Navigation – Plan du site

Valérie Robin Azevedo, Sur les sentiers de la violence. Politiques de la mémoire et conflit armé au Pérou.

Marie-Aimée Romieux
Sur les sentiers de la violence
Valérie Robin Azevedo, Sur les sentiers de la violence. Politiques de la mémoire et conflit armé au Pérou, Paris, CNRS, IHEAL, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « Travaux & mémoires », 2019, 268 p., ISBN : 978-2-37154-129-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les ouvrages de référence, citons : Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, éd. Albi (...)

1L’auteur propose un essai d’anthropologie des mémoires des guerres civiles à partir d’enquêtes menées dans les Andes quechuas d’Ayacucho, au Pérou. Valérie Robin Azevedo, anthropologue spécialiste du Pérou et des sociétés andines, analyse avec minutie les méandres des mémoires du conflit fratricide qui opposa, à la fin du XXesiècle, l’État péruvien à un groupe armé révolutionnaire maoïste, le Sentier lumineux. Selon la Commission vérité et réconciliation (CVR), qui s’est tenue entre 2001 et 2003, cette guerre armée interne aurait fait quelques 70 000 morts et plus de 15 000 disparus, 40% du total des victimes étant originaires d’Ayacucho. Cet épisode a accentué les fractures socioéconomiques, culturelles et ethniques qui marquent durablement le paysage politique et social du Pérou actuel. L’anthropologue choisit dans cet ouvrage de centrer son étude sur les mémoires du conflit, s’inscrivant ainsi dans une veine de recherches actives en sciences sociales depuis les années 20001. Ce choix se justifie par le fait que ce conflit a généré une concurrence des mémoires officielles et informelles à des échelles multiples. On regrette cependant que l’auteur passe rapidement dans son introduction sur la qualification de « guerre civile » (p. 18), terme qui semble acquis pour elle mais dont l’usage est tabou au Pérou. Après une courte présentation du conflit et des enjeux mémoriels, Valérie Robin Azevedo expose avec clarté et concision sa méthodologie d’essai anthropologique. Elle distingue notamment le travail d’un historien de celui d’un anthropologue (p. 19). Son propos est organisé en quatre chapitres.

  • 2 On pourra se reporter pour une étude chronologique plus détaillée à l’ouvrage récent : Mariella Vil (...)

2Le premier chapitre constitue une synthèse des évènements historiques et présente les principaux acteurs et enjeux mémoriels du conflit. Cette présentation est indispensable pour comprendre l’évolution du Sentier lumineux et les réactions de l’État péruvien. Si certains points mériteraient d’être discutés ou plus amplement développés, l’objet de l’auteur n’est pas historique mais bien anthropologique2. Cette synthèse historique est ainsi parfaitement adaptée au lecteur qui souhaite s’initier à cette phase sombre de l’histoire péruvienne. Suite à la scission sino-soviétique, le Parti communiste du Pérou se divise en deux factions dans les années 1960-70. Le Sentier lumineux n’est à l’origine qu’un des nombreux groupuscules se réclamant de l’influence du Parti Communiste Péruvien. C’est en 1969 qu’il prend le nom de Sentier lumineux, après que son fondateur, Abimael Guzmán, ait rompu avec le PCP. Le 18 mai 1980, le Sentier lumineux réalise sa première action contestataire. Il conforte initialement ses appuis auprès des communautés paysannes. L’auteur ne rentre cependant pas dans le débat et n’évoque pas de pistes de réflexion à l’échelle continentale. Elle valorise néanmoins la singularité de ce mouvement révolutionnaire, par le culte de la personnalité par exemple. Valérie Robin Azevedo insiste finalement sur les enjeux politiques des batailles pour la mémoire, qui se manifestent d’abord dans la culture de la peur et la mémoire salvatrice de la guerre (p. 43), tant de la part de l’État que des partisans du Sentier lumineux ; elle souligne ensuite les enjeux de la concurrence victimaire qui s’expriment pendant et après le Comité vérité et réconciliation des années 2000. Sa présentation historique est exemplaire par sa concision et son impartialité – exercice souvent difficile sur ce type de sujet –, et ne saurait être que recommandée aux étudiants et aux chercheurs.

  • 3 Pablo Macera, « “Sendero y Mama Huaco”, fragmento de intervención en simposio sobre Mitología andin (...)
  • 4 De nombreuses études sur la violence de ce conflit ont été publiées, entre autres (et non exhaustiv (...)
  • 5 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, éd. Le Seuil, 2000.
  • 6 Marie-Claire Lavabre, « Paradigmes de la mémoire »,Transcontinentales, n° 5, 2007, p. 139-147.
  • 7 Carlos Ivan Degregori, No hay país más diverso. Compendio de antropología peruana II, Lima, éd. IEP (...)

