Navigation – Plan du site

Michael Burawoy, Conversations avec Bourdieu

Kevin Toffel
Conversations avec Bourdieu
Michael Burawoy, Conversations avec Bourdieu, Paris, Amsterdam Editions, 2019, 280 p., trad. Juan Sebastian Carbonell, Ugo Palheta, Anton Perdoncin, Quentin Ravelli, préf. Juan Sebastian Carbonell, Aurore Koechlin, Ugo Palheta, Quentin Ravelli, ISBN : 978-2-35480-191-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu interviewé par Roger Chartier, À voix nue, Paris, France Culture, 1988.

1Pierre Bourdieu, qui déplorait avoir « beaucoup d’ennemis mais pas d’adversaires, c’est-à-dire des gens qui feraient le travail nécessaire pour [lui] opposer une réfutation »1, aurait peut-être reconnu Michael Burawoy comme faisant partie des seconds. C’est en tous cas l’un des rares chercheurs à s’être donné les moyens de discuter sérieusement sa théorie sociale, comme ces Conversations y invitent. Mais avant d’entrer dans un opus foisonnant, relevons quelques éléments d’une traduction bien conduite quoique différant de la version originale.

  • 2 Voir Michael Burawoy et Karl Von Holdt, Conversations with Bourdieu: The Johannesburg Moment, Johan (...)
  • 3 Michael Burawoy, « Pour la sociologie publique », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009, (...)

2La première surprise concerne le titre tronqué, qui s’explique par la traduction française des seuls textes de Burawoy alors que l’ouvrage anglais est signé à quatre mains2. Si l’on peut isoler les textes de Burawoy de ceux de Karl Von Holdt attendu la signature individuelle des chapitres, il aurait été opportun d’en avertir le lecteur francophone. Outre le principe de transparence qui eut été de mise, la lecture de la préface de Burawoy et du prologue de Von Holdt dans la version originale suffit à se convaincre de l’intérêt de considérer le contexte dans lequel le livre a vu le jour : ces Conversations, issues de conférences données en 2010 à l’Université de Wits à Johannesburg, étaient entre autres destinées à penser l’émancipation dans une Afrique du Sud post-apartheid. Étonnant que l’éditeur comme les traducteurs aient laissé cela dans l’ombre alors que tout le projet de la « sociologie publique » de Burawoy consiste à « restitu[er] la connaissance à ceux dont elle provient »3 ; souci qui jalonnait, on s’en doute, les conversations entre Burawoy, Bourdieu, Von Holdt et l’auditoire de Wits.

  • 4 Alors même que les textes en question y sont cités à plusieurs reprises.

3Pourquoi avoir écarté les textes de Von Holdt qui prolongent chacune des conversations de Burawoy en les inscrivant dans le contexte sociopolitique sud-africain ? On ne le saura pas en lisant l’introduction signée par quatre des cinq traducteurs4. Et c’est d’autant plus surprenant que les enjeux contemporains de la domination, et l’émancipation que permettrait (ou non) la boîte à outils théorique de Bourdieu, en constituent le cœur. Menant une réflexion nourrie par l’intérêt croissant pour l’intersectionnalité en France, on salue toutefois le fait que cette introduction prolonge les conversations de Burawoy plutôt qu’elle ne les présente. Au prisme de la désormais classique triade des rapports sociaux, les auteurs questionnent successivement : « Bourdieu et les rapports sociaux de race », « La théorie de la reproduction sociale, le féminisme et Bourdieu » et « Bourdieu, le capital et le travail ».

  • 5 Cf. Pierre Carles, La sociologie est un sport de combat, Montpellier, C-P Productions, 2001.
  • 6 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 95.

