Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2019Cyril Isnart, Charlotte Mus-Jelid...

Cyril Isnart, Charlotte Mus-Jelidi et Colette Zytnicki (dir.), Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb (XIXe-XXIe siècles)

Jean-David Richaud
Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb, XIXe-XXIe siècles
Cyril Isnart, Charlotte Mus-Jelidi, Colette Zytnicki (dir.), Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb, XIXe-XXIe siècles, Rabat, Centre Jacques-Berque, coll. « Description du Maghreb », 2019, 295 p., ISBN : 979-10-92046-37-3.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le fruit d’une recherche internationale et transdisciplinaire menée au long cours sur la question du tourisme dans le Maghreb colonial. Le résultat se présente sous la forme de treize contributions réparties en trois sections : « Préserver et visiter le patrimoine antique de la Tunisie », « Les relectures du patrimoine local dans l’architecture de tourisme » et « Des usages culturels des biens religieux ». Chacune des parties est précédée d’une introduction qui propose une réflexion épistémologique sur la thématique.

  • 1 Ahamdou Kourouma, Les soleils des indépendances, Paris, Seuil, coll. « Points », 1995.

2L’ensemble des contributions traitent essentiellement de deux sujets. Tout d’abord, la naissance du tourisme dans le Maghreb colonisé est concomitante avec celle du concept de « patrimoine » en Europe. La puissance impériale française exporte donc rapidement ce concept dans ses nouvelles colonies. Il s’agit avant tout de préserver un patrimoine pré-islamique (romano-punique et chrétien) qui permet en outre de légitimer la conquête. Cette volonté d’assoir un discours politique sur un discours historique se double de l’espoir de valoriser économiquement les territoires coloniaux grâce au développement du tourisme. Le « soleil des indépendances », pour reprendre l’expression d’Ahmadou Kourouma1, modifie dans un second temps le rapport au patrimoine et à son intérêt touristique. Les jeunes États cherchent alors un difficile compromis entre la promotion d’une modernité revendiquée et l’entretien d’un patrimoine qui est un véritable argument touristique.

3La première partie est centrée sur la Tunisie et fait la part belle à des études de cas très précises : deux contributions portent sur des associations qui font la promotion du passé pré-islamique du protectorat et deux s’intéressent au parcours de deux individus. Myriam Bacha propose ainsi de montrer comment une association métropolitaine – le Touring Club de France – s’implante en Tunisie et cherche à favoriser la venue de touristes. Elle complète sa recherche en s’intéressant à deux sociétés archéologiques (Sousse et Sfax) qui doivent mettre en valeur les résultats des fouilles locales à travers la création de musées à même d’attirer des visiteurs métropolitains. Cette étude sur un réseau associatif, qui ne permit pas le développement touristique de la région, met en relief le rôle d’une personnalité coloniale : le docteur militaire Louis Carton. Passionné d’archéologie, cette figure de la société savante tunisienne n’eut de cesse de batailler avec les services du patrimoine de la colonie et se servit de ce réseau associatif pour faire écho à ses propres luttes. C’est d’ailleurs une autre association de ce réseau, le Comité des dames amies de Carthage, qui retient l’attention d’Antonella Mezzolani Andreose. Ce comité, présidé par l’épouse de Louis Carton, a cherché pendant ses quatre années d’existence à favoriser la connaissance du passé punique de la Tunisie et à faire valoir les positions du médecin militaire face aux fonctionnaires coloniaux. Jacques Alexandropoulous propose quant à lui une étude des mémoires d’un prêtre breton venu en Tunisie pour le Congrès eucharistique de 1930. Cette étude, en plus de rappeler les enjeux diplomatiques et culturels du congrès, permet de voir le parcours d’un religieux soucieux de retrouver les origines chrétiennes de la Tunisie ou les motifs orientalistes qui font son imaginaire du Maghreb. Lassaad Dendani s’intéresse enfin aux travaux d’un ingénieur hydraulicien, Jean Coignet. Ce dernier, passionné par les questions hydrauliques tunisiennes, a eu de nombreux projets de barrages pour permettre l’alimentation de Tunis en eau de source. Il tenta en vain de convaincre les autorités coloniales du bien-fondé de ses projets en faisant valoir l’idée que les barrages pourraient intéresser les touristes et mettre en valeur la région.

