Navigation – Plan du site

Laurence Roudart, Charlotte Guénard, Moustapha Keïta-Diop (dir.), « Dépossessions foncières et stratégies d’acteurs en milieu rural », Revue internationale des études du développement, n° 238, 2019

Ronan Crézé
Dépossessions foncières et stratégies d’acteurs en milieu rural
Laurence Roudart, Charlotte Guénard, Moustapha Keïta-Diop (dir.), « Dépossessions foncières et stratégies d’acteurs en milieu rural », Revue internationale des études du développement, n° 238, mai 2019, 322 p., Paris, Editions de la Sorbonne, ISBN : 9791035103200.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro 238 de la Revue internationale des études du développement traite des processus de dépossession foncière. Cette notion englobe les situations où les habitants qui occupent un territoire sont privés de l’usage ou de la propriété de leurs terres au profit d’autres acteurs qui y développent des activités différentes. Ce phénomène massif s’étend à l’échelle de la planète puisque, d’après le Haut Commissariat aux droits de l’homme, « chaque année, 15 millions de personnes sont contraintes de quitter leur habitation et leurs terres en raison de l’implantation de grands projets de développement ou d’activités commerciales » (p. 9). Le travail collectif proposé par les auteurs mêle des articles rédigés dans trois langues (français, anglais et espagnol) qui ont tous pour objet des terrains d’étude variés situés sur l’ensemble des continents (en particulier l’Afrique, qui concentre près de la moitié des travaux). La question transversale à toutes ces contributions est celle de la compréhension des mécanismes de dépossession foncière ainsi que de l’implication des acteurs dans ces processus. Les chercheurs sollicités proviennent de diverses disciplines des sciences sociales telles que la sociologie et la géographie. Ils ont tous à cœur de montrer la complexité des jeux entre les parties prenantes : les États, les agriculteurs, les investisseurs étrangers, les orpailleurs, les communautés autochtones, etc. Il s’agit donc de comprendre dans quelle mesure ces acteurs sont impliqués dans et impactés par les dépossessions foncières.

2L’un des arguments principaux retrouvés dans plusieurs contributions est de rompre avec l’idée d’un État faible et inconsistant qui serait entièrement soumis aux desiderata des investisseurs étrangers. Sina Schlimmer éclaire tout à fait cette idée puisqu’en ouvrant la « boite noire de l’État », elle analyse l’évolution de la politique publique foncière en Tanzanie. En l’occurrence, l’État socialiste des années 1960 à 1980, qui planifiait l’agriculture a laissé place à un État beaucoup plus libéral, ouvrant la voie aux investisseurs étrangers et à l’accaparement des terres. L’auteure insiste sur le fait que le changement de politique ne signifie pas que l’État se désengage de la maitrise du foncier. Au contraire, il reconfigure son rapport au territoire car les accords sur le foncier signés par le gouvernement tanzanien avec les investisseurs étrangers représentent une occasion pour lui d’affirmer son autorité sur son territoire et sa population. Anna Dessertine propose une lecture similaire dans le cas des investissements aurifères réalisés en Guinée. L’État y intervient directement par l’utilisation des forces armées dans le cadre de « politiques de déguerpissement » pour exclure les orpailleurs des terres exploitées par de grandes compagnies minières. Selon l’auteure, en attribuant des droits sur le territoire à des compagnies privées et en les protégeant, l’État parvient indirectement à conforter son propre pouvoir parce qu’il se renforce en déléguant un contrôle du territoire (qu’il est incapable de financer seul) à des compagnies privées. Les dépossessions foncières ne peuvent donc pas être considérées comme la résultante d’un retrait de l’État.

  • 1 Avant les modifications constitutionnelles et législatives de 1992, « il était formellement interdi (...)

3L’un des enseignements récurrents des travaux réalisés par les chercheurs est la collusion entre l’État et les investisseurs étrangers. L’État s’associe régulièrement aux intérêts des firmes multinationales en favorisant leur implantation grâce à des réformes promues par des institutions internationales (au premier rang desquels se trouve la Banque mondiale). De même que le prouve l’étude de Sina Schlimmer en Tanzanie, celle de Clara Salazar explicite la façon dont le Mexique (pays dont l’économie reposait sur le marché interne) a décidé de s’ouvrir aux investissements étrangers depuis les années 1990 en mettant sur le marché des terres des communautés agrariennes appelées « ejidos »1. Ce changement s’est opéré de façon violente par des pratiques qui ont « facilité la transmission coercitive de la terre ainsi qu’une valorisation spéculative de celle-ci dans le but d’en générer une redistribution inéquitable » (p. 200). Par son action, l’État mexicain crée aussi des situations d’exclusion de sa population. L’article de Anna Dessertine portant sur la Guinée permet aussi de démontrer le paradoxe selon lequel la mise en place par l’État d’une propriété juridique au bénéfice d’exploitants industriels crée des formes de dépossessions qui favorisent l’exclusion des orpailleurs artisanaux : « ici, la sécurisation des uns entraine l’insécurisation des autres » (p. 160).

4Si l’une des difficultés d’installation des projets industriels est la posture des communautés rurales, leur attitude face aux projets fonciers n’est pas homogène. Les populations locales ne se cantonnent pas à une opposition aux projets des investisseurs. Comme le démontre Nelly Leblond au Mozambique, le dispositif de consultation (qu’il est nécessaire d’obtenir avant que les industries ne s’implantent sur le territoire) est domestiqué par les habitants autant que par les autorités publiques et les investisseurs privés. Même s’il existe toujours une relation de pouvoir asymétrique à la défaveur des populations locales, Nelly Leblond montre que les communautés rurales ne sont pas passives et qu’elles tâchent aussi de profiter des rétributions découlant de ces investissements étrangers en termes d’emplois par exemple. Le positionnement des acteurs est donc plus complexe qu’il n’y parait en matière de dépossession foncière.

