous fait, malgré nous, notamment dans les rapports d’objectification au sein du couple.

10N’est-ce pas l’enjeu du sport professionnel que de faire des corps et de donner à voir des corps bien faits ? Philippe Vonnard, Grégory Quin et Quentin Tonnerre analysent des photographies de football qui montrent que la professionnalisation du sport fait, façonne de nouveaux corps en les exhibant. Cette monstration et cette transformation, qui apparaissent principalement durant l’entre-deux-guerres, sont aussi d’ordre politique. Car il s’agit, par l’harmonisation physique des sportifs et par leur mise en représentation, de faire corps c’est-à-dire de faire équipe et, par là, de faire nation.

11Dans un contexte plus contemporain, Monica Aceti identifie le problème le plus urgent que pose la manifestation ou la démonstration du corps. Celui-ci apparaît de façon paradigmatique lorsque l’on interroge la pratique de la pole dance, danse acrobatique composée de mouvements de suspension et de rotation autour d’une barre verticale. Est-elle un réel moyen, pour les femmes qui la pratiquent, de se faire un corps ou n’est-ce au contraire qu’une des manières de faire corps avec un corps tout fait. Autrement dit, la pratique de la pole dance peut-elle constituer un acte d’émancipation et de subjectivation ou doit-elle être définitivement réduite à une objectification des corps ? La tension qui traverse l’étude de cette pratique est parfaitement rendue par le témoignage que livre l’autrice de ses préjugés initiaux que nous partageons volontiers. La pole dance est en effet une bonne candidate au titre d’activité d’assujettissement des femmes à un corps érotisé par un certain regard masculin qui les réduit à des objets. Mais, très vite, Monica Aceti entrevoit autre chose, et notamment une possibilité de ré-appropriation de leur corps, particulièrement pour celle dont le physique ne correspond pas à la norme du corps universellement désirable. La sanction sociale qui les frappe souvent est sans doute le signe qu’il y a quelque chose de subversif et d’émancipateur dans ce que ces femmes font de leur corps en le mettant ainsi en spectacle.

12Enfin, faire corps c’est aussi faire appel à un corps, faire avec (les forces de) son corps, bref le mobiliser, mettre en œuvre ses potentialités. Ceci s’opère d’abord dans le travail, lequel se mécanise de plus en plus au cours du XIXe siècle, et, comme le montre Laurence Marti, ne cesse de faire et de défaire les corps des ouvrières et ouvriers. C’est la conception du « corps-machine » héritée du XVIIe siècle qu’il faut alors interroger, puisque l’usure des organismes les dénature.

13Mais le corps se mobilise aussi dans les loisirs. Qu’est-ce qu’un chœur sinon des corps qui s’unissent en un seul ? Baptiste Blandenier montre quelles Julien G2019-08-27T11:52:00Agnès Cavet2019-06-21T14:17:00potentialités sont actualisées lorsque l’individu fait corps, par le chant, avec les autres choristes. Car le chant offre à chacun une expérience singulière de son propre corps et participe ainsi au processus de subjectivation.

14Deux articles plus personnels concluent ce recueil. Ils présentent d’autres loisirs qui mobilisent un corps en particulier. D’abord celui d’un père, dans la biographie en images que Christophe Jaccoud livre du sien. Il se demande en quoi ce que ce corps a fait a déterminé ce que cet homme a été. L’« ascétisme moyen » auquel il s’est livré au quotidien, et qui n’a pas suffi à faire de lui un sportif, l’a-t-il rendu heureux ? Enfin, l’abécédaire de Marianne Chapuisat soulève une dernière question : que nous apprennent les « Julien G2019-08-27T12:00:00hauts faits »Agnès Cavet2019-06-21T14:24:00 du corps que constituent les ascensions des plus hauts massifs montagneux ? Quelles potentialités les exploits physiques de l’alpiniste qu’elle est ont-ils actualisées en elle ?

15Tels sont les multiples contextes dans lesquels cet ouvrage explore le processus de libération de l’individu à même le corps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Garcia, « Monica Aceti, Christophe Jaccoud, Laurent Tissot (dir.), Faire corps. Temps, lieux et gens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 27 août 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36461

Haut de page

Discipline

Anthropologie

Sociologie

Science politique

Urbanisme - architecture

Littérature

Histoire

Psychologie - sciences cognitives

Sciences de l'éducation

Philosophie

Haut de page

Rédacteur

Julien Garcia

Professeur de philosophie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page