4Intitulé « La sociologie comme sport de combat : Bourdieu rencontre Bourdieu », le premier chapitre de Burawoy met en avant trois paradoxes du sociologue français qui jalonneront l’ensemble des Conversations. Le premier relève de la contradiction entre l’impossibilité et la nécessité de l’engagement public ; le deuxième s’articule autour de la condamnation de l’État comme instrument de reproduction par le premier Bourdieu et de sa défense comme rempart face au néolibéralisme par le second ; et le troisième consiste en une réflexivité prônée quoique malmenée par l’incorporation des enjeux d’un champ académique qui présuppose l’investissement dans le jeu du sociologue. Puis la métaphore agonistique est filée par Burawoy pour présenter le dessein des Conversations : « ramen[er] à la vie quelques-uns des combattants terrassés par Bourdieu » (p. 68), ceci posant la question du sens de cette métaphore. Lorsque Bourdieu affirme cette conception de la sociologie, tout porte à croire que c’est pour souligner la deuxième partie de la phrase et considérer les acquis de la discipline comme instrument de défense5, appelant ainsi le sociologue à « donner des armes [plutôt] que de donner des leçons »6. Plutôt que d’asséner des coups à des « combattants », la sociologie fournirait des moyens de défense. Une telle entrée en matière ne rend donc pas justice à des Conversations qui se situent sur le terrain de l’examen attentif et contrôlé des textes, et non sur celui de l’affrontement, redonnant la parole à ces « théoriciens [marxistes] de la société qui hantent comme des fantômes l’œuvre de Bourdieu » (p. 68).

5L’intérêt des Conversations est triple : aborder des dimensions telles que le genre, la race et le travail, présentes à la marge des travaux de Bourdieu ; puis confronter les textes aux penseurs qui se sont consacrés à ces dimensions ; et comparer l’émancipation permise par chaque perspective. Bien que déçu de « l’allergie de Bourdieu au marxisme » (p. 98), Burawoy s’attèle ici à une véritable tentative de compréhension de ses tenants, et chaque chapitre met en exergue des prises de position de Bourdieu vis-à-vis de ceux dont il aurait banni la pensée avant d’en examiner les implications. On passe alors d’une critique de la philosophie qui conduit Marx et Bourdieu dans des impasses opposées – les « intellectuels sans les dominés » pour le premier et « les dominés sans les intellectuels » pour le second (p. 94) – à la mise en opposition de l’« optimisme révolutionnaire » de Fanon et du « pessimisme critique » de Bourdieu (p. 144). Mais c’est lorsque leurs idées sont réinscrites dans les trajectoires personnelles des agents, elles-mêmes enracinées dans leurs histoires sociales respectives, que Burawoy est le plus convaincant. Il en est ainsi du « croisement entre biographie et histoire » (p. 100) de Gramsci et Bourdieu, de l’examen des « biographies convergentes » (p. 127) de Fanon et Bourdieu, ou encore des « parallèles [établis] entre les deux contextes politiques qui ont façonnés [les] écrits » (p. 208) de Mills et Bourdieu. Sur fond de promotion d’une sociologie publique, Burawoy consacre plus fondamentalement ces Conversations à la théorie politique de Bourdieu. Sont discutés les tenants de la domination symbolique par rapport à l’hégémonie (Gramsci), les effets de la reproduction des inégalités à laquelle participe le système scolaire au regard de la pédagogie des opprimés (Freire), ou encore la rupture relative au sens commun par rapport à l’imagination sociologique (Mills).

  • 7 Cf. Pierre Bourdieu, « “ Qu’est-ce que faire parler un auteur ? ” À propos de Michel Foucault », So (...)
  • 8 Voir Michael Burawoy, Produire le consentement, Paris, La Ville Brûle, 2015.

6Faire parler des auteurs est toujours un exercice périlleux7, et c’est en mettant à l’épreuve la théorie de Bourdieu sur son propre terrain que Burawoy est peut-être à la fois le plus adroit et le plus novateur. Dans « La double vérité du travail : Burawoy rencontre Bourdieu », ses considérations sur les registres des dominations permettant de « produire le consentement » prolongent des réflexions ethnographiques menées à l’usine8. C’est ici le socialisme d’État qui est érigé en « laboratoire » d’un débat entre le pouvoir mystificateur des institutions (Burawoy) et la méconnaissance au fondement des dispositions (Bourdieu) qui perpétuent des dominations.

  • 9 La comparaison entre Talcott Parsons fonctionnant comme un « aspirateur » et Bourdieu comme un « ba (...)

7Burawoy est rompu aux penseurs de la tradition marxiste, mais c’est aussi un fin lecteur de l’œuvre de celui avec qui il converse, en attestent « les cinq années d’enquête de terrain parmi les textes complexes et fascinants de Bourdieu » (p. 236). D’où ces Conversations sont le plus souvent couplées à une maîtrise objectivée de l’œuvre de ceux qu’il met en discussion – même si certaines interprétations, telles que pour Beauvoir, paraissent saugrenues9. Alors qu’il rencontre Marx, Gramsci, Freire, Fanon et Mills, c’est avant tout contre Beauvoir que le Bourdieu de Burawoy est érigé. On ne peut que saluer le projet de « restaurer l’originalité de Beauvoir », mais il nous semble pour le moins réducteur d’affirmer que « la Domination masculine ne représente qu’une pâle imitation des idées du Deuxième Sexe » (p. 175) ; ne serait-ce qu’en raison de la distance entre l’ancrage existentialiste de Beauvoir et le structuralisme génétique de Bourdieu, déterminant deux lectures distinctes des origines comme des effets des rapports sociaux.

8Ces Conversations contribuent de façon convaincante à une réflexion sur les rapports de Bourdieu au marxisme et à l’émancipation. Elles ne parviennent cependant pas toujours à éviter l’écueil d’un déterminisme mal compris ou insupportable à Burawoy. D’une part, la démonstration du caractère reproductif de nos sociétés n’exclut pas le changement. À cet égard, Burawoy relève à juste titre que « la théorie du changement social de Bourdieu repose sur l’écart entre la position et la disposition, entre les opportunités et les attentes dans un champ donné » (p. 258-259). Et, certes, l’hystérésis ainsi produite reconfigure les rapports sociaux davantage qu’elle conduit les champs aux révolutions que les marxistes appellent. Mais il ne tient qu’à Burawoy de déplorer que « si Bourdieu reconnaît la possibilité du changement social, il n’a pas de théorie du changement social » (p. 265). D’autre part, la question de l’émancipation est bien la clé de voûte du projet bourdieusien. L’idée que la sociologie ne vaudrait pas une heure de peine si elle devait rester aux mains des intellectuels est au fondement d’une pensée dont la découverte de la violence symbolique est le premier pas. Et en ce sens, on peut penser avec Bourdieu contre les effets du déterminisme social.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu interviewé par Roger Chartier, À voix nue, Paris, France Culture, 1988.

2 Voir Michael Burawoy et Karl Von Holdt, Conversations with Bourdieu: The Johannesburg Moment, Johannesburg, Wits University Press, 2012.

3 Michael Burawoy, « Pour la sociologie publique », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009, n° 176-177, p. 122.

4 Alors même que les textes en question y sont cités à plusieurs reprises.

5 Cf. Pierre Carles, La sociologie est un sport de combat, Montpellier, C-P Productions, 2001.

6 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 95.

7 Cf. Pierre Bourdieu, « “ Qu’est-ce que faire parler un auteur ? ” À propos de Michel Foucault », Sociétés & Représentations, 1996, n° 3, p. 13-18.

8 Voir Michael Burawoy, Produire le consentement, Paris, La Ville Brûle, 2015.

9 La comparaison entre Talcott Parsons fonctionnant comme un « aspirateur » et Bourdieu comme un « balais » a franchement ses limites…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Toffel, « Michael Burawoy, Conversations avec Bourdieu », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 30 août 2019, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36638

Haut de page

Rédacteur

Kevin Toffel

Docteur en sciences sociales et enseignant-chercheur à la HESAV.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page