Navigation – Plan du site

Eva Debray, Frédéric Lordon, Kim Sang Ong-Van-Cung (dir.), Spinoza et les passions du social

Laurent Gilson
Spinoza et les passions du social
Eva Debray, Frédéric Lordon, Kim Sang Ong-Van-Cung (dir.), Spinoza et les passions du social, Paris, Amsterdam Editions, 2019, 355 p., ISBN : 978-2-35480-166-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Précisons, comme le mentionne l’introduction, que nombre des propositions théoriques de l’ouvrage s (...)

1Il faut le dire d’emblée : le caractère décapant de cet ouvrage est proportionnel à la sagacité de son propos. Réunissant autour de trois parties les contributions de dix auteurs aux identités pluridisciplinaires, l’entreprise de ce livre se place aux antipodes d’une énième exégèse rigoriste de l’œuvre de Spinoza, proposant plutôt d’en actualiser les schèmes conceptuels au sein d’un plaidoyer incisif pour renouveler les cadres épistémologiques des sciences sociales1.

2La thèse qui sous-tend l’entièreté des onze chapitres du livre est toute contenue dans son titre : « Spinoza et les passions du social », ou comment la pensée spinoziste est-elle porteuse, au sens strict, d’une anthropologie des passions humaines. Le postulat de départ est donc clairement posé : l’être humain serait un être de passion. Partant, il n’est d’action humaine, collective ou individuelle, qui ne soit assujettie au « régime de servitude passionnelle » (p. 19).

  • 2 Au fond, les auteures nous offrent les principes d’une éthique spinoziste renouvelée, où la précari (...)

3La première partie, « Conatus et individualité moderne », fonctionne comme un double mouvement de déconstruction/reconstruction critique de la catégorie « d’individu ». Avec d’une part le point de vue de l’éthique, le ton est donné par Judith Butler, qui se heurte au problème des forces pouvant s’opposer à l’ontologie de la persévérance qu’est le conatus et, le cas échéant, conduire au suicide d’un être. Il est ainsi question de formuler des propositions pour penser le devenir de la subjectivité à partir du « désir de vivre » en tant qu’il ploie et se déploie dans le rapport à la communauté. C’est du moins ce qu’en retire Kim Sang Ong-Van-Cung, qui, tout au long du second chapitre, commente la perspective de cette « éthique sous pression » en insistant notamment sur l’attention que Butler porte à la « vulnérabilité du corps » – non pas au sens de la « blessabilité des corps vivants » mais de leur existence sensible et de leur propension ontologique à être affectés et à se rassembler2.

  • 3 Le terme renvoie à des trajectoires sociales d’ascension fulgurante qui, au demeurant seulement, éc (...)

4Et c’est d’autre part du point de vue épistémologique que Frédéric Lordon s’attaque à l’une des dissensions majeures, sinon le dissensus princeps au cœur des luttes épistémologiques structurant le champ des sciences sociales : la « querelle du déterminisme dans les sciences sociales » tiendrait à une contradiction entre « la morale individualiste qui exige le libre arbitre et la science qui, elle, rend intelligible par la causalité déterministe » (p. 104). Aussi s’emploie-t-il à démonter méticuleusement les objections quant aux tenants de l’approche déterministe, et ceci au travers d’exemples traditionnellement supposés infirmer leur postulat par la démonstration qu’il existe des échappatoires au régime de causalité socio-historique – tels que les transclasses3, les moments révolutionnaires… Cohérent avec son entreprise de « radicalisation du déterminisme », le brillant travail de récusation de Lordon débouche sur une réflexion aussi profonde que déroutante à propos des vecteurs de sédition, voire de subversion de l’ordre établi.

5Puis la seconde partie s’intéresse aux « logiques des institutions ». Mais comment définir une institution en un sens spinoziste ? Si les individus sont mus par des désirs façonnés par la collectivité, alors le social – entendu ici « au sens socio-anthropologique de Durkheim, comme l’élément même de la vie collective des hommes » (p. 18) – reposerait sur les luttes permanentes d’une multiplicité d’affects et de désirs antagoniques qui le traversent, loin d’être le fruit d’un hypothétique contrat établi sur les soubassements de la raison. Le propos de Christophe Miqueu s’intègre alors efficacement à cette critique des théories contractualistes, puisqu’il met en tension le « principe de non-domination » avec le corpus spinoziste pour interroger la place du droit, des biens communautaires, de la raison et de la liberté au sein du républicanisme tel que le conçoit le théoricien irlandais Philip Pettit.

