Navigation – Plan du site

Sylvie Monchatre (dir.), « Le genre comme compétence », Regards sociologiques, n° 52, 2018

Mallaury Bolanos
Le genre comme compétence
Sylvie Monchatre (dir.), « Le genre comme compétence », Regards sociologiques, n° 52, 2018, 186 p., Strasbourg, Association Regards sociologiques, ISSN : 1164-0871.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sylvie Monchatre, Êtes-vous qualifié pour servir ?, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », (...)
  • 2 Joan Scott, « Le genre, une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, vol. 37, n (...)

1Coordonné par l’auteure de l’ouvrage Êtes-vous qualifié pour servir ?1, Sylvie Monchatre, ce dossier thématique s’inscrit au croisement d’une sociologie des professions et d’une sociologie du genre en offrant une mise en perspective critique de la notion de « compétences genrées ». À rebours d’une approche essentialiste et réifiante, une huitaine d’articles issus de solides enquêtes à dominante ethnographique appréhende les compétences investies par les femmes et les hommes au sein de divers secteurs professionnels en tant qu’elles sont en perpétuelle construction et reconfiguration, « en train de se faire ». En outre, si le genre est compris comme une « façon première de signifier des rapports de pouvoir »2, les réflexions proposées rendent compte de l’imbrication du genre aux autres rapports de domination que sont l’âge, la classe sociale et la position hiérarchique au sein de l’organisation du travail.

2Le dossier s’ouvre sur un article introductif de Sylvie Monchatre, dans lequel elle revient sur des travaux précurseurs de la sociologie du travail ouvrier et rappelle que la notion de « compétence » à pour principal intérêt de permettre à l’organisation du travail de contrôler « l’incertitude qui surgit lorsque les savoir-faire acquis et mobilisés ne constituent plus des ressources pertinentes pour l’action – ou ne sont plus considérés comme telles » (p. 9).

  • 3 Christophe Dejours, Travail : usure mentale, Paris, Bayard, 1993.

3Un premier panel nous invite à interroger les conditions d’entrée des femmes au sein de milieux professionnels fortement masculinisés, que les auteur·e·s associent tantôt à une politique managériale de déprofessionnalisation du métier, tantôt à une logique purement commerciale. De plus, s’il semblerait que les femmes acquièrent une certaine légitimité en investissant des compétences pensées comme « typiquement féminines », ici liées à un fort investissement dans la relation de service (en opposition à l’expertise technique), elles n’en demeurent pas moins subordonnées. Les travailleuses de l’intervention technique étudiées par Alexandra d’Agostino et Emmanuel Sulzer n’échappent pas pour autant aux stratégies de défense virilistes3 orchestrées par les « anciens » du métier. Il en va de même des agentes immobilières de l’enquête d’Eliza Benites-Gamboriazo, qui peinent à accéder à une réelle reconnaissance tant elles sont appelées à s’investir en leur seule qualité de femme.

  • 4 Françoise Héritier, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

4Les articles du deuxième panel se focalisent sur la valence différentielle des sexes4, soit sur la dévalorisation des compétences « féminines » et du travail des femmes. Cyrine Gardes et Camille Martin l’observent au sein de « bastions masculins ». Sophie Devineau, Morgane Kuehni et Laurent Bovey s’intéressent, quant à elles·eux, à des professions traditionnellement féminines, au sein desquelles le travail de care est central. La valence différentielle des sexes est mise en lumière de façon particulièrement saisissante par l’article de Sophie Devineau sur l’enseignement en école maternelle lorsque celui-ci est pris en charge par des hommes. En effet, elle montre comment, pour les mêmes gestes professionnels, les hommes bénéficient d’une reconnaissance de leur expertise qui par contre est déniée aux femmes.

  • 5 Judith Butler, Trouble dans le genre, Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découv (...)

5Le troisième et dernier panel concerne le secteur de l’hôtellerie-restauration en tant que théâtre de performances de genre. Sana Benbelli, Jamal Khalil et Hayat Zirari explorent les interactions quotidiennes dans lesquelles sont prises les serveuses de café des quartiers populaires de Casablanca, véritables « centres de cérémonie masculin ». Dans un tel contexte, leur principale compétence consiste à mettre en scène leur féminité de manière exacerbée afin de favoriser les jeux de séduction avec les clients. Sylvie Monchatre souligne que, si certaines organisations du travail non qualifié contribuent à renforcer les rôles sexués – tels que les cafés précités – d’autres, au contraire, permettent un « trouble dans le genre», pour reprendre les termes de Judith Butler5. Ce trouble peut consister en une transgression à l’ordre de genre par une femme adoptant des comportements virils, voire en un « dépassement du genre » et une remise en cause des inégalités sexuées.