3L’épistémologie de ce conflit est au centre du second chapitre. Valérie Robin Azevedo propose d’examiner les méthodes et les modalités d’analyse du conflit par l’anthropologie et, plus généralement, par les sciences sociales. En présentant puis analysant les interprétations successives et/ou opposées des chercheurs, elle met en avant l’influence de ces chercheurs en sciences sociales dans la compréhension du conflit armé. C’est ce retour réflexif qui donne ses lettres de noblesse à cet essai anthropologique et qui le distingue d’autres ouvrages portant sur ce conflit. Les théories et les outils conceptuels mobilisés avant, pendant et après le conflit révèlent en effet non seulement des changements de paradigmes dans ces disciplines mais également leurs enjeux politiques et sociaux. D’autre part, ce sujet s’inscrit largement dans un contexte d’affrontements, parfois idéologiques, sur l’identité andine, entre différentes thèses d’anthropologues et de politologues. Pour justifier la violence socio-politique des années 1980-90 des interprétations extrêmes ont été avancées : l’auteur cite celle de Pablo Macera3, qui retrace une histoire continue de la violence au Pérou, faisant de cette violence une donnée culturellement conditionnée (p. 83)4. Sur ces visions souvent dichotomiques et sur l’éclatement de l’idéalisation des rôles, l’auteur parvient à dresser un tableau sans pitié des années de recherches en sciences sociales, y compris post-conflit. Autre force de cet ouvrage, un dosage subtil entre les références anthropologiques et celles des autres sciences sociales : on retrouve le philosophe Paul Ricœur5, l’historienne et politologue Marie-Claire Lavabre6 (2007) ou encore l’anthropologue Carlos Ivan Degregori7 ; seuls manquent à l’appel les historiens des religions et anthropologues tels que Marcel Detienne, Jean-Pierre Vernant et Georges Dumézil.

  • 8 On retrouve dans ces chapitres une autre veine de recherche propre à l’anthropologie : l’analyse de (...)

4Les deux derniers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à l’analyse de deux phénomènes mémoriels8 dans la région d’Ayacucho : un concours carnavalesque organisé par la mairie d’Ocros et le rôle attribué par des habitants à Saint-Louis dans des épisodes concrets du conflit armé à Huancapi. Le premier évènement mémoriel, de type festif, s’inscrit dans une longue tradition du carnaval qui donne aussi lieu à des batailles rituelles dans les Andes rurales du sud du Pérou (p. 126). L’anthropologue a pu assister à la performance du massacre de Cceraocro aux mois de février 2004 et 2005. Les habitants y ont mis en scène (chant et chorégraphie) les évènements des années 1980, rompant avec les traditionnels thèmes agraires. Par l’écriture et la mise en scène de leur histoire, les habitants d’Ocros entendent diffuser la mémoire locale du conflit afin qu’un évènement local soit reconnu à l’échelle nationale. L’auteur souligne l’enjeu citoyen de cette représentation. Il ne s’agit plus seulement d’obtenir justice et d’être reconnue comme une victime du conflit : ces populations marginalisées cherchent aussi à accéder au statut de sujet de droit à part entière. Une attention particulière est également portée à la hiérarchisation des mémoires et des silences – la mémoire des femmes par exemple–- autant que des morts. Les prodiges du village de Huancapi, soigneusement compilés par l’auteur, donne une toute autre dimension à la mémoire du conflit.

5En retraçant ainsi avec concision et clarté la multiplicité des mémoires de ce conflit armé au Pérou, l’anthropologue Valérie Robin Azedevo éclaire à la fois les mécanismes des représentations de la violence de guerre à l’échelle nationale et locale et le rôle politique, social et éthique de l’anthropologue. Côté essai anthropologique, on retient l’équilibre entre l’analyse factuelle, épistémologique et les chapitres de restitution et d’analyse des observations sur place. Si un message issu de cet essai d’anthropologie devait être diffusé, ce serait celui d’une nécessaire mise à distance et d’une très grande prudence dans l’utilisation des sources, témoignages autant que productions scientifiques. En proposant un bilan épistémologique du conflit armé entre le Sentier lumineux et l’État péruvien, Valérie Robin Azedevo nous offre une hauteur de vue indispensable pour comprendre et désamorcer les conflits internes violents.

Haut de page

Notes

1 Parmi les ouvrages de référence, citons : Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, éd. Albin Michel, 1997 ; Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire et l’oubli, éd. Le Seuil, 2000 ; Enzo Traverso, Le passé en mode d’emploi. Histoire, mémoire, politique, Paris, éd. La fabrique, 2005 ; Henri Rousso, Face au passé. Essai sur la mémoire contemporaine, Paris, éd. Belin, 2017.

2 On pourra se reporter pour une étude chronologique plus détaillée à l’ouvrage récent : Mariella Villasante Cervello, Chronique de la guerre interne au Pérou (1980-2000). Étude d’anthropologie de la violence, Paris, éd. L’Harmattan, 2018.

3 Pablo Macera, « “Sendero y Mama Huaco”, fragmento de intervención en simposio sobre Mitología andina realizado en la Universidad Católica en 1984 », Cambio, n° 20, 1986.

4 De nombreuses études sur la violence de ce conflit ont été publiées, entre autres (et non exhaustivement) : Jo-Marie Burt, Violencia y autoritarismo en el Perú. Banjo la sombre de Sendero y la dictature Fujimori, Lima, éd. IEP, 2009 ; Stathis N. Kalyvas, La lógica de la violencia en la guerra civil, Madrid, éd. Akal, 2010 ; Nelson Manrique, El tiempo del miedo. La violencia politica en el Perú, 1980-1996, Lima, éd. Congreso de la República del Perú, 2002.

5 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, éd. Le Seuil, 2000.

6 Marie-Claire Lavabre, « Paradigmes de la mémoire »,Transcontinentales, n° 5, 2007, p. 139-147.

7 Carlos Ivan Degregori, No hay país más diverso. Compendio de antropología peruana II, Lima, éd. IEP-PUCP, 2012.

8 On retrouve dans ces chapitres une autre veine de recherche propre à l’anthropologie : l’analyse de célébrations festives, selon l’angle d’observation et d’interprétation défini par Jean Bazin dans son célèbre Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement, Paris, éd. Anacharsis, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aimée Romieux, « Valérie Robin Azevedo, Sur les sentiers de la violence. Politiques de la mémoire et conflit armé au Pérou. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 28 août 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36484

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page