5Le regard peut aussi être biaisé si l’on se concentre uniquement sur le rôle joué par les grandes entreprises. En effet, d’autres processus participent à la privation de l’accès aux terres. Dans leur article portant sur le Cambodge, le socio-économiste Christophe Gironde et le chercheur Andres Torrico Ramirez étudient la région de Ratanakiri dans le nord-est du Cambodge, qui connait depuis les années 2000 une transition agraire rapide. Or, si les CFE (concessions foncières économiques) expliquent une part importante de la dépossession foncière, les personnes interrogées mettent aussi en avant le problème de l’accaparement de petites surfaces de terres par des familles du même village car « c’est avec les autres familles du village qu’il y a des problèmes » (p. 315). De même, les chercheuses en géographie et sociologue Jacqueline Candau et Anne Gassiat décentrent notre attention des grandes compagnies pour comprendre comment les agriculteurs du Piton l’Ermitage (situé dans le département français de la Réunion) ont été soumis à des injonctions multiples de la part de l’État. Par l’imposition de nouvelles formes de production (irrigation des terres au profit des plantations de cannes à sucre, respect de la règlementation environnementale, etc.), l’État a déconsidéré les capacités professionnelles des habitants. Progressivement, ceux-ci ont été confrontés à la précarisation foncière et à l’incapacité à pouvoir travailler, à tel point que nombre d’entre eux ont cessé leur activité. La dépossession foncière n’est donc pas que la conséquence d’un phénomène d’accaparement foncier de la part de grandes entreprises, il s’agit d’un processus plus complexe qui met en jeu une diversité d’acteurs aux intérêts multiples.

6Enfin, une caractéristique récurrente des études présentées est le fait que les auteurs remettent souvent en cause une partie des conclusions des théories dominantes. Ainsi, certaines grilles de lecture semblent être inopérantes en matière d’étude des conflits fonciers, à l’image de l’importance donnée aux divisions communautaires qui peuvent être dépassées comme le montre Hamdi Ahmedou dans son article consacré aux accaparements fonciers dans la région du Brakna en Mauritanie. Il propose de « sortir d’une lecture conflictuelle des rapports sociaux communautaires en Mauritanie » (p. 64) afin d’apercevoir la façon dont plusieurs groupes ethniques se sont coalisés contre l’État et les investisseurs privés étrangers. De même, Céline Delmotte (qui étudie le cas des activités d’orpaillage dans le sud-est du Pérou) prend le contrepied de la lecture classique des conflits fonciers opposant les agriculteurs et les orpailleurs. Elle révèle l’existence d’arrangements mutuels entre les populations au niveau local dans le but de dénoncer la législation nationale qui favorise les entreprises de grande taille. Dans leur contribution traitant du cas du Mozambique, Étienne Verhaegen et Sandra Kiala se situent quant à eux dans une « totale opposition à la vision dominante, soutenue par de nombreux économistes ruraux, d’une supposée “fin de l’histoire” paysanne » (p. 109). Enfin, le travail de Raman Bhuvaneswari rend compte de la complexité des processus à l’œuvre en apportant un regard critique sur les deux principales théories qui traitent des processus de dépossession foncière. D’une part, elle critique l’idée de « l’acquisition par la dépossession » de Michael Levien (elle considère qu’au-delà de l’État, d’autres agents interviennent dans le processus de dépossession foncière tels que les promoteurs privés). D’autre part, elle s’oppose à la théorie de l’urbanisme spéculatif énoncée par Michael Goldman puisqu’elle affirme que l’action des propriétaires fonciers n’est pas exclusivement incitée par des motivations spéculatives. Les divers articles proposés dans ce dossier éclairent donc d’un jour nouveau les connaissances apportées par les sciences sociales sur les dépossessions foncières.

7Il est difficile de résumer un dossier aussi riche d’enseignements. C’est d’ailleurs l’une des qualités principales de ce numéro. Il est appréciable de lire des articles qui approfondissent et abordent de façon critique les théories dominantes en matière de compréhension du phénomène de dépossession foncière. Si cette dimension est stimulante, certains arguments avancés paraissent plus convaincants que d’autres, car ils s’appuient sur des études de terrain plus fouillées. Si la lecture des contributions dans trois langues distinctes peut être un frein à la compréhension pour certains lecteurs, elle permet toutefois d’aborder des terrains d’étude plus variés. L’ensemble du travail demeure très intéressant car il multiplie les focales sur l’objet commun des dépossessions foncières. Ce dossier incite donc à explorer encore plus avant les dépossessions foncières à partir d’études critiques qui participent à une meilleure appréhension de ce phénomène.

Haut de page

Notes

1 Avant les modifications constitutionnelles et législatives de 1992, « il était formellement interdit que les terres ejidos ne circulent sur le marché foncier » (p. 200). Elles représentaient alors 53% du territoire national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Crézé, « Laurence Roudart, Charlotte Guénard, Moustapha Keïta-Diop (dir.), « Dépossessions foncières et stratégies d’acteurs en milieu rural », Revue internationale des études du développement, n° 238, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 02 septembre 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/36674

Haut de page

Lieu

Tanzanie

Mauritanie

Mozambique

Inde

Guinée

Mexique

Pérou

Cambodge

La Réunion

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page