Navigation – Plan du site

Pascal Combemale (dir.), Les grandes questions économiques et sociales

Arthur Jatteau
Les grandes questions économiques et sociales
Pascal Combemale (dir.), Les grandes questions économiques et sociales, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères Manuels », 2019, 486 p., 1re éd. 2009, ISBN : 9782348042836.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce livre, dirigé par Pascal Combemale, sont rassemblées pas moins de vingt-deux contributions de spécialistes traitent de questions économiques et sociales. Ce dernier point constitue l’originalité de l’ouvrage : là où beaucoup de manuels se contentent d’une présentation peu problématisée de concepts et de données, celui-ci a pour parti pris de traiter de questions.

2L’ouvrage est divisé en quatre grandes parties, elles-mêmes divisées en chapitres. La première se penche sur la croissance, le travail et l’emploi, la seconde porte sur les mutations et fractures de la société française (avec une large place accordée à la question des inégalités), la troisième sur les mondialisations et la dernière sur les crises. Il n’est ni possible, ni souhaitable de présenter in extenso toutes les contributions dans le cadre de ce compte rendu de lecture, aussi avons-nous choisi d’en présenter un échantillon raisonné, à la fois représentatif de la qualité et de la diversité des chapitres.

3Dans un chapitre sur le monde du travail, Bernard Gazier en présente les différentes mutations. En à peine deux siècles, la France est passée d’une population active majoritairement rurale et paysanne à une population active majoritairement urbaine et salariée. Ces deux siècles sont à mettre au regard de la grande stabilité des siècles passés, ce qui souligne la force de la révolution industrielle.

  • 1 Voir par exemple Matthieu Bunel et Stéphane Jugnot, « 35 heures. Évaluations de l'effet emploi », R (...)

4Jérôme Gautié et Yannick L’Horty poursuivent le défrichage en matière de travail et emploi. C’est l’occasion de rappeler le rôle joué par la productivité : désirable économiquement, elle peut avoir des conséquences néfastes sur la création d’emplois. De fait, un même taux de croissance, suivant que cette dernière soit extensive ou intensive, n’a pas les mêmes conséquences en termes d’emplois. Un pays, pour produire plus, peut travailler plus (on embauche des travailleurs, le taux de chômage diminue). Mais pour produire plus, il peut aussi travailleur mieux, plus efficacement, jusqu’à supprimer des emplois (par exemple, quand on remplace des ouvriers par des robots). Les deux économistes soulignent également la diversité des taux de chômage (dont la définition peut elle-même être discutée), selon que l’on considère l’âge, le sexe ou le diplôme. Ils présentent également des débats importants sur le sujet, comme le rôle des institutions (avec les fameuses « rigidités »), celui du salaire minimum et des prélèvements sociaux, l’indemnisation du chômage et la protection de l’emploi. Concernant le passage sur la réduction du temps de travail, on peut néanmoins s’étonner que ne soit mentionnée aucune étude, alors que la majorité d’entre elles concluent à une création nette d’emplois1.

5Introduisant une partie particulièrement riche de l’ouvrage consacrée aux inégalités, Dominique Merllié revient ensuite sur un objet qui a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années : la mobilité sociale. Il rappelle que, pour parler de mobilité sociale, il convient de définir non seulement les classiques tables de mobilité sociale mais aussi les situations de départ et d’arrivée, ce qui n’a rien d’évident. Doit-on prendre en compte le diplôme du père et celui du fils ? Les CSP ? Combien de catégories doit-on retenir ? La question se corse dès lors que les femmes entrent à jeu, quand on sait que le taux d’activité féminine a longtemps été significativement moins élevé que celui des hommes (l’écart est faible aujourd’hui). La comparaison avec la situation des mères est dès lors biaisée.

6Louis Chauvel fait le point sur la stratification sociale. Il souligne qu’il ne faut pas appréhender les inégalités uniquement sous l’angle statique, comme on le fait trop souvent. En effet, si l’on observe le rapport entre le salaire moyen des cadres et celui des ouvriers, on s’aperçoit qu’il est passé de 4,3 en 1955 à 2,4 aujourd’hui. En conclure que les inégalités salariales ont diminué serait pourtant réducteur, dans la mesure où il faut également les appréhender de manière dynamique. En effets, si l’on regarde le temps nécessaire pour que le salaire moyen des ouvriers atteigne celui des cadres, en prenant en compte la croissance des salaires, alors on s’aperçoit que s’il fallait 31 années en 1955, il en faut désormais 155 (et même 409 en 2010 !).

7Les inégalités économiques sont étudiées en deux temps. Dans un chapitre, Thomas Piketty fait le point sur la longue période. Le fait le plus important en la matière est la disparition des rentiers au cours du XXe siècle. Aujourd’hui, les individus percevant les revenus les plus élevés les tirent le plus souvent de salaires alors que, dans la société française du XIXe siècle, ils provenaient du patrimoine. Piketty note intelligemment que la fin des rentiers a sans doute contribué à légitimer les inégalités. Pour expliquer la disparition presque totale des rentiers, il faut chercher du côté des guerres (destructrices de capital) et de l’impôt progressif (qui permet de diminuer les inégalités). La richesse des données mobilisées est saisissante, mais on peut regretter un manque d’actualisation pour certaines séries.