4La seconde partie s’intéresse à des formes architecturales ou des esthétiques désignées comme « typiques » de l’Orient ; elle cherche aussi à montrer comment elles ont été reprises pour favoriser le tourisme. Dominique Jarrasse étudie les styles architecturaux promus par les hôtels sahéliens en Algérie et en Tunisie, marqués par l’esthétique de l’oasis. Ces infrastructures touristiques cherchaient avant tout à recréer des clichés orientaux pour des métropolitains amenés à visiter les colonies françaises. La reprise du thème du palmier et de certains motifs ornementaux ou architecturaux devait créer un exotisme à même de satisfaire les visiteurs qui traversaient le désert en voiture. Lucy Hofbauer se penche quant à elle sur l’architecture au Maroc entre 1950 et 1970, à mi-chemin entre le modernisme et le pastiche oriental. Charlotte Mus-Jelidi explore la carrière et l’œuvre d’Olivier-Clément Cacoub, architecte presque attitré de Bourguiba. Ces deux contributions montrent le parcours d’architectes formés dans les années 1940 et 1950 et influencé par les idées de l’architecture moderne. Leurs réalisations comme, l’hôtel Samir au Maroc ou la résidence privée du président tunisien Bourguiba, ont été grandement marquées par l’architecture fonctionnaliste et les idées du Corbusier ou de Niemeyer. Ce goût pour la modernité n’est cependant pas exclusif. Cacoub a ainsi intégré de nombreux thèmes orientalistes dans ses bâtiments à vocation touristiques, comme l’hôtel des Palmiers ou le Skanès Residence Club, qui est un village balnéaire dont le plan rappelle celui des médinas. Salima Naji montre quant à elle comment la kasbah berbère s’impose comme un archétype touristique dans le sud du Maroc. Promu par des voyageurs-artistes en quête d’exotisme au début du XXe siècle, le modèle de la kasbah s’impose dans l’architecture du sud marocain, parfois dans des formes modernisées. Il s’agit en même temps d’attirer les touristes par la promotion d’une architecture typique et de revendiquer une culture amazighe. Enfin, Zayed Hammami propose les fruits de ses recherches sur l’architecture troglodytique dans la Matmata tunisienne. Les villages creusés dans la pierre de cette région du sud de la Tunisie ont en effet été aménagés pour attirer des touristes dans une région éloignée du littoral. Jusqu’à la Révolution de Jasmin, qui entraîne une évolution du contexte sécuritaire dans la région, la Matmata parvient à attirer des visiteurs en leur proposant soit de résider dans des hôtels troglodytiques, soit de visiter des maisons où ils peuvent voir des habitants en habits traditionnels.

5La dernière partie – plus réduite – montre le processus de patrimonialisation du mobilier religieux. Alain Messaoudi s’intéresse ainsi au cas des mosquées tunisiennes, notamment de Kairouan. Il montre comment la patrimonialisation de Kairouan est en partie dû à la création ancienne par les Occidentaux du mythe d’une ville sainte interdite aux non-musulmans. Dalila Senhadji propose quant à elle une histoire architecturale de l’église Saint-Louis à Oran. Cette église, qui fut la cathédrale d’Oran durant la fin du XIXe siècle, est aujourd’hui délaissée par les autorités algériennes ou catholiques. Elle porte néanmoins les traces de toutes les évolutions de ce lieu de culte, qui fut successivement une chapelle, une mosquée, une synagogue, une église, puis une cathédrale.

6En sus de ces contributions sur le Maghreb, l’ouvrage propose une certaine démarche comparatiste avec deux études sur des cas hors de l’Afrique du Nord. Aline Demay et Caroline Herbelin s’intéressent à l’hôtellerie en Indochine et aux mille difficultés des autorités coloniales à développer des infrastructures hôtelières pour les Européens. Maria Isabel Roque fait quant elle l’histoire de la patrimonialisation des biens religieux au Portugal entre le XIXe siècle et le XXe siècle. Cette histoire est notamment marquée par les évolutions de régimes qui mènent une politique plus ou moins anticléricale au XIXe siècle puis qui, au contraire, mettent le catholicisme au centre de leur idéologie au XXe siècle.

7L’ouvrage présente l’intérêt de multiplier les approches et les objets d’étude. Les études proprement historiennes sur une personnalité ou une institution côtoient des recherches sur l’histoire de l’architecture et des réflexions plus anthropologiques sur l’appropriation d’un passé tantôt rejeté, tantôt mis en valeur. Les coordonnateurs de la publication ont également cherché dans leurs introductions à donner une certaine unité à un ouvrage qui pourtant rassemble des projets de recherche très variés. On doit par ailleurs souligner le nombre important des illustrations en couleur, qui donnent à voir les réalités évoquées par les auteurs.

8La lecture de l’ouvrage laisse cependant quelques regrets. Il y a tout d’abord une inégalité flagrante dans les territoires traités : la Tunisie est clairement au centre de la publication avec sept études, quand il n’y en a que deux pour le Maroc et une pour l’Algérie. Cela est d’autant plus regrettable que la démarche comparatiste fait que l’on parle plus de territoires extra-maghrébins que de l’Algérie. Par ailleurs, la multiplication d’études de cas très précises prive le lecteur d’une vision globale et ne lui permet pas de comprendre en quoi le tourisme dans les colonies françaises est une déclinaison de la situation coloniale, ni de réévaluer les conséquences du développement concomitant du tourisme et de l’institution du patrimoine culturel ; or, ce sont bien les deux objectifs que l’ouvrage se fixe en avant-propos.

Haut de page

Notes

1 Ahamdou Kourouma, Les soleils des indépendances, Paris, Seuil, coll. « Points », 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-David Richaud, « Cyril Isnart, Charlotte Mus-Jelidi et Colette Zytnicki (dir.), Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb (XIXe-XXIe siècles) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 septembre 2019, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36652 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.36652

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search