6En complément de ces articles, Christian de Montlibert propose deux documents apportant une profondeur historique au dossier, perspective dont il rappelle qu’elle est nécessaire à l’étude du salariat féminin actuel. À partir de l’exploitation d’un reportage de 1932 sur le quotidien des ouvrières de Paris, l’auteur met en exergue les représentations sociales de « l’ouvrière parisienne » qui y sont véhiculées, mêlant un exposé de l’oppression économico-sexuelle à une approche essentialiste de ce que demeure « la femme ». Le second document consiste en une recension d’une dizaine d’ouvrages par laquelle Christian de Montlibert revient sur les origines historiques de la division sexuée du travail et insiste sur le continuum existant entre le travail domestique et le travail salarié féminin.

  • 6 François de Singly, « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit, n° 196, novembre 1993, (...)
  • 7 Comme le montrent par exemple Emmanuelle Zolesio avec les chirurgien·nes, ou encore Catherine Marry (...)
  • 8 Nicole-Claude Mathieu, L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, 1991 [19 (...)

7Les contributions composant ce dossier, issues pour la moitié de thèses en cours, participent à alimenter les réflexions portant sur les pratiques professionnelles actuelles au prisme du genre. Elles confirment que, malgré les discours sur « l’égalité-déjà-là », les femmes ne cessent d’être victimes de stéréotypes naturalisant et sexistes ainsi que de logiques d’exclusion matérielles et symboliques ; elles demeurent oppressées économiquement et sexuellement. Ainsi, malgré ses habits neufs6, la domination masculine structure encore bel et bien l’ensemble du marché du travail, qu’il s’agisse d’emplois non qualifiés ou hautement qualifiés7. Cela étant, ce tableau quelque peu pessimiste gagne en nuances lorsqu’il est question de transgression. Mais transgression n’est pas subversion. Aussi la lecture de ce dossier – et notamment les derniers mots de Sylvie Monchatre quant à une « conscience de classe de sexe8 » – amène-t-elle à s’interroger sur les conditions d’émergence d’une conscience féministe chez les travailleuses étudiées. Enfin, si les différentes analyses donnent à voir l’imbrication des rapports sociaux de classe et de sexe, nous sommes néanmoins en droit de regretter l’absence d’analyses au prisme de la race comme construit social. Or, nous le savons, les rapports sociaux de race structurent également le monde du travail, façonnent les compétences professionnelles et sont consubstantiels aux rapports précités.

Haut de page

Notes

1 Sylvie Monchatre, Êtes-vous qualifié pour servir ?, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2010, compte rendu de François Granier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/1031.

2 Joan Scott, « Le genre, une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, vol. 37, n° 1, 1988, p. 125-153, traduction française.

3 Christophe Dejours, Travail : usure mentale, Paris, Bayard, 1993.

4 Françoise Héritier, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

5 Judith Butler, Trouble dans le genre, Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2006.

6 François de Singly, « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit, n° 196, novembre 1993, p. 54-64.

7 Comme le montrent par exemple Emmanuelle Zolesio avec les chirurgien·nes, ou encore Catherine Marry et al. en ce qui concerne la haute fonction publique : Emmanuelle Zolesio, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2012, compte rendu d’Alexandre Mathieu-Fritz pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/9316 ; Catherine Marry, Laure Bereni, Alain Jacquemart, Sophie Pochic, Anne Revillard, Le plafond de verre et l'État. La construction des inégalités de genre dans la fonction publique, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et Société », 2017, compte rendu de Pierre Alayrac pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/24146

8 Nicole-Claude Mathieu, L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, 1991 [1989], p. 258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mallaury Bolanos, « Sylvie Monchatre (dir.), « Le genre comme compétence », Regards sociologiques, n° 52, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 30 août 2019, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36566

Haut de page

Rédacteur

Mallaury Bolanos

Étudiante en master 2 Études sur le genre, parcours Sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page