Navigation – Plan du site

Emilia Schijman, À qui appartient le droit ? Ethnographier une économie de pauvreté

Margot Bergerand
À qui appartient le droit ?
Emilia Schijman, À qui appartient le droit ? Ethnographier une économie de pauvreté, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, LGDJ, coll. « Droit et société », 2019, 188 p., préf. Jacques Commaille, ISBN : 978-2-275-06541-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques Commaille, « À quoi nous sert le droit pour comprendre sociologiquement les incertitudes de (...)
  • 2 Liora Israël et Jean Grosdidier, « John Dewey et l’expérience du droit. La philosophie juridique a (...)
  • 3 Jean-François Laé, Numa Murard, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière, (...)

1Développant l’hypothèse que le logement peut jouer un rôle d’« amortisseur de crise », Emilia Schijman enquête plus largement dans cet ouvrage sur l’expérience du droit dans un grand ensemble de Buenos Aires. Ce travail s’inscrit dans une approche du droit socialement ancrée cherchant à retisser un lien qui s’était étiolé entre la sociologie et le droit1. Dans le sillage d’une conception pragmatiste inspirée de John Dewey, le droit est ici considéré comme une activité éminemment sociale à étudier comme un processus2. L’auteure aborde ainsi conjointement la protection du logement, le droit et la pauvreté comme producteurs d’un « droit vivant », qui « puise ses racines dans les transactions sociales, les échanges élémentaires de la vie matérielle, les réseaux d’obligation et d’attente qui caractérisent la vie sociale » (p. 16). L’approche ethnographique proposée, également attentive aux pratiques économiques, fait écho aux travaux de Jean-François Laé et Numa Murard3, sur lesquels Emilia Schijman prend d’ailleurs appui.

2C’est dans le cadre d’un projet d’accession sociale à la propriété que les 3 200 logements de la cité de Soldati ont été inaugurés en 1978. Mais les difficultés rencontrées par les accédants, dans un contexte économique marqué par l’inflation et les licenciements ainsi que le départ des classes moyennes et le retrait des services publics, ont entraîné un endettement généralisé et une dégradation de la cité. En 2012, moins de la moitié des occupants de la cité sont propriétaires de leur logement ; les autres habitants naviguent entre des statuts d’occupation plus ou moins reconnus, sécurisants et contraignants : sous-locataires, personnes hébergées, occupants sans titre, propriétaires endettés pouvant être expulsés…

3De la « tournée des guichets » comme fenêtre d’accès au droit jusqu’à la reconnaissance des statuts d’occupation par l’administration, en passant par les pactes et arrangements informels qui se tissent entre habitants, Emilia Schijman décortique la construction du droit dans cette cité au statut hors du commun.

4Faire valoir ses droits pour toucher une allocation, se voir attribuer un prêt ou encore un logement sont des résultats qui relèvent d’un véritable travail, tant sur plan du temps investi que sur le plan des compétences requises (présentation de soi connaissance des catégories du droit, production des dossiers…). Le droit est conçu comme un objet aléatoire pour beaucoup d’habitants, c’est la « tournée des guichets » qui le sécurise. Contraints par l’instabilité et la précarité de leurs situations, mais également par l’arbitraire et les complexités administratives, les habitants de la cité sont face à un droit qu’ils doivent construire sans cesse, en interaction avec les employés de différentes administrations.

5Alors que les protections sociales, l’emploi et les services publics reculent dans la cité, une économie souterraine vient pallier les manques. Des services de courrier et de taxi gérés par les habitants se développent. Au quotidien, toute ressource est bonne à valoriser : qu’il s’agisse de revendre des vêtements donnés par l’église ou de louer une partie de son logement, une pièce voire un placard… Ces échanges mêlent souvent une économie de marché à une économie du don et se concrétisent par divers pactes ou arrangements. Loin d’un échange purement économique, ici « la valeur est enserrée dans des hiérarchies sociales, des pratiques normatives, des stratégies de maintien des protections et des pactes » (p. 56).

