Skip to navigation – Site map

Frédéric Lebaron, Ordre monétaire ou chaos social ?. La BCE et la révolution néolibérale

Igor Martinache
Ordre monétaire ou chaos social ?
Frédéric Lebaron, Ordre monétaire ou chaos social ? La BCE et la révolution néolibérale, Editions du Croquant, series: « Savoir/Agir », 2006, 61 p., EAN : 9782914968188.
Top of page

Full text

1Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ouvrage est court. A la mesure peut-être de l'intérêt porté par les citoyens à la politique monétaire de la zone euro, et à son principal maître d'œuvre, la Banque Centrale Européenne (BCE). Et pourtant, comme le rappelle Frédéric Lebaron, celles-ci sont bel et bien au cœur des enjeux politiques et économiques actuels. L'auteur n'est pas économiste, mais professeur de sociologie à l'université de Picardie. Egalement président de l'association « Raisons d'agir » fondée par Pierre Bourdieu, son approche mêle ainsi rigueur scientifique et démarche militante afin de mettre en lumière la part d'arbitraire et de croyance des théories économiques, et donc des politiques qu'elles légitiment. Pour reprendre la distinction de Max Weber, les acteurs économiques et politiques sont bien guidés par une rationalité en valeurs et non seulement instrumentale, contrairement à ce que suggère le pragmatisme derrière lequel ils s'efforcent de se dissimuler. Poursuivant ainsi la perspective ouverte dans ses précédents ouvrages, notamment La croyance économique (2000) et Le Savant, le Politique et la Mondialisation (2003), Frédéric Lebaron se penche donc ici sur le cas de la BCE, dont il ébauche une analyse sociologique. Deux raisons justifient cet intérêt : le fait que cette institution constitue un fait social total, mais aussi qu'elle corresponde au modèle du « réformateur néolibéral », que Lebaron définit comme un « révolutionnaire à la fois utopiste et réaliste, pour qui le verbe idéologique, rationalisé, est un élément de l'action concrète, et celle-ci une action politique qui se nie comme telle » (p.10).

2Après un rappel non superflu de ses missions et de son organisation, Frédéric Lebaron décrit ce qu'il appelle l' « invisibilisation » de la politique monétaire. « La plus grande « réussite » du passage à la monnaie unique européenne » selon lui. Le terme « politique » peut d'ailleurs paraître inapproprié, puisque la fixation des taux directeurs relève désormais de la seule BCE, totalement indépendante des 12 (maintenant 13) gouvernements qui participent à la monnaie unique. Mais cette dépolitisation s'est accompagnée d'un effacement total de l'espace public, ce qu'illustre par exemple le fait que la BCE soit « oubliée » des questions de l'Eurobaromètre qui mesurent la confiance des citoyens dans les institutions communautaires. Frédéric Lebaron pointe ainsi un certain nombre de facteurs pouvant rendre compte de cette « invisibilisation », comme sa localisation géographique à Francfort, « mise à l'écart symbolique », mais relève que celle-ci correspond également au sort réservé plus généralement à la notion même de politique macroéconomique.

3Il s'efforce ensuite, dans une partie qui aurait sans doute méritée un développement plus conséquent, de mettre en évidence les conséquences sociales du credo monétariste qui guide les décisions de la BCE. Conformément aux théories développées par Milton Friedman, complétée depuis notamment par Kydland et Prescott, la BCE a pour objectif exclusif la lutte contre l'inflation, c'est-à-dire la stabilité des prix. Ce qui se traduirait finalement non seulement par une quasi-stagnation économique, mais également un renforcement des inégalités de revenus - et plus encore de patrimoine- et l'explosion d'une « précarité multidimensionnelle ».

4Lebaron change ensuite de niveau d'analyse pour s'intéresser plus particulièrement à la trajectoire des différents individus qui exercent -ou ont exercé jusqu'à récemment- une influence prépondérante au sein de la BCE : gouverneurs des banques centrales nationales, membres du directoire ou économiste en chef. Il s'inscrit ainsi par là en faux contre deux types de vulgates courantes : d'une part l'allégorie des banques centrales, qui leur prêtent une rationalité d'acteurs individuels, et d'autre part un discours qui survalorise au contraire certaines personnalités qui incarneraient en quelque sorte cette rationalité. Il semble ainsi bien plus réaliste d'analyser l' « espace social relativement autonome, traversé de forces et d'intérêt plus ou moins contradictoires, économiques, administratifs, politiques, sociaux et intellectuels » qui se dissimule derrière l'unité des décisions économiques. Le refus des dirigeants européens de publier les minutes des conseils bimensuels de la BCE n'est ainsi pas anodin dans cette perspective, comme le souligne Lebaron. Reste que, comme le montrent les quelques parcours qu'il retrace, les conflits sont largement atténués par le fait que ces acteurs majeurs au sein de la BCE aient tous été socialisés dans le même type d'institutions. Constatant cependant l'existence de deux pôles bien distincts parmi celles-ci (l'université et la haute fonction publique financière), Lebaron admet cependant qu'il serait « difficile de rapporter mécaniquement les prises de position et les croyances économiques des banquiers centraux à l'expression directe des intérêts conscients ou inconscients des fractions particulières de la finance privée. Ils sont plutôt des agents qui combinent le credo en une doctrine économique [...] et une pratique politico-administrative réfomatrice néolibérale » (p.46). Il rejette ainsi une théorie du complot qui transparaît parfois dans certains discours militants, pour rappeler combien il s'agit avant tout d'une affaire de croyance. Or, comme toute croyance, elle a d'autant plus d'efficacité sociale qu'elle n'est pas reconnue comme telle.

5Frédéric Lebaron pose donc les jalons d'une démystification de la BCE. Le lecteur reste quelque peu sur sa faim à l'issue de ce qui relève davantage d'une esquisse que d'une recherche aboutie. Mais c'est peut-être précisément, dans la vision de Lebaron, parce que ce travail doit être accompli par les citoyens eux-mêmes pour se réapproprier démocratiquement la politique monétaire. Car, comme il l'écrit en conclusion, « la connaissance du rôle de la BCE et de ses acteurs fait ainsi partie d'un travail proprement politique ».

Top of page

References

Electronic reference

Igor Martinache, « Frédéric Lebaron, Ordre monétaire ou chaos social ?. La BCE et la révolution néolibérale », Lectures [Online], Reviews, 2007, Online since 16 January 2007, connection on 19 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/365

Top of page

About the author

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page