8Lucas Chancel élargit la focale en se penchant sur les inégalités de revenu au niveau mondial. Un fait saillant ressort : dans tous les pays, depuis les années 1980, le taux de croissance des revenus est plus élevé chez les individus les plus aisés. Même dans les pays où les pauvres profitent de la croissance, les plus riches en tirent toujours davantage de bénéfices. De ce point de vue, le phénomène d’accroissement des inégalités est bel et bien mondial.

9La question du genre est bien évidemment incontournable dès lors que l’on aborde les inégalités. Françoise Milewski rappelle ainsi qu’aujourd’hui, le taux d’activité des femmes de 25 à 49 ans s’est largement rapproché de celui des hommes, soulignant ainsi que le modèle de la femme au foyer a vécu, même si beaucoup de femmes qui travaillent le font à temps partiel. Il faut également rappeler les écarts de salaires (les femmes étant payées environ un quart moins que les hommes), qui débouchent logiquement sur des écarts de retraite, encore plus conséquent : hors pensions de réversion, la pension moyenne des femmes est de 42,3 % moins élevé que la pension moyenne des hommes.

10Robert Castel revient dans des termes clairs sur la naissance et le développement de la protection sociale, invoquant et explicitant certains de ses concepts, comme celui de propriété sociale. Cette mise en perspective permet de saisir le retournement de la condition salariale : situation honnie, réservée au prolétariat au XIXe siècle, elle va devenir, avec le développement d’institutions spécifiques, comme le droit du travail ou les assurances sociales, une situation recherchée synonyme de stabilité. En effet, le salarié, par le biais des cotisations sociales, s’ouvre un certain nombre de droits qui le protègent contre divers risques sociaux (vieillesse, maladie, chômage…).

11Dans une partie sur les mondialisations, Dominique Plihon fait le point sur la globalisation financière. Faisant partie du phénomène plus large qu’est la mondialisation, elle en apparaît comme la face la plus visible. En effet, les transactions financières internationales sont aujourd’hui sans commune mesure avec les besoins liés au commerce international. La finance internationale ne se contente plus de son simple rôle de pourvoyeur de fonds des activités productives, mais possède une existence et une logique propres. Si tout le monde s’accorde à présent sur la nécessité de réformer la finance internationale, les avis divergent entre ceux qui souhaitent davantage de libéralisation, pour que les principes du marché puissent s’appliquer plus aisément, et ceux qui militent pour davantage d’encadrement, arguant que les logiques mimétiques des intervenants sur les marchés financiers sont de nature déstabilisatrice pour l’économie mondiale.

12La dernière partie porte sur les crises (économiques, sociales, écologiques…) que nous traversons. Jacques Adda revient sur la crise financière débutée en 2007-2008, dont il retrace précisément la genèse. Il pointe le rôle de la titrisation, dont on trouve les racines dès les années 1980. Cette technique consiste à créer des produits bancaires à partir de créances, avec pour objectif un meilleur partage des risques. Mais le problème est que cette dilution des risques favorise la multiplication des crédits accordés par les banques. D’autres innovations financières, comme les subprimes, ont également joué un rôle majeur tant dans le déclenchement de la crise que dans sa propagation. Jacques Adda souligne le « retour des États » pour tenter de contrer les effets de la crise, avec une réaction plus offensive néanmoins du côté des États-Unis et de sa banque centrale que des pays de la zone euro.

13Jean Gadrey porte sa réflexion sur une critique du paradigme fordiste, et plus particulièrement sur les outils de mesure de la croissance. Il note par exemple que les gains de productivité permettent de produire plus avec une quantité inchangée de travail, mais sans compter les ressources naturelles. Si pendant les Trente Glorieuses on pouvait oublier cet aspect, il devient incontournable dans une perspective écologique. Jean Gadrey montre en outre qu’une production plus respectueuse de l’environnement, et donc moins intensive, serait nécessairement plus riche en emplois.

14Même si demeurent quelques problèmes aussi mineurs qu’incontournables pour ce genre d’ouvrage, comme les niveaux de technicité assez différents entre les chapitres, et certains angles morts (sur le développement, ou sur une analyse plus systémique du capitalisme contemporain), cela n’enlève rien à la richesse de l’ouvrage. De nombreuses thématiques sont couvertes, avec des données et des réflexions pertinentes et actuelles, et on en ressort avec une meilleure compréhension du monde économique et social.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Matthieu Bunel et Stéphane Jugnot, « 35 heures. Évaluations de l'effet emploi », Revue économique, vol. 54, n° 3, 2003, et Michel Husson, « Réduction du temps de travail et emploi : une nouvelle évaluation », Revue de l’IRES, n° 38, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Jatteau, « Pascal Combemale (dir.), Les grandes questions économiques et sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 30 août 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36554

Haut de page

Rédacteur

Arthur Jatteau

Maître de conférences en économie et en sociologie à l’Université de Lille (Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques – Clersé).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page