6Les relations de prêt sont au centre d’une « économie de la dette » : les familles peuvent recourir à plusieurs « cercles créanciers », allant souvent de la proche parenté à l’Institution en passant par le voisinage. La dette s’appuie sur les liens existants, mais elle peut aussi en créer de nouveaux et les entretenir. Dans cette économie, où l’interdépendance des budgets et l’importance des charges de copropriété font des dépenses et des dettes de chacun « une affaire collective » (p. 84), une gestion fine des priorités de remboursement est essentielle pour conserver sa position dans ces circuits de prêt et éviter l’isolement social.

7Les arrangements et les pactes viennent aussi bouleverser les frontières de la parenté et l’organisation des successions. À travers les pratiques de l’hébergement ou de la sous-location, une « parenté locative » se met en place par la proximité quotidienne et l’échange de bons procédés, souvent entre un propriétaire âgé et un aidant, qui n’est pas systématiquement parent mais qui a besoin d’un logement. Ces arrangements qui dépassent le cadre familial jouent également sur la transmission des biens par l’héritage, parfois au détriment des héritiers légitimes aux yeux du droit formel.

8La pauvreté des habitants implique la fabrication de liens qui peuvent dépasser et remplacer les protections sociales et familiales qui, elles, s’étiolent. Ces droits négociés ne sont pas immédiatement reconnus par l’Institution, ce qui implique un « travail sur la légalité ». Il s’agit d’« une activité où l’on utilise des registres normatifs relevant d’ordres différents – des maximes de droit, des normes sociales, des coutumes locales – afin de mettre en ordre les occupations et les pactes et les revêtir d’une formule légale » (p. 122). La légitimité des usages et le rôle de régulation du voisinage imposent à l’Institut du logement une adaptation perpétuelle de son cadre réglementaire.

9Malgré des campagnes de régularisation récurrentes, le nombre de propriétaires évolue peu dans la cité. Une formalisation du statut, qui pourrait bouleverser des arrangements familiaux et un équilibre économique précaires, n’est pas systématiquement intéressante pour les occupants. La reconnaissance de la légitimité de l’occupation, notamment par le voisinage, détient finalement plus de valeur que le titre lui-même. Ce fonctionnement vient remettre en cause un idéal de l’accession à la propriété sur lequel le projet de la cité était fondé.

10L’ouvrage d’Emilia Schijman décrypte avec finesse les échanges, pactes et arrangements quotidiens entre voisins, entre parents, entre propriétaires et locataires, entre hébergeants et hébergés, entre bénéficiaires et Institution au sein de la cité de Soldati. On souhaiterait parfois en savoir plus sur la façon dont cette cité est liée au reste de la ville : par les échanges, les déplacements ou encore les trajectoires résidentielles ? Malgré le caractère « hors norme » qui rend si singulier ce terrain, l’enquête développe une perspective plus générale sur le droit tel qu’il peut être vécu dans des économies marquées par la pauvreté. L’auteure parvient ainsi à inscrire le droit et l’économie, deux disciplines dont les approches peuvent parfois être désincarnées, au sein d’un ensemble de relations sociales mouvantes et entremêlées.

Haut de page

Notes

1 Jacques Commaille, « À quoi nous sert le droit pour comprendre sociologiquement les incertitudes des sociétés contemporaines ? », SociologieS, , Dossiers, Sociétés en mouvement, sociologie en changement, 7 mars 2016, en ligne : https://sociologies.revues.org/5278.

2 Liora Israël et Jean Grosdidier, « John Dewey et l’expérience du droit. La philosophie juridique à l’épreuve du pragmatisme », Tracés. Revue de sciences humaines, n° 27, 2014, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/traces.6129.

3 Jean-François Laé, Numa Murard, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière, Paris, Bayard, 2011, compte rendu de Sophie Maunier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/8109.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Bergerand, « Emilia Schijman, À qui appartient le droit ? Ethnographier une économie de pauvreté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 30 août 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36584

Haut de page

Rédacteur

Margot Bergerand

Doctorante en urbanisme et aménagement à Paris Nanterre (ED 395), UMR 7218 Lavue, Centre de recherche sur l’habitat.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page