6D’après cette approche, il s’ensuit que les formes de vie collective, toutes immanentes qu’elles soient, fondent leur genèse sur l’adhésion à des affects communs dont la puissance affectante est telle qu’ils dépassent et s’imposent in fine à l’ensemble du corps social selon un mouvement paradoxal d’auto-transcendance, ou plutôt d’auto-affection. Et non seulement cette puissance de la multitude (potentia multitudinis) engendre-t-elle les structures du corps social cristallisées dans des normes morales, des règles de droit, des mœurs, c’est-à-dire dans des institutions qui déterminent les comportements de tout un chacun, mais elle tend également à légitimer ces dernières, à assurer leur pérennité et asseoir leur autorité. Telle est l’approche que choisit Eva Debray en épinglant les mécanismes à l’œuvre dans le « lynchage » décrit par René Girard, ainsi qu’en mettant en exergue le rôle central des processus d’imitation affective et de production de valeurs communes en tant que principes au fondement de l’ordre social.

7À l’instar de la précédente, cette partie se ferme sur un chapitre davantage épistémologique, dans lequel Nicolas Marcucci revient sur l’histoire de la sociologie française. Il identifie un « moment Spinoza » concomitant à l’autonomisation de la discipline – moment qui apparaîtra à rebours comme partie prenante d’un geste de rupture épistémologique de la sociologie avec toute velléité métaphysicienne. Car, quoiqu’évidemment aux prises avec des questions d’ordre métaphysique, la pensée de Spinoza recèle autant d’intuitions que de concepts fournissant une ébauche de théorie de la morale, de la norme, de l’autorité, et donc de « la nature de l’obligation », laquelle, jadis, tranchait avec la matrice idéaliste et utilitariste dont il s’agissait pour la sociologie balbutiante de se déprendre. En ceci, Marcucci offre une remarquable généalogie des affinités entre sciences sociales et spinozisme, ce dernier ayant nolens volens participé à leur naissance.

  • 4 Contre toute attente, des points de convergence entre eux surgissent pour penser l’individu alors q (...)

8Dans cette veine, la troisième partie questionne la transformation des institutions en tant qu’elles sont emportées par les « forces de l’histoire ». Kim Sang Ong-Van-Cun et Yves Citton s’y essaient tous deux à saisir ce qui fait la stabilité ou l’instabilité des collectifs dans le temps. La première ouvre ainsi un dialogue baroque entre la pensée de Sartre et celle de Spinoza dans un projet « d’ontologie historique du social »4.Tandis que le second, lui, se penche sur les manières de saisir la multitude telle qu’elle nous est donnée : d’une part, sous forme de « compte » réifié par la statistique, c’est-à-dire en tant que « puissance du social » prise d’un point de vue quantitatif ; d’autre part, selon une appréhension qualitative de l’intensité du « conte » qui habite et active les singularités à travers le récit. Par-là, Citton revisite la dialectique global/local en mettant l’accent sur les correspondances effectives plutôt que les différences substantielles entre ces référentiels.

  • 5 L’ingenium est un concept spinoziste cherchant à traduire l’inscription corporelle singulière des a (...)
  • 6 Familier des anthropologues, le concept de personnalité de base est issu de l’œuvre de Ralph Linton (...)

9À l’appui d’une lecture spinoziste de l’histoire du peuple Hébreux, Nicolas Israël et Pierre-François Moreau nous livrent ensuite leurs approches respectives de ce qui fait une nation – suivant d’un côté l’anthropologie sociale et de l’autre l’anthropologie culturelle. Le premier s’attache ainsi à mettre en relation les processus qui ont trait à la morphogenèse de l’État avec le rapport qu’un peuple entretient avec la chose divine – rapport entendu ici comme opérateur politique fondamental. Quant au second, il interroge, à partir des concepts d’ingenium5 et de « personnalité de base »6, l’articulation dialectique entre les singularités d’une personnalité individuelle et la toile de fond collective dans laquelle cette personnalité s’inscrit et se construit, posant le problème de la constitution et de l’acquisition d’une identité culturelle à la fois plastique et dynamique.

10Enfin, le livre se ferme sur le splendide texte de Pascal Séverac, dont le projet consiste à comprendre conjointement l’ascension d’Hitler et l’instauration du régime nazi. Pour ce faire, Séverac fait tenir ensemble d’une part l’historicité du peuple allemand en situation calamiteuse au sortir d’une Grande Guerre prompte à générer des affects tristes, politiquement traduits en ressentiment et constitutifs selon Spinoza des prémisses de la haine ; et d’autre part le rôle majeur de la figure du prophète incarné par Hitler captant par ses gestes et son discours ce ressentiment, désignant un coupable et orientant la puissance vers une solution.

11Rares et précieux sont les ouvrages collectifs qui peuvent se targuer d’un propos si cohérent malgré des contributions très hétéroclites. Tour à tour, les auteurs montrent combien l’œuvre de Spinoza est au fondement d’une pensée de l’action dont le caractère opérant et fertile se mesure à sa capacité à rendre intelligibles des phénomènes pourtant inexplicables par les cadres épistémiques traditionnels – depuis le suicide jusqu’à la folie des peuples en passant par le magnétisme du prophète. C’est que Spinoza offre précisément les outils adéquats pour renverser les évidences les plus solidement ancrées quant à la liberté, la raison, l’histoire, si bien que sa pensée conduit aux prolégomènes d’une épistémologie des sciences sociales revigorée et armée pour faire face aux situations de « mise en mouvement de corps ». Gageons que les lecteurs, chercheurs ou non, sauront se saisir de ces réflexions, ou plutôt se laisser saisir.

Haut de page

Notes

1 Précisons, comme le mentionne l’introduction, que nombre des propositions théoriques de l’ouvrage sont redevables à Alexandre Matheron et son travail de relecture et d’interprétation de l’œuvre de Spinoza depuis les années 1950.

2 Au fond, les auteures nous offrent les principes d’une éthique spinoziste renouvelée, où la précarité de l’existence tient lieu de condition à la vie collective, de même que les propositions de « persévérance de l’être » et de « conservation de soi » s’émancipent de toute « défense ego-maniaque du sien, ou de la propriété » (p. 68) pour s’effectuer dans l’interrelation et se penser dans le « transindividuel » au sens de Balibar. Voir notamment Judith Butler, Rassemblement, Paris, Fayard, 2016, et Étienne Balibar, Spinoza politique : Le transindividuel, Paris, PUF, 2018.

3 Le terme renvoie à des trajectoires sociales d’ascension fulgurante qui, au demeurant seulement, échapperaient au déterminisme sociologique. Voir le livre de Chantal Jacquet dont Frédéric Lordon se sert pour approcher cette thématique : Chantal Jacquet, Les transclasses ou la non-reproduction, Paris, PUF, 2014 (note critique de Damien Boone pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/15678).

4 Contre toute attente, des points de convergence entre eux surgissent pour penser l’individu alors qu’on ne saurait les réconcilier en ce qui concerne l’unité du collectif, ceci en raison de leurs conceptions antinomique du politique : en tant que force constitutive de la multitude chez Sartre et que principe de maintien et de reproduction du corps social constitué chez Spinoza.

5 L’ingenium est un concept spinoziste cherchant à traduire l’inscription corporelle singulière des affections qui traversent l’existence d’un individu, ces affections étant à la fois issues d’une situation proprement particulière et de ressorts collectifs partagés. Proche de l’habitus bourdieusien quoique plus riche dans ce qu’il enveloppe, l’ingenium consiste en quelque sorte en un ensemble de « plis » (en un sens presque deleuzien), dont l’agencement est constitutif de notre biographie, et qui orientent nos jugements, nos manières de faire et d’être.

6 Familier des anthropologues, le concept de personnalité de base est issu de l’œuvre de Ralph Linton. Il revient à postuler que chaque groupe produit des comportements socio-culturels définis, transmis et reproduits par le biais d’institutions. Ces comportements constituent alors la personnalité de base qui se singularisera selon la construction spécifique de l’individu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Gilson, « Eva Debray, Frédéric Lordon, Kim Sang Ong-Van-Cung (dir.), Spinoza et les passions du social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 31 août 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36646

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page