Navigation – Plan du site

Romain Bertrand, Guillaume Calafat (dir.), « Micro-analyse et histoire globale », Annales, vol. 73, n° 1, 2019

Martin Vailly
Micro-analyse et histoire globale
Romain Bertrand, Guillaume Calafat (dir.), « Micro-analyse et histoire globale », Annales, vol. 73, n° 1, 2019, 307 p., Paris, Cambridge University Press, EHESS, ISBN : 978-2-7132-2754-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse récente sur ces approches, voir Sebastian Conrad, What is Global History?, Prince (...)
  • 2 Roger Chartier, « La conscience de la globalité », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 56, n (...)
  • 3 Carlo Ginzburg, Il Formaggio e i Vermi : il cosmo di un mugnaio del ‘500, Torino, G. Einaudi, 1976  (...)

1Comme l’écrivent Romain Bertrand et Guillaume Calafat en introduction de cette nouvelle livraison des Annales, le champ de l’histoire globale se divise en une série de méthodologies différentes, qui s’incarnent pourtant dans des ambitions historiographiques communes1 : le recours à l’échelle globale comme particulièrement heuristique, une attention portée à la circulation des biens, des personnes et des savoirs, la prise en compte des espaces extra-européens encourageant la déconstruction de l’eurocentrisme. Ces ambitions rencontrent depuis une dizaine d’années celles de la microhistoire, qui se concentre sur l’étude rapprochée d’acteurs clairement identifiés pour faire émerger le contexte dans lequel chacun d’eux évolue. Elle ne se limite pas nécessairement à l’étude de cas locaux mais peut permettre de suivre des cas particuliers à l’échelle globale2. Par l’analyse de cas particuliers, la microstoria, telle qu’elle a été développée notamment par Carlo Ginzburg et Giovanni Levi dès les années 19703, permet à la fois de dresser un panorama des normes sociales et culturelles en vigueur dans le cas étudié et de montrer, par le recours à des sources particulières, qu’il peut exister une marge de manœuvre vis-à-vis de cette même norme. Elle permet ainsi de reconstruire un moment historique précis et ses particularités, mais aussi d’en tirer des enseignements plus généraux.

2Parler de microhistoire globale peut impliquer, selon les coordinateurs, de faire effectuer à la microhistoire son global turn, ou bien de permettre à l’histoire globale de clarifier ses objectifs et sa méthode (p. 4). La rencontre entre ces deux approches historiographiques peut prendre plusieurs aspects, en fonction des échelles favorisées, de la construction du corpus, de l’espace ou des acteurs étudiés. Romain Bertrand et Guillaume Calafat dégagent dans leur introduction quatre grandes tendances de la microhistoire globale correspondant aux quatre articles du dossier.

3La première tendance est l’intérêt porté par les historien·ne·s aux « scènes et sites nés de la confluence d’interactions à large rayon » (p. 4), observés sur une échelle restreinte. Dans l’article de Roberto Zaugg, ces espaces et scènes sont deux cours royales de la côte guinéenne, celles des souverains des royaumes de Hueda et du Dahomey. Zaugg analyse le fonctionnement social de ces espaces curiaux en proposant une microhistoire globale matérielle fondée sur l’étude des interactions entre objets et humains : l’étiquette curiale de ces espaces repose en effet sur la place de la pipe, du tabac et du crachoir, comme attributs centraux du souverain. Dans cet exemple, des cours royales locales fondent leurs rites sur la circulation internationale de biens de consommation et de pratiques sociales, ces « interactions à large rayon ». Le tabac arrive du Brésil au XVIe siècle, les pipes deviennent ainsi symboles de statut social au Dahomey ; la porcelaine et les crachoirs proviennent d’abord d’Asie avant le XVIIIe siècle, puis progressivement d’Europe. En montrant la diversité des routes commerciales qui permettent aux souverains de Hueda et du Dahomey d’acquérir tabac et porcelaine, l’auteur évite le récit téléologique de pratiques curiales importées d’Europe ou d’Asie qui imposeraient progressivement une culture globale « homogène » (p. 158). Au contraire, il souligne l’importance de pratiques et de savoirs locaux qui intègrent des éléments extérieurs en les adaptant : c’est l’exemple de la divinité Legba, dont la pipe devient l’un des attributs au cours du XVIe siècle. Pour renforcer son argumentaire, il compare le recours à des biens d’origine exotique dans les cours guinéennes et dans celle de Louis XIV : dans les deux cas, ces biens voient leur signification transformée par l’intégration dans une pratique curiale locale.

  • 4 Voir entre autres Kapil Raj, « Go-Betweens, Travelers, and Cultural Translators », in Bernard Light (...)

4La deuxième tendance de fond traversant la microhistoire globale est celle de l’étude des « biographies globales » (p. 4), objet de l’article de Sebouh David Aslanian. En suivant le parcours d’un marchand arménien, Marcara, et en reconstituant sa biographie mouvementée, l’auteur montre de façon très concrète comment les connexions entre différents espaces d’un monde en cours de globalisation peuvent affecter la vie d’un go-between4, d’un individu circulant entre des espaces sociaux et culturels différents. Officiant pour la Compagnie française des Indes orientales (CIO) au cours du XVIIe siècle, Marcara s’attire l’inimitié de son supérieur, Caron, soutenu par la Compagnie. Ce différend se solde par un procès, qui permet à l’auteur de développer une histoire sociale et culturelle de la justice sous Louis XIV. En effet, les actions de la CIO pour décrédibiliser Marcara révèlent beaucoup des préjugés orientalistes qui traversent la France d’Ancien Régime. Le déroulé du procès permet de prendre acte de la coexistence de différentes conceptions de la noblesse, qui se fondent selon les sociétés sur la naissance ou bien sur la confiance et la réputation du marchand. De même, suivre les mésaventures de Marcara, c’est aussi reconstituer différents aspects de la « globalisation des échanges » (p. 21) à l’époque moderne, à la conjonction des mondes européen et indien. Aslanian expose la coexistence à l’échelle du globe de différents types de réseaux commerciaux : d’un côté, des compagnies fondées sur une organisation étatique, administrative, possédant pouvoir de police, et de l’autre des réseaux familiaux, soudés par la confiance et le statut social. Il montre aussi comment des compagnies européennes comme la CIO doivent s’appuyer sur des réseaux extra-européens de go-between pour développer leur présence à l’échelle globale.

5Une troisième tendance explore la comparaison entre la construction institutionnelle et politique des grands ensembles impériaux, à l’échelle globale, et la réalité fragmentée des terrains, à l’échelle locale. Le travail de Darío G. Barriera propose une mise en dialogue exigeante et documentée de ces deux échelles, à partir du cas de la réforme bourbonienne des intendants dans la vice-royauté espagnole du Rio de la Plata, à la fin du XVIIIe siècle. La nouvelle politique territoriale menée par Philippe V, sur les conseils de son grand-père Louis XIV, vise à renforcer l’emprise royale sur un territoire impérial trop large et vaste. Une étude rapprochée de la situation locale dans un canton, celui de Coronda, permet à Barriera de remettre en question une vision idéale de ces réformes fondée sur un modèle centre / périphérie, le premier élaborant la réforme et la seconde l’appliquant. Si le gouvernement des campagnes inquiète la couronne de Castille, les cadres légaux imaginés depuis l’Europe ne conviennent pas à la variété de contextes locaux qui forment un empire en mosaïque. Dans le canton de Coronda, les problèmes engendrés par les agissements de bandes de pillards, et par le manque de ressources naturelles, poussent les élites locales à s’engager elles-mêmes dans la résolution de ces problèmes en traitant avec la vice-royauté et ses agents. Cette négociation mène à une fragmentation progressive des gouvernances permettant aux élites locales d’affirmer leur rôle politique. L’approche microhistorique adaptée à l’échelle d’un empire global permet ici de saisir les discontinuités au sein d’un ensemble trop souvent présenté comme monolithique. Elle permet ainsi de ne pas occulter les réalités sociales sur le terrain, en remettant en cause les discours officiels tenus par Philippe V et son administration sur la fabrique des réformes territoriales et leur application.

6La dernière tendance de cette microhistoire globale, telle qu’elle est présentée dans ce numéro, est celle l’étude des procès et affaires juridiques à l’échelle internationale, à l’aide de la microanalyse – faisant ici écho aux travaux de Ginzburg précédemment évoqués. C’est l’examen d’une affaire de droit privé impliquant trois droits nationaux différents qui permet à Jessica Marglin d’étudier les ambitions et les failles du droit international naissant à la fin du XIXe siècle, et l’émergence du concept de nationalité. L’affaire Samama contre Samama oppose au tribunal des membres de la famille du défunt Nissim Samama, Juif tunisien installé en Italie, à la fin du XIXe siècle. Ses héritiers testamentaires tentent de défendre leurs droits en faisant valoir que Samama a renoncé à sa nationalité tunisienne, et peut donc rédiger un testament en vertu de la loi italienne ; ses neveux, héritiers selon la loi juive qui prévaut si Samama est demeuré Tunisien, tentent de montrer que ce renoncement n’a jamais eu lieu. Dans cette affaire privée, trois droits s’opposent, juif, tunisien et italien, alors que le droit international est encore balbutiant. L’étude des arguments mobilisés par les avocats des deux partis permet à Marglin de montrer que ce qui était au départ une affaire de droit privé conduit à questionner à la fois le concept de nationalité et l’état du droit international, d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Plus largement, le travail de l’autrice remet efficacement en question l’histoire d’un droit international élaboré depuis la seule Europe, par des État-nations, et sa diffusion ensuite dans le reste du monde. La microanalyse adaptée à l’échelle globale révèle la relative impuissance des cadres internationaux face aux stratégies individuelles d’acteurs recourant à des nationalités différentes comme autant de ressources dans ce procès.

7Conformément à ce qu’annonce l’introduction de Guillaume Calafat et Romain Bertrand, ce volume dresse un état des lieux de la microhistoire globale en présentant différentes orientations méthodologiques et leurs résultats respectifs. Surtout, il permet d’interroger les fondements intellectuels de ces « histoires hybrides » (p. 8). Celles-ci font la part belle à la réflexivité : sous peine de ne produire qu’un ensemble de récits disparates, l’historien·ne doit interroger les « protocoles de généralisation » (p. 11) liés à toute micro-analyse à l’aune du décalage entre normes collectives et pratiques individuelles. L’attention qu’elles portent à la trajectoire d’individus et d’objets, par la pratique du suivi chère à la microhistoire, forcent à « multi-situer » (p. 14), à prendre en compte de multiples contextes. Enfin, la prise en compte des distances, par l’inclusion du local dans l’étude des connexions, doit permettre d’éviter une histoire globale de surplomb « désincarnée » (p. 11). Reste désormais à systématiser ce questionnaire pour faire de la microhistoire globale non plus un label, mais un réel « paradigme » (p. 18).

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse récente sur ces approches, voir Sebastian Conrad, What is Global History?, Princeton et Oxford, Princeton University Press, 2016.

2 Roger Chartier, « La conscience de la globalité », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 56, n° 1, 2001, p. 119-123.

3 Carlo Ginzburg, Il Formaggio e i Vermi : il cosmo di un mugnaio del ‘500, Torino, G. Einaudi, 1976 ; Giovanni Levi, L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del seicento, Torino, G. Einaudi, 1985.

4 Voir entre autres Kapil Raj, « Go-Betweens, Travelers, and Cultural Translators », in Bernard Lightman (dir.), A Companion to the History of Science, Chichester / Malden, John Wiley & sons, 2016, p. 39-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Vailly, « Romain Bertrand, Guillaume Calafat (dir.), « Micro-analyse et histoire globale », Annales, vol. 73, n° 1, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 30 août 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36560

Haut de page

Rédacteur

Martin Vailly

Doctorant contractuel EUI/EHESS, mon travail concerne les cultures géographiques à la fin du règne de Louis